AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Venez incarner votre personnage de manga / anime préféré ou bien créez le votre, et amusez vous dans le Campus Tenshigaya, une ville sans limites !

Partagez | 
 

 Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)   Ven 8 Juil - 21:14

16 février

- Monsieur, nous allons commencer à atterrir.

Le jeune homme leva vaguement les yeux vers l’hôtesse de l’air et lui fit un signe de la main pour signaler qu’il avait bien compris ce qu’elle voulait dire. Il rangea son téléphone et s’enfonça dans son fauteuil, bouclant sa ceinture, regardant la mer à travers le hublot. Pendant ces dix heures il n’avait pas fermé l’oeil, ni touché au repas qu’on lui avait servi… En fait il n’avait pas bougé de sa place et avait passé tout son temps les yeux rivés sur son téléphone. Il avait espéré une réponse, un appel, n’importe quoi, mais il avait attendu pour rien, comme le reste de la semaine.

Tout avait commencé ce fameux jour, il avait passé une après-midi en compagnie d’Erica, comme il le faisait plus ou moins souvent ces derniers temps. Elle était plutôt cool et pas prise de tête, il s’amusait bien avec elle et puis ça lui permettait à lui d’avoir quelqu’un à qui parler en anglais, pour changer. Sans compter que récemment il avait réellement le mal du pays, il voulait voir ses parents et ses amis, mais ces derniers étaient bien trop occupés, et lui aussi, compte tenu de l’approche de la fin de l’année scolaire… Erica était ainsi un bon compromis, et bien qu’un peu bruyante, il pouvait se comporter normalement avec elle sans avoir à se soucier de la politesse japonaise. Cette sortie avec la blonde avait été une sortie des plus normales, ils s’étaient baladés un peu avant de se réfugier des températures glaciales en se posant dans un café pour une boisson chaude. Au cours de la discussion avec l’américaine, il avait croisé le regard de plusieurs élèves, et même échangé quelques mots avec certains d’entre eux qui étaient venus le saluer. En somme rien de particulier… Les deux jeunes gens étaient restés longtemps à ce café, Toma s’était pas mal moqué de son accent très marqué en japonais, l’imitant lorsqu’elle passait commande, lui donnant au passage des trucs pour qu’elle s’améliore. Il était d’excellente humeur ce jour-là, et lorsqu’il avait aperçut Noeru à travers la fenêtre de ce café, c’était tout naturellement qu’il lui avait fait un signe de la main pour qu’elle les rejoigne, le sourire aux lèvres, malgré la présence d’Erica.  A ce moment là cela faisait quelques semaines qu’ils ne s’étaient pas vus, et puis il n’était pas suspect qu’elle passe lui dire bonjour, tous les élèves le faisaient… Toutefois elle n’avait pas répondu à son signe, à l’inverse, elle était plutôt partie, comme si elle ne l’avait pas vu… A ce moment là le rouquin n’en avait pas trop fait de cas, bien qu’il avait été sacrément refroidi puisqu’elle lui manquait terriblement. Mais il avait terminé sa journée normalement, il avait ramené Erica à son appartement avant de rejoindre le sien, envoyant un message à sa petite-amie comme il avait l’habitude de le faire.
Mais depuis ce soir là, plus aucune réponse. La lycéenne ne répondait jamais de façon systématique à ses messages, mais il avait toujours une réponse, tôt ou tard… Il ne s’en était pas alarmé de suite non plus, en réalité, il lui avait fallu quelques jours avant de se dire qu’il y avait peut-être un problème. Il avait continué de lui envoyer des messages matin, midi et soir, pendant quelques jours, jusqu’à ce jour où il avait cours de sport avec sa classe. C’était ce qui lui avait réellement mis la puce à l’oreille. Surtout que lorsqu’il avait demandé, tout le groupe lui avait assuré qu’elle n’était pas là depuis quelques jours déjà. Il s’était même rendu aux dortoirs pour voir si elle y était, mais selon la liste des surveillants elle n’y était pas retourné depuis quelques jours également… A ce moment là il n’avait eu aucune idée d’où est-ce qu’elle pouvait bien se trouver, si elle allait bien ? Il s’était rendu dans divers hôpitaux et cliniques de la région, au cas où, mais là encore, aucune trace de la brune.

Le sportif s’était résolu à faire appel à un détective privé de renom avec qui il avait déjà travaillé pour faire en sorte que ses parents ne le retrouvent pas lorsqu’il était arrivé au Japon, et deux jours plus tard, il apprenait que sa petite-copine s’était payé un séjour à Maui, dans un hôtel de luxe avec vue sur la plage… En plein milieu de l’année scolaire et très peu de temps avant les examens finaux qui détermineraient si elle pouvait obtenir son diplôme ou non. Qu’est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête ? Surtout que même dehors de ces circonstances, la jeune fille n’avait simplement pas les moyens de se payer un tel séjour, encore moins sur un coup de tête… Et puis ne voulait-elle pas avoir son année ? Après tout elle ne lui répondait que très peu au téléphone et ne pouvait pas trop le voir aussi parce qu’elle était très occupée à rattraper son retard… Mais là, ce séjour lui faisait perdre du temps sur son travail. Le rouquin poussa un soupir et défit violemment la ceinture qui le maintenait attaché à son siège, comme si être violent envers l’objet le détendrait. Il voulut se lever et faire quelques pas mais fut rappelé à l’ordre par l’hôtesse.

- Mh… Excusez-moi nous allons atterrir, c’est plus prudent si vous restez ass-…
- Ça va, ça va je m’assois.


Il laissa échapper un soupir agacé et se rassit, tout aussi énervé. À quoi bon avoir son propre avion s’il ne pouvait pas faire ce qu’il voulait à l’intérieur, quand il le voulait ? Il croisa les jambes,  tapotant ses doigts contre son accoudoir En réalité il ne savait pas pourquoi il était venu, si elle voulait prendre des vacances pourquoi ne pas la laisser ? Mais elle ne lui répondait pas… Après il savait qu’elle allait bien, s’il lui était arrivé quoi que ce soit son détective le lui aurait dit, mais alors pourquoi n’avait-il pas de réponse ? Pourquoi avait-elle soudainement disparu ? De ce qu’il avait compris elle était même partie de son propre gré, personne ne l’y avait forcé… Alors pourquoi ?

Finalement, l’avion atterrit et le rouquin pu sortir de l’appareil. Il fut accueilli comme toujours par quelques danseuses de Hula et les traditionnels colliers de fleurs, mais il n’était pas d’humeur, il sauta dans la voiture pour rejoindre son hôtel, qui était le même que celui de Noeru, se demandant toujours comment et pourquoi elle en était venue à partir si précipitamment pour une île à l’autre bout de la planète. Il ne voyait vraiment pas ce qui  pouvait l’amener à faire quelque chose de tel…  Vraiment ça ne faisait pas de sens… En réfléchissant dans le véhicule, il ne tarda pas à s’endormir, ou plutôt à somnoler… Il n’était que 13 heures à Tokyo mais compte tenu du fait qu’il n’avait pas dormi de la nuit, ni dormi dans l’avion, cela devait bien faire vingt-quatre heures qu’il était debout… C’est après près d’une demi-heure de voiture qu’il arriva à l’hôtel, et son premier réflexe fut de demander si une Noeru Aiza était toujours là, et lorsqu’on lui répondit qu’elle avait changé de chambre, le sang du jeune homme se glaça. Est-ce qu’il l’avait ratée ? Elle était déjà repartie ? Il ne tarda pas à demander quand étaient les prochains vols pour Tokyo, et il put enfin respirer en apprenant qu’il n’y en avait pas avant le lendemain. Il monta donc dans sa chambre, l’esprit un peu plus tranquille, bien qu’occupé par la brune. Où pouvait-elle bien être ? Et surtout pourquoi avait-elle bougé ? Il espérait que tout allait bien, vraiment…  Il voulut réfléchir un peu plus encore mais il ne tarda pas à tomber de sommeil, épuisé.

Il se réveilla quelques heures plus tard, jeta un regard à l’horloge et soupira. Il était 21 heures, il avait dormi trop longtemps, il fallait qu’il se dépêche de la trouver. Le rouquin bondit hors du lit et s’empressa de se laver et de se changer dans une tenue moins chaude vu le climat. Il ne savait pas où commencer, c’était un hôtel immense et si elle avait rendu les clefs de sa chambre, elle pouvait être n’importe où sur l’île… Ou bien elle pouvait être partie sur une autre île de l’archipel ? Il poussa un soupir, croisant intérieurement les doigts pour qu’elle soit toujours ici, ou au moins pas loin… Le jeune homme entreprit donc les recherches, passant des coup de fil à son détective pour des renseignements, insistant pour les obtenir au plus vite.
De son côté il était déterminé à chercher dans tout l’espace de l’hôtel, mais il n’eut en réalité pas à aller bien loin. Il la trouva au bord de la piscine, en  bien charmante compagnie. De toute évidence elle était saoule et s’apprêtait à passer la nuit avec cet homme… Toutefois c’est ce qu’il pensait, avant que ce dernier le persuade du contraire en laissant entendre que ce n’était pas la première nuit qu’ils partageaient. C’est donc tout naturellement que son poing se serra dans sa main. Alors c’était ça ? Il s’était inquiété pour ça ? Il avait traversé la moitié de la planète pour voir ça ? Il fronça les sourcils, s’approchant de la brune qui ne l’avait pas encore remarqué. Il toussota légèrement lorsqu’il fut assez proche, et il était certain que si l’amant de la brune n’avait pas levé son regard vers lui, elle ne l’aurait pas remarqué. Le jeune homme la fixait droit dans les yeux, un sourire écoeuré sur les lèvres, le regard vide de toute expression, les mots étaient comme coincés dans sa gorge. Son regard se balada entre la brune et le jeune homme qui la tenait auparavant par la taille, avant qu’elle ne le repousse. Finalement il parvint à particulier quelques mots, la voix extrêmement claire et calme.

- Oh… Je dérange à ce que je vois. Autant pour moi.

Il laissa échapper un rire jaune.

- Passe une bonne soirée, hein.

Il tourna les talons sans un autre regard pour la brune, se dirigeant vers une jeune femme au bar qui semblait seule. Si Noeru semblait vivre les meilleurs moments de sa vie, il n’allait pas s’en priver. De toute façon il fallait qu’il relâche la pression. Il allait passer la nuit avec cette femme qui avait un corps superbe, de longs cheveux bruns et des yeux à en tomber. Il n’arrivait pas à y croire. Il s’était inquiété pour rien… Pourquoi avait-elle fait ça ? Il n’y avait pas de raison… Était-ce parce qu’il lui manquait ? Ou au contraire elle s’était lassée ? Elle cherchait à voir quelles autres sensations d’autres hommes lui procureraient ? Ou bien de savoir ce que cela faisait de le tromper ? Il avait réfléchi à toutes ces questions pendant toute la soirée, même lorsqu’il avait accompagné cette femme dans sa chambre, même pendant l’acte ou encore maintenant qu’il prenait sa douche. Il n’arrivait pas à se sortir l’image de sa petite-amie avec ce gars, enfin était-ce toujours sa petite-amie ? En réalité il ne savait même plus. Il étouffait dans cette pièce et c’est sans attendre que la jeune femme ait terminé de se doucher qu’il sortit de sa chambre, sans la prévenir. De toute façon c’est pas comme si elle ne savait pas que leur histoire ne durerait que pour ces quelques heures.

Il fit un détour par la réception pour faire un peu de charme à la réceptionniste, cherchant à savoir dans quelle chambre exactement la brune dormait actuellement. Ce ne fut pas compliqué pour lui, et puis il ne craignait rien, si user de ses charmes ne fonctionnait pas il pouvait toujours lui donner de l’argent, au point où il en était. Il n’en eut pas à arriver jusque là, il remercia la jeune femme qui l’avait renseigné et il se planta devant le numéro de la chambre. C’était décidé, il allait attendre que cette porte s’ouvre, et il allait dire ce qu’il en pensait. Il ne savait pas quand est-ce que la brune sortirait de la pièce. Elle ne devait pas voir le temps passer et bien s’amuser. Cette pensée le fit froncer les sourcils. Il ne lui suffisait pas ? Ou alors pire, elle ne l’aimait plus ? En réalité il ne voyait que ça… Après tout elle n’était pas le genre de fille à se laisser entraîner dans les bras de n’importe qui aussi facilement. Est-ce qu’elle aimait ce type ? Après tout ils partageaient bien une chambre… Était-ce lui qu’elle était venu retrouver à l’autre bout de la terre ? Le rouquin se mordit la lèvre inférieure, agacé. Il voulait savoir. Et puis comment pouvait-elle lui faire ça ? À lui ? Avec un gars aussi ordinaire ? Il fut secoué par un rire silencieux. Il n’était plus capable de se souvenir du visage de la brune lorsqu’il l’avait découverte, tout ce qu’il avait en tête était ces dernières semaines… Depuis combien de temps elle connaissait cette homme ? Est-ce qu’elle le trompait depuis longtemps ? À quel point était-elle amoureuse de lui si elle avait tout plaqué pour venir le voir ici ?

Dégoûté, c’était le mot. Comment est-ce que ça pouvait lui arriver ? Il entendit la porte s’ouvrir et il leva immédiatement les yeux, bondissant sur ses jambes. C’était Noeru. Ni une ni deux, il se posta dans le cadre de la porte pour l’empêcher de sortir. Qu’est-ce qu’elle faisait, elle essayait de sortir en douce, au petit matin ? Le rouquin laissa échapper un rire.

- Dis donc, tu sais que tu ne peux pas user du corps des gens sans les remercier après ? C’est pas très poli.

Il la toisa du regard, sans aucun doute, elle avait couché avec. Face à elle, son regard était rieur et amusé, bien que ce soit loin de la réalité. Il prit un air surpris puis continua.

- Si tu veux pas le remercier laisse-moi au moins le faire, il a apparemment pris grand soin de toi.


Le rouquin la prit fermement par le poignet et la fit entrer dans la pièce avec lui. Il se posa sur le lit puis toucha quelques mèches des cheveux de l’endormi, puis il commença à chatouiller ce dernier pour le réveiller, ce qui ne tarda pas. Toma lui fit un grand sourire avant de se retourner vers la brune.

- Il est bon au moins ? Que tu perdes pas au change, ce serait triste.

Il se tourna vers le jeune homme, qui avait repoussé la main du japonais loin de son visage.

- Ah, pas très sympa… Tu peux te barrer ?

Face au regard incompréhensif de l’américain, Toma lui fit un sourire en lui faisant signe de sortir de la pièce avec de grands gestes exagérés, articulant ses mots comme s’il parlait à un imbécile, puis il haussa les sourcils comme pour demander s’il avait compris. Il laissa échapper un léger rire en voyant que le jeune homme ne bougeait pas.

- Mais c’est que t’es plutôt lent dis… Barre toi aller.

Le rouquin lui ôta la couverture du corps  de sa main libre et lui montra les fringues éparpillées en remarquant qu’il était déshabillé, soupirant d’agacement. Il lui fit signe de se presser, lui donnant les clefs de la chambre de sa conquête de cette nuit pour ne pas avoir de problème. Une fois débarrassé de l’imbécile il se tourna vers sa petite-amie.

- Alors, il était bon ou pas ?

Il la fit s’asseoir sur un fauteuil placé près du lit, puis il s’assit en face d’elle, croisant les jambes, les coudes sur ses genoux et son visage dans ses mains.
Toutefois il ne la laissa pas commencer à parler, l’interrompant d’un “ah attends”. Il prit le téléphone et appela le room-service pour avoir un petit-déjeuner de roi, commandant facilement pour deux personnes, voire trois.

- Je n’ai pas mangé depuis un sacré moment, je ne suis pas un grand fan des repas dans les avions.

Il lui fit un sourire amusé.

- Mais assez parlé de moi enfin, quel idiot je fais ! Raconte-moi plutôt tes vacances, c’est teeeeeellement plus intéressant.

Il n’eut pas attendre bien longtemps pour que sa commande n’arrive, et il donna pour cette raison un sacré pourboire à la jeune femme qui était venu leur apporter le plateau. Une fois qu’elle fut sortie, il entreprit de servir deux verres de jus d’orange, même s’il n’avait aucune intention d’y toucher, après tout il avait la nausée.

- Alors, vas-y raconte moi tout !

Il continuait de sourire, l’air bien trop intéressé pour être honnête. En réalité il ne savait pas comment réagir. Il était blessé, il la détestait, et à la fois il ne savait pas vraiment ce qu’il pouvait faire pour y remédier. Si elle ne l’aimait plus, c’était comme ça. Il s’était toujours dit qu’il la laisserait s’en aller s’il en était ainsi, mais maintenant qu’il y était sans doute, la tâche s’avérait bien plus difficile…
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)   Sam 9 Juil - 3:17

Six jours déjà que Noeru était à Hawaii. Elle s'était envolée sur un coup de tête après avoir vu Toma passer du bon temps avec une fille qu'elle devinait être son amante. Il lui avait menti, elle avait été persuadée jusqu’à présent qu'il ne revoyait jamais les femmes avec lesquelles il couchait mais la complicité était bien là. Elle en avait eu raz le bol. Elle avait eu le besoin irrépressible de prendre l'air, de passer du bon temps elle aussi et d'oublier ses problèmes. Il n'y avait aucune raison pour qu'il soit toujours le seul à s'amuser sans se soucier des conséquence. Elle aussi allait suivre ses envies pour une fois sans se préoccuper de rien. Elle n'était passé dans son dortoir qu'en coup de vent, pour chercher son passeport qu'elle avait par chance été incitée à faire quand elle était arrivée au japon. Puis elle s'était dirigée directement vers la gare la plus proche. À ce moment elle n'avait encore aucune idée d'où elle irait. Elle avait avec elle son sac contenant deux barres de céréales, sa culotte de sécurité, un baume à lèvre, ses papiers identités, son porte monnaie et son téléphone qu'elle n'était même pas sûre d'utiliser. Elle n'avait pas eu envie de s'encombrer, elle voulait s'acheter de nouveau vêtement, se faire plaisir, un peu. Une fois à l'aéroport elle s'était arrêtée à un guichet d'une compagnie prise au hasard et avait demandé comment on faisait pour acheter un billet et où elle pouvait encore aller. C'est ainsi qu'elle se retrouva dans un avion s'envolant pour Hawaii. Elle avait été satisfaite de son choix mais malgré tout elle avait continué à mentalement maugréer contre Toma, se persuadant qu'elle avait pris la bonne décision. C'est ainsi qu'elle vécu son premier -et très long- vol. Elle avait eu peur des turbulences, s'était ennuyée, beaucoup, mais n'avait pas pu fermer l’œil. Elle avait été impressionnée par la vue que lui offrait le hublot et s'était amusée de l'apparence des petits pot d'eau qu'on lui avait distribué. Elle s'était aussi forcée a manger la nourriture qu'on lui avait servie jusqu'à se rendre compte qu'elle n'avait pas besoin de faire ça car c'était l'essence même de ses vacances improvisées. Elle avait guetté la réaction de l’hôtesse au moment de reprendre le plateau repas qu'elle n'avait qu'entamé et avait été soulagée de voir que cela n'avait eu aucune incidence négative.

Une fois arrivée sur l'île sa première priorité fût de trouver où dormir. Mais elle ne voulait pas dormir n'importe où non, elle voulait quelque chose de grandiose. Elle était entrée dans un Taxi et avait donc demandé :

- H-heum.. J-je veux dormir dans un grand.. endroit ? Il y a un grand endroit pour dormir ?

Dans un anglais à l'accent parfaitement approximatif. Elle avait dû s'y reprendre à plusieurs fois pour se faire comprendre et s'aider de beaucoup de geste. Le chauffeur avait fini par lui dire qu'il y avait bien ce prestigieux hôtel pas trop loin, voyant qu'elle insistait pour que ce soit magnifique et grand. Il l'avait tout de même prévenue que c'était spécialement onéreux et qu'il pouvait lui suggérer d'autres place sympa et pas trop chère mais Noeru lui avait assuré que c''était ce qu'elle recherchait et que le prix n'était pas un problème. Elle voulait qu'on s'occupe d'elle, qu'on la traite comme une princesse alors cet endroit lui avait semblé parfait.
Elle fût toute fois nettement moins sûre d'elle quand elle avait entendu le prix que la réceptionniste lui avait annoncé et le ton qu'elle avait employé à son égard, après l'avoir jaugée du regard. Comme si elle ne rentrait pas dans les standards de cette femme concernant la clientèle. Mais il avait été hors de question de faire marche arrière. Cet hôtel était incroyable et elle allait suivre son idée jusqu'au bout. Elle avait sorti encore une fois sa carte et avait payé, la main tremblante. On lui avait remis la carte de sa chambre qu'elle avait été été toute excitée à l'idée de découvrir, et bien sûre elle n'avait pas été déçue. Jamais elle n'avait vu une pièce si bien décorée et elle avait été totalement émerveillée. Elle avait essayé de s'endormir mais comme elle en avait été incapable elle s'était relevée et rhabillée pour aller au bar de l'hôtel. Elle avait voulu voir quel genre de personne venait passer leur séjour ici et comment il se comportaient, si c'était pareille que dans les bars qu'elle avait l'habitude de côtoyer. Elle s'était sentie insignifiante dans cet environnement, et très seule. Jusqu'à ce qu'un jeune homme vienne lui offrir un verre. Elle avait d'abord refusé. Elle était avec Toma et accepter ce verre revenait à accepter de flirter avec cette personne de ce qu'elle en avait appris, grâce à Misaki. Mais très vite elle se remémora la raison de sa présence dans ce lieu. Le niolu qui lui servait de petit ami n'avait jamais eu aucun scrupule à draguer d'autres fille alors qu'ils étaient ensemble, il allait même jusqu'à coucher avec, alors pourquoi elle, devrait se retenir d'en faire autant. Elle avait bût à ne plus en avoir les idées claires ce soir-là, se laissant toucher par ce gars, écoutant son baratin... Et quand elle s'était réveillée le matin suivant, il dormait à côté-d'elle, et ils étaient tout deux entièrement nus. Son coeur s'était soulevé jusqu'à la naissance de sa gorge. Elle avait trompé Toma, pour la première fois. Elle s'était laissée entraînée dans ce lit, l'avait déshabillé, embrassé et l'avait laissé faire de même, elle se rappelait encore de tout. Quand l'homme avec lequel elle avait couché s'était réveillé il l'avait remerciée pour la soirée et lui avait annoncé qu'il partirait avant l'heure du déjeuner mais qu'il avait tout de même passé un bon moment. En d'autre mot, il l'avait gentiment fichue dehors après lui avoir offert le petit déjeuné. Elle avait eu de la chance de tomber sur lui, malgré le fait que la communication avait été fortement restreinte par son niveau d'anglais et qu'il ne l'avait approché que pour passer la nuit avec, il s'était montré très gentil. Grâce à ça elle s'était retrouvée plus détendue et confiante vis a vis de son choix.

L'après midi elle était allée en ville pour acheter des vêtements, après tout elle n'avait pris qu'une culotte qu'elle portait le jour-même et il était devenu urgent qu'elle s'occupe du problème. Elle avait choisie une boutique de lingerie fine, attirée par la vitrine. C'est à cette endroit qu'elle rencontra l'homme qui deviendrait son deuxième amant. Il était entré après elle et l'avait abordé directement. Visiblement il l'avait déjà repérée depuis plusieurs minutes, lui aussi était un client de l'hôtel. Ils avaient parlé un moment, sympathisé et il avaient finalement passé l'après midi ensemble. Lui était espagnol et devait avoir 25 ans passé. Il avait réglé tous les achats de la jeune fille, y compris les dessous de la première boutique. En toute sincérité elle s'était sentie mal à l'aise de se faire « surprendre » à entrer dans ce genre d'endroit, mais il avait très vite réussis à la mettre à l'aise. Par la suite c'est lui qui avait choisis magasins et ce qu'il acceptait de lui prendre. Il en avait également profité pour la draguer allégrement et avait clairement utilisé la naïveté et la docilité de Noeru en sa faveur. Durant la soirée il l'avait invitée à manger et après le repas l'avait conduit à sa chambre. À vrai dire, si elle ne s'était pas sentie si redevable, elle ne savait pas si elle aurait accepté de se soumettre à sa volonté. Mais le fait était qu'il l'avait invitée toute la journée, qu'elle lui « devait bien ça ». Lui s'était montré moins attentif vis à vis d'elle, comme s'il avait gagné le droit de la traiter comme il le souhaitait tant il avait dépensé d'argent pour elle. Et le lendemain, tout comme l'homme qu'elle avait rencontré le jour d'avant, il était parti. Mais de son côté il n'avait pas pris la peine de passer le petit déjeuner avec elle. « Tu n'as plus besoins de faire semblant de m’apprécier, je ne te paierai plus rien, j'ai eu ce que je voulais » lui avait-il dit avant de sortir de la pièce. Cette phrase lui avait laissé un arrière goût amer dans la bouche. Lui qui lui avait paru si sympathique la veille cachait un tout autre visage. Et puis elle avait en plus trouvé qu'il faisait un amant épouvantable. Jusqu'à la nuit dernière elle avait été persuadée que le sexe procurait de toute façon du plaisir mais elle avait découvert que non, ce n'était pas forcément vrai, loin de là. Mon dieu ce qu'elle s'était ennuyée. Et puis il ne s'était pas montré particulièrement délicat. Heureusement pour elle, ça s'était vite terminé et il s'était endormi juste après.

Cette expérience l'avait refroidie, elle voulait passer un bon séjour et non pas être traitée comme un simple objet par des hommes qui cachaient leur jeux jusqu'à passer à l'acte. Comme elle avait déjà suffisamment de vêtement suite au shopping qu'elle avait fait avec Antonio, elle avait choisit de profiter de la piscine de l'hôtel. Elle avait mis le maillot de bain une pièce qu'elle s'était faite acheter avec une jaquette fine pour recouvrir un peu son corps qu'elle n'aimait pas voir si peu vêtu. Elle s'était allongée sur une chaise longue et avait fermé les yeux pour se détendre. Et à chaque fois qu'une pensée négative avait pointé le bout de son nez, elle l'avait balayée avec un « j'ai fais le bon choix, cet endroit et super, il faut que je profite ». Pour la première fois depuis longtemps elle était totalement détendue et rien n'avait réussis à entacher sa bonne humeur jusque là. Au bout d'une heure, peut-être deux, un jeune homme s'était approché d'elle et avait entamé la discussion d'un :

- Tu es très pâle, tu as pas oublié de mettre de la crème solaire j'espère, sinon tu va cramer ! Tu es toute seule ?

Voyant son air perplexe il avait simplement ris et s'était présenté sans attendre de réponse. Noeru avait été tout de même un peu méfiante étant donné sa mauvaise expérience de la veille, mais elle lui avait à son tour donné son nom. Il s'était assis à côté d'elle pour faire plus ample connaissance mais contrairement à sa « conquête » de la veille, lui avait joué carte sur table, la rassurant fortement. « Je suis la pour passer du bon temps, je suis venu seul moi aussi. Tu es magnifique, ça te dis de rester avec moi ? » avait il lentement articulé. Au point où elle en était la noiraude se voyait mal refuser. De plus elle devait bien l'avouer : seule elle s'embêtait quand elle n'avait pas de travail à faire. Elle avait passé les trois jours suivant avec lui. Encore une fois il payait ses repas, ce qu'elle aimait lorsqu'ils sortaient en ville et le soir ils couchaient ensemble après des soirées bien arrosée.Il lui avait même suggéré de mettre fin à la location de sa chambre étant donné qu'elle n'y dormait jamais, pour le rejoindre officiellement dans sa chambre à lui. Elle ne comprenait pas la plus part des choses qu'il lui disait mais elle le trouvait gentil. En vérité il était loin de l'être. Il profitait du fait qu'elle n'ait pas de bonne connaissances en anglais pour la traiter comme une idiote sans qu'elle ne s'en rende compte. Il la considérait comme une simple greluche dont il pouvait faire ce qu'il voulait. Un jolie visage sur un corps dépourvue de cette graisse qu'il trouvait repoussante. Il avait deviné son anorexie mais n'en était pas gêné tant il avait l'habitude de sortir avec des filles se faisant vomir. D'ailleurs après les repas qu'il lui offrait il n'oubliait jamais de lui indiquer où était les toilettes, spontanément. Elle, avait trouvé ça bizarre les première fois, mais elle devait bien admettre que c'était bien pratique de connaître leur emplacement, elle n'avait ainsi pas besoin de les demander. Elle, pensait naïvement que c'était peut-être par simple politesse. Elle ne connaissait pas la galanterie américaine.

Puis ce fameux sixième soir arriva. Elle était à la piscine, un cocktail très sucré à la main, avec ce gars la tenant fermement par la taille. Déjà saoul il embrassait son cou sans gêne, déjà saoul elle le laissait faire oubliant les quelques personne encore présentes. Il disait des choses qu'elle ne comprenait pas, la tâche de déchiffrage rendue plus difficile à cause de l'alcool. Puis son amant s'interrompit, regardant plus haut. Elle suivit son regard et se pétrifia, juste après avoir repoussé par reflexe l'homme qui l'accompagnait. Comment était il là ? Pourquoi était-il là ?

- Oh… Je dérange à ce que je vois. Autant pour moi. 

Noeru ne put répondre dans un premier temps, ne sachant pas comment réagir. Quand elle l'entendit rire, elle pouffa à son tour. Sa réaction avait été guidée par les nombreux breuvages qu'elle avait déjà vu. Mais elle se rendit compte qu'elle n'avait pas fait le bon choix et le rouquin s'était éloigné en lui souhaitant une bonne soirée. Ne discernant pas le second degré elle le remercia, une pointe d'amusement persistant dans sa voix. Amusement qui s'évanouit bien vite quand elle le vit rejoindre cette autre fille.

- C'est qui ce gars ?

Noeru répondit à sa question par un baiser, ne souhaitant de loin pas s'étendre sur le sujet. Cette acte là avait été amené par un mélange de colère et d'alcool, elle avait été donc loin d'être tendre, elle s'était même quasiment affalée sur lui. Il avait rigolé à cette soudaine démonstration et l'avait mené dans sa chambre pour profiter de cette colère et envie de revanche la rendant nettement plus passionnée et active.

La lycéenne fût heureuse de se réveiller au petit matin. Toma était là et elle ne pouvait pas continuer à côtoyer ce type, il fallait qu'elle parte. Ce voyage avait été une erreur, elle en prenait désormais conscience. Après, de mémoire il avait plutôt bien pris la nouvelle et comme il s'était envoyé une inconnue la nuit-même elle n'avait techniquement rien à se reprocher. Mais au fond elle commençait à culpabiliser. Elle devait s'en aller au plus vite. Elle s'habilla silencieusement et rapidement et quitta la chambre du gars avec qui elle couchait depuis plusieurs nuits déjà. Du moins elle en avait eu l'intention. Mais elle fût directement interceptée par Toma.

- Dis donc, tu sais que tu ne peux pas user du corps des gens sans les remercier après ? C’est pas très poli. 

Une boule se forma dans sa gorge suite à ses paroles. Et puis elle avait un mauvais pré-sentiment.

- Si tu veux pas le remercier laisse-moi au moins le faire, il a apparemment pris grand soin de toi. 

Malgré son sourire elle avait l'intime conviction qu'il lui en voulait, qu'il était énervé, mais elle ne comprenait pas pourquoi. Elle s'était contenté d'agir comme lui le faisait tout le temps. Il n'avait pas le droit de se mettre en colère. Mais sa gorge se serra un peu plus. Une exclamation de surprise et de douleur s'en extirpa pourtant quand Toma attrapa son poignet pour la traîner à l’intérieur. Elle appréhendait fortement la suite et pour tout avouer il lui faisait peur, elle ne le reconnaissait pas. Elle tenta de lui demander de la lâcher mais il l'ignora, s'affairant à réveille l'amant de la demoiselle

- N-non ne.. !

Trop tard Julio avait ouvert les yeux. Il fronça les sourcils en voyant le rouquin de la piscine dans sa chambre, tenant le poignet de son plan cul. Toma parlant japonais il n'avait pas compris un traître mot de ce qu'il avait dit à son jouet, mais à dire vrai il s'en fichait. Tout ce qu'il voulait c'était savoir ce que ce gars foutait là.

- Ah, pas très sympa… Tu peux te barrer ?

- Pardon...?


Puis il le reconnut. Il n'avait pas tilté la veille à cause de la quantité d'alcool qu'il avait bu, mais maintenant il voyait. Ce gars était l'héritier d'une famille particulièrement puissante et monstrueusement riche, il avait déjà vu sa photo dans divers journaux et magazines. Comment connaissait-elle ce gars ? C'était qui cette fille ?

- Mais c’est que t’es plutôt lent dis… Barre toi aller. 

Le gaillard s’exécuta, ne voulant pas contrarier cet homme plus qu'il ne l'était déjà. Il enfila son pantalon à l'arrache, attrapa les clé que Toma lui tendait et parti sans lui demander son reste, Impressionné et intimidé.

- Alors, il était bon ou pas ? 

Avait en suite demandé Toma en se tournant vers elle. La jeune fille baissa les yeux, toujours effrayée. Que voulait-il qu'elle réponde à ça ? Elle était piégée. Heureusement il ne la laissa finalement pas prendre la parole et commanda à manger. La réalité lui revenait en plein visage. Elle avait réussis jusque là a mettre sa vie de côté elle s'était sentie comme.. « quelqu'un d'autre ». Mais elle n'était qu'elle, au final. Et comme elle l'avait en face elle ne pouvait plus se convaincre que ce qu'elle faisait n'avait aucune conséquence. La chose qui la faisait le plus culpabiliser n'était pas d'avoir couché avec d'autres hommes, non, c'était d'avoir réussis à le mettre de côté tout ce temps durant. D'avoir fait tant d'effort pour ignorer le mal qu'elle lui ferait peut-être en agissant de la sorte et d'avoir réussis. Elle avait désamorcé avec succès chacune de ses pensées le concernant et c'était servie de ces hommes pour le faire. Au final elle ne valait pas mieux qu'eux, elle aussi n'avait eu aucun scrupule à les utiliser, pour se venger entre autre, mais aussi pour se vider la tête. Il avait traversé la moitié de la planète pour la surprendre avec un autre gars. Elle se dégoutait.

- Je n’ai pas mangé depuis un sacré moment, je ne suis pas un grand fan des repas dans les avions.

Elle levait la tête timidement vers lui, elle préférait faire profile bas, n'assumant plus de lui avoir rendu la monnaie de sa pièce

- Mais assez parlé de moi enfin, quel idiot je fais ! Raconte-moi plutôt tes vacances, c’est teeeeeellement plus intéressant.

Sa gorge se resserra à nouveau. Elle ne voulait pas lui le dire, il en était hors de question. Cette fille qu'elle avait été, ce n'était pas vraiment elle, alors ça ne comptait pas... Enfin elle essayait de se le persuader mais tout le long elle avait agit de son propre chef, elle ne pouvait pas simplement se voiler la face.

- Alors, vas-y raconte moi tout ! 

Elle craqua sous la pression et lui envoya soudainement :

- E-et toi quand tu me trompes tu me racontes peut-être !? Non tu fais comme si de rien n'était ! Parce que quand c'est toi c'est rien, n'est-ce pas !? Eh bien bienvenu dans ma vie !

Elle retira violemment son poignet mais réalisa bien vite ce qu'elle venait de faire. Elle reprit sur un ton d'apparence plus calme mais qui cachait une bonne couche de rancoeur :

- Quand c'est moi qui souffre parce que tu couches ailleurs ce n'est pas grave, tu n'as pas le droit d'agir comme si ce que j'avais fait est grave. Pourquoi je suis la seule à toujours devoir faire des efforts.

Elle voulait se taire mais les mots sortaient malgré elle. Elle n'osait toute fois plus regarder Toma du tout.

- J'ai fait une erreur je me suis laissée emporter c'est vrai mais tu n'as pas le droit de m'en vouloir, pas pour ça.

Elle se le va et s’approcha de lui.

- Hier t'as couché avec cette fille non ? Alors comment tu oses venir m'humilier ici sous prétexte que j'ai répondu à ta provocation, et totalement saoule !

Des larme de rage et de tristesse lui étaient montées aux yeux. Elle se sentait soulagée d'avoir fait sortir tout ça mais elle redoutait fortement la suite. Il y avait une raison pour laquelle elle se taisait face à Toma. Malheureusement cette raison avait eu moins de poids que la pression qu'elle avait ressenti cumulé à son indignation.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)   Sam 9 Juil - 5:25

Toma avait toujours les jambes croisées, et était resté parfaitement calme, acquiesçant lorsque la brune commença à lui crier dessus. En réalité il n’écoutait pas vraiment, et puis si elle levait la voix c’est qu’elle n’avait sans doute rien d’intéressant à lui dire, mais qu’elle cherchait plus à relâcher la pression ou à justifier ce qu’elle avait fait. Après tout il était enfin au courant pour elle et son nouvel amant. Elle était soulagée. Le rouquin pouvait comprendre mais son coeur se serra tout de même. Si c’était ça, pourquoi le lui avait-elle caché ? Elle lui avait fait promettre que si un jour il ne l’aimait plus, il la quitterait sur le champs… Pourquoi ne pouvait-elle pas faire pareil pour lui ? Pourquoi devait-elle le garder prisonnier ? L’empêcher d’aller de l’avant ? Il ne voyait plus son monde sans elle à présent, pourquoi devait-elle lui cacher qu’elle ne l’aimait plus comme avant, qu’il y en avait un autre qui avait volé son coeur, pour qui elle n’avait pas hésité à traversé tout l’océan ? Il lui en voulait terriblement, mais à la fois, en avait-il le droit ? Elle n’y pouvait rien si elle s’était entichée de ce type-là. Le poing du rouquin se serra, puis il prit une profonde inspiration pour le desserrer. Il fronça les sourcils en entendant toujours la voix de Noeru être aussi forte de bon matin, il lui fit même signe de se taire ou d’au moins baisser le volume de sa voix. Le rouquin s’affala un peu plus dans son fauteuil, regardant la brune s’énerver toujours plus. Il leva les yeux au ciel et laissa échapper un bâillement. Pourquoi perdait-il son temps déjà ? C’est lorsqu’il la vit s’approcher qu’il prit la parole calmement.

- Attends attends, reste loin tu veux, on peut parler avec cette table entre nous pour le moment.

Le jeune homme tapota la table basse en question, sur laquelle se trouvaient toutes les victuailles qu’il avait commandées un peu plus tôt. Il ne voulait pas de proximité physique, plus maintenant, trop de questions tournant en boucle dans son esprit. Depuis combien de temps l’utilisait-elle comme simple passe-temps en attendant de voir son petit-ami ? Depuis combien de temps faisait-elle semblant ? Était-ce pour cela qu’elle lui répondait aussi peu ? Non elle l’avait toujours fait… Mais alors quand est-ce que ça avait changé ? Quand est-ce qu’il avait arrêté d’être le seul ? Quand est-ce qu’il avait perdu sa place auprès d’elle ? Cette dernière interrogation lui noua l’estomac, mais il affichait toujours ce sourire insolent, fixant toujours l’adolescente de ses yeux verts. Elle était facilement manipulable, si elle le sentait blessé, elle culpabiliserait et ferait comme si de rien n’était. Or si elle avait fait tout cela pour aller voir un autre, il était évident qu’elle était en train de passer à autre chose; alors il fallait qu’il en fasse de même, petit à petit.

- Tu n’as rien fait de grave. C’est comme ça pas vrai ?

Non, en soi sa seule faute avait été de faire semblant auprès du rouquin pendant un laps de temps dont il n’arrivait pas à déterminer la durée. Il ne voyait vraiment pas qu’est-ce qui avait changé, ni quand… Il n’arrivait pas à mettre le doigt dessus et ce simple fait était plus que frustrant. Elle ne savait pas mentir, comment avait-il pu passer à côté de quelque chose d’aussi gros… Etait-il si égocentrique et narcissique qu’il pensait qu’elle l’aimait d’un amour aveugle ? Est-ce qu’il s’était fait des idées sur leur relation depuis le début ? Non… Elle n’aurait pas couché avec lui autrement… S’ils étaient allés aussi loin c’est parce qu’elle l’aimait… Elle ne couchait pas sans sentiments, elle n’était pas comme ça…

- Si tu y tiens tant que ça, je peux te raconter ?En ce qui concerne la fille d’hier… Il me semble qu’elle s’appelait..., le brun dû faire mine d’y réfléchir, mmmh… Allyson ? Non c’est un nom inventé ça, en réalité je n’en ai aucun idée, c’est à peine si je me souviens de son visage…

Il se racla la gorge. Toma voulut prendre une gorgée de jus d’orange, mais à peine le liquide entra en contact avec ses papilles qu’il le recracha dans le verre, tirant une grimace. En réalité il avait envie de vomir, mais il n’en fit pas de gars, levant son regard vers la brune.

- Je te déconseille le jus d’orange, il est franchement pas terrible… Il marqua une légère pause avant de reprendre sur le même ton calme. Ou alors c’est parce que je suis un peu écoeuré, qui sait.

Il haussa les épaules et tendit le deuxième verre qu’il avait rempli vers le bord de la table du côté où se trouvait la place de Noeru. Il y posa également une assiette qu’il remplit des fruits qu’il avait commandé, ainsi que quelques tartines de beurre et de confiture. Il l’invita du regard à manger, esquissant de nouveau ce sourire insupportable qu’il lui avait adressé un peu plus tôt. Il n’arrivait pas à croire qu’il avait dit un truc pareil, l’espace d’un instant il avait perdu son calme. Il n’avait pas envie qu’elle s’en veuille pour ça, qu’elle se sente forcée à rester avec lui parce qu’elle se sentait redevable ou pire, coupable.

- Mange, je connais peu d’américains qui aiment les planches à pain… Autant mettre toutes les chances de ton côté.

Le rouquin s’affala un peu plus dans son fauteuil, fixant toujours la brune qui elle, fuyait son regard.

- Revenons-en à cette chère Allyson puisque ça t’intéresse tant… Qu’est-ce que tu veux savoir ? Ce qu’on a fait tous les deux ? Combien de temps ça a duré ? Le nombre d’extensions qu’elle avait sur le crâne pour se rendre potable et que j’ai envie de coucher avec ?

Au fur et à mesure qu’il parlait, son poing se serrait sensiblement, s’accrochant à l’accoudoir en cuir du fauteuil dans lequel il était installé. Il commençait à lui en vouloir, et sa colère n’allait pas tarder à le faire exploser. Pour l’instant il demeurait plus ou moins calme, mais le simple fait qu’elle ne daigne pas le regarder le rendait fou. Pourquoi ne le regardait-elle pas ? Pourquoi ? Le sportif se leva et s’approcha de la brune, lui accordant une proximité physique qu’ils n’avaient plus eue depuis cette fois, dans le gymnase. Il rendit la distance entre leurs deux visages la plus minime possible, si bien qu’il pouvait voir chaque détails du visage de la brune, et sentir encore le parfum de ce gars, ainsi que l’alcool, sur elle. Il affichait de nouveau son sourire agaçant au possible, puis il prit la parole.

- Qu’est-ce que t’en penses, on profite de partager un lit une dernière fois, ou bien t’es définitivement passée à autre chose ?

Il laissa échapper un rire moqueur puis s’écarta d’elle, balançant un “laisse tomber” détestable alors qu’il s’asseyait sur le lit en question, se demandant à voix haute où est-ce qu’ils l’avaient fait dans la pièce, assez fort pour mettre la jeune femme mal à l’aise. Finalement, il se retourna vers elle et se leva de nouveau.

- Aller finissons-en, qu’est-ce qu’il a de plus que moi ?

Les mot lui avait échappé, mais sa voix avait toujours ce calme qu’il était miraculeusement parvenu à garder depuis la veille, lorsqu’il l’avait vue en compagnie de ce moins que rien. Le professeur ne tarda pas à prendre dans sa main le verre de jus d’orange dans lequel il avait recraché, puis le balança contre la tête de lit.

- Regarde-moi. Dans les yeux.

Sa voix était sensiblement plus ferme, beaucoup moins suave et doucereuse. Ça y était, la colère et la tristesse prenaient le dessus sur le reste.

- Qu’est-ce qu’il a de plus ?

Il fit un pas vers elle.

- Plus gentil ? Plus aimant ? Plus honnête ? Plus beau ? Plus courageux ? Plus drôle ?

Il s’approchait d’elle à chaque nouvelle interrogation, ne la quittant pas des yeux, sa voix perdant de son calme et se teintant de rancoeur au fur et à mesure qu’il avançait vers elle.

- Plus riche ?

Cette interrogation le fit rire jaune. Il détourna le regard l’espace de quelques secondes, levant les yeux au ciel, avant de le recentrer sur la lycéenne.

- Dis-moi… C'est la moindre des choses que tu puisses faire.


Il avait besoin de savoir, pour passer à autre chose... De nouveau, il avait réduit la distance entre eux à une poignée de centimètres. Il voulait des réponses. Il avait fini de jouer les hommes calmes, maintenant il voulait savoir, et si elle fuyait sans cesse son regard auparavant, elle n’avait désormais plus le choix. Si jamais elle essayait de nouveau, il ne lui laisserait plus d’autre choix que de le regarder.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)   Sam 9 Juil - 13:34

Elle l'écouta jusqu'au bout, morte de culpabilité et folle de rage. Chaque mot qu'il lui assénait était un coup supplémentaire, il était détestable. Elle serrait les dents et les poings, ne levant pas le regard vers lui ou du moins jusqu'à ce qu'il lui ordonne de le faire, trop effrayée pour l'ignorer. Il venait de balancer son verre s'éclater contre son lit et ne semblait pas se calmer. Elle redoutait la suite mais l’émotion qui était le plus dessinée sur son visage restait cette colère intense qu'il avait nourrit en la provoquant, en parlant de cette « Allyson », en lui prouvant encore une fois qu'il n'avait rien à foutre de ce qu'elle disait et pire, qu'il retenait chacune de ses maladresses de langage contre elle.

- Qu’est-ce qu’il a de plus ? Plus gentil ? Plus aimant ? Plus honnête ? Plus beau ? Plus courageux ? Plus drôle ? Plus riche ? 

À chaque pas qu'il faisait, Noeru reculait de la même distance, mais elle fut très vite bloquée par le fauteuil qu'elle venait de quitter, tombant à l’intérieur. Cela ne l'empêcha de continuer d'essayer de s'éloigner de toma au plus, s'enfonçant chaque fois à peu plus dans ce meuble moelleux. Elle le craignait mais le défiait toujours du regard, elle ne pouvait pas s'en empêcher alors qu'elle avait la sensation qu'elle aurait tout à gagner à faire profile bas.

- Dis-moi… C'est la moindre des choses que tu puisses faire. 

- Ah? Parce que tu m'écouterai cette fois ? Avait-elle échappé le ton amer, avalée par le rembourrage de son siège. Est-ce que les filles que tu côtoies on toutes ce petits truc en plus qui fait que ? demanda-t-elle sans y croire.

Si Toma ne connaissait même pas leur nom il n'y avait aucune raison pour qu'il s'intéresse à leur vertus. Même si la fille avec qui elle l'avait vu prendre un café l'inquiétait elle savait bien désormais que pour les nombreuses autres seul le physique lui importait.

-La seule raison pour laquelle j'ai couché avec eux c'est-

Elle s'interrompit, réalisant qu'elle en avait trop dit. Noeru baissa à nouveau les yeux et replia ses jambes contre elle. Elle était dans la panade, vu l'état dans lequel il se mettait pour un seul amant, elle craignait fortement la suite.

- J-j'ai fait une bêtise, c'est vrai... Je me suis laissée emporter, ce n'était pas ce que je voulais je te le promets. Moi je voulais juste prendre l'air, arrêter de me préoccuper de tout ça et ça a dérapé...

Elle avait eu beaucoup de difficulté à faire sortir ces mots tant elle se dégoûtait d'avoir agit de la sorte. Ici elle s'était totalement égarée, elle qui voulait pour une foi prendre le contrôle sans avoir peur des représailles, avait encore une fois tous laissé lui échapper, elle avait juste mis plus de temps à s'en rendre compte.

- É-écoute-moi, s'il te plaît... Je voulais juste passer du.. bon temps.. mais pas comme ça, pas comme ça. J'étais sensée flirter un peu, dépenser de l'argent.. les mots se bloquèrent dans son cou alors que les larmes lui montaient au yeux, mais elle se força à continuer. La situation m'a juste échappé, je me suis laissée entraînée... Je suis tellement désolée.. J'ai réussis à me convaincre jusqu'à te voire que je ne faisais rien de mal, alors que je faisais précisément ce que je te reprochait.. Sa gorge se noua encore, l'obligeant à se stopper le temps d'une seconde. Sur le coup c'était juste.. une revanche-

Non décidément elle ne pouvait pas continuer plus loin, ses propres mot lui donnait la nausée. Elle ne put même pas lui répéter qu'elle était désolée, ni lui demander de ne pas la quitter. Elle attendait maintenant la suite des représailles, elle était prête à les encaisser. Elle devait se rendre à l'évidence, cette fois c'était elle qui était en tors, elle l'avait blessé.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)   Sam 9 Juil - 17:26

Toma avait posé sa main sur le dossier du fauteuil contre lequel la brune était bloquée, la défiant toujours du regard. Pourquoi avait-elle l’air aussi en colère ? Qu’avait-il fait ? Qu’avait-il dit ? Il n’était pas des plus adorables depuis qu’ils s’étaient retrouvés mais elle ne pouvait pas lui en vouloir d’être en colère, elle ne pouvait pas s’énerver contre lui de la sorte alors qu’elle était la fautive dans l’histoire. Tout ce qu’il voulait c’est qu’elle admette seulement, qu’elle lui explique éventuellement, puis qu’elle le laisse partir. Mais tant qu’elle ne faisait pas ça pour lui, tant qu’elle ne disait rien et agissait comme s’il avait fait quoi que ce soit pour la blesser, comment voulait-elle qu’il laisse tomber ? Comment voulait-elle qu’il s’adoucisse et reprenne son calme. Les yeux toujours rivés sur les iris bleues de la jeune femme, il serra son poing. Geste qui fut accentué par la réplique de la demoiselle. Quel était le rapport ? Comment pouvait-elle comparer ses femmes pour lesquelles il n’avait pas le moindre égard, qu’il utilisait comme bon lui semblait, à cet homme avec qui elle avait, de toute évidence, une liaison bien plus forte que tous les coups d’un soir de Toma réunis. Le rouquin ne souriait plus, une expression agacée sur le visage.  Il voulait crier, mais c’est comme si son corps l’en empêchait, gardant les mots bloqués dans sa gorge.

- La seule raison pour laquelle j'ai couché avec eux c’est-

Le rouquin se figea, n’avançant plus vers elle, la main frémissante. Les mots étaient tellement durs à dire qu’ils étouffaient le jeune homme. Il n’arrivait plus à articuler une pensée cohérente, et c’est du bout de ses lèvres qui laissa échapper une courte interrogation, prononcée à voix extrêmement basse, comme si son corps avait lutté pour ne pas qu’il parle.

- … "Eux"… ?

Elle avait bien dit “eux” ? Combien y en avait-il eu ? Pourquoi y en avait-il plusieurs ?  Il leva les yeux vers une décoration se trouvant au dessus de la tête de Noeru, tentant de recentrer ses pensées, mais il en fut incapable. Il laissa échapper un rire nerveux, les lèvres toujours tremblotantes. Il l’écouta vaguement se justifier, l’esprit saccadé parce qu’elle venait d’admettre. Elle voulait se détendre ? Elle s’était laissée emporter ?  Elle ne pouvait pas avoir fait ça pour se venger ? Ce n’était pas elle, elle n’aurait jamais fait un truc pareil… Ce n’était pas elle… Elle ne couchait pas à droite à gauche, sans sentiment, elle avait besoin d’une certaine connexion, de ressentir quelque chose… Non ? S’il ne pouvait pas se fier à ce simple fait, qu’est-ce qu’il avait de spécial ? Qu’est-ce qu’il avait de plus vis à vis de Klaüs, vis à vis d’Adrien ? Si elle pouvait tomber amoureuse de quiconque, si elle pouvait s’envoyer en l’air avec n’importe qui… Qu’est-ce qu’il avait de spécial ? À quoi pouvait-il se rattacher ? En quoi était-il plus désirable que n’importe quel autre imbécile qui croisait sa route ? Après tout, s’il n’était jamais apparu, elle aurait filé le parfait amour avec un autre… Cette pensée lui souleva le coeur et alors qu’elle terminait de parler, le rouquin demeurait silencieux. Qu’est-ce qu’il pouvait répondre ? Est-ce qu’il devait être soulagé parce qu’en soi, elle n’était pas passé à autre chose ? Ou inquiet parce que, au final, il n’avait rien de spécial qui liait l’adolescente à son souvenir ? Il avait toujours été le seul à avoir cette intimité physique avec elle, mais maintenant, qu’avait-il ? Ce n’était pas comme s’ils étaient spécialement proche ? Ce n’est pas comme s’ils se connaissaient l’un et l’autre par coeur… Ce n’est pas comme s’il avait quoi que ce soit à quoi se raccrocher pour garantir qu’il pourrait l’avoir auprès de lui pour un moment encore…
Mais pourtant, il ne voyait pas sa vie sans elle, alors que devait-il faire… Il l’aimait de tout son être mais si de son côté à elle tout pouvait s’évaporer et qu’elle voulait tout laisser tomber, comment le vivrait-il ? Est-ce que c’était un risque qu’il voulait prendre, maintenant qu’il n’y avait plus rien de spécial, plus rien de particulier qui la liait à lui ? Son regard s’adoucit sensiblement alors qu’il prenait une grande inspiration. Il ne voulait pas s’énerver, il en avait assez de s’énerver…

- T’as bien dit “eux” ?

Sa voix était claire et posée, comme un peu plus tôt, lorsqu’il était entré dans la chambre. Il reposa son regard sur la brune, il était tellement proche d’elle qu’il ne pouvait pas voir l’intégralité de son visage, seulement ses deux grands yeux bleus, et encore, il était tellement fatigué qu’il dû y mettre du sien pour ne pas que ses yeux ne fassent plus qu’un. Il se redressa, mettant un peu de distance entre eux pour la toiser du regard, puis il s’éloigna finalement. Il avait la terrible impression que plus rien de sincère ne pouvait émaner d’elle et que tout ce qu’elle dirait pour le persuader ne ferait qu’empirer la chose. Chaque excuse, chaque parole ne ferait que l’enfoncer un peu plus. s’en alla donc à l’autre bout de la pièce pour s’adosser contre la fenêtre.

- T’es désolée hein…

Il rit jaune pour un court instant. Elle ne se sentait coupable que parce qu’il était venu la retrouver. Elle était désolée uniquement parce qu’elle s’était faite prendre la main dans le sac… Mais s’il avait tout ignoré, si elle avait réussi à s’en cacher… Le jeune homme garda son calme et reprit la parole.

- Combien y en a eu ?

Il secoua la tête de droite à gauche, lui faisant signe de la main de ne pas lui répondre.

- Non… Dis-moi plutôt si c’était bien. Si t’as passé du bon temps.

Il reprenait ce ton sarcastique et détestable. C’était plus fort que lui… Il dirigea son regard vers elle étant donné que ce dernier s’était légèrement égaré. Après tout elle regrettait, mais ça ne voulait pas dire qu’elle n’avait pas passé un bon moment ça ne voulait pas dire que les moments qu’elle passait en sa compagnie valaient mieux que ceux qu’elle avait passés ici en compagnie de tous ces hommes. Si elle avait recommencé plusieurs fois, certainement qu’elle avait apprécié. De nouveau, il lui fit signe de ne pas répondre.

- Non, je veux pas savoir en fait… haha…

Toma poussa un soupir. Ce n’est pas qu’il ne voulait pas savoir, c’est qu’il ne voulait pas l’écouter. Il se retrouvait dans cette horrible position où il avait la sensation qu’elle lui mentait à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche, que chacune de ses paroles était pour elle un moyen de se justifier. Il ne savait plus exactement ce qu’il voulait non plus… Des excuses ? Qu’elle lui dise qu’elle l’aime ? Qu’elle essaie de se rattraper ? Non en fait il voulait qu’elle le laisse tranquille, qu’elle le laisse réfléchir… Enfin il croyait ? Il n’était même pas sûr… Car s’il lui demandait de sortir, elle allait sans doute rejoindre ce gars avec qui il l’avait surprise… Cette pensée le fit se mordre l’intérieur des joues. C’est après une longue minute qu’il prit la parole, la voix toujours aussi sereine.

- Je ne t’en veux pas.

Il poussa un soupir, fermant les yeux l’espace d’une seconde comme si un sacré poids lui était soulevé des épaules. Les mots lui avaient échappé mais ce n’est pas comme s’il avait fait un grand effort pour les contenir. Non, il ne lui en voulait pas. En fait, il n’avait plus la moindre once de confiance en elle, sans même parler de leur couple… Le sportif rit intérieurement à cette pensée, si fort qu’un sourire amer apparut sur son visage… S’il n’avait plus confiance est-ce que cela pouvait continuer ? Est-ce qu’il pouvait penser à eux comme à un couple ? Oui, bien sûr que oui… Il fallait que cela continue, il ne pouvait pas faire sans elle, après tout.

- Qu’est-ce qu’on fait, pour nous deux ?

Il ne savait pas, il ne savait plus. Alors il se tournait vers elle, savoir ce qu’elle en pensait… Ce n’était pas dit qu’il prenne son avis en compte, mais il voulait savoir où elle en était sur ce plan là.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)   Dim 10 Juil - 1:42

- T’as bien dit “eux” ?

Noeru se crispa. Oui, c'est ce qu'elle avait avoué malgré elle. Mon dieu ce qu'elle se sentait coupable. Elle n'avait vraiment eu aucun contrôle, elle avait juste vécu les choses comme elles venaient et avant qu'elle ne se rende compte elle s'était plusieurs fois retrouvée dans le lit de ces hommes.

- T’es désolée hein… 

Elle hocha la tête qu'elle ne remonta pas, regardant les chaussures de son petit ami. Elle ne se donnait pas le droit de le répéter car elle se doutait qu'il n'avait pas envie d'entendre encore des excuses, mais c'était tout de même le cas.

- Combien y en a eu ? 

La question la surprise mais elle n'eut pas le temps de lui révéler cette information qu'il avait déjà remplacé son interrogation par une autre du même type. Il voulait maintenant savoir si elle avait apprécie. Son estomac se contracta et ses larmes commencèrent à couler. Mais elle les essuya directement et se retenu de sangloter. Que pouvait elle bien répondre ? Elle avait été saoul et aucun ne lui avait provoqué les mêmes sensations que lui, mais mis à par pour le second d'entre eux elle ne pouvait pas dire qu'elle n'avait pas « passée du bon temps ». ça avait été agréable, un peu étrange, aucun n'avait vraiment trouvé comment vraiment lui faire plaisir mais ça avait été agréable. Après est-ce que le jeu en avait valu la chandelle ? Définitivement pas. Elle s’apprêtait à répondre mais le rouquin l'interrompu une nouvelle fois, lui avouant qu'il ne voulait pas savoir. Cette nouvelle aurait dû la soulager mais il n'en était rien, elle ressentait toujours cette pression insupportable se reposer sur elle. Et puis elle avait le coeur serré, elle le voyait blessé et elle savait qu'il était déçu d'elle. Elle eu la sensation à ce moment là de l'avoir trahis et elle ne supportait pas cette idée. Elle passa son bras brièvement sur son visage pour intercepter une nouvelle coulée de larmes

- Je ne t’en veux pas. 

- P-pardon ?


Il ne pouvait pas avoir dit ça, il ne pouvais pas le penser car elle-même s'en voulait terriblement. Et puis avec tout ce qu'il lui avait envoyé jusqu'à maintenant il ne pouvait pas juste conclure l'histoire comme ça, si ? La noiraude était totalement désorientée me ce n'était rien vis a vis de comment elle se senti juste après qu'il ait poursuit avec :

- Qu’est-ce qu’on fait, pour nous deux ? 

- J-je-.. C'est..


Avait-elle balbutié. Elle ne comprenait pas bien ce qu'il sous-entendait. Est-ce qu'il émettait la possibilité de se séparer ? C'était injuste elle ne voulait pas, ils ne pouvaient pas. Elle avait juste fait une erreur. Elle ne s'était pas attendue qu'il efface l'ardoise comme elle s’efforçait de le faire à chaque fois, mais de là à rompre ?

- Qu'est ce que... tu veux dire ? Demanda-t-elle la voix tremblante. P-pourquoi on devrait faire quelque chose.. ?

La peur de le perdre la fit paniquer. Cela faisait plus d'un an et demis qu'elle se battait précisément pour éviter ça. Qu'elle se pliait à ses caprices, qu'elle fermait les yeux...

- S-si tu as besoin que je fasse quelque chose, moi je peux tout faire.. ! s'empressa-t-elle d'ajouter, s'il te plaît laisse moi me faire pardonner, je t'en prie.. ! elle se contrôlait de son mieux pour ne pas pleurer, elle n'en avait pas le droit car c'est elle qui était en tors. Mais ses yeux étaient si humide qu'elle ne voyait plus rien. Laisse-moi une seconde chance.. Je t'en prie... Je ne veux pas te perdre

Sa voix avait comme loupé la coche et était montée dans les aiguës sur la fin de sa phrase. L'eau salée qu'elle retenait de son mieux commençait à lui brûler les yeux et au moment même ou elle cligna cette dernière parcouru son visage à une vitesse effrénée, se multipliant à mesure : elle pleurait comme une gosse. « Je ferais tous ce que tu veux » avait elle encore répétée dans un baragouinage incompréhensible. Son visage était enfoui dans ses cheveux, appuyé sur ses genoux et encore caché par ses bras étant donné que ses mains tenaient le haut de son crâne. Non vraiment elle ne pouvait plus se confronter directement à lui, elle avait trop honte d'elle, elle se trouvait pathétique et elle avait peur de sa réaction.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)   Dim 10 Juil - 14:55

Le rouquin la fixait toujours, fronçant les sourcils en la voyant perdre ses moyens. Il n’avait rien dit, sa question était sincère dans la mesure où il ne savait plus où il en était.  Il voulait savoir ce qu’elle en pensait, mais visiblement, elle avait déjà choisi, elle avait déjà une idée très précise de ce qui allait subsister de leur couple. Il n’avait jamais parlé de la quitter après tout… Mais si c’est ce qu’elle pensait qu’il était judicieux de faire, allait-il réellement se fier à son jugement ? Il garda un calme inaltérable lorsqu’il la vit paniquer, se plaçant plus en observateur de la scène, comme s’il n’était plus vraiment là. Pourquoi se mettait-elle dans cet état, pour un gars quelconque ? S’il avait toujours cette place spéciale à ses yeux, si seulement il était toujours le seul… Il aurait compris, mais là ? C’est en la voyant commencer à pleurer qu’il serra son poing, n’écoutant que vaguement ses paroles. Pourquoi tombait-elle aussi bas ? Pourquoi devait-elle le supplier de la garder alors qu’il n’avait jamais parlé de rupture ? Pourquoi imaginait-elle qu’il pouvait prendre une décision aussi difficile avec autant de facilité ? Pourquoi refusait-elle de lui donner son avis sur la question, l’aider à faire un choix, plutôt que de décider pour lui ?

- Tu n'as aucune raison de pleurer.

Sa voix avait été ferme, dans une démarche de lui dire d’arrêter. Elle n’avait pas le droit de pleurer, elle n’était pas en position de le faire. Elle ne pouvait décemment pas regretter alors qu’elle avait recommencé. Une fois, ça pouvait être une erreur de parcours, deux fois par contre, c’était le prendre pour un imbécile que de dire qu’elle regrettait l’avoir fait. Peut-être regrettait-elle que Toma l’ait découverte, mais en aucun cas avait-elle le droit de s’en vouloir alors qu’elle avait passé, de toute évidence, de bons moments. A cette pensée le jeune homme se crispa sensiblement. Elle avait passé de bons moment, sans lui l’oubliant totalement dans la démarche. Il avait cette terrible sensation de la voir lui échapper. Et maintenant, alors qu’il lui demandait quoi faire, la première chose à laquelle elle avait pensé était à une séparation ?

- Pourquoi tu essaies de deviner mes pensées ? Je n’ai jamais parlé de rupture.

Il ne savait pas vraiment quoi ajouter à cela. En réalité la prise de parole de la brune l’avait plus ou moins aidé à choisir. Il ne savait toujours pas ce qu’il voulait faire, mais il savait ce qu’il voulait à tout prix éviter, et c’était de la voir s’éloigner de lui.  À vrai dire il avait toujours su ça, après tout il ne voyait pas sa vie sans elle maintenant. Mais au-delà de cela, il ne se voyait pas rompre avec elle, il n’imaginait pas pouvoir la regarder passer à autre chose, sachant que lui en serait incapable. Pourquoi avait-elle directement pensé qu’il voudrait se débarrasser d’elle ? Est-ce qu’elle avait aussi peu confiance en ses sentiments à lui ?  Il poussa un soupir.

- C’était une vraie question. Je ne sais pas quoi faire.

Il la regardait toujours, recroquevillée sur elle-même sur le fauteuil. Elle refusait de le regarder, en plus d’essayer de comprendre. C’était comme parler à un mur. Il resta silencieux de longues minutes, à la regarder, ne sachant plus exactement quoi dire. Il lui en voulait plus maintenant qu’elle fuyait tout dialogue, que lorsqu’il avait appris qu’elle le trompait. Il lui en voulait plus parce qu’elle ne semblait pas essayer de comprendre, elle ne semblait pas voir où se trouvait le problème. Il poussa un soupir, il en avait assez.

- Est-ce que tu sais que je t’aime ?

Il marqua une légère pause, s’approchant de la jeune femme. Il s’assit sur l’accoudoir du fauteuil dans lequel la lycéenne était recroquevillée. Il prit les mains de la brune qui se trouvait sur le haut de son crâne. Sa question en était réellement une. Est-ce qu’elle savait, est-ce qu’elle se doutait à quel point il tenait à elle ? Est-ce qu’elle imaginait seulement ce que la moindre idée qu’elle disparaisse de sa vie lui faisait ? Non, elle ne pouvait pas se rendre compte si elle avait considéré la séparation… Elle ne pouvait pas s’en compte si elle pensait que ces femmes qu’il voyait pour une nuit comblait ne serait-ce qu’une partie de son absence, si elle pensait qu’il lui en voulait pour l’avoir trompé. Il était blessé oui, son coeur était serré et il avait la nausée, mais il ne lui en voulait pas, simplement parce qu’il n’arrivait pas à retenir ça contre elle, simplement parce qu’il ne pouvait rien y faire.

- Non bien sûr que tu ne sais pas, tu ne parlerais pas de rompre sinon…

Il se leva puis poussa légèrement le plateau pour pouvoir s’assoir sur la table basse en face du fauteuil dans lequel la brune se trouvait.

- Regarde-moi quand je te parle. Fais au moins ça pour moi.

Il attendit quelques secondes, fixant ses cheveux bruns qui s’étaient éparpillés partout. Il ne voulait plus qu’elle souffre, mais il voulait qu’elle le regarde, il voulait sentir qu’elle voulait dialoguer avec lui, qu’elle avait envie de réparer ça plutôt que de fuir la discussion.

- Tu es la seule femme que j’aie jamais aimée, et que j'aimerai jamais, probablement. Tu auras toujours ça pour toi, tu auras toujours cette garantie là. Il prit une légère inspiration, sentant qu’il perdait son calme. Je ne t’en veux pas, je suis juste perdu…

Sur la fin de sa phrase, sa voix s’était montrée beaucoup plus tremblante et il s’arrêta donc pour prendre une inspiration. Il avait décidé d’être sincère avec elle, c’était maintenant ou jamais, ou bien il prenait le risque qu’elle lui échappe.

- Mais de mon côté… J’ai quoi de plus que Klaüs, qu’Adrien, ou que n’importe quelle autre personne de qui tu t’es entichée par le passé ?

Il poussa un soupir, baissant le regard quelques instants, laissant au passage échapper un rire nerveux, puis il recentra son regard sur Noeru.

- Qu’est-ce que je suis sensé faire maintenant ?

Devait-il faire comme si de rien n’était ? Comme si elle l’aimait toujours avec la même ferveur malgré ce qui c’était passé ? Car certes, elle avait couché avec ces gars-là sans sentiments, mais ça voulait dire qu’elle n’avait plus rien l’attachant à Toma. Il était juste son petit-ami, pour le moment… Tandis que de son côté à lui, elle était son premier amour. Ce simple fait, immuable, la rendait unique et quoi qu’il arrive il était persuadé qu’elle ne sortirait jamais plus de sa vie. Peu importe s’ils prenaient des chemins différents, tôt ou tard… Une chose était sûre elle aurait toujours une place spéciale dans son coeur et l’idée que ce ne soit pas réciproque le faisait douter bien plus que ce n’était raisonnable.

Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)   Lun 11 Juil - 6:13

Quand le rouquin lui dit qu'elle n'avait aucune raison de pleurer elle acquiesça mentalement mais fût incapable de s'arrêter. Elle fit toute fois de gros efforts pour au moins cesser de sangloter, retenant sa respiration et se crispant en conséquence. Elle l'écoutait aussi parler, en silence, essayant toujours de se calmer. Elle fût soulagée mais aussi très surprise d'entendre qu'il n'avait jamais eu l'intention de la quitter. Elle l'avait pourtant trahi, vraiment elle n'arrivait plus à le suivre. Malheureusement cela ne suffit pas à arrêter ses larmes, maintenant qu'elle était partie.

- Est-ce que tu sais que je t’aime ? 

Son coeur loupa un battement. Elle voulu lui dire que oui car si elle n'en était pas consciente elle ne se sentirait probablement pas aussi coupable, mais elle n'en fût pas capable. Par cette phrase il avait lourdement remué le couteau dans la plaie et ses yeux produisaient de l'eau salée à foison désormais. Il était de plus en plus difficile pour elle de  ne pas faire entendre ses pleures tant son corps était secoué, tant sa respiration était irrégulière.
L'entendre dire qu'elle ne ne savait pas et pourquoi selon lui c'était le cas, fût une nouvelle épreuve. Pas parce qu'il se trompait mais parce qu'elle, se rendait compte qu'elle avait jusque-là été à côté de la plaque. Elle n'avait jamais eu sincèrement confiance en l'amour qu'il lui portait, malgré les nombreux « je t'aime » qu'il lui avait murmuré, jamais elle n'avait réellement voulu croire qu'il tenait à elle. Cette peur constante d'être jetée du jour au lendemain pour un autre en était la preuve consternante.

- Regarde-moi quand je te parle. Fais au moins ça pour moi. 

Elle leva difficilement la tête de quelques centimètres au bout d'une poignée de secondes, juste suffisamment pour faire apparaître  ses yeux rouges et dégoulinants. Elle le regardait, oui, mais elle ne parvint pas a diriger ses pupilles plus haut que sa bouches, elle craignait toujours de croiser les iris au vert perçant de son petit ami.

- Tu es la seule femme que j’aie jamais aimée, et que j'aimerai jamais, probablement. Tu auras toujours ça pour toi, tu auras toujours cette garantie là...Je ne t’en veux pas, je suis juste perdu…


- m-mh..
avait-elle seulement été capable d'émettre .

- Mais de mon côté… J’ai quoi de plus que Klaüs, qu’Adrien, ou que n’importe quelle autre personne de qui tu t’es entichée par le passé ?  

Si elle aimait son rire habituellement, l'entendre dans ce contexte et de cette manière lui avait fendu le coeur. Elle comprenait mieux pourquoi il s'était mis en colère grâce à sa confession. Ou plutôt elle en avait la sensation car il lui serait difficile de verbaliser, mais désormais elle voyait où avait été son erreur.

- Qu’est-ce que je suis sensé faire maintenant ? 

Noeru se déplia, se leva et s'approcha doucement de lui. Elle préféra ne pas initier de contacte physique, ne s'en sentant pas le droit, mais elle plongea ses grands yeux dans les siens, pour la première fois depuis qu'ils s'étaient retrouvés.

- Tu es différents... Entendre ta voix suffit à m'apaiser. quand je suis avec toi j'arrive à me dire que tout ira bien car tu me fais me sentir en sécurité.. Je.. j'admets que je n'avais pas confiance en tes sentiments, ni en tes actes mais.. tu es le seul que je peux suivre les yeux fermés.. ? É-écoute, j'ai fais une erreur, je le reconnais... Mais au fond tu n'en n'es pas moins le seul et sans toi je serai perdue. Je n'ai jamais eu autant besoin de quelqu'un que je n'ai besoin de toi..

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)   Lun 11 Juil - 20:43

Lui qui avait voulu à tout prix la regarder dans les yeux depuis si longtemps, se retrouva pris au dépourvu lorsqu’elle se décida enfin à le faire. Il ne put soutenir son regard que quelques instants avant de se focaliser sur un point au hasard se trouvant sur son visage, qui bougeait à mesure que la jeune fille s’approchait de lui. Voir ses yeux trempés et rougis par les pleurs l’avait rendu malade. Pourquoi se mettait-elle dans ses états pareils ? Pourquoi était-elle voir ailleurs si ce qu’il avait vu là en était le pitoyable résultat ? Il la laissa s’approcher sans bouger, n’en ayant plus réellement la volonté. Il attendait juste de savoir ce qu’il pouvait bien faire, selon elle, pour surmonter ce qui s’était passé. Car dans tous les cas rien n’entacherait combien il aimait Noeru, mais malheureusement la confiance qu’il lui accordait avait été ébranlée par son départ si soudain, et par les actes qui s’en étaient suivis.

- Tu es différent… Entendre ta voix suffit à m'apaiser. Quand je suis avec toi j'arrive à me dire que tout ira bien car tu me fais me sentir en sécurité.

Le rouquin voulut répondre mais ne sut quoi dire… Était-ce vraiment le cas ? Il avait du mal en croire en les paroles de la brune à cause de la simple idée qu’elle était allée voir ailleurs lorsque quelque chose n’allait pas. Et puis de nouveau, il ne voyait pas en quoi il se différenciait de Klaüs en qui elle avait une confiance aveugle et avec qui elle avait passé la pus claire partie de sa vie, à des temps bien difficile. Il essayait de se convaincre en se disant qu’il cherchait sans doute trop loin mais c’était plus fort que lui. Au final ce n’était plus sa confiance en elle qui avait été secouée, mais la confiance qu’il avait en lui et combien de temps il pouvait encore lui suffire. Il acquiesça vaguement lorsqu’il l’entendit avouer qu’elle n’avait pas confiance en les sentiments qu’il lui portait. Il avait bien remarqué, mais où il en était il pouvait difficilement faire plus. Si elle n’était pas son élève il se montrerait tellement plus démonstratif. S’il n’y avait pas cette barrière il n’aurait aucun problème à lui rappeler le plus souvent possible à quel point elle comptait pour lui. Il avait hâte qu’elle ait son diplôme, dans l’hypothèse où elle l’aimerait toujours d’ici là. Il avait hâte que tout puisse changer entre eux sans pour autant que rien ne change. Mais enfin il serait capable d’être son petit-ami sans qu’il n’y ait de risque pour elle ou pour lui.

- É-écoute, j'ai fait une erreur, je le reconnais… Mais au fond tu n'en es pas moins le seul et sans toi je serai perdue…

Toma s’efforça de la regarder dans les yeux, l’espace de quelques instants au moins, mais il ne put s’y résoudre trop longtemps, peinant toujours à réellement lui faire face dans l’état où il se trouvait. En fait il était épuisé de tout ça. Tout ce qu’il savait c’est qu’il ne voulait pas la perdre. En la sentant si proche, il baissa le regard, se prenant d’une passion particulière pour les pieds de l’adolescente. Il avait tellement insisté pour qu’elle lui fasse face mais maintenant qu’il y était il était incapable d’en faire de même… Un maigre sourire se dessina sur son visage à cette idée, témoignant plus de combien il se trouvait ridicule que de quoi que ce soit d’autre. Puis c’est sans préavis qu’il l’enlaça, sa tête contre le corps de la brune et ses bras autour de son corps. Il ferma les yeux, demeurant silencieux alors qu’elle admettait avoir besoin de lui plus que de quiconque.

- Tu sens comme lui.

Sa voix avait été sereine, sa déclaration avait été posée. En réalité les mots lui avait échappé. C’était un constat plus qu’une manière de la faire culpabiliser. Tout dans cette étreinte était propre à Noeru, du ressenti de sa peau contre celle du rouquin, jusqu’au son de sa voix. Tout, sauf son odeur. Il la resserra un peu plus contre lui, les yeux toujours clos. Elle sentait vraiment comme tout le reste de la chambre, ce parfum d’homme lui agressait les narines. En fait il avait peur de la perdre, peur que ce séjour lui fasse tout reconsidérer le concernant lui et qu’elle se tourne vers un autre plus facilement après ça. A mesure que les instants passaient il resserrait sensiblement son étreinte autour du corps de l’adolescente. Il avait failli la perdre et il lui avait fallu ça pour se rendre compte que la place qu’elle occupait dans sa vie allait au-delà d’une simple passade. Il ne pouvait pas se permettre de la voir disparaître de sa vie, encore moins de la laisser s’éloigner. Ce n’était peut-être pas avec elle qu’il finirait sa vie, après tout il était stupide de penser à se marier avec elle, elle n’était pas taillée pour le job, du tout, sans compter que ses parents ne le laisseraient jamais faire. Et puis jamais il ne l’embarquerait là-dedans…

- Je ne veux pas te perdre.

De nouveau son étreinte se fit un peu plus forte encore. Comment ferait-il si elle choisissait de s’en aller d’elle-même ? Il ne pouvait décemment pas la garder de force mais l’idée de devoir se résoudre à la laisser partir lui fendait le coeur. Il fronça légèrement les sourcils, répétant à voix très basse qu’il ne voulait pas la perdre. Toute la pression était en train de retomber. Sa colère se dissipait de même que sa frustration. Il voulait profiter. Il savait que c’était éphémère, peu importe combien il pouvait l’aimer. Pourquoi devait-il cumuler de mauvais souvenirs avec elle alors que leur relation était si courte, et vouée à aller droit dans le mur…

- Je ne veux pas que tu m’oublies.

Il s’écarta d’elle, laissant retomber ses mains le long des jambes de la brune avant que les coudes du jeune homme ne viennent retrouver ses cuisses. Tous ces jours pendant lesquels il s’était inquiété, elle l’avait complètement oublié, vivant au jour le jour, avec différents hommes, comme si lui n’existait pas. Il ne voulait plus que ça arrive. Il voulait être le seul pour elle tout comme elle était la seule à ses yeux. Sentir qu’il était plus qu’une passade ou qu’un amour de jeunesse… Même s’ils allaient droit dans le mur, elle était sa seule chance car il savait, il savait, qu’elle serait l’unique femme pour laquelle il aurait jamais de tels sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)   Mer 13 Juil - 23:14

Noeru se laissa enlacer, surprise mais soulagée. Ce contacte la détendit plus qu'elle ne l'aurait imaginé.

- Tu sens comme lui. 

- Mmh..
admit-elle.

Elle n'était pas étonnée mais cette remarque raviva sont sentiment de culpabilité. Elle regrettait ses actes et se trouvait sale. Elle s'était laissée touchée par un inconnu, par des inconnus... Elle avait partagé son corps et son intimité avec ces hommes alors que Toma avait confiance en elle. Jusque-là elle s'était toujours montrée fidèle, elle n'avait pas même cédé face à Adrien avec qui elle était sortie durant des mois, alors comment avait-elle pu se laisser aller de la sorte ? L'étreinte du rouquin la mettait donc mal à l'aise. Cette odeur qu'il avait relevé s'était déposée sur elle lorsqu'elle avait couché avec ce gars. Donc non seulement il savait que ça s'était passé mais en plus depuis qu'il la tenait il en percevait une trace extrêmement concrète. Et pourtant lui la serrait de plus en plus fort comme s'il n'en était pas gêné, elle ne comprenait pas. Mais le fait qu'il passe si facilement au delà la fit se sentir plus coupable encore.

- Je ne veux pas te perdre. 

- ça n'arrivera pas..
promis-t-elle la voix posée.

Elle n'avait pas envie de le laisser, il avait prit bien trop d'importance dans sa vie, ce qu'elle avait dit précédemment était loin d'être des paroles en l'air : Sans lui elle était perdue et elle se sentait prête à tout pour qu'il veuille, lui aussi, rester avec elle. Mais l'entendre dire ça la rassura. Depuis un moment les propos de Toma n'allaient que dans un seul et même sens, il ne voulait pas que leur histoire se termine. Finalement peut-être que leur couple tiendrais plus longtemps que ce qu'elle avait estimé.. ?

- Je ne veux pas que tu m’oublies.

Cette affirmation la fit doucement sourire.

- Comment est-ce que je pourrais t'oublier.. Après tout ce qu'on a traversé ?

Après tout même si elle le voulait elle se trouvait dans une situation où il lui serait incapable de l'oublier, bien trop de chose concernant sa vie étaient directement rattachées à lui.
Elle s'assit à côté de lui mais se releva presque tout de suite après se souvenant du parfum qui émanait de son corps . Définitivement, l'idée que Toma sente l'odeur de cet homme sur elle la dérangeait beaucoup.

- heum.. Je dois aller prendre une douche..

Elle fit quelques pas à reculon et posa enfin ses yeux rouges sur le petit déjeuné qu'il avait commandé. Elle se rendit compte que la quantité qu'il avait payé et encore une fois prit la faute sur elle. Elle imaginait bien qu'il avait pris tous ça sous le coup de la colère.

- Je n'aurai probablement pas assez faim pour t'aider à finir.. confia-t-elle, tu pense que c'est possible d'en emporter ?

Le plus important concernant ce repas était de ne pas le gâcher. D'une part parce qu'elle considérait que la nourriture était précieuse, mais aussi parce que vu l'hôtel ça avait dû coûter une fortune. Elle attrapa tout de même un croissant en se disant que le temps qu'elle finisse de se laver elle aurait peut-être de nouveau de la place pour reprendre quelque chose. Elle mordit dedans après s'être à nouveau éloigné un peu et déclara :

- Tu sais en vrai tout ça c'est pas trop mon truc.. Mais j'admets que c'est chouette de manger de la nourriture aussi bonne. Noeru sourit doucement, désigna le croissant et poursuivit, ça c'est vraiment très très bon d'ailleurs.. J'avais déjà mangé quelque choses qui ressemblait à ça au japon mais ça n'avait pas vraiment le même goût.. Du coup j'ai été surprise !

Elle rit brièvement à son anecdote, son objectif était d'alléger l'atmosphère, détendre un peu Toma.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)   Jeu 14 Juil - 14:07

Lorsque la jeune femme lui assura qu’elle ne pouvait pas l’oublier étant donné tout ce qu’ils avaient traversé, le rouquin lâcha un rire silencieux, légèrement amer. Est-ce qu’il devait relever les diverses fois où la jeune femme avait justement disparu du campus ? Les fois où elle avait perdu la mémoire ? Cette fois là, où elle l’avait mis entre parenthèses et était allée voir ailleurs ? S’il n’avait pas insisté à l’aider à recouvrir ses souvenirs, s’il n’était pas venu la chercher ici… Il aurait été impossible pour lui de savoir si elle avait pu réellement l’oublier ou non… Le jeune homme poussa un soupir, peut-être tout aurait été plus simple comme ça ? S’il avait laissé tomber. L’idée le fit froncer les sourcils, mais heureusement Noeru prenait place à côté de lui, le faisant abandonner toutes ces pensées là. Ça valait le coup. Après tout s’il ne l’avait jamais oubliée, c’est parce qu’elle en valait la peine. Il voulut poser sa main sur celle de l’adolescente ainsi que reposer sa tête sur son épaule, mais il n’en eut pas l’occasion puisqu’elle se releva presque immédiatement. Toma leva les yeux vers elle, voulant lui attraper la main avant qu’elle ne s’éloigne trop vite mais de nouveau, il en fut incapable puisqu’elle s’éloignait un peu plus encore. Il ouvrit la bouche pour lui demander quel était le problème, mais c’est comme si elle avait deviné ses pensées en voyant son regard interrogateur.

- Heum… Je dois aller prendre une douche…

Alors c’était ça le problème ? Parce qu’il avait relevé cette odeur que la nuit qu’elle venait de passer avait laissé sur elle ? Et elle pensait qu’avec une douche cette odeur s’en irait ? Alors que même toute la pièce sentait ainsi ? Pour Toma tant que son odeur ne revenait pas ce à quoi elle l’avait toujours habitué, elle sentirait toujours comme lui… Pensait-elle que le shampooing dans l’hôtel, que leur gel douche, lui permettraient de changer la perception qu’en avait le rouquin ? D’effacer ses jours qu’il avait passés à s’inquiéter ? De gommer ce qu’il avait ressenti en pensant qu’elle ne l’aimait plus ? De détruire le dégoût qui l’avait accablé en se rendant compte qu’elle n’était pas celle qu’il pensait ? Qu’elle l’avait trahi ? Il voulut lui dire de rester avec lui mais en fut incapable, les mots bloqués à l’intérieur de sa gorge. Il ne lui en voulait pas, il ne pouvait pas lui en vouloir de lui rappeler qu’elle était éphémère, que maintenant il était comme les autres, il pouvait disparaître à tout moment. Il ne pouvait pas lui en vouloir pour cet électrochoc, si c’était ce dont il avait eu besoin pour réaliser que sa vie sans elle était une idée à laquelle il ne pouvait pas se faire.

- Je n’aurai probablement pas assez faim pour t’aider à finir… Tu penses que c’est possible d’en emporter ?

Le rouquin ne comprit pas immédiatement sa question avant de suivre le regard de la brune. Oh, le petit-déjeuner. Il l’avait complètement oublié. En réalité il n’avait pas pensé à le manger du tout en l’achetant. Il s’était dit que ça coûtait une fortune de commander un petit-déjeuner pareil, et que l’imbécile qui avait pris son pied avec sa petite-amie aurait ainsi une belle surprise sur sa note de frais en quittant l’hôtel. Comme réponse à la question de la brune, Toma haussa les épaules, et laissa apparaître un léger sourire. Maintenant qu’il y réfléchissait, il pensait à lui laisser ce festin sur place. De toute façon il avait les moyens vu la chambre, et vu qu’il avait entretenu Noeru. Il regarda la brune prendre un croissant et lui expliquer combien elle aimait la nourriture ici, et combien le goût des croissants étaient différents ici par rapport au Japon.
En la voyant rire, le jeune homme se détendit un peu plus encore, si bien qu’un sourire un peu plus franc apparut sur son visage. Il se leva puis s’approcha de la brune, prenant un morceau du croissant qu’elle tenait dans sa main.

- Mmmh~ Pas de doute il faut aller chez les français pour les croissants !

Il laissa échapper un rire, lui accordant un regard plus doux que précédemment, l’attrapant par l’épaule pour la garder contre lui.

- La prochaine fois prends un avion pour Paris… Je viendrai volontiers te rejoindre pour une dégustation de croissants.

Il lui en prit un nouveau morceau en souriant, ayant retrouvé l’appétit. Son français était sûrement ignoble depuis le temps qu’il n’avait pas pratiqué, et puis cette façon qu’ils avaient de prononcer les “r” ne l’aidait en rien. Enfin, on pouvait tout de même noter l’effort. Il dût cependant admettre auprès de la brune que, au final que celui-ci n’était pas si mal. Il descendit sa main le long du bras de la jeune fille pour lui prendre la main. Hors de question qu’elle aille prendre sa douche maintenant et qu’elle le laisse tout seul dans cette pièce. Il s’approcha de la fenêtre, entraînant Noeru avec lui alors qu’il tenait fermement sa main dans la sienne comme pour l’empêcher de s’enfuir à nouveau. Il l’ouvrit et toussa légèrement à cause de la fraîcheur de l’air qui lui avait saisi la gorge, ainsi que l’iode qui émanait de l’océan qui était venu lui picoter les narines. Il avait oublié que les nuits d’hiver ici étaient fraîches comparées à la journée. Il enlaça de nouveau la brune, posant son menton sur le haut du crâne de la lycéenne. Il laissa le silence s’installer de nouveau alors qu’il écoutait le bruit de l’océan aller de paire avec la respiration de Noeru contre lui. C’est après un certain temps qu’il reprit la parole.

- Tu te rends compte qu’au Japon on est déjà demain…


Alors que leur mardi ne faisait que commencer, au Japon, minuit était déjà passée, signifiant qu’il avait raté deux jours de travail. Et qu’il en raterait un troisième le temps de rentrer. Mais ça en valait la peine. Il s’écarta de la jeune fille, lui tenant toujours la main et il alla s’adosser contre la rambarde en bois. Il n’avait aucune idée de l’heure, mais vu la nuit il n’était pas bien tard, pas plus de six heures c’était certain.

- Qu’est-ce qu’on fait… On profite du lever de soleil ou bien on file prendre l’avion ?

Il pensait au nombre de personnes qui devaient s’inquiéter pour elle, et de sa disparition. De même pour lui, qui n’avait prévenu personne de son départ. Il resserra sensiblement son étreinte autour de la main de l’adolescente. Il était tellement soulagé de l’avoir retrouvée en un seul morceau. Pendant tout ce temps il avait imaginé le pire… Il avait eu des flashbacks de cette fois où elle avait quitté le campus et où c’était Klaüs qui lui avait annoncé qu’elle était morte. Cette fois il n’aurait pas supporté de la voir disparaître, il n’aurait pas pu s’en remettre, il le savait, rien qu’en voyant combien il craignait de devoir s’accommoder de son absence si elle s’éprenait d’un autre homme que lui.

Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite escapade plutôt sympa à Hawaii (<- accent du sud deg)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tu l'montres pas, mais t'as l'air sympa. [Luca]
» Petite escapade à Osaka
» Petite escapade dans la joyeuse forêt de Nelen
» Petite escapade
» Petite escapade de nuit [PV CROC DE NUIT]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CAMPUS TENSHIGAYA :: Hors Campus :: Lieux à l'étranger-
Sauter vers: