AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Venez incarner votre personnage de manga / anime préféré ou bien créez le votre, et amusez vous dans le Campus Tenshigaya, une ville sans limites !

Partagez | 
 

 Quiproquo (pv Noeru)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Quiproquo (pv Noeru)   Mer 22 Oct - 13:38

C’est un énième soupir qui s’échappait des lèvres du rouquin. Il venait de terminer sa journée, qui s’était avérée assez longue et difficile. Il avait commencé par la classe de Noeru, avec cette fameuse épreuve d’athlétisme : le saut de haie. Comme toujours il avait été exécrable avec ses élèves, ne leur demandant rien de moins que la perfection dans ce qu’ils faisaient : s’il n’était pas bon dans ce sport, ils pouvaient tout de même y mettre du leur. Toutefois aujourd’hui il trouvait qu’il l’avait été beaucoup moins qu’à l’accoutumée, bon certes il n’avait pas hésité à distribuer deux zéros pendant ce cours, mais comme en général c’était bien plus, il se disait qu’il devait vraiment se trouver affecté par les évènements des semaines passées. Bon, peut-être pas “les évènements”, mais une conversation qu’il avait surprise en tout cas.

La conversation en question, il n’en avait entendu qu’un bout, mais plutôt significatif, en plein pendant son cours de sport avec la classe d’Adrien. Le jeune homme se faisait, pour la centième fois certainement, charrier sur le fait qu’il n’ait toujours pas passé le cap avec sa petite-amie, avec laquelle il était depuis presque un an. Au départ Toma ne prêtait pas grande attention à ces discussions-là, après tout il se doutait bien que Noeru n‘irait pas coucher avec lui, elle se sentirait trop coupable de trahir le rouquin d’une part, et trop coupable de trahir le voyou en lui mentant de la sorte. Enfin c’est ce qu’il avait pensé en entendant le jeune homme avouer à demi-mot que, enfin, ils avaient enfin passé le cap. Si seulement il avait pu le dire d’une voix assurée et pleine d’arrogance, le rouquin aurait pu être sûr que c’était faux, mais la déclaration sonnait tellement comme un aveu, quelque chose qu’il aurait voulu protéger pour ne pas mettre Noeru mal à l’aise par exemple… Toma n’avait pu s’empêcher de douter de la brune, pratiquement immédiatement.
Et puis s’il n’y avait eu que la révélation d’Adrien pour semer le doute dans son esprit… Mais malheureusement, il trouvait l’adolescente de plus en plus distante, elle ne l’appelait même plus, répondait à ses messages par des messages brefs et qui, pour les derniers, coupaient court à la conversation. Sans compter qu’il n’avaient même pas eu l’occasion de se revoir depuis le jour où Misaki avait découvert leur relation. Alors entre ça et les faits rapportés par Adrien, Toma se voyait douter de plus en plus. Certes l’adolescente l’avait rassuré en lui disant que tout s’était bien passé, il ne pouvait s’empêcher de se demander si la blonde avait finalement réussi à convaincre Noeru d’abandonner son professeur de sport, de revenir à quelque chose de plus raisonnable, accessible et moins risqué.


Par conséquent le rouquin avait coupé tout contact avec la brune. Il lui en voulait, mais par dessus tout, il était confus. Et elle ne faisait rien pour arranger les choses avec son attitude. Elle semblait toujours ailleurs. Lui de son côté essayait de comprendre, mais avec la sensation que plus il essayait, moins il y parvenait. Est-ce qu’elle était allée voir ailleurs parce qu’elle s’était lassé de lui ? Ou alors elle voulait expérimenter avec quelqu’un d’autre pour savoir si c’était la même chose ? Ou alors elle ne voulait simplement plus continuer cette relation avec lui ? Toutes sortes de questions, qu’il trouvait plus ridicules les unes que les autres, mais il ne pouvait s’empêcher d’y penser et donc, de lui en vouloir. La plus probable selon lui était qu’Adrien l’ait forcée, mais comme il les voyait ensemble de temps à autres, il se disait que ce n’était certainement pas ça non plus.
Aujourd’hui marquait la troisième semaine de cet éloignement entre lui et Noeru, et la deuxième semaine depuis qu’il l’avait commencer à complètement l’ignorer. Elle ne pouvait pas le tromper, pas lui. Personne ne pouvait s’amuser à le tromper. D’une part parce qu’il était certainement un des meilleurs partis sur ce campus, et d’autre parce qu’il était celui qui était sensé tromper et jouer avec les gens.


S’il traînait ainsi dans le gymnase, alors que les cours étaient terminés depuis presque une heure, c’était parce qu’il n’avait plus la notion du temps, son esprit étant totalement accaparé par la brune et Adrien. Vraiment, il était complètement perdu, et il ne voulait même plus entendre parler d’eux pour l’instant. D’ailleurs il savait qu’il fallait qu’il se lève s’il ne voulait pas se retrouver enfermé dans le gymnase pour la nuit, mais il n’en avait pas la force, sa tête fonctionnant sans arrêt depuis deux semaines. Toutefois, lorsqu’il entendit quelqu’un s’approcher, il ferma les yeux et passa un de ses bras par dessus son visage, espérant ainsi ne pas être vu. S’il restait discret, et connaissant l’identité de ce visiteur, il savait qu’il pourrait ne pas se faire remarquer.
En effet, au simple bruit de ses pas, de sa démarche, Toma avait parfaitement identifié Noeru, et espérait sincèrement qu’elle lui passe devant sans prêter attention à lui. Cependant une question s’imposa à son esprit, que venait-elle faire ici ? Après tout elle n'était pas spécialement sportive, alors il la voyait mal venir s'entraîner d'elle même une fois les cours terminés... Sans faire attention, il poussa un soupir presque inaudible, agacé par le fait qu'encore une fois, elle parvienne à le faire se poser des questions aussi stupides. Il souhaitait  toujours intérieurement  ne pas être vu, malgré le fait qu’il soit allongé contre le mur, dans un des coins les plus visibles du gymnase : après tout, avec un peu de chances, ses pensées étaient tournées vers quelque chose d’autre.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Mer 22 Oct - 15:20

Noeru était épuisée et elle avait eu de la peine à se lever ce matin là. Mais pour une fois la cause à son manque de sommeil n'était pas Toma ni ses souvenir. Si elle ne faisaient pas ses heures c'est qu'elle travaillait très dure pour se remettre à niveau. C'est pourquoi elle avait du limiter un maximum ses sorties et qu'elle ne voyait plus grand monde. Elle avait même été obligé de devenir distante avec Toma pour ne pas se laisser distraire. La jeune fille savait que si elle commençait à aller vers lui maintenant elle aurait trop de mal à se replonger dans le travail qu'elle avait à faire pour le lycée. Elle regrettait tellement de ne pas avoir croché l'année précédente, si elle avait su suivre elle n'en serait pas à devoir étudier autant pour n'avoir ne serait-ce que la moyenne. Et puis après tout ça elle savait que les professeurs l'attendaient au tournant. Malheureusement ce plongeon soudain dans les études avait d'autres répercussions que sur sa vie social. Comme soulevé plus tôt, elle dormais peu et même si c'était déjà plus que ce qu'elle ne le faisait à l'hôpital ce n'était pas assez. Ces heures de sommeil étaient bien heureusement reposantes et lui permettaient de tenir sans trop de mal au quotidien. Elle était toute fois irritable et sa sensibilité était, pour changer, à fleure de peau. Dernier point négatif, concentrée sur ses bouquins et n'ayant pas le réflexe d'aller vers la nourriture elle en venait, malgré ses efforts à oublier pas mal de repas. Heureusement que Misaki passait la voir pour l'engraisser un peu, cela permettait de limiter les dégâts. Il n'empêchait qu'en trois semaine elle avait reperdu un kilo et que la tendance allait vers le bas.

Ce matin là c'était jeudi et elle avait cours de sport avec Toma. Ce dernier avait arrêté de lui envoyer des messages mais elle ne s'en était pas inquiétée, concluant qu'il avait compris qu'elle était occupée. Toute fois elle avait la sensation que quelque chose le préoccupait. Peut-être parce qu'il avait distribué moins de zéros qu'habituellement ? Elle n'en était pas trop sûre étant donné que malgré sa bonne volonté elle n'y avait pas échappé. Si la demoiselle avait toujours du mal à suivre ce n'était pas car elle ne donnait pas du siens, mais bien à cause de sa mauvaise hygiène de vie qui ne lui permettait pas d'être à cent pour cent.
La journée fila à vitesse grand V. La noiraude participait beaucoup et si il y avait bien un avantage à ça, c'est qu'elle ne s'ennuyait pas. Le revers de la médaille c'était que certains se fichaient gentiment de sa tête lorsqu'elle se trompait bêtement sur un sujet étudié l'année précédente, plutôt facile et que tout le monde était sensé maîtriser sur le bout des doigts, mais que Noeru n'avait pas encore eu le temps de revoir. Pourtant la lycéenne avait hâte que ce soit le week-end. Elle avait l'intention cette fois de passer un moment avec Toma s'il le voulait bien. Elle se disait que même si elle restait dormir elle pourrait prendre de quoi étudier un peu lorsqu'il serait occupé ou si elle se réveillait miraculeusement avant lui. C'est en voulant lui envoyer un message pour lui le proposer qu'elle se rendit compte avoir oublié son téléphone dans les vestiaires. Elle l'avait sorti pour faire écouter un morceau de musique à l'une de ses camarades et avait très certainement oublié de le ranger, fatigué comme elle l'était.

Elle ferma son manuel d'histoire ainsi que son cahier et fit un peu d'ordre sur son bureau avant de tranquillement sortir de son dortoir. Elle était tête en l'aire et il lui était souvent arrivé d'oublié des choses un peu partout mais pour l'instant elle ne s'était jamais rien fait voler et c'est pour cette raison qu'elle ne s'inquiétait pas pour son portable laissé à l’abandon une après-midi entière. Elle arriva au gymnase, vide dans le quel elle entra avec une légère réticence qu'elle n'aurait pu expliquer. La jeune fille n'avait pas l'habitude de rester dans les bâtiments scolaires après que tout le monde soit partis. Et puis la nuit était en train de tomber et à causes de toutes les histoires d'épouvante que son amie blonde lui avait racontée pendant le week-end, elle ne se sentait pas en sécurité. Elle était persuadée que si Misaki avait fait ça ce n'était pas pour « fêter Halloween en retard » comme elle l'avait prétendu, mais bien pour venger Adrien d'une manière ou d'une autre. Elle avait senti que malgré le sourire apparent de sa camarade cette dernière avait beaucoup de mal à accepter sa relation avec Toma et le fait qu'elle ne fasse qu'utiliser son voyou préféré. Noeru comprenait, elle même avait encore du mal à s'y faire mais cela semblait important...

L'étudiante entendit un très léger bruit, pratiquement inaudible et sursauta. En tournant la tête en direction du son suspect, elle vit une silhouette qu'elle eut beaucoup de mal à reconnaître. Elle s'approcha, méfiante, les histoires de sa meilleure amie plein la tête. Aussi elle regrettait beaucoup de ne pas avoir allumé en entrant. Elle ne pu se retenir de soupirer de soulagement en reconnaissant Toma.

- Salut... prononça-t-elle timidement.

Cela faisait longtemps qu'elle ne l'avait pas vu en tête à tête et elle stressait à l'idée qu'il lui en veuille peut-être pour le peu de nouvelles. C'est pourquoi elle lui demanda d'une voix légèrement hésitante en s’asseyant à côté de lui.

- Tu.. tu ne m'en veux pas j'espère..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Mer 22 Oct - 17:05

Toma manqua de pousser un nouveau soupir en entendant les pas de l’adolescente s’approcher, mais se retint en se souvenant que c’était certainement ce premier soupir qui l’avait trahi. Toutefois il ne bougea pas, gardant ses yeux clos, et son bras cachant une partie de son visage, en position allongée. Il n’avait vraiment pas envie de lui parler, ni même de la voir, alors il pouvait faire semblant de dormir, certainement, le temps qu’elle se décide à s’en aller, puisqu’il était persuadé qu’elle n’oserait pas le déranger. Et dans le pire des cas, il pouvait toujours prétendre qu’il avait le sommeil lourd, chose qui dans les faits n’était pas un mensonge. Par conséquent, il ne réagit pas le moins du monde à son “Salut”, et demeura immobile, comme s’il était endormi. Si elle pouvait se dépêcher, pour qu’il n’attrape pas de fourmillements désagréables dans son bras. Mais visiblement elle ne semblait pas décidée à exaucer les souhaits de son professeur de sport, puisqu’elle vint prendre place à côté de lui. Rien que quand Toma pensait au ton de sa voix, il sentait qu’elle était nerveuse concernant quelque chose, et tout de suite, cela vint confirmer un peu plus encore ses soupçons. Il se crispa à cette idée, voulant réellement lui accorder le bénéfice du doute, mais la brune ne semblait toujours pas disposée à aller dans son sens.


- Tu… Tu ne m’en veux pas j’espère…


Le rouquin ôta lentement son bras de devant son visage avant de se redresser et de s’adosser contre le mur, ne voulant même pas la regarder. Ça y était, il n’y avait plus de doutes possibles. Elle était réellement voir ailleurs. Il ne savait plus quoi penser, n’ayant même pas la force de s’énerver contre elle. Ce n’est pas tant les faits qui l’avaient heurtés, mais la façon dont il l’avait découvert. C’est comme si elle avait essayé de le lui cacher. Décidément, elle avait réellement changé à son contact, et visiblement elle n’avait pas pris que les meilleurs traits. Il poussa un soupir, ne sachant même pas quoi lui répondre. Vraiment, il s’était raccroché à cet espoir infime que, peut-être, il avait mal compris, ou peut-être qu’Adrien ait exagéré les faits mais non, la brune venait de le faire tomber plus bas que terre. Il ne savait pas quand, ni depuis combien de temps… Peut-être était-ce pendant ce mois et demi, alors qu’elle commençait à se sentir mieux, ou alors après que Misaki ait découvert à propos d’eux; ce qui expliquerait certainement l’absence de nouvelles de sa part. Après de longues secondes pendant lesquelles le silence avait régné en maître, interrompu seulement par les soupir du roux, ce dernier prit la parole d’une voix totalement neutre, voire distante, esquivant toujours le regard de Noeru en entreprenant de fixer simplement devant lui.


- Tu plaisantes, j’espère.


Il replia son genou pour y poser son coude, prenant sa tête dans sa main toujours sans un regard pour la brune. Il savait que s’il la regardait, il risquait de tout simplement s’énerver. Et il n’en avait pas envie, et surtout pas la force. Et au-delà de ça, il estimait simplement qu’elle ne méritait plus de le voir sous son vrai jour. En somme, il s’était totalement renfermé sur lui même, sans pourtant en revenir au Toma qu’elle avait connu au début. Il allait simplement faire preuve d’un calme et d’une neutralité déconcertants. C’est pourquoi après quelques instants, il reprit la parole sur le même ton.


- Je t’avais pourtant dit de m’appeler, pour quoi que ce soit.


Il savait que s’il avait entendu la nouvelle venir d’elle, certes, il n’aurait toujours pas apprécié. Après tout, qui appréciait d’être remplacé de la sorte ? Mais si elle avait prit e temps de le contacter, de lui en parler, peut-être aurait-il compris, après quelques jours où il l’aurait tout bonnement ignorée. Mais là, c’est comme si elle avait essayé de le lui cacher, ou plutôt, c’était exactement ça, elle le lui avait caché. Et il espérait sincèrement qu’elle ne lui parle pas de ses conquêtes à lui, après tout elle sortait avec le rouquin en connaissance de cause, et s’il lui énumérait les filles avec lesquelles il couchait il n’avait pas fini, et par conséquent, il ne le faisait pas dans son dos. Sans compter qu’il lui avait déjà offert toutes les raisons d’avoir confiance en lui, après tout il lui offrait tout simplement une relation sérieuse, chose qu’il n’avait jamais faite auparavant. Alors il pouvait bien continuer de s’amuser un peu. En plus, la brune avait déjà aimé d’autres individus avant lui, mais si en plus maintenant elle lui ôtait cette place unique en allant expérimenter avec Adrien… Le rouquin poussa un soupir.


- Je ne sais plus quelle place j’occupe.


Si pour garder son calme il était en effet très fort, on repasserait pour la neutralité. Toutefois ce n’était pas une question à l’intention de la brune, mais un constat. Qu’est-ce qu’il représentait pour elle ? Qu’est-ce qu’il avait d’unique ? C’était très certainement très puéril, et immature, mais c’était exactement le genre de questions qui traversaient l’esprit du rouquin, entre autres, dont la fameuse “qu’est-ce qu’on fait maintenant ?”. Est-ce qu’il pouvait la quitter sans regret ? Ca non. Est-ce qu’elle souhaitait le quitter ? Ca n’en avait pas l’air non plus… Réellement perdu, c’est ce qu’il était. Est-ce que lui pouvait supporter ce qu’elle supportait tous les jours, avec en plus le poids de savoir que, peut-être elle tomberait amoureuse d’un autre bien plus facilement que lui ne se dirigerait vers une autre…
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Mer 22 Oct - 18:22

Noeru fut surprise par le ton employé, elle ne pensait pas qu'il serait autant affecté par cet éloignement. Surtout que lui était le premier à la faire poireauter des semaines entière sans donner de nouvelles. Des périodes où ils allait très certainement flirter, s'amuser au bras de femmes bien plus belles qu'elle. Elle elle n'avait de loin pas des occupation si plaisantes, étudier n'était sincèrement pas une partie de plaisir. Enfin les mathématiques, peut-être. Mais en ce qui concernait le reste, elle aurait préféré pouvoir s'en passer.
Où alors c'était autre chose qu'il lui cachait ? Quelque chose qui concernait sa vie personnelle ? Son travail de professeur ? Est-ce qu'il.. cherchait comment lui dire que tout était fini... ? Mais cette pensée fut très rapidement balayée par la réplique suivante de Toma.

- Je t’avais pourtant dit de m’appeler, pour quoi que ce soit.

- .. Excuse moi j'étais pas mal occupée...

S'excuser était de toute façon la seule chose qu'elle pouvait faire et voyant l'attitude qu'il avait à son égare elle préférait ne pas trop s'approcher de lui, de peur d'être rejetée. Mais elle était soulagée que ce ne soit que ça et non l'annonce d'une rupture. Il continua sans prendre en compte ses mots, gardant la même attitude qu'il avait eu jusqu'à présent : renfermée et distante.

- Je ne sais plus quelle place j’occupe. 

- ... Je ne pensais pas que tu pourrais m'en vouloir autant pour une telle chose...


Elle était sincèrement désolée même si elle ne comprenait pas sa réaction qu'elle jugeait disproportionnée. Si elle avait su elle aurait fait un effort pour l'appeler entre deux matières, au moment d'un de ses repas pris sur le pouce, ou autre instant de répit. Le plus dur n'aurait bien sur pas été de composer le numéro de téléphone et d'appuyer sur l’icône verte, mais de raccrocher.

- Si j'ai fais ça c'est que j'en avait besoin.. je ne peux plus me permettre de simplement laisser couler..

Elle espérait qu'il comprenne et qu'il ne lui en tienne pas trop rigueur. Elle refusait que leur couple soit compromis parce qu'elle avait de la peine à bien partager son temps. Misaki lui avait plusieurs fois fait comprendre qu'elle en faisait trop mais pour rien au monde Noeru ne voulait risquer le redoublement. Après tout plus vite elle aurait fini le lycée et plus vite sa relation avec Toma pourrait être acceptée. Alors redoubler était la dernière chose à faire. Et puis c'était juste une période comme ça, le temps qu'elle rattrape le retard accumulé, après ça elle pourrait recommencer à passer du temps avec lui au téléphone et même chez lui ou ailleurs.

- Essaie de comprendre...

Elle plongea la tête dans ses bras, elle se sentait fatiguée et ses paupières se faisaient de plus en plus lourde. Elle devait aussi aller chercher son téléphone dans les vestiaires, même si ça ne pressait plus étant donné que Toma était à côté d'elle, c'était tout de même important. Et puis il y avait contrôle le lendemain et elle devait à tout prix retourner à ses révisions. Si elle ne faisait que revoir le programme de première année tout ses efforts ne serviraient a rien. C'est pour quoi il ne fallait pas qu'elle tarde trop ici et elle espérait vite pouvoir régler ce problème avec Toma.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Mer 22 Oct - 19:48


- Je ne pensais pas que tu pourrais m'en vouloir autant pour une telle chose…

Le rouquin se crispa sensiblement suite à son affirmation. Est-ce qu’elle était sérieuse ? Elle parlait comme si c’était pas grand chose, comme si c’était quelque chose d’absolument insignifiant. Le rouquin s’en voulait de s’être mis dans un état pareil pour, apparemment, “si peu”. Mais pourtant elle avait semblé nerveuse à l’idée de l’approcher. Est-ce qu’elle avait dans l’idée de rompre avec lui, pour le coup ? C’était pourtant quelque chose qu’il avait du mal à concevoir à en juger par la façon dont elle faisait traîner le dialogue. Et si elle hésitait, il préférait qu’elle le lui dise clairement avant que ce ne soit lui qui, sous la contrainte, soit obligé de prononcer ces mots qu’il redoutait, et qu’il regretterait, mais par lesquels il pourrait enfin la libérer. Il réprima un nouveau soupir, comment pouvait-elle s’attendre à ce qu’il ne lui en veuille pas ? Parce que lui faisait la même chose selon elle ? Quelle genre de raison était-ce…

Lorsqu’elle lui dit qu’elle l’avait fait parce “qu’elle en avait besoin”, c’est comme si le noeud dans l’estomac du rouquin avait été défait d’un seul coup. Il se sentait bien plus mal que ce qu’il avait pu imaginer. Elle venait de confirmer définitivement ce qu’il n’aurait préféré ne jamais savoir, ni même croire. Bon sang, quel idiot. Bien sûr que c’était comme ça, il l’avait toujours dit, que les sentiments, les émotions, les relations, tout ça n’étaient qu’éphémère et destiné à mourir tôt ou tard. Seulement il ne s’attendait pas à ce que l’intérêt de l’adolescente pour lui retombe aussi rapidement. Après tout, n’était-il pas une personne intéressante, en dehors de son physique, il aurait eu tellement d’autres choses à partager avec elle. Bon, tant pis, ça lui faisait une faiblesse en moins, et il pourrait retourner dès ce soir s’amuser avec autant de filles qu’il le pourrait sans avoir peur d’aucune conséquences. Il n’allait pas se laisser abattre après tout. Toutefois, alors qu’il avait pris la décision de tout enfouir, comme il le faisait toujours, la brune vint remuer de nouveau le couteau dans la plaie.


- Essaie de comprendre…


Le rouquin ne voulait pas perdre son calme, à aucun prix, mais c’est c’est comme si elle faisait tout pour le pousser dans ses derniers retranchements. “Essaie de comprendre” ? Elle se foutait de lui, il ne voyait pas d’autres solutions. D’ailleurs, sa réaction ne se fit pas attendre et balança avec force le premier objet à portée de main : son téléphone portable, qui s’écrasa contre le sol quelques mètres plus loin, presque à l’autre bout du gymnase. Au même moment, il laissa échapper d’une voix glaciale.


- Ferme-la.


Il se leva lentement et revint s’adosser contre le mur. Les mots étaient sortis tout seuls, il ne pouvait pas en entendre plus. Non, il ne pouvait pas comprendre, il ne comprenait pas. Vraiment ? Adrien ? Si encore l’homme en question avait été mieux que lui sur tous les plans… Il se serait fait à l’idée, mais là… Ce n’était qu’un gamin stupide, sans avenir, et franchement physiquement, il ne tenait pas la comparaison. Sans même parler de cette fâcheuse tendance à se ruiner la santé à coup de substances plus ou moins licites. Vraiment, qu’est-ce qu’il pouvait avoir de mieux que le rouquin ? L’expérience ? Certainement pas. La gentillesse ? Quelle blague… L’argent ? Si seulement elle savait, et il n’osait même pas parler de l’apparence ou de l’intelligence, le pauvre gosse et le professeur ne jouant réellement pas dans la même cour. Non vraiment il ne comprenait plus.  Il se manifesta de nouveau, la voix sensiblement plus calme, même s’il conservait une certaine distance.


- S’il te plaît, tais toi…


Il passa ses mains sur son visage pendant deux secondes et avant de reprendre, Il émit un rire jaune, puis se mordit la lèvre inférieure.


- “Essaie de comprendre”… Tu te fous de ma gueule ?


Elle était la première à lui en vouloir pour une parole, pour un pas de travers, elle réagissait toujours de manière disproportionnée, jusqu’à se jeter par la fenêtre. Mais quand c’était son tour de le tromper, lui ne pouvait même pas se montrer à peine plus distant, ou encore tenter de rester calme face à elle ? Vraiment… N’importe quoi. Il retiendrait Sayumi, qui lui avait vanté les bénéfices des relations sérieuses, mais bien sûr… Il n’avait qu’une hâte c’était s’en aller, il allait s’accorder cette soirée pour être en colère, boire comme il le souhaitait et dès le lendemain, il serait de retour au mieux de sa forme physique et mentale, et il arrêterait de s’encombrer de ces émotions inutiles. Il mit ses mains dans ses poches, fixant droit devant lui, son téléphone qui n’avait pas apprécié le choc avec le sol.


- J’ai essayé, toutes ces dernières semaines, de comprendre. Mais j’abandonne, je peux plus.


Il posa sa tête quelques instants contre le mur, fermant les yeux. C’était exactement pour ça qu’il  avait souhaité qu’elle ne le voit pas, ou bien qu’elle l’ignore; dans tous les cas il avait voulu échapper à une telle confrontation, pour continuer à se rattacher à cet espoir que, peut-être, elle ne l’avait pas vraiment fait. Certes il avait fait de son mieux pour comprendre, mais d’un autre côté, il avait vraiment tout fait pour ne pas se faire frapper de plein fouet par cette vérité qu’il n’aurait préféré ne jamais entendre. La simple idée que Noeru puisse le laisser pour un abruti comme Adrien le rendait malade, et en y pensant, il se crispa un peu plus encore, espérant qu’elle s’en aille, qu’elle le laisse seul, car il ne savait plus comment il pouvait réagir dans les minutes qui allaient suivre.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Mer 22 Oct - 20:37

Noeru sursauta en entendant le téléphone s'écraser sur le sol. Elle regarda Toma, effrayée et totalement perdue. Pourquoi est-ce qu'il réagissait si violemment ?

- Ferme-la. 

Elle eut un léger mouvement de recule et se sentit étrangement mal. Et d'un autre côté elle ne voyait pas ce qu'elle avait vraiment fait de travers. Est-ce que le fait de se plonger dans les révisions valait vraiment un comportement si violent ? Elle tenta de s'excuser une seconde fois mais se fit couper au début de sa phrase par Toma qui lui demandait de se taire à nouveau. Son coeur se serra lorsqu'elle l'entendit rire. Elle avait envie de pleurer mais elle ne s'en sentait pas le droit vu la rencoeur qu'éprouvait son petit ami à son égard.

“Essaie de comprendre”… Tu te fous de ma gueule ?

La jeune fille baissa la tête qu'elle planta dans ses épaule et inspira un grand coup sous le contrôle de l'émotion. À l'entendre s'était comme si elle avait fait quelque chose d'abominable. Pourtant elle n'avait fait de mal à personne, elle s'était juste plongée dans des lectures barbantes et avait écrit à s'en faire mal aux mains, simplement pour rejoindre la route. Est-ce qu'encore une fois il s'était inquiété pour elle parce qu'elle ne lui avait plus donné de nouvelles ? Mais lui aussi de son côté avait arrêté de lui envoyer des messages, elle n'était pas la seule fautive.

- J’ai essayé, toutes ces dernières semaines, de comprendre. Mais j’abandonne, je peux plus.

Elle ne savait pas que répondre à ça mais elle ne voulait pas laisser tomber sans comprendre ce qu'il lui reprochait exactement, ce qui le mettait dans de tels états. Alors même si sa voix peinait à sortir tant elle avant envie de pleurer elle demanda, timidement :

- ... Alors la prochaine fois je te préviens... ? Je pensais que vu la situation tu aurais deviné alors.. pardon vraiment...

Elle s’interrompit pour reprendre son souffle et avoua :

- Misaki m'a prévenue que j'en faisais trop.. J'aurais du l'écouter et mieux partager mon temps... Mais j'étais sur que ça ne te dérangerais pas trop que je m'éloigne un moment.. visiblement je me trompais... Mes résultats vont peut-être en pâtir mais si tu veux je t'appellerais plus souvent à l'avenir..

Elle parlait dans sa barbe tout juste assez distinctement pour que s'en soit compréhensible mais elle redoutait sa réaction étant donné comment il s'était emporté précédemment. Elle n'osait plus relever les yeux vers lui et s'était faite la plus petite possible. Depuis tout à l'heure plus elle parlait et plus il se mettait en colère et elle avait peur que ça continue sur cette lancée. Si c'était le cas elle n'aurait plus aucun repère. Elle se sentait prête à craquer et tout le long sa voix avait été tremblotante mais encore une fois, elle ne voulait pas se laisser aller. Pas avant qu'il soit calmé. Elle craignait qu'il juge sa réaction injustifiée, après tout c'était elle qui était en faute alors elle n'avait pas le droit de pleurer. Elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même si elle avait choisis de le délaisser et que ça l'avait mit dans un tel état.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Mer 22 Oct - 21:32

Lorsque le rouquin entendit la voix de Noeru, il se crispa un peu plus encore. Bon sang, où est-ce qu’il n’avait pas été clair ? Il voulait qu’elle se taise, qu’elle le laisse réfléchir, qu’elle le laisse seul, qu’elle s’en aille. Etait-ce si difficile pour qu’elle ne le comprenne pas ? Est-ce qu’il fallait qu’il se montre encore plus explicite ? Le problème était qu’il ne voyait pas comment, à moins de partir de lui-même. Oui, c’est ce qu’il allait faire, c’était sûrement ce qu’il y avait de mieux à faire, si jamais il y avait encore quelque chose à sauver de cette relation. Et puis franchement, lorsqu’il repensait aux paroles de la brune, comment aurait-il pu deviner qu’un truc pareil lui tomberait dessus ? Un nombre incalculable de jeune femmes tentaient de s’attirer ses bonnes grâces et elle, elle s’amusait à aller voir ailleurs ? Non franchement, c’est quelque chose qu’il n’aurait pas pu voir venir, ni même croire une seule seconde si quelqu’un le lui avait dit. Franchement… Même si elle connaissait ses mauvais côtés, elle avait eu l’occasion de le découvrir sous un autre jour, bon certes le rouquin n’aimait pas trop l’idée, mais l’adolescente connaissait également des facettes de sa personne inconnus de tous, et elle savait par conséquent qu’il n’était pas que ce séducteur qui se jouait des autres. Il poussa un soupir, là était aussi le problème, elle en connaissait trop de lui pour la laisser aller aussi facilement. Même si pour l’instant, il n’était pas trop motiver à régler le problème : il avait surtout besoin d’aller se changer les idées.

C’est alors qu’il s’apprêtait à sortir, ayant déjà fait quelques pas vers la porte, que la brune reprit la parole, immobilisant le rouquin. Elle essayait encore de le lui dissimuler ? Il était persuadé qu’elle savait pertinemment qu’il ne parlait pas du fait qu’elle ne lui envoie que peu, voire pas de messages, mais du fait qu’elle ait couché avec leur alibi. Et puis quoi, ses résultats ? Elle était sérieuse ? Elle avait vu comment elle se déplaçait en cours de sport ? Certes elle n’était déjà pas douée d’habitude, mais aujourd’hui, il l’avait bien vu, elle n’était vraiment pas bien et fatiguée. Mais il ne s’en était pas inquiété, et en avait même rajouté une couche en lui accordant un zéro, pour sa lenteur qui avait le don de l’agacer, car non, son cours n’était pas une récréation, loin de là. Une fois qu’elle eut terminé, il se retourna, toujours énervé. Pourquoi est-ce qu’elle agissait comme si rien ne s’était passé, ça avait vraiment la particularité de le rendre particulièrement fou de rage. Sa voix s’éleva donc de nouveau, toujours aussi distante.


- Tu sais bien que je ne parle pas du fait que tu te sois éloignée.


Il marqua une pause. Il se rendit alors compte que depuis le début, il avait strictement évité de nommer les faits, ne voulant pas s’assener un coup à lui-même. Il savait que si l’idée le mettait déjà hors de lui, le fait de l’extérioriser sous forme de mots ne ferait qu’envenimer les choses. Il serra un peu plus son poing pour se contenir. Il avait réellement peur de devoir taper dans quelque chose pour se défouler, et malheureusement pour lui, il devrait attendre de se rendre dans le local de rangement, ou d’être dans la rue même s’il n’aimait pas spécialement se battre dans la rue. Après ce court silence, il reprit la parole, la voix toujours aussi ferme et distante.


- Je parle de toi qui va allègrement te taper Adrien dans mon dos.


Il fut secoué d’un nouveau rire jaune, silencieux toutefois. Il avait touché juste, mettre des mots sur les faits l’avait tellement plus énervé que de s’en tenir à sa pensée. Il détestait le fait que cette pensée prenne forme, qu’elle soit comprise, et qu’elle soit réelle. Il avait du mal à s’admettre que Noeru était devenue ce genre de personne, et il ne pu s’empêcher de prendre une part de la faute sur lui, inconsciemment, après tout pour le moment il était bien trop en colère. Mais il savait bien au fond qu’un tel changement ne s’était pas opéré un matin, au réveil, sans prévenir non… C’était bel et bien à son contact qu’elle avait pris ce genre de pratiques… Certainement. Il poussa un soupir.


- Donc s’il te plaît, laisse-moi…


Il hésita un instant, la voyant ainsi assise contre le mur. Elle n’avait pas bougé. Si elle n’avait à se reprocher que quelques message non-envoyés, elle ne tirerait certainement pas cette tête là. Il reprit la parole, réellement énervé, et ne voulant plus avoir affaire avec elle pour ce jour-là.


- Laisse tomber, c’est moi qui me tire.


Il se retourna, toujours sans un regard vers ses yeux, puis se dirigea vers les débris de son téléphone, qui allait définitivement devoir être remplacé, le rouquin devait vraiment apprendre à ne pas se défouler sur des objets aussi important, après tout c’était le troisième téléphone en quelques mois, ça commençait à faire beaucoup… Surtout qu’il fallait à chaque fois qu’il transfèrent tous ses contacts, et c’était une réelle perte de temps. Une fois qu’il eut rassemblé les pièces de son téléphone dans une main, il entreprit de se diriger vers la porte, bien décidé à laisser l’adolescente pour aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Mer 22 Oct - 22:24

- Tu sais bien que je ne parle pas du fait que tu te sois éloignée.

Elle fronça les sourcils, perplexe. S'il ne parlait pas de ça, il parlait de quoi alors ? Elle n'avait pourtant pas le souvenir d'avoir fait quoi que ce soit qui ait pu l'affecter autant. C'est à peine si elle avait pris le temps d'avoir un moment à elle !

- Je parle de toi qui va allègrement te taper Adrien dans mon dos.

Elle mit un moment avant de réaliser ce qu'il venait de dire, de quoi il l'accusait précisément. Elle ? Coucher avec Adrien ? C'était une blague ! Comment en était-il venu à penser à une telle chose ? Il pensait vraiment qu'elle était capable de ça ? Il savait pourtant qu'elle se sentait mal vis a vis d'Adrien rien qu'en sortant avec alors elle allait pas devenir si intime avec ! Et puis même, elle n'était pas du tout le genre de personne à offrir son corps à n'importe qui. Alors qu'il allait franchir la porte elle réagit enfin.

- Pardon mais... quoi ? T'es allé cherché ça où au juste ?

La demoiselle se leva et se dirigea vers lui. Elle posa doucement une main entre son épaule et sa nuque et le regarda dans les yeux. Elle du faire un effort sur-humain pour se retenir de sourire de soulagement et sa tentative était d'ailleurs plutôt médiocre.

- J'ai a peine eu le temps de répondre à tes message tu aurais voulu que je trouve quand le temps de le voir? Et puis tu sais bien que ce n'est pas mon genre...

Elle était tellement heureuse que toute cette histoire ne soit qu'un malentendu. Mais tant qu'elle n'était pas absolument certaine que tout soupçon soit envolé, elle ne prit pas le risque de se rapprocher plus dans ses geste. Elle ne l'embrasserait et ne l'enlacerait qu'une fois qu'il n'aurait plus rien à lui reprocher. Toujours dans le but d'éviter un rejet qu'elle prendrait bien trop mal vu son niveau de fatigue. Elle recula de quelques pas afin de pouvoir le regarder dans les yeux sans avoir à trop lever la tête.

- Je ne sais pas qui t'as dis ça, mais c'est un menteur. Ça dois faire trois semaine que j'étudie sans relâche pour ne pas redoubler, mes camarades de chambre pourront en témoigner si tu doutes encore de ma parole.

Elle essuya l'eau salé stagnant au coin de ses yeux et continua d'une vois plus douce, comme si elle mettait Toma dans une confidence.

- Je ne veux pas redoubler alors il faut que je travaille dure tu sais... Il n'y à pas qu'en sport que mes résultats sont archi-mauvais.. Comme il y a des réunions de profs je pensais que tu le savais alors je n'ai pas jugé utile de te prévenir... Mais même si je l'avais fait tu m'aurais quand même soupçonné, n'est-ce pas.. ?

La jeune fille lui sourit plus franchement et commença à marcher en direction des vestiaires pour récupérer le bien qu'elle avait oublié dans la matinée. Maintenant qu'elle n'était plus inquiète concernant Toma il fallait, même si elle n'en avait pas envie du tout, qu'elle retourne bosser et elle n'avait pas l'intention de partir sans le petit objet.

- Du coup je peux venir chez toi un moment ce week-end... ?

Le ton de sa voix était nettement plus timide. Elle avait peur qu'il refuse à cause du malentendu qui avait bien faillit les séparer pour une énième fois qui aurait peut-être été la dernière.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Mer 22 Oct - 23:38

Toma fut ravi de voir, alors qu’il allait franchir la porte, que l’adolescente n’avait pas cherché à se justifier, ni même à lui expliquer ou à s’excuser. Il n’aurait été que plus énervé et en colère d’être retenu ainsi, alors que tout ce qu’il cherchait à faire était aller se changer les idées pour ne pas passer ses nerfs sur la brune; après tout, une fois calmé, peut-être qu’il serait plus à même d’écouter ce qu’elle avait à lui dire, même s’il en doutait, mais il avait espoir qu’il puisse au moins essayer de la garder auprès de lui, car malgré tout, il n’était pas prêt de la laisser partir, vraiment pas. Cependant, il fut ramené durement sur terre par la voix de l’adolescente qui l’interpellait, de l’autre bout du gymnase. Il s‘était réjoui bien trop vite d’être libre, et maintenant, il avait peur que la jeune fille n’en prenne pour son grade. Il n’avait déjà pas été très tendre, mais là, il avait peur de basculer dans des mots qui seraient rapidement bien trop violents, et sûrement impardonnables. Lorsqu’il entendit sa question, le rouquin se retrouva de nouveau perdu, est-ce qu’elle essayait encore de le lui cacher ? C’est lorsqu’elle se plaça face à lui en posant sa main vers son cou, et qu’il put voir ses yeux et son sourire, qu’il comprit qu’il y avait eu méprise. Il se mordit la lèvre inférieure, se sentant tout à fait ridicule. De nouveau, il avait tiré des conclusions hâtives depuis des propos d’un abruti. Vraiment, plus jamais il n’écouterait ce gosse. Il écouta ses explications et en effet, si elle ne trouvait pas le temps de lui parler au téléphone, il était sûrement difficile pour elle d’avoir un rendez-vous avec elle, mais d’un côté, Adrien pouvait toujours l’avoir coincée à un moment opportun. Après tout, il pouvait concevoir qu’elle soit frustrée et que, sous la pression, elle accepte, même si l’idée le mettait complètement hors de lui : après tout la porte du rouquin lui était toujours ouverte, du moins tant qu’il n’y avait personne en sa compagnie.


Lorsqu’elle se recula enfin, le rouquin détourna le regard pour ne plus avoir à affronter ses iris bleues. Il se sentait complètement ridicule, et pour en témoigner, il suffisait de voir son visage qui avait pris des couleurs, comme à chaque fois qu’il se retrouvait dans ce genre de situation. Il n’arrivait pas à y croire: en somme, ce qu’il venait de se passer, c’était purement et simplement une bonne grosse crise de jalousie, comme il n’en faisait jamais. En y repensant, il se sentit encore plus stupide et se mordit la lèvre inférieure, évitant avec précaution le regard de la brune alors que son visage ne perdait pas en couleur. Il ne savait même plus quoi dire pour s’excuser, il l’avait bien vu, qu’elle était au bord des larmes, et c’était totalement de sa faute, si seulement il faisait le tri des informations qu’il obtenait avant d’en faire part à qui que ce soit, ou même de cogiter dessus. Le rouquin poussa un soupir, avant de s’adosser au mur près de la porte, puis il prit la parole d’une voix légèrement tremblante, qui témoignait de cette pression qui venait de redescendre brutalement pour lui.


- Je te jure que je vais le tuer, ton petit-ami.


Il répondait ainsi à sa question, sur comment il s’était mis une idée pareille dans la tête. Bon pas de manière très claire certes, mais son esprit était encore confus après toutes les émotions auxquelles il avait fait face pendant les dernière semaines. Il écouta calmement l’explication de la brune. C’était vrai que ses résultats laissaient à désirer, mais à quoi s’attendait-elle après avoir raté la moitié d’une année, ainsi que le début de celle-ci. Il était vrai qu’elle était devenu le sujet principal des réunions, même si Toma devait avouer ne prêter qu’une attention toute relative à ces dernières. Après tout, il n’était prof que pour échapper à ses véritables responsabilités, et pour passer le temps, il ne fallait pas en plus lui demander d’être intéressé par ce que racontaient ces vieux aigris stupides qui n’avaient aucune considérations pour leur élèves. Bon, vieux il exagérait, même s’il était le benjamin de l’équipe. Enfin quoi qu’il en soit, il se doutait bien qu’elle travaillait beaucoup pour palier à son retard, mais certainement pas au point d’en oublier d’envoyer des nouvelles à son petit-ami… Lorsqu’elle lui demanda s’il l’aurait tout de même soupçonné, le rouquin fit en sorte d’éviter un peu plus encore ses yeux. Très certainement oui. Après tout ça aurait pu être une excuse pour elle pour aller passer du bon temps dans les bras d’un autre. Il soupira, se souvenant que la brune était incapable de mentir de toute manière.


- Cet abruti… Si j’entends encore une fois de sa bouche que vous avez couché ensemble je ne peux pas te promettre qu’il s’en sortira vivant.


Bon il exagérait, un tout petit peu… Mais dans l’idée, Adrien s’en sortirait salement amoché. En réalité, il se fichait complètement qu’Adrien fasse semblant d’avoir passé le cap avec Noeru, si ce n’était pas vrai, après tout ils étaient en couple depuis un an, alors ça les couvrait un peu mieux encore Toma et elle; ce qu’il n’appréciait pas, c’était la réaction qu’il avait eu. Il n’aimait pas s’énerver de la sorte, laisser apparaître à quel point il pouvait se montrer jaloux et possessif. D’ailleurs, en repensant aux faits d’il y a quelques minutes, le visage du rouquin reprit immédiatement de ces couleurs qui venaient à peine de le quitter. Et Toma le sentait parfaitement, qu’il rougissait, et il priait pour qu’il fasse assez sombre pour qu’elle ne remarque rien, ou encore qu’elle ne fasse pas de remarque. Après tout, il perdait en tout sex-appeal lorsqu’il était comme ça, et son image en prenait un coup…


- Du coup je peux venir chez toi un moment ce week-end…?


Toma reporta son regard sur la brune, surpris qu’elle soit aussi directe. Il n’avait aucune raison de refuser. Il n’avait encore appelée aucune fille pour l’inviter à passer le weekend en sa compagnie étant donné qu’avec la fin de l’année approchant, il avait quelques petites affaires à régler avec l’entreprise de ses parents. Heureusement, rien de bien conséquent et il pourrait donc les faire en présence de Noeru, sans qu’elle ne se pose trop de questions, et puis il pourrait l’aider pour so travail, si elle en avait besoin. Il fit un pas vers elle, un très mince sourire sur ses lèvre, posant sa main sur les cheveux de la brune.


- J’ai une raison de refuser ?


La réponse étant non, c’était décidé, ils passeraient le weekend ensemble. Il reprit toutefois la parole, d’un air un peu plus inquiet, sachant qu’elle comptait très certainement aller bosser quand elle retournerait dans les dortoirs.


- Tu devrais réellement te reposer. Autrement ton corps ne pourras plus suivre ta tête et tes résultats n’en seront que pires.


Il était professeur, il savait de quoi il parlait. Et professeur de sport, donc si son corps ne suivait pas, elle aurait déjà des mauvaises notes dans les autres matières parce qu’elle serait malade ou trop fatiguée, mais également dans la sienne, qui nécessitait une bonne condition physique. Il n’osait toutefois pas s’approcher d’elle de trop, car si, avec un peu de chance, elle ne voyait pas à quel point son visage était coloré, il avait peur qu’en réduisant la distance, elle ne remarque ce malheureux détail.


- Oh, et n’hésite pas à m’appeler si tu es bloquée.


Il parlait sur le plan scolaire, après tout, il était tellement jeune pour un professeur, et pourtant il avait tout ses diplômes, et avait été un élève exemplaire. Bon, elle l'appellerait quand il aurait racheté un téléphone, évidemment. Il ne voulait pas lui donner son numéro fixe, qui était réservé au travail. Après quelques instants de silence, il entreprit de marcher un peu plus loin dans la pièce, attrapant au passage la main de la brune pour la retenir un peu plus longtemps. Cela faisait trop longtemps qu’ils ne s’étaient pas vus, et la dernière fois, leurs retrouvailles avaient été sacrément écourtées par Misaki, et par le froid. Alors même si elle venait chez lui ce weekend, il voulait profiter encore un peu de sa présence, car maintenant que les jours de repos se prévoyaient moins ennuyeux, il savait que la journée de vendredi serait extrêmement longue.
Il alla s’assoir contre le mur, incitant la brune à faire de même en tirant sa main vers le bas, puis il posa sa tête sur son épaule, fermant les yeux et laissant simplement le temps passer, sachant pertinemment que, malgré ses conseils, la brune n’allait pas tarder à s’esquiver pour aller réviser.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Jeu 23 Oct - 1:13

- J’ai une raison de refuser ? 

Un large sourire se dessina sur son visage. Maintenant elle se réjouissait encore plus que la semaine se termine. Et elle ne savait malheureusement pas si elle parviendrait à rester concentrée sur les cours en sachant qu'elle allait enfin réellement pouvoir passer du temps avec lui. Et puis il y avait aussi le problème « Adrien » qui la préoccupait maintenant plus que jamais. Elle était avec depuis plus d'un an et elle se doutait que le voyou souffrait de ne pas pouvoir la toucher. Il avait même été jusqu'à raconter qu'ils avaient franchi le cape. Vraiment il fallait qu'elle en parle avec Misaki elle ne savait plus quoi faire.

- Tu devrais réellement te reposer. Autrement ton corps ne pourras plus suivre ta tête et tes résultats n’en seront que pires.

Elle ne répondit rien, pour l'instant elle tenait et c'est tout ce qui comptait. Elle se reposerait qu'une fois son retard rattrapé sinon sa remise à niveau prendrait trop de temps et elle ne pouvait pas se le permettre. Mais elle n'allait pas lui en faire part. Car à part lancer une dispute ou dans le meilleur des cas instaurer une atmosphère tendue entre eux, ça n'amènerait rien.

- Oh, et n’hésite pas à m’appeler si tu es bloquée.

- Je ne vais pas t'embêter pour ça tu dois avoir d'autre choses à faire... lui répondit-elle avec un léger sourire.

Au pire elle pourrait demander à ses camarades de chambres, à ses amis et même aux professeurs des matières concernées, ils étaient aussi payés pour ça. Elle sollicitait déjà tellement Toma, que ce soit pour parler quand elle n'avait pas le moral ou tout simplement avec des messages futiles qu'elle avait pris l'habitude de lui envoyer de temps en temps en se levant dans le seul but de lui souhaiter une bonne journée ou parfois à midi pour lui demander s'il mangeait bien car de son côté elle n'avait pas eu de chance sur ce point. C'était plutôt bref au cas ou il était accompagné mais elle avait déjà la sensation d'en faire trop. Elle ne savait pas évaluer à partir de quel moment il la trouverait envahissante et limitait donc ces interpellations. Et puis au delà de la peur de l'étouffer en rajoutant un sujet de discutions aussi barbant que les études, elle se doutait qu'en lui demandant de l'aide à lui elle aurait trop de mal à rester concentrée.

La jeune fille se laissa attirer vers le sol et ne dit rien lorsque son petit ami posa sa tête contre son épaule. Visiblement il n'était pas décidé à la laisser partir. S'il pouvait cesser de toujours rendre les choses si difficiles. Elle passa sa mains la plus proche de Toma dans ses cheveux, du côté de son crâne ne reposant pas sur elle et la laissa, bougeant délicatement ses doigts entre les mèches douces du jeune homme. Elle se sentait tellement bien en cet instant qu'elle aurait pu s'endormir. Mais elle luttait contre le sommeil. Elle se devait de tenir encore quelques heures pour poursuivre son travail.

- Tu ne m'aides pas tu sais... murmura-t-elle tendrement. Moi qui avait l'intention d'aller me remettre au travail.. Mon corps refuse de bouger....

Elle attendit quelque seconde puis s'écarta doucement de lui, pour pouvoir le regarder dans les yeux. Elle se haussa à sa hauteur en prenant appuie sur ses genoux, plongea son regard dans le siens quelque instant une pointe d'espièglerie innocente illuminant ses iris. Puis elle entoura sa nuque de ses deux bras et lui offrit un baiser aussi doux que sensuel, le faisant basculer sur le sol.  Sa main droite se promena sur son torse quelques instant avant de rejoindre sa nuque.  Elle éloigna son visage, capta encore une fois son regard émeraude avant de déposer son front contre le siens et ferma les yeux. Ses joues étaient rosées, elle n'avait pas l'habitude d'engager ce genre de baiser. Elle l'avait habitué à quelque chose de plus simple et souvent bref. C'était lui le plus habile dans ce domaine. Lorsqu'il l'embrassait c'était toujours tendre mais aussi empli de volupté. En bref il savait y faire.

- Je t'aime... murmura-t-elle finalement, les yeux toujours clos.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Jeu 23 Oct - 2:20

Toma gardait les yeux clos, tentant de se calmer petit à petit. Mine de rien, il venait de vivre un sacré ascenseur émotionnel, et son esprit était passé de débordé par toutes sortes de questions plus improbables les unes que les autres, à totalement vide. Par conséquent, il se sentait certes fatigué, mais c’était surtout une sensation de légèreté, il n’y avait plus rien qu’il pouvait cacher, de près ou de loin, à la brune, sur ce qui pouvait le déranger. Bon, il se sentait toujours ridicule quant ) sa réaction, mais elle ne semblait pas y prêter attention ou même pas décidée à lui faire une quelconque remarque, alors au final, il décidait simplement de profiter de l’instant présent, avec elle à ses côtés. Lorsqu’il sentit la main de la brune dans ses cheveux, le rouquin se sentit prêt à se laisser emporter par le sommeil, et par conséquent il ouvrit les yeux, la laissant jouer avec ses mèches rouges. Peut-être avait-il réussi à la retenir ? Si c’était le cas il en était simplement ravi, après tout ils se voyaient si peu… Et puis aujourd’hui, s’il tenait tant à la garder un peu plus longtemps, c’était parce qu’il avait déjà perdu deux semaines de leur temps pour quelque chose de stupide, et que, surtout, il ne voulait pas qu’elle retourne travailler. Vu l’aspect général de la brune, il était évident qu’elle avait besoin de plus d’heures de sommeil, d’un régime alimentaire plus régulier, et d’un temps pour se divertir. Ce n’était pas grand chose, mais c’est ce qui faisait toute la différence. Car très bien, elle allait réussir à rattraper son retard, mais arrivée aux examens, elle se retrouverait incapable de passer au dessus de la moyenne, et ce parce que son cerveau manquait de sucre, son corps de protéines. C’était stupide de ruiner ainsi ses chances, surtout qu’elle pensait bien faire. Toutefois il décida de ne rien dire, gardant cela pour le weekend qu’elle allait passer chez lui.


- Tu ne m'aides pas tu sais… Moi qui avait l'intention d'aller me remettre au travail…Mon corps refuse de bouger.


Le sourire du jeune homme s’étira suite aux affirmations de sa petite-amie. Il avait eu ce qu’il voulait, pour le moment. Et il avait également visé juste. Il aurait voulu se redresser mais il était trop bien installé, sur son épaule, à se laisser caresser les cheveux. Toutefois l’adolescente n’était pas de son avis et c’est elle qui s’écarta de lui, geste auquel le rouquin répondit d’un regard déçu. Elle comptait s’en aller ? Il soutint son regard, comme pour la convaincre de rester, mais il remarqua très vite à son regard malicieux qu’elle ne partirait pas encore tout de suite. Et ces soupçons se confirmèrent lorsqu’elle l’enlaça avant de l’embrasser d’une façon dont, il devait l’avouer, le surprit. Mais il y répondit volontiers, son dos ne tardant pas à toucher le sol alors qu’il sentait une des mains de Noeru se déplacer sur lui. Toma mit un peu plus de temps que d’habitude à réagir, la brune le prenant totalement au dépourvu pour le coup. Sans compter qu’il ne savait pas où il allait trouver l’énergie nécessaire pour éviter de complètement laisser parler ses émotions. C’est pourquoi il fut plus rassuré que déçu lorsqu’elle mit fin à ce baiser.


- Je t’aime…

- Et moi je suis fou de toi~



Ces paroles avait été prononcé d’un ton plutôt joueur et malicieux, même si elle n’en étaient pas moins sincères. Et le sportif ne put s’empêcher de sourire, posant sa main sur la taille de la brune, utilisant son autre bras pour l’attirer contre lui avant de déposer un baiser dans son cou. Finalement après une courte pause il reprit la parole, lui murmurant dans le creux de l’oreille.


- Plus d’excuses pour être surprise maintenant~


Il faisait référence à la dernière fois qu’ils s’étaient vu, lorsque Misaki les avait découverts, mais aussi lorsque la brune avait été si surprise d’entendre le rouquin prononcer de telles paroles. Lui ne voyait pas tellement de différence, aimer quelqu’un c’était déjà devenir fou et se perdre, de toute façon. Il entreprit de fixer le visage de Noeru, comme pour confirmer ses pensées. Oui, elle l’avait rendu complètement fou et irrationnel. Et il était certain qu’elle l’aurait rendu déraisonnable s’il ne l’était pas déjà. Il resserra légèrement son étreinte avant de lui murmurer de nouveau quelques paroles.


- Par contre tu prends des risques…


Il lui déposa un baiser bien plus voluptueux que les précédents dans le cou, avant de reposer sa tête contre le sol, desserrant son étreinte pour laisser partir la brune si elle le souhaitait. Pas qu’il l’envoyait paître, loin de là, mais s’il se retrouvait lancé il savait qu’il serait frustré. Après tout, l’endroit n’était pas idéal, et ce non pas en terme de confort, mais surtout parce qu’ils pourraient être surpris à tout moment, et là, tout expliquer s’avérerait certainement très compliqué. Il adressa un nouveau sourire à l’adolescente. Mais il ne tarda pas à se mordre la lèvre inférieure pour s’empêcher de sourire un peu plus encore. Il avait la confirmation qu’elle n’était qu’à lui, réellement qu’à lui, et il n’avait par conséquent aucun soucis à se faire.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Jeu 23 Oct - 4:39

- Et moi je suis fou de toi~

Son coeur se mit à battre la chamade. Peut importe combien de fois il lui faisait part de ses sentiments, elle ressentait en elle toujours le même remue ménage indescriptible. Au niveau de son coeur, de sa tête mais aussi au creux de son ventre. Les mots doux qu'il lui accordait n'étaient pas les seules choses capables de la mettre dans un pareil état. Il y avait aussi entre autre: ses baisers, sa manière de l'attirer contre lui en l'attrapant à la taille et le regard qu'il posait parfois sur elle, parfait mélange de tendresse et d'espièglerie. Quand elle pensait à cette façon qu'il avait de la regarder lorsque tout était paisible entre eux, elle se demandait comment elle faisait pour encore réussir à douter. L'amour qu'il éprouvait pour elle était évident et pourtant elle avait encore peur du réveil qui l'attendait. Car rien ne durait éternellement elle le savait. Et si elle, avait la sensation de ne jamais pouvoir se lasser de lui, elle doutait qu'il en soit de même pour lui. Elle avait la sensation que c'était lui qui finirait par s'éloigner mais elle était incapable de prévoir si ça se passerait le lendemain, le mois suivant ou quelques années plus tard. C'était peut-être pour cette raison que chaque nouvelle preuve qu'il lui offrait provoquait tant de choses en elle.

- Plus d’excuses pour être surprise maintenant~

- Je pense que tu te trompes... livra-t-elle dans un murmure qu'elle fut sans doute la seule à entendre.

- Par contre tu prends des risques…

L'étreinte de Toma s'était légèrement resserrée mais la jeune fille s'écarta sensiblement pour capter son regard, s'appuyant sur l'un de ses bras dont la main reposait sur le sol froid de cette salle peu éclairée.

- Ah.. ?

Le jeune professeur lui délivra un dernier baiser avant de la relâcher, à la grande déception de la demoiselle. Il ne pouvait pas l'inviter à le quitter après les sensations qu'il venait de lui offrir à travers ce bisou, bien moins innocent qu'il en avait eu l'air. Elle fit la moue et se releva.

- En vrai tu n'es pas très gentil hein ? Tu sais que je pourrais me venger pour ça ?

Après tout lui n'avait fait qu'embrasser sa nuque de façon très sensuelle. Après c'était à elle de se débrouiller avec son frisson, ses joues en feu et cette envie grandissante. Elle savait qu'étant donné le lieu il ne pourrait rien se passer et c'est pourquoi elle allait mettre sa menace à exécution. Bien sûr elle serait aussi affectée, mais il fallait bien qu'il paie pour ses actes. Elle commença par s'asseoir sur son torse à califourchon, mettant cependant moins de poids sur lui que sur ses propres genoux qui la soutenaient. Puis, lorsqu'elle fut bien installée elle se pencha pour atteindre son visage. Celui de la jeune fille d'ailleurs devenait bientôt aussi rouges que le modèle d'extincteur se trouvant un peu partout dans le bâtiment. Elle commença à aller lui mordiller gentiment le lobe, puis descendit jusqu'à sa nuque qu'elle taquina également par de très léger pincements accompagnés de baisers. Sa main gauche qui jusque là tenait le poignet du rouquin avec douceur et fermeté, alla entremêler ses doigts aux siens. Après quoi elle se redressa lentement sans le quitter des yeux.

- ... Je te tiens...

Elle déposa un baiser sur ses lèvres et s'éloigna à nouveau pour lui dire l'air taquin :

- Si on nous trouve comme ça tu n'auras qu'à dire que tu m'enseignes la lutte.

Elle rit et descendit s'asseoir à côté de lui, le teint toujours écarlate.

- Je te promets d'être sage maintenant.

Son sourire bien que sensiblement affecté par sa fatigue était éclatant. Elle était en train de vivre l'un de ces rares instants où elle se sentait bien, où rien ne venait affecter son moral et encore une fois c'était en grande partie grâce à ce professeur si particulier. Dans cette expression qu'elle arborait se lisait sa joie d'être avec lui mais également une pointe de cette espièglerie qu'il devait lui avoir transmise alors qu'ils se côtoyaient.
Noeru s'allongea à côté de lui et attrapa une nouvelle fois sa main, sans le regarder étant donné qu'elle avait refermé ses yeux. La demoiselle bailla discrètement. Elle se disait que même si elle en arrivait à s'endormir Toma n'hésiterait pas à la réveiller. Il ne pouvait pas l'amener lui-même à sa chambre étant donné qu'elle la partageait et elle doutait sincèrement qu'il la ramène chez lui en milieu de semaine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Jeu 23 Oct - 16:47

Toma lui jeta un regard amusé, “se venger” ? Mais il n’avait absolument rien fait voyons. Il la trouvait simplement adorable, tandis que lui jouait à afficher une expression angélique sur le visage. Après tout, il avait été sage, c’était elle qui s’était jetée sur lui, alors le comportement du rouquin était tout à fait irréprochable, et parfaitement innocent. Toutefois, l’adolescente ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin, et le prit de nouveau au dépourvu lorsqu’elle se plaça à califourchon sur son torse avant de venir jouer voluptueusement avec le lobe de son oreille, ainsi qu’avec son cou, elle lui arracha même plusieurs frissons alors que le sportif ne demandait qu’une chose, c’était qu’elle arrête. Il savait résister, il n’y avait pas de problème. Mais si elle s’amusait à le mettre lui dans tout ses états, elle pourrait se retrouver surprise. Lorsqu’il sentit qu’elle entrelaçait leurs doigts, le rythme cardiaque de Toma ne s’en retrouva que plus affolé encore, mais il fut heureux de voir qu’elle se redressait enfin. Il expira un bon coup, mais il eut à peine le temps d’essayer de se reprendre que la brune revint à la charge avec un bref baiser sur ses lèvres.


Si on nous trouve comme ça tu n'auras qu'à dire que tu m'enseignes la lutte.


Il ferma les yeux suite à cette nouvelle provocation, ne répondant pas, et il la laissa simplement prendre place à côté de lui. Juste parce qu’il lui avait dit qu’il était fou d’elle, elle devait réagir comme ça et le mettre dans un état pareil. Le rouquin plia une de ses jambes avant de poser quelques seconde sa main libre sur son front. Il allait devoir attendre jusqu’à samedi, ou vendredi soir dans le meilleur des cas. Il la laissa s’allonger après qu’elle ait promis qu’elle resterait sage à partir de ce moment-là. Le rouquin sourit, est-ce qu’elle se pensait tirée d’affaire ? Vraiment ? Une fois qu’elle fut installée, Toma se colla un peu plus à elle, puis l’embrassa dans le cou, finissant par lâcher sa main pour l’attraper par la taille. Après quelques instants, il lui murmura dans le creux de l’oreille d’une voix provocatrice.


- Et comment on fait, si moi j’ai pas envie de rester sage ?


Il posa une main sur la nuque de l’adolescente pour l’embrasser avec un peu plus d’entrain, d’envie, et de sensualité, mais également plus de tendresse, que les précédents. Elle voulait jouer à ça ? Parfait, les retrouvailles du weekend ne seraient que plus belles. Certes il n’était pas difficile pour elle de faire craquer le rouquin, mais ce dernier venait à peine de se remettre de la provocation de l’adolescente, et son esprit de compétition s’était comme réveillé une fois le choc de la surprise passé. Il descendit rapidement ses baisers dans le cou de son élève, posant son autre main sur la cuisse de la brune avant de la remonter sur la taille de cette dernière. Ce n’est qu’après de longues secondes qu’il s’écarta lentement, lui adressant un regard plus qu’explicite quant à ce qu’il avait derrière la tête. Cependant, il ne laissa pas le loisir à l’adolescente d’accepter ou de décliner sa proposition, et se leva sans attendre, sans la quitter du regard. Une fois debout, il lui adressa un sourire, de nouveau, angélique, puis il l’aida à se relever avant de l’enlacer tendrement.


- Tu es vraiment cruelle… Tu sais pertinemment que je ne peux pas résister~


Il lui adressa un sourire moqueur, qui était plus là pour témoigner du fait qu’il jouait avec ses réactions, même si vu la réaction que lui avait eu un peu plus tôt, elle devait se douter qu’il était à deux doigts de succomber. Enfin, “à deux doigts”, il savait qu’il pouvait résister, mais le seul problème était qu’il se sentirait affreusement par la suite, et que le jour où ils se retrouveraient, il pourrait se montrer bien plus pressant et impatient. Il poussa un soupir, décidant de changer de sujet.


- Pourquoi t’es là d’ailleurs ? Tu voulais t’entraîner pour le saut de haies ?


Son visage gardait cette expression gentiment moqueuse à l’égard de l’adolescente. S’il disait ça, c’est parce qu’au final, il ne pensait pas qu’elle soit venue au gymnase à une telle heure pour voir le rouquin, puisque la probabilité qu’il y soit était pratiquement nulle. D’habitude à cette heure là, il était déjà en train de se préparer à sortir. Et puis l’allusion au cours de sport… Oui c’était purement de la provocation, mais il n’avait pas pu s’empêcher, elle était vraiment pitoyable dans ce sport là… Mais par dessus tout, c’était parfait pour changer de sujet, même s’il savait pertinemment que cela ne changeait rien à leurs états respectifs.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Jeu 23 Oct - 20:29

Elle fut légèrement étonnée que le rouquin réagisse à sa provocation. S'ils continuaient ils n'arriveraient plus à s'arrêter et ils ne pouvaient décidément pas se laisser aller dans un tel endroit. Alors pourquoi prenait-il le risque de continuer à l'aguicher, elle qui était déjà toute émoustillée. Et il n'avait pas peur de craquer lui ? Elle avait-été si maladroite ? Ou alors il se disait que de toute façon personne ne viendrait plus, vu l'heure... L'idée qu'il puisse avoir l'intention d'aller plus loin réchauffa son corps un peu plus encore. Sans oublier ses baisers et ses caresses... Elle se mordit la lèvre inférieur ayant peur qu'il joue avec ses nerfs comme elle avait tenté de le faire plus tôt. Elle s'en retrouverait bien trop frustrée. Et c'est exactement ce qui se passa lorsqu'il lui accorda ce regard salace, juste avant de s'éloigner d'elle. Oh ce qu'elle lui en voulait ! Et les efforts qu'elle avait dû faire pour tenir sa promesse au moment où il l'avait attirée contre lui !

- Tu es vraiment cruelle… Tu sais pertinemment que je ne peux pas résister~

- C'est toi qui parle de cruauté.. ?
marmonna-t-elle, boudeuse.

Elle ne prenait pas en compte son comportement général en disant ça. Le fait qu'il ait brisé son coeur de nombreuses fois dans le seul but de s'amuser et le fait qu'il la trompe, elle n'y pensait pas en ce moment. Elle était bien trop déçue de ne pas pouvoir poursuivre alors qu'ils étaient seuls et après tant de temps sans se voir à cause du simple fait que le lieu ne s'y prêtait pas. Et puis ce n'était pas la première fois qu'il jouait à la pousser à bout. Alors il osait dire qu'elle était cruelle quand elle s'y essayait ?

- Pourquoi t’es là d’ailleurs ? Tu voulais t’entraîner pour le saut de haies ?

Ah voilà, elle avait oublié. Heureusement qu'il lui le rappelait sinon elle serait partie sans son téléphone. Elle ne fit en revanche pas attention à sa moquerie, sachant qu'il n'avait dit ça que pour la provoquer.

- Je voulais te contacter et je me suis rendue compte que j'avais oublié mon portable dans les vestiaires ce matin.. J'avais envie de m'inviter chez toi ce week-end.. Mais maintenant que je t'ai demandé je ne suis plus aussi pressée d'aller le chercher...

Son ton était toujours sensiblement ronchon. Elle lui en voulait de l'avoir mis dans un tel état alors qu'elle avait promis de ne plus s'attaquer à lui.

- Et toi ?

Elle pinça ses lèvre se retenant de justesse de lui dire qu'à cette heure là elle le voyait plus en soirée qu'à traîner dans le complexe sportif de l'école. Elle ne voulait pas se disputer avec lui alors qu'il lui avait déjà fait la tête pendant deux semaines parce qu'elle avait sois-disant « couché avec Adrien ». En y repensant elle fronça les sourcils. Comment osait-il en faire tout un plat alors que lui allait voir ailleurs en permanence? C'était vraiment se foutre de la gueule du monde. Elle prit une grande inspiration. Il ne fallait pas qu'elle s'énerve contre lui. Pas maintenant. Le point positif c'était que sa frustration était presque totalement retombée. Le point négatif c'était qu'elle avait maintenant de la peine à penser à autre chose qu'à sa réaction disproportionnée. Elle quitta ses bras et se mit à rejoindre les vestiaires, lui posant la question le plus calmement possible :

- Pourquoi est-ce que l'idée que j'ai passé le cape avec Adrien t'avais autant remonté ? Après tout ça ne signifie rien, n'est-ce pas ?

Elle devait se retenir au maximum pour ne rien ajouter de méchant, essayant de garder en tête qu'il devait avoir une bonne raison à cela, même si elle n'y voyait que de la possessivité totalement injuste et non justifiée. Une sorte de caprice superficiel, en somme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Jeu 23 Oct - 22:40

C’était donc pour son téléphone qu’elle était revenue, comme quoi, elle était bien plus fatiguée que ce qu’elle voulait bien prétendre. Toma sourit en la voyant qu’elle lui en voulait autant parce qu’il s’était amusé à la provoquer de la sorte, un peu plus tôt. Elle devenait vraiment capricieuse, à son contact, pour se faire pardonner il lui jeta un regard désolé. Après tout ce n’était pas l’envie qui manquait au sportif, elle lui avait tout autant manqué, et elle était réellement très attirante; pour une fois qu’elle ne portait pas un affreux jogging… Mais même s’il avait certainement envie de poursuivre tout autant qu’elle, c’était quelque chose qu’ils ne pouvaient pas se permettre, Toma trouvait déjà leurs actes exaltés des précédentes minutes bien trop risqués, même si sur le moment il n’y avait pas réfléchi, pris dans le feu de l’action. Mais si Noeru avait pu entrer aussi facilement dans le gymnase, ça signifiait que n’importe qui d’autre pouvait se le permettre; et autant que Toma aimait cette sensation de risque, il préférait éviter d’infliger à l’adolescente non seulement l’embarras, mais les conséquences qui en découleraient, si quelqu’un venait à les surprendre. Et puis lui non plus ne voulait pas en subir les effets, il avait bien trop à perdre, surtout si son identité venait à être révélée, et si un tel scandale arrivait aux oreilles de la presse : après tout elle était mineure, mais surtout, elle était son élève.


- Et toi ?

- Je n’ai pas vu le temps passer.



Il haussa les épaules, lui même ne sachant pas comment il avait pu traîner aussi longtemps, perdre son temps à penser à l’adolescente et à l’autre voyou, pensant qu’il s’était passé quelque chose… Finalement c’était vraiment stupide. Toutefois il comprit vite à l’expression de l’adolescente que la question n’était pas “qu’est-ce que tu viens faire là ?”, mais plutôt “qu’est-ce que tu fais encore là ?”, faisant référence à ces femmes qu’il allait voir pratiquement tous les soirs. Il réprima un soupir, ça y était, elle amenait le sujet, en profitant pour le lui reprocher par la même occasion. Est-ce qu’ils allaient se disputer pour si peu, vraiment ? Combien de fois allait-il lui dire que ce n’était qu’un jeu pour lui, et que ça ne signifiait rien ? Qu’avec elle c’était tout à fait différent, par le simple fait que des sentiments étaient impliqués ? Il laissa échapper ce soupir qu’il avait retenu jusqu’alors, lorsqu’il entendit la question de la brune.


- Pourquoi est-ce que l'idée que j'ai passé le cap avec Adrien t'avais autant remonté ? Après tout ça ne signifie rien, n'est-ce pas ?

- Tu dis ça parce que je me tape au moins sept filles par semaine ?



Il se mordit la lèvre inférieure, sachant pertinemment qu’il aurait pu être franchement moins direct. Mais d’un autre côté, il ne voulait pas se répéter, et surtout, il ne voulait pas lui donner ses raisons qui, il en était conscient, étaient tout à fait puériles et immature, d’où son choix de ne pas s’étendre sur le sujet pour le moment. Le sportif poussa la porte du vestiaire des filles pour qu’elle puisse y entrer, puis il entra à son tour, refermant la porte avant de s’y adosser, sans quitter la brune des yeux. Il replaça ses mains dans ses poches, posant un pied contre la porte, attendant qu’elle trouve son portable. Ils en revenaient toujours au même sujet, et c’en était fatigant… Le roux pensait pourtant que c’était un sujet clos, qu’il n’y avait plus rien à en dire. Il posa sa tête contre la porte, prenant une inspiration, ne voulant pas la laisser avec ses dernières paroles, qui n’avaient pas été des plus douces.


- C’est différent…


Oui, c’était différent si elle allait voir ailleurs. Au delà du fait qu’il ne comprenait pas pourquoi elle irait voir Adrien après l’avoir rencontré lui, et au delà du fait qu’il ait appris la nouvelle de manière assez peu agréable, c’était surtout le sentiment qu’il était unique à ses yeux, or si elle passait le cap avec Adrien, il n’était plus qu’un homme parmi les autres. Tout comme lui n’aimait qu’elle, et n’avait jusque là aimé qu’elle, il aurait pensé que cela lui semblait logique, et que par conséquent elle ne pouvait pas se permettre d’aller voir ailleurs tant que lui l’aimait encore. En d’autres termes, tant qu’ils seraient ensemble, il osait espérer qu’elle lui resterait physiquement fidèle autant que lui le serait avec ses sentiments. Après quelques secondes il reprit la parole.


- Parce que tu es la seule qui ait jamais compté, tu es différente.


Il marqua une courte pause, son visage reprenant des couleurs. Bon sang, pourquoi est-ce qu’il avait commencé à le lui dire, il détourna le regard. Il n’était pas faits pour tout l’aspect sentimental d’une relation, définitivement pas. C’était humiliant, stupide et inutile. Mais si ça pouvait permettre à l’adolescente d’être rassurée, et leur éviter une dispute alors qu'ils venaient tout juste de se mettre d'accord sur le fait qu'elle viendrait chez lui le weekend… Il soupira, fixant son pied gauche avant de continuer.


- Alors que pour toi, je ne suis pas le seul… Et savoir qu’Adrien pouvait peut-être prendre cette place…


Sa gorge se serra, sa voix se faisant de plus en plus basse, comme si son corps lui rappelait qu’il en disait trop. Après tout, elle était tombée amoureuse avant le rouquin, par conséquent, dans l’esprit du sportif, il était toujours probable qu’elle développe des sentiments envers le voyou, et si elle avait passé le cap, peut-être en était-elle déjà folle amoureuse mais qu’elle n’avait pas osé en parler à son professeur… C’était une des idées qui avait traversé son esprit pendant ces deux semaines. C’était, en quelque sorte, une peur de la perdre, qu’elle se soit lassée, ou qu’elle ne puisse simplement plus le supporter, quoique bien plus forte et qui trouvait à avoir des réactions bien plus violentes, comme en témoignait la scène qu’il lui avait faite un peu plus tôt. Il n’osait pas relever le regard vers la brune, bien trop embarrassé, et par conséquent, il se prit de passion pour les carreaux sur le sol, se demandant comment l’un d’entre eux avait bien pu se casser de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Jeu 23 Oct - 23:47

- Tu dis ça parce que je me tape au moins sept filles par semaine ?

Noeru fut si choqué qu'elle stoppa net sa marche. Il avait dit combien ? Plus de sept filles par semaine ? Il se fichait d'elle ? Il la provoquait encore ? Réponse stupide à question stupide ? C'était vraiment possible de tenir un rythme pareille ? Il cherchait à battre une sorte de recors ou quelque chose comme ça ? Mais surtout : est-ce qu'elle pouvait vraiment le laisser faire une telle chose ? Elle ouvrit la bouche dans le but de dire quelque chose mais elle en fut incapable. Elle était tellement abasourdie qu'elle ne parvenait même pas à s'énerver. Et puis au final s'énerver pourquoi ? Parce qu'il se faisait une fille par soir ? Parce qu'il se faisait une sublime bombasse chaque putain de nuit ? Et il osait lui piquer une crise ? Ah voilà, ça y était, elle s'énervait. La colère montait gentiment en elle. Sa respiration s'intensifia mais elle se remit simplement à marcher. Ses poings étaient totalement contractés, elle avait envie de le frapper. Et c'était pour ne pas se laisser aller à cette pulsion qu'elle avait repris son chemin.
Quand Toma lui ouvrit la porte elle passa devant lui sans le regarder, faisant au mieux pour se contenir. Elle ne voulait pas de dispute, elle en avait marre qu'ils en viennent aux cris presque systématiquement lorsqu'ils se voyaient. Et puis elle imaginait bien étant donné son niveau de fatigue que si elle se lançait maintenant dans un discoure passionné, elle risquait de faire preuve de méchanceté gratuite, ce qui n'arrangerait en rien leurs affaires.

- C’est différent…

« Différent » ? Quelle blague. Il ne faisait pas du tout d'efforts et il ne s'en cachait même pas. Elle mit rageusement son téléphone dans sa poche, bien décidée à le laisser finir sans faire d'histoire, une idée principale guidant maintenant son comportement : surtout. pas. de. dispute. Elle se répétait ces mots incessamment dans sa tête pour ne pas craquer.

- Parce que tu es la seule qui ait jamais compté, tu es différente.

Elle se calma sensiblement. Mais ce n'étaient pas tant les mots qui l'avaient repêché que le ton qu'il avait employé. Durant cette courte pause elle faillit répliquer que ce n'était pas une raison pour aller voir ailleurs dès qu'il avait un moment de libre, mais elle avait hésité et déjà le jeune professeur avait repris la parole :

- Alors que pour toi, je ne suis pas le seul… Et savoir qu’Adrien pouvait peut-être prendre cette place… 

- Quelle.. place...

Bien que son timbre était calme et hésitant on y ressentait un grain de cette colère qu'elle gardait toujours en elle. Elle ne voulait pas qu'il se renferme maintenant, elle avait besoin de réellement pouvoir comprendre si elle voulait pouvoir ne serait-ce que supporter le fait de devoir le partager avec tant de femmes. Et puis elle avait peur aussi.. Peur que dans cet incroyable lot se trouve une femme qui retiendrait réellement son attention. Elle savait qu'objectivement elle ne faisait pas le poids face à ces créatures de rêve et elle craignait qu'il s'en rende compte en y étant tant exposé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Ven 24 Oct - 0:53

Le rouquin fixait toujours le carrelage de la pièce, il avait entreprit de les compter, se remémorant ses tables de multiplications, jusqu’à ce qu’ils s’aperçoivent de l’inutilités de ces dernières, puisque le sol était carrelé de façon tellement irrégulières qu’il devait compter les carrés un par un. Il soupira, faisant tout pour éviter le regard de la brune. Il la savait énervée, et en réalité il ne comprenait pas réellement pourquoi. Elle ne savait pas, qu’il allait systématiquement voir d’autre femmes pour se changer les idées ? Elle le savait, qu’il jouait sans cesse avec ces femmes absolument superbes, et elle pensait sincèrement qu’il rentrait sagement chez lui, sans avoir obtenu sa récompense après quelques heures de dur labeur ? C’était insensé… Il n’était pas du genre à faire des efforts inutiles, elle devait le savoir pourtant.


- Quelle… place…


Le rouquin se crispa un peu plus contre la porte, ressentant parfaitement cette colère dans la voix de la brune. Qu’avait-il dit de mal cette fois ? Qu’avait-il dit d’incorrect ? En se concentrant plus sur les paroles qu’elle avait prononcé que sur le ton de sa voix, non seulement il se trouva complètement raide face à l’adolescente, mais en plus, sa gorge était totalement nouée. “Quelle place ?” Quel genre de question était-ce ? Est-ce que le rouquin s’était trompé, n’occupait-il pas une place particulière auprès de la brune ? Il se mordit la lèvre inférieure, ne sachant pas quoi répondre. Il se laissa glisser le long de la porte, se retrouvant ainsi en position assise, et il allongea sa jambe droite, gardant la gauche pliée afin d’y poser son coude. Il ne s’était pas attendu qu’elle lui demande un truc pareil tant la réponse lui semblait évidente. C’était une sacrée claque qu’elle lui mettait, mais il ne voulait pas s’énerver, pas ce soir, pas pour quelque chose d’aussi trivial. Il prit donc la parole, après quelques instants de silence, légèrement hésitant dans un premier temps.


- J’ai peur que tu ne ressentes pour quelqu’un d’autre ce que tu ressens pour moi, maintenant…


Il leva finalement son regard vers la brune, évitant toutefois soigneusement ses yeux. Il fixait ainsi les cheveux qui retombait sur la peau de son cou, repensant aux évènements d’un peu plus tôt. Comment avaient-ils pu passer à un moment d’ivresse et d’euphorie pure, à une dispute qui, de toute façon, serait sans fin tant qu’elle ignorerait les sentiments du rouquin à son égard. Que voulait-elle de plus ? En dehors du fait qu’il aille s’amuser pratiquement tous les soirs, il était un petit-ami exemplaire, du moins il pensait… Il faisait tout pour qu’elle se sente le mieux possible avec lui, il l’avait accompagné un moment lors de cette perte de mémoire, il s’était même accrochée à elle, quelle preuve lui fallait-il ? Il poussa un soupir.


- Quand j’ai entendu que tu avais couché avec Adrien, j’ai eu peur…


C’était cette place là, celle du petit-ami, de l’amant, qu’il ne voulait pas se faire prendre, comment aurait-il pu être plus clair ? Mais elle était toujours sensiblement énervée, il le savait… Son poing se serra, et il se mordit la lèvre inférieure un peu plus fort encore, se retenant de s’énerver. Il ne comprenait réellement pas ce qu’elle lui reprochait dans ces relations d’un soir. Après tout, il n’était attiré que par un physique, il les laissait seules chez elles, les renvoyait sans cérémonie de chez lui, ou parfois même sortait de l’hôtel en leur laissant gracieusement la note, si la performance avait été bien plus mauvaise que ce à quoi il s’était attendu; mais dans tous les cas, il ne revoyait jamais ces femmes là. Les femmes qui avaient de la personnalité et qui étaient jolies se faisaient tellement rares, qu’il était rarement réellement attiré par ces dernières. Certes, il lui arrivait souvent de se montrer au bras d’une jeune femme au physique de mannequin, et avec une personnalité légèrement plus interessante que la moyenne, mais c’était simplement pour conserver les apparences auprès de ses collègues, ainsi que des élèves sur le campus. Il baissa de nouveau le regard, fixant son pied. C’était quelque chose qu’elle ne comprendrait pas, même s’il prenait son temps pour le lui expliquer. Tout ce qu’elle entendrait, c’est le nombre de femmes avec lesquelles il s’amusait.


- Je suis désolé…


Il s’excusait de lui avoir envoyé cette claque, un peu plus tôt, mais pas d’aller voir ailleurs; car oui il regrettait ses mots, mais pas ses actes. Après tout, il ne la trompait pas, il occupait simplement son temps de manière agréable. Toutefois, il s’excusait également d’être aussi peu sincère avec elle, et d’être un si mauvais petit-ami, au final. Il n’y arrivait pas encore, et il n’était pas persuadé de le pouvoir, tout comme il n’était pas persuadé de pouvoir un jour mettre des mots sur ses émotions sans s’énerver ou paniquer. Il n’avait pas l’habitude, c’était la première fois qu’il était dans une relation réellement sérieuse, et même si il ne s’attendait pas à ce qu’elle se montre indulgente, il espérait au moins qu’elle puisse lui pardonner. Même si, au fond, il ne considérait pas avoir à s’excuser… Il voulait simplement passer à autre chose, revenir à une conversation plus agréable.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   Ven 24 Oct - 1:55

- J’ai peur que tu ne ressentes pour quelqu’un d’autre ce que tu ressens pour moi, maintenant…

Elle ne répondit rien mais elle fut surprise de voir qu'au final il avait la même peur qu'elle... Son poing se desserra doucement alors qu'elle tendait l'oreille pour écouter la suite. Même si elle était en colère elle était heureuse qu'il parle enfin, qu'il lui en révèle un peu plus, de lui-même, sur ce qui l'effrayait. Et puis dans cette phrase elle se rendait compte qu'il ne la considérait pas comme acquise, qu'il était conscient qu'elle aussi de son côté pourrait se lasser. Son affirmation suivante appuya parfaitement cette pensée et Noeru soupira. En y pensant il devait se dire qu'étant donné sa façon d'être, jamais elle ne se donnerait à un homme qu'elle n'aimait pas profondément et il avait raison. Elle finit par s'approcher de lui, après qu'il se soit excusé.

- .. Je.. pardon de m'être énervée...

Elle passa sa main sur sa nuque, écartant ses longs cheveux noirs du même coup. Sa tête était baissée, mais ses grands yeux bleus fixaient timidement le visage de son professeur.

- J'aurais sans doute du mal à digérer ça... Mais au moins maintenant je comprend ta réaction.. je crois...

Elle l'écarta doucement de la porte pour pouvoir s'en aller. Après ce qu'elle venait d'apprendre elle n'avait plus qu'une envie : Se plonger dans ses bouquins d'équation, de la musique si forte aux oreilles qu'elle serait incapable de penser à quoi que ce soit d'autre. Aussi le seul geste qu'elle lui accorda avant de quitter la pièce fut une main doucement posée sur l'épaule ainsi qu'un regard désolé. Elle ne pouvait plus lui en vouloir pour sa crise de jalousie mais elle ne se voyait pas non plus lui sauter au cou alors qu'elle venait d'apprendre la fréquence à laquelle il la trompait. Plus que ça, elle n'en avait tout bonnement pas le coeur. Elle était complètement déçue de lui et ne savait pas si au finale elle aurait envie de lui consacrer une partie de son week-end. Le jour où elle avait appris pour l'infirmière elle avait effacé l'ardoise parce qu'elle l'aimait d'une part, mais aussi parce qu'il avait eu l'air de regretter. Mais s'il arrivait à aller jusqu'au bout avec tant de femme sans aucuns remords alors elle ne savait plus qu'en penser. L'idée qu'il aille flirter lui allait, elle s'y était faite. Elle imaginait aussi qu'il craquait, de temps en temps. C'était un homme après tout et elle devait admettre ne pas être très présente, même si ce n'était pas de sa faute, mais celle du contexte, de leurs âge respectifs... Mais qu'il se laisse aller tout les soirs... ? Une boule se forma dans sa gorge maintenant qu'elle y repensait. Elle ne savait vraiment plus que faire. Certes elle était la seule qu'il aimait mais l'imaginer avec ces filles était quand même extrêmement douloureux. Et puis elle ne comprenait vraiment pas son mode de pensée. Comme il n'avait pas l'air de comprendre le sien non plus elle avait parfois l'impression qu'ils ne parlaient même pas la même langue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quiproquo (pv Noeru)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quiproquo (pv Noeru)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quiproquo et comedia del'arte [Milena°Gabriel]
» Quiproquo {PV Katie}
» Départ et quiproquo, que du bohneur !
» Une amitié peut cacher un quiproquo. A Y D E N
» Quiproquo en musique (PV)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CAMPUS TENSHIGAYA :: Zone Kamachi :: Gymnase-
Sauter vers: