AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Venez incarner votre personnage de manga / anime préféré ou bien créez le votre, et amusez vous dans le Campus Tenshigaya, une ville sans limites !

Partagez | 
 

 Rechute (pv. Toma)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Rechute (pv. Toma)   Dim 12 Oct - 3:29

Misaki parlait mais Noeru peinait à se concentrer sur ses paroles. Elle enchaînait ses mots beaucoup trop vite et la jeune fille aux cheveux d'encre n'avait, une nouvelle fois, pas dormis de la nuit. Elle se sentait horriblement déprimée et des tonnes d'interrogations liées à certaines de ses peurs traversaient son esprit. La raison ? Le livre que lui avait offert Misao. Ce denier était prenant et bien écrit. Rarement un bouquin ne l'avait tant captivée. C'était peut-être aussi dû au personnage principal auquel elle s'était facilement identifié. Leurs expériences personnelles n'étaient pas similaires mais leur façon de réagir étaient proches. L'histoire en elle-même n'avait pas été facile a cerner mais l'important ne reposait pas sur ce point. L'auteur avait surtout concentré son attention sur les relations entre les personnages et le développement de ces derniers. C'était un récit où les pensées étaient souvent bien plus détaillées que les lieux dans lesquels ils évoluaient. Et bien sûr en bon drame qu'il était, le livre s'était mal terminé. Deux homme proches du héro avaient sombré dans la folie et beaucoup étaient décédés sur les vingts dernières pages. En somme, il avait fini seul et suivant certaines interprétation, tout était lié d'une manière ou d'une à son comportement.

La blonde remarquant que Noeru n'était pas très intéressée par son monologue, changea d'approche. Elle choisit à la place des animaux les plus moches qu'elle avait vu de sa vie, un sujet qui avait le don de les faire rire toute les deux lorsqu'il était raconté avec suffisamment d'humour : sa vie amoureuse absolument désastreuse. Et ça tombait bien, elle avait de toutes nouvelles anecdotes sous le coude. Son dernier copain venait de mettre un terme a leur relation et la lycéenne s'appliqua à le raconter de la façon la plus grotesque possible, exagérant certains trait et se moquant ouvertement du connard qui s'était encore une fois servi d'elle dans le seul but de passer du bon temps. Elle contait toujours ses aventures de cette façon, d'une part pour que ce ne soit pas pénible à écouter mais aussi pour ne pas trop en souffrir elle-même. L'étudiante aux yeux bleus rit vaguement à l'une de ses blagues, mais comme elle n'en avait pas le cœur ce fût un manifestement plutôt timide. Sans vraiment comprendre pourquoi, les paroles de sa meilleure amie la mettait dans un état de déprime bien supérieur à précédemment. La demoiselle fit l'erreur d'y réfléchir : d'habitude elle adorait l'humour de sa camarade de classe. Cette dernière savait toujours lui remonter le moral. Alors pourquoi cette fois cela ne faisait que l'enfoncer ? Elle tenta ainsi de creuser dans la faille pour voir ce que cela cachait. Mais le sol se déroba sous ses pieds. Les pires souvenir concernant sa relations avec Toma envahissait tous les coins et recoins de sa tête. Il y en avait peut-être des bons mais ils se cachaient dans l'ombre des plus douloureux. Elle fut rapidement totalement noyée par ce raz-de-marée d'images et de sensations. Ses sentiments prirent un total contrôle sur elle et les pleures de la jeune fille se firent bientôt entendre dans la pièce. Elle envoya même balader Misaki qui avait tenté de s'approcher d'elle pour la consoler, d'une voix violente non-maîtrisée. Noeru était si submergée qu'elle ne remarqua même pas le départ de la lycéenne. Elle pensa à écouter de la musique pour se calmer mais la simple vue du casque audio offert par son professeur la propulsa dans une colère noire. Elle arracha ce dernier de son potable et l'envoya contre le mur. Les dessins se trouvant contre les parois finirent déchirés, les fleures dans le vases, écrasées avec rage. D'ailleurs il ne restait plus grand chose du vase non plus. Tout autre élément dans la pièce lui rappelant de près où de loin Toma était réduit en morceau sans une once de pitié. Essoufflée mais calmé, elle resta immobile au milieu de la salle. Tout s'était déroulé très rapidement et la fureur laissa sans plus tarder sa place à un désespoir total.  Elle fit les quelques pas qui la séparaient de la fenêtre et monta lentement sur le rebord. Même si elle ne pensait plus, les souvenirs n'avaient pas besoins de son aide pour tourner en boucle dans sa tête. Mais alors que ses jambes se dépliaient lentement et qu'elle tenait sur cette fenêtre avec un équilibre approximatif, elle fut violemment tirée en arrière par une infirmière qui avait été alertée par le bruit. La noiraud se débattit pendant que la femme la tenait contre elle, hurlant qu'elle voulait mourir et qu'elle n'avait pas le droit de l'en empêcher mais elle se calma soudainement. Mettre fin à ses jours ? C'était vraiment ce qu'elle souhaitait ? Non... Trop de choses lui manqueraient si elle commettait cette erreur. Et puis elle blesserait bien trop de gens. Ce n'était pas la solution... Elle laissa la brune en uniforme l'accompagner jusqu'à son lit, totalement silencieuse. Certes elle renonçait à la mort et ce sans regret, mais elle n'avait plus du tout l'envie ni le courage de faire un quelconque effort. Elle s'enfonça sous ses draps et se mit en simple spectatrice du temps qui se déroulait autour d'elle. Elle ne bougeait presque plus, laissant son corps s’engourdir. Malheureusement elle était toujours incapable de dormir et était également incapable d'interrompre le flot de larmes qui partait de ses yeux devenus rouges.

La demoiselle perdit totalement la notion du temps au fil des jours, ses seuls indices étant le moment ou les infirmières lui apportait son repas qu'elle était contrainte de subir trois fois par jour. Mais elle n'était pas la seule à passer un mauvais quart d'heure quand venait le moment de manger. Les jeunes femmes ayant été désignée pour superviser ses heures là au près de la jeune fille, en voyaient de toutes les couleurs, par exemple, elles ne comptaient plus le nombre de fois ou l'étudiante avait envoyé valdinguer son assiette. En revanche jamais Noeru n'haussait le ton. Le peu de mots qu'elle prononçait s'échappaient in-extremis de ses lèvres qu'elle ne faisait qu’entrouvrir.

Alors que son corps était pratiquement à l'arrêt depuis plusieurs semaines, son cerveau lui, ne chômait pas. Naturellement toutes ces images continuaient de danser sans limites dans sa boîte crânienne étant donné qu'elle n'avait rien pour se changer les idées. Mais ce n'était pas la seule chose. Elle se demandait comment cet homme avait fait pour agir si naturellement avec elle, sans rien lui dire concernant le passé. Et puis était-il seulement amoureux d'elle ou agissait-il par culpabilité ? C'est comme ça que durant les premiers jours elle avait haït Toma, aveuglée par la douleur et la rencoeur qu'elle éprouvait contre lui. En suite lorsqu'elle fut plus apte à aligner des pensée cohérentes, réfléchies, elle en avait conclu que tout ce qui lui été arrivé était de sa faute à elle, car si elle avait eu un tant sois peu d'intelligence elle aurait fuit cet homme dès le début. Il était tellement évidant qu'il la ferait souffrir, que s'en était presque marqué sur son front. Durant ce que l'on appellera la troisième étape, elle commença même à se détester elle aussi, se rendant compte que malgré tout ce qu'il lui avait fait vivre depuis qu'elle était au campus, il parvenait encore à lui manquer. Elle lutta longtemps contre cette idée d'ailleurs. Il ne méritait pas d'avoir une telle place dans sa vie. Mais plus les jours passaient et plus tout ce cirque l'épuisait. Elle alternait les courtes siestes et les batailles avec les aides soignantes, avec toutes ces réflexions négatives, qui déambulaient à leurs guises et qu'elle alimentait de manière incontrôlable. Il aurait pu se passer n'importe quoi dans sa chambre durant ces semaines qu'elle ne l'aurait pas remarqué tant elle était occupée à faire valser ses nouvelles compagnonnes. De toute façon sa tête était en permanence sous sa couverture...
Il n'empêchait qu'elle avait besoin de lui. Pourquoi se débattre si c'était pour se faire encore plus mal ? Elle se leva maladroitement, ses jambes étant tout engourdies elle manqua de tomber plusieurs fois. La jeune fille regretta de ne pas avoir choisis une position plus confortable mais surtout, qui n'aurait pas bloqué la circulation de son sang ainsi. Elle alla donc saisir son téléphone, le mit a charger mais n'attendit pas une seconde avant d'aller dans son répertoire. Noeru ne fit pas attention aux nombres de messages et appel auquel elle n'avait pas répondu. Tout ce qui lui importait actuellement était de joindre Toma. Elle s'apprêtait à appuyer sur le bouton d'appel quand elle changea subitement d'avis, se rendant compte qu'elle n'avait pas envie de lui parler au téléphone. Elle lui envoya donc un court message composé de mots qu'elle regretta immédiatement après envoi « J'ai besoin de toi ». Elle n'avait pas réfléchit et elle soupira la voix tremblante. A bien y penser elle n'avait pas non plus envie d'avoir à lui faire face. Et puis il avait l'air de s'être inquiété pour elle, à en croire les messages qu'il lui avait envoyé durant un temps. Encore une fois la noiraude fut extrêmement partagée entre le mépris et la culpabilité. Si l'ont devait faire un bref résumé cela donnerait quelque chose comme : « Il s'étonne alors que c'est lui qui m'a détruite. Mais c'est vraiment pas cool de ma part de l'avoir laissé sans nouvelles... »

Noeru reposa son téléphone sans attendre de réponse et retourna se coucher sous sa couverture. Même si elle s'assurait l'inverse, s'il ne donnait pas de nouvelle elle lui enverrait certainement d'autre messages jusqu'à ce qu'il craque. D'ailleurs le nouveau sujet qui s'installa en elle était ce qu'elle lui dirait s'il répondait présent, comment elle agirait. Elle se doutait bien qu'il avait été mis au courant concernant ce qu'elle avait tenté de faire, c'était donc plutôt délicat de l'approcher après un tel événement. Et puis elle avait l'air pathétique. Ses cernes étaient encore plus marquée qu’habituellement et elle avait reperdu du poids, encore...  Et puis sa mine, ses cheveux... Elle ressemblait sérieusement à un épouvantail. Tous ces reproches qu'elle se faisait lui arrachèrent des larmes. Ses yeux lui faisaient mal à force de pleurer en permanence. Mais cela ne semblait pas vouloir arrêter ses glandes lacrymales qui agissaient sans son accord. Elle en vint à penser que c'était mieux qu'il ne la voit pas. Elle songea donc à s'enrouler dans sa couette jusqu'au haut de son crâne, comme dans un cocon et le rencontrer comme ça. Si elle voulait le voir elle n'aurait qu'a faire un espace dans la couverture au niveau des yeux...

Encore une fois elle soupira, encore une fois elle rejoint son téléphone et encore une fois elle écrit un message à Toma. « J'ai su régler mon problème, ne te dérange pas... ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Rechute (pv. Toma)   Dim 12 Oct - 12:25

Les deux derniers mois avaient sûrement été des plus difficiles que Toma ait jamais eu à traverser. Après le weekend qu’il avait passé avec Noeru, le rouquin avait été plus occupé que jamais avec la compagnie de ses parents, dont il allait hériter dans quelques années. Les réunions s’étaient multipliées sur Tokyo, et il avait même fait le choix de s’acheter un appartement le plus proche des bureaux de l’entreprise possible, dans le centre de la capitale, étant donné qu’il n’aimait pas tellement les hôtels et qu’ils ne voulait pas déranger Sayumi plus encore qu’il ne l’avait déjà fait. Il avait même eut à traverser l’océan pour régler des affaires au siège même de l’entreprise, ce qui l’avait d’autant plus occupé et épuisé. Ainsi pendant deux semaines, il n’avait absolument pas prit le temps d’appeler sa petite-amie, ni même de lui envoyer un messages; et pourtant il n’avait cessé d’y penser et de culpabiliser. Mais il se disait que tout allait bien, après tout ils s’était quittés sur une note joyeuse, et la jeune fille semblait remise d’aplomb. Il était persuadé qu’à la rentrée elle serait de retour au mieux de sa forme. Et puis comme il n’avait pas de nouvelles de sa part à elle non plus, il se disait que c’était synonyme de bonnes nouvelles.
Toutefois une fois la folie passée, il avait entreprit de rattraper son erreur et d’envoyer des messages à Noeru pour s’assurer que tout allait réellement bien. Après tout il avait dû rester aux Etats-Unis et à Tokyo pendant un moment, et il savait qu’il ne pourrait pas retourner sur le campus avant la rentrée, ou du moins une semaine avant ladite rentrée et par conséquent, il aurait du mal à la voir avant. Et puis elle lui manquait affreusement. Certes ces mannequins blondes et grandes lui avaient bien changé les idées, mais très vite, il se retrouvait très vite confronté à une douce réalité, il avait besoin de voir Noeru, de s’assurer qu’elle allait de mieux en mieux; il avait donc tenté de la joindre à multiples reprises, en l’appelant, en lui envoyant un à deux messages par jour, sans même réfléchir. Et s’il était légèrement vexé au début qu’elle ne prenne pas le temps de lui répondre, il devint très vite inquiet pour l’adolescente. Y avait-il une raison particulière au fait qu’elle ne réponde à aucune tentative du rouquin pour la joindre ? Peut-être son téléphone avait-il eu un problème ? Du moins c’est ce qu’il avait choisi pendant encore quelques jours, avant de finalement trouver le temps de lui rendre visite pour s’ôter de l’esprit ce sentiment d’inquiétude et de doute. Il s’était donc rendu à l’hôpital, dans l’idée de revoir une Noeru aussi joyeuse que lorsqu’il l’avait laissée un mois plus tôt, ou du moins contente de le revoir. Il était même venu un weekend, après tout les visites pouvaient être plus nombreuses en ces périodes-là de la semaine, il pouvait donc être sûr qu’il la verrait : après tout elle allait mieux. Il n’avait vraiment qu’une hâte, c’était de la voir. Toutefois il n’en eut pas l’occasion, les infirmières lui disant que l’adolescente n’était pas disponible pour les visites ce jour là. Evidemment, l’enthousiasme du rouquin été retombé légèrement à ce moment là, mais il avait tout de même décidé d’en savoir un peu plus et était donc parti à la pêche aux informations auprès d’un médecin, qui s’était révélé assez difficile à convaincre mais qui au final lui avait passé une nouvelle qui eut l’effet d’une bombe.

En réalité, quand il y repensait, il ne parvenait même plus à se souvenir de comment il s’était sentit lorsque le médecin le lui avait annoncé. Son esprit s’était totalement vidé de toute sensation, il y avait eu tellement d’émotions qu’il n’avait pas su laquelle ressentir en premier. Mais il se souvenait bel et bien d’un mal de tête et d’une boule dans la gorge. Il avait pu sentir son coeur battre jusqu’au bout de ses doigts. Elle avait tenté de se suicider. Il ne savait pas exactement quand, et surtout il ignorait pourquoi. Il ne soupçonnait même pas qu’elle ait pu se souvenir de quoi que ce soit, se disant qu’elle l’aurait appelé le cas échéant, pour avoir des explications, pour qu’il la rassure, ou encore pour lui passer un savon... Pourtant tout avait l’air d’aller la dernière fois qu’ils s’était vu, était-ce parce qu’il ne l’avait pas appelée pendant deux semaines ? Il se savait pas, il ne savait plus. Pourquoi ne l’avait-elle pas appelée si elle se sentait mal après tout ?
Il avait quitté l’hôpital avec ces questions tournant en boucle dans son esprit. Il détestait ne pas comprendre, il sentait vraiment qu’il passait à côté d’un élément essentiel à chaque fois qu’il y pensait, mais ne parvenait pas à déterminer lequel. Toutefois cette phase d’incompréhension ne dura que quelques heures, très vite il fut prit d’un sentiment qu’il n’avait plus ressenti depuis un moment, celui d’avoir échoué et d’être totalement impuissant face à la situation. Il se détestait, mais en ignorait la raison. Et il se demandait sans cesse où est-ce qu’il avait fait une erreur avec elle ? Et surtout pourquoi elle ne lui avait rien dit. Après tout il lui avait expliqué à plusieurs reprises qu’elle pouvait l’appeler sans cesse. Pendant ces quelques jours, il se replongea totalement dans le travail, essayant de rentabiliser le temps qu’il avait à sa disposition pour palier à la sensation d’avoir échoué avec une personne à laquelle il tenait particulièrement. Mais très vite il fut frustré de voir que rien n’y faisait, la réussite au travail ne lui faisait rien et il ne parvenait pas à s’en délivrer, et cette frustration laissa très vite place à de la colère; et le rouquin avait très vite ressenti le besoin de se changer les idées différemment qu’en travaillant. Il se fichait des conséquences, et par conséquent pendant les semaines suivantes, il était devenu complètement infernal. Il avait totalement repoussé Sayumi à chaque fois que cette dernière avait tenté de l’approcher. Elle le connaissait trop bien et il savait qu’elle s’inquiétait, mais pour le moment, il n’avait pas besoin d’une amie sur qui compter, mais de filles sur lesquelles il pourrait se défouler. Certes elle avait tenté de l’arrêter, lui disant qu’il regretterait, qu’il s’en voudrait, mais il refusait de l’écouter. Non il ne regretterait pas, il en avait besoin s’il ne voulait pas détruire tout ce qu’il possédait, ou si les étudiants en arts martiaux ne voulaient pas sortir les pieds devant, dans une civière. C’est comme s’il revenait au point de départ, il ne voulait plus entendre parler de la brune, il lui en voulait bien trop. Comment pouvait-elle vouloir mettre fin à ses jours ? Comment pouvait-elle ne rien lui dire ? Est-ce qu’il était aussi peu digne de confiance ? Il détestait cette sensation de ne plus savoir qu’elle place il occupait. Il s’était sincèrement engagé avec l’adolescente, sentimentalement parlant. Mais une nouvelle fois, elle piétinait sans aucune merci les sentiments du roux et il ne pouvait supporter la nouvelle de cette tentative de suicide. Si même elle ne supportait plus de le voir, elle pouvait au moins choisir de vivre pour elle, non ? Il ne voulait plus entendre parler d’elle, et il se demanda un long moment s’il ne serait pas plus judicieux de rompre avant qu’elle ne se souvienne de quoi que ce soit. Toutefois il n’avait pas pu, d’une part parce qu’au fond il n’en avait pas envie, et cette sensation le mit encore plus en colère contre sa personne, et d’autre part parce que pour rompre avec elle, il faudrait qu’il aille la voir, et en aucun cas il avait envie de lui faire face. De toute façon elle ne cesserait de lui mentir comme elle le faisait toujours. D’ailleurs, la rage s’était tellement installée dans l’esprit du rouquin qu’il se demandait à quels moment avait-elle été sincère lors de leur dernier weekend. Est-ce qu’elle avait pensé à mettre fin à ces jours à ce moment là aussi ? Il n’osait pas y croire, mais plus il y réfléchissait, plus il se sentait mal.

Heureusement pour lui, les cours reprirent assez vite, et il dût faire comme si de rien n’était. La tâche ne s’avérait pas plus difficile qu’à l’accoutumée, après tout il avait l’habitude de faire comme si rien de ce que faisait Noeru ne pouvait l’atteindre. Ainsi pendant un peu plus d’une dizaine de jours, il avait choisi de tout étouffer, ses émotions, le fait qu’il soit en colère, coupable, et surtout fatigué. Il ne parvenait plus à dormir ou à s’alimenter correctement, et ce malgré une activité physique toujours aussi intensive. Il le savait, que s’il continuait, il ne pourrait pas tenir, mais c’était plus fort que lui, il n’y arrivait plus. Il préférait passer ses soirées à se déchaîner et à se changer les idées que les passer chez lui à se reposer, car de toute façon il savait qu’il ne pourrait pas dormir correctement chez lui, trop de choses lui rappelait Noeru et par conséquent, il passait la plupart de ses nuits à l’hôtel, seul ou accompagné, et il lui arrivait souvent de se réveiller avec une sacrée gueule de bois, mais malheureusement toujours en colère. Même après presque un mois, le rouquin ne parvenait pas à lui pardonner. Et d’ailleurs le fait qu’elle ne lui envoie absolument rien pendant ce laps de temps plutôt long le rendait complètement fou. Il se sentait inutile, et il ne savait pas s’il pourrait un jour refaire face à la brune. Au fond il en avait tellement envie, il voulait s’assurer qu’elle aille bien, qu’elle n’essaie pas de reproduire la même erreur, ou même qu’elle n’y pense pas, mais au final la colère effaçait toutes ses pensées, après tout, si elle refusait de lui parler, c’est qu’elle refusait encore de voir la sincérité du rouquin et il était fatigué d’essayer. Il hésitait à totalement abandonner avant de se détruire lui-même, et avant que les gens autour de lui ne commencent à s’en rendre compte.

Ce jour-là n’avait pas été différent. La veille, il avait travaillé normalement en cours, comme si de rien n’était, toujours aussi taquin avec ses élèves qui avaient vraiment du mal avec le saut de haies. Toutefois, même s’il se moquait ouvertement d’eux, comme il le faisait toujours, il ne prenait en réalité aucun plaisir à un tel spectacle et il n’avait eu qu’une hâte, c’est que la journée se termine afin qu’il puisse sortir se changer les idées. Après tout le lendemain il ne donnait pas cours, alors il pouvait bien s’accorder une soirée sympathique pour profiter un peu de la vie qui, ces derniers temps, lui jouait de biens mauvais tours. Il était donc sortit en club, s’amusant avec une ou deux femmes sans pousser le jeu trop loin puisqu’il avait surtout enchaîné les verres. Il avait par la suite eu la mauvaise idée de prendre le volant, mais heureusement, il avait pu rentrer chez lui sauf, même si sa voiture était salement amochée, le rouquin n’ayant pas bien évalué la distance entre le mur et l’avant du véhicule quand il s’était garé dans son garage; bon soit, un peu de shopping et de changement lui ferait peut-être du bien aussi. Il était ensuite allé se coucher dans son lit sans même faire attention au bordel qui traînait dessus. Enfin quoiqu’il en soit, il se réveilla le lendemain avec un mal de tête phénoménal, poussant un soupir à la vue de son appartement, qui était en effet dans un état pitoyable, il n’y passait plus assez de temps et surtout, il n’avait plus la volonté de s’en occuper. Il se prépara lentement pour se changer les idées, mais également pour décuver puis admira les dégâts qu’il avait causé sur sa voiture, se disant que cette fois-là, il avait peut-être déconné. Il fallait qu’il fasse quelque chose, il ne pouvait pas continuer à vivre comme ça, et il avait beau aimer l’adolescente, il refusait de se mettre en danger pour elle. Au moment où il prit son téléphone pour regarder ce qu’il y avait de nouveau, que la sonnerie retentit de nouveau, le bruit lui fendant le crâne. Il poussa un soupir, puis jeta un regard pour connaître l’identité du destinataire. Sa gorge se serra en remarquant que c’était Noeru. “J’ai besoin de toi”… Est-ce qu’elle se moquait de lui ? Le rouquin donna un coup de pied dans sa portière de sa voiture sous le coup de l’énervement. Elle devait plaisanter. D’un coup elle lui envoyait un message, après presque deux mois sans nouvelles ? Vraiment elle se foutait de lui. Toutefois il décida d’ignorer. S’il allait la voir maintenant il serait capable mettre un terme à leur relation, et aussi douloureuse soit elle en ce moment, il n’en avait pas envie même s’il ne cessait de dire le contraire et de penser le contraire.
Mais c’était sans compter sur un second message de la brune qui vint énerver un peu plus le sportif. “J’ai su régler mon problème, ne te dérange pas”. Sans réfléchir il répondit immédiatement, les mains tremblantes sous la colère : “On va régler mon problème, il faut qu’on parle”. Il ne regrettait en aucun cas ce message, mais il se rendit vite compte qu’il n’avait rien à lui dire. Enfin, si lui n’avait rien à lui dire, elle avait sûrement quelques aveux à lui faire. De toute façon il fallait bien qu’ils se revoient au moins une fois, ne serait-ce que pour mettre fin à tout ce remue-ménage. Toutefois il ne partit pas immédiatement, attendant la fin de l’après-midi pour se rendre à pied à l’hôpital, n’osant pas sortir sa voiture dans l’état où elle se trouvait. Il arriva doucement mais sûrement au centre, puis rejoint la chambre de l’adolescente sans même prendre la peine de frapper avant d’entrer. Il referma la porte et s’y adossa, balayant la pièce du regard sans même la volonté de bouger ou de s’approcher de Noeru.


- Je suis là. Finissons-en vite.


Sa voix était distante, et il n’était pas difficile de comprendre que le dialogue serait difficile. Toutefois elle ne traduisait aucune émotion qu’il ressentait réellement, telle que la colère. D’ailleurs, il n’avait rien à lui dire, tout ce qu’il voulait c’était qu’elle s’explique, qu’elle lui dise pourquoi elle l’avait évité, ignoré, pour elle n’avait pas appelé et surtout, pourquoi elle avait attenté à sa vie pour une raison qui lui échappait.


- Je t'écoute.


Mais il ne voulait pas s’éterniser, après tout, peut-être que leur relation avait atteint sa limite, après six mois. Peut-être qu’il ne pouvait simplement plus assumer et que cet obstacle n’était en fait que le mur vers lequel ils fonçaient depuis le début de cette relation. Il poussa un soupir laissant transparaître son agacement et son impatience. Il fallait qu’elle prenne la parole avant que lui ne rende un jugement sans avoir entendu les faits. Elle devait savoir qu’il faisait sans cesse des conclusions hâtives dans son esprit, alors il valait mieux qu’elle s’empresse de lui expliquer, le peu de patience qu’il possédait avait été mis à rude épreuve pendant les dernières semaines et il en arrivait au point où il ne pouvait simplement plus. Il voulait vite comprendre, pour ensuite passer à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Rechute (pv. Toma)   Dim 12 Oct - 14:28

Noeru fut réveillée par le son de la porte s'ouvrant sur la pièce. son sommeil avait été comme d'habitude très léger et très court. Sa tête pour changer, était enfouie sous sa couverture et c'est ainsi qu'elle pensa que le bruit qu'elle venait d'entendre avait été causé par les infirmières et qu'il était peut-être l'heure de manger. Mais quand elle entendit la voix de Toma, son coeur se serra tout comme ses poings. Elle avait maintenant encore moins envie de sortir son visage. Noeru n'arrivait pas à se décider entre le soulagement d'enfin le rencontrer après si longtemps et la colère qu'elle éprouvait par sa faute. Le sentiment qui se développait alors en elle, était l'un des plus étrange qu'elle avait pu ressentir jusqu'à présent. Elle avait tant envie de le prendre dans ses bras que de lui coller un poing en pleine face. C'est la voix faible qu'elle prit la parole de nombreuses secondes après qu'il l'y ait invité, sans pour autant sortir de sa cachette.

- Tu as l'air de m'en vouloir.. J'espère que c'est une blague.

Cette phrase était sortie toute seule avec sa rencoeur comme seule commanditaire. Noeru se mordit la lèvre inférieur. Elle ne regrettait pas ce qu'elle avait dit, mais la manière dont elle l'avait fait. Ça ne lui ressemblait pas de parler comme ça. Elle continua d'une voix plus douce:

- Le jour où je me suis retrouvée face à cette infirmière, j'ai pensé que c'était douloureux... humiliant... Je t'en voulais mais... je me trompais ce n'était rien...

Ses mots étaient tout juste audible mais prononcés sans hésitation. Elle était trop fatiguée pour se préoccuper de lui, pour se demander s'il risquait de mal prendre ses paroles. De toute façon elle se fichait qu'il soit blessé. Bien sûr si c'était le cas elle regretterait d'avoir tenu un tel discoure mais il était trop tôt pour y penser.

- Tu dis vouloir en finir vite alors je ne vais pas te retenir plus longtemps... Ton pendentif est au fond du dernier tiroir, dans une petite boite à bijoux derrière le coffret rouge...

Le coffret en question contenait les débris des objets qu'elle regrettait le plus d'avoir cassés, ceux qu'elle n'avait pas pu se résoudre à jeter. Il y avait donc le fameux casque audio, ainsi que des bouts de tissus, entre autre. Elle remerciait le ciel de ne pas avoir eu le pendentif au cou le jour ou sa colère était devenue totalement incontrôlable, sinon il ne serait rien resté de cet objet si précieux.

- Mais.. est-ce que me quitter réparera vraiment tout ça...

Elle découvrit le haut de sa tête suite à ces paroles, laissant apparaître ses yeux rouges soulignés d'épaisses cernes noires et son teint livide. Ses cheveux avaient perdus toutes leurs brillances et ressemblaient à un véritable champs de bataille. En somme l’aperçu qu'elle lui donnait était fidèle au reste et rapportait parfaitement comment elle avait vécu durant ses dernière semaines: cloîtrée dans son lit incapable d'avoir un sommeil digne de ce nom et dont la seule activité avait été de pleurer toutes les larmes de son corps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Rechute (pv. Toma)   Dim 12 Oct - 16:01

Le rouquin resta adossé un moment à la porte, se crispant sensiblement en entendant la voix de Noeru, et surtout le ton qu’elle avait employé pour s’adresser à lui. C’est lui espérait que ce soit une blague. Il avait absolument toutes les raisons de lui en vouloir, mais une nouvelle fois parce qu’il était habituellement celui qui faisait des erreurs, il devait être fautif pour ce qui se passait maintenant ? Et puis la moindre des choses était qu’elle se montre, qu’elle sorte de sous sa couverture, si elle voulait s’adresser à lui. Toutefois il ne bougea pas. Il n’allait pas céder avant de comprendre ce qui se passait. Ce qui allait advenir par la suite, il n’en savait rien, il  était bien trop énervé et il savait qu’à ce stade là, avec en plus la fatigue et le mal de crâne, il risquait de faire preuve de moins de tact, voire de dire des choses qu’ils ne pensait pas, mais qu’il dirait sous le coup de la colère. Ce n’était pas contre elle, mais il avait besoin de passer ses nerfs sur quelqu’un, et comme ce serait sûrement la première fois où il allait pouvoir extérioriser tout ce qu’il avait traversé pendant ces derniers mois, il se retenait donc au maximum, évitant de s’approcher d’elle, l’écoutant le plus calmement possible en essayant du mieux qui’l pouvait de rester de marbre.
Ainsi il l’entendit reprendre d’une voix un peu plus apaisée que précédemment, et petit à petit il se mit à avoir des soupçons quant au fait que, peut-être, des souvenirs le concernant lui étaient revenus. Ce qui, au lieu de le faire se sentir coupable, accentua un peu plus son ressentiment envers la brune. Si c’était vraiment ce qu’il soupçonnait, elle était ridicule. Certes les souvenirs étaient douloureux, certes il n’avait pas été tendre, mais de là à essayer de mettre fin à ses jours et à lui en vouloir pour quelque chose de passé. Vraiment, n’importe quoi.


- Ton pendentif est au fond du dernier tiroir, dans une petite boite à bijoux derrière le coffret rouge...


Ces dernières paroles vinrent ainsi confirmer les soupçons du rouquin, qui demeura plus calme que ce qu’il aurait pensé. Il avait vraiment cru qu’il pourrait devenir fou et détruire tout les meubles de la pièce, mais en réalité, il se réservait un sort bien pire tellement il se sentait mal. Il avait échoué en tant que petit-ami, il était devenu inutile et complètement impuissant face à la situation, et ce contre son gré. Et comme il refusait d’être en colère contre lui, c’était Noeru qui allait en pâtir; pour le moment il ne pensait pas à la questions des conséquences de ses actes, ni même au fait qu’il puisse regretter quoi que ce soit, il voulait juste exprimer ce qu’il ressentait d’une manière ou d’une autre. Il savait qu’il n’était pas loin d’exploser et c’est pourquoi il ne répondit pas à la brune pour éviter de déclencher tout ce qui pourrait suivre, il resta silencieux. Il marcha doucement, s’approchant du lit dans lequel Noeru s’était réfugiée, mais c’est sans un regard pour elle qu’il ouvrit le tiroir qu’elle lui avait indiqué, sortit délicatement le coffret rouge en question sans même se demander ce qui pouvait se trouver à l’intérieur, puis il récupéra son pendentif et remis la boîte appartenant à la brune dans le tiroir avant de le refermer et de se rediriger petit à petit vers la porte. Il avait eu ce qu’il voulait. Il avait enfin ses explications, il comprenait mieux, mais il ne se sentait pas soulagé. Il lui en voulait, il ne supportait plus de devoir se sentir coupable. Ce n’était pas uniquement de sa faute, pas cette fois. Il serra son poing sur la pendentif qu’il venait de récupérer et posa son autre main sur la poignée qu’il poussa pour ouvrir la porte. Alors qu’il s’apprêtait à sortir définitivement, l’adolescente arrêta le mouvement de son professeur en prenant la parole.


- Mais.. est-ce que me quitter réparera vraiment tout ça…

- Tu te fous de moi.



Sa voix avait été tout aussi calme et distante que lorsqu’il avait prit la parole. Sa main qui tenait la poignée se resserra sur cette dernière, et il fit claquer avec force la porte qu’il avait tout juste ouverte et resta quelques instant à la fixer, dos à Noeru. Cette manoeuvre avait été totalement stupide, puisque le bruit de la porte qui claquait n’avait eu pour pour seul effet que d’augmenter son capital haine, son mal de tête étant vecteur de mauvaise humeur. Il avait réussi à ne pas s’énerver contre elle pendant les longues minutes qu’il avait passé ici. Et alors qu’il était enfin sur le départ elle décidait de le provoquer ouvertement. A croire qu’elle cherchait à tout prix à le pousser dans ses derniers retranchements. Si c’était ce qu’elle voulait, soit. Mais qu’elle ne tente pas de sauter une nouvelle fois par la fenêtre, puisqu’elle n’avait que ce qu’elle avait demandé. Il se retourna donc vers elle, le visage totalement impassible, son expression était froide et il ne souhaitait en aucun là lui montrer autre chose. Il ne la voyait même plus, la colère l’ayant complètement aveuglé. En effet, Toma refusait de voir à quel point elle se sentait mal, après tout elle l’avait totalement ignoré, totalement évité pendant tout ce temps. “Qui sème le vent récolte la tempête” après tout.


- Tu penses que c’est un moyen de me garder ? C’est pitoyable.


Il la défiait du regard, faisant allusion à la manière dont elle s’adressait à lui, et à la démarche qu’elle avait eu de l’ignorer puis de finalement le solliciter pour seul objectif de l’engueuler quand il viendrait. Après tout elle se rabaissait à du chantage affectif, et c’était quelque chose qu’il ne supportait pas parce qu’il y était particulièrement sensible. Certes pour le moment il était énervé, mais lorsqu’il serait seul, ou qu’il en parlerait à Sayumi, il savait qu’il se sentirait coupable, et surtout effrayé à l’idée de la perdre. Mais pour l’instant il n’y pensait pas, son regard tout à fait neutre teinté de mépris duquel il la toisait, comme si pour lui, tout s’était déjà terminé à partir du moment où elle avait commencé à l’ignorer. Et puis ce n’est pas comme s’il n’y avait pas pensé, à la rupture, c’était même une possibilité qu’il envisageait de plus en plus à mesure que le temps passait.


- Et il n’y a rien à réparer, je ne vois pas de quoi tu parles.


De nouveau il la toisait du regard, sans s’approcher. Il s’y refusait catégoriquement. Il ne voulait plus être le coupable dans l’histoire. Cette fois, c’était réellement de sa faute. Elle avait choisi de laisser ces mauvais souvenirs prendre le dessus sur ce qu’ils avaient construit d’agréable. Elle avait choisi le Toma qui l’avait fait souffrir plutôt que celui qui avait fait de son mieux pour qu’elle se sente aimée. Soit, il reviendrait au point de départ et lui donnerait ce qu’elle avait choisi de voir puisqu'elle y tenait tant.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Rechute (pv. Toma)   Dim 12 Oct - 20:31

Elle attendit qu'il finisse, bouillonnant. Il ne comprenant rien, c'était toujours la même chose avec lui. Plus il parlait et plus elle était en colère.  Plus que ses mots, c'est le ton qu'il employait qu'elle ne supportait pas, cette attitude qu'il avait. Et puis elle ne comprenait pas ce qu'elle avait réellement fait de mal. Le roux avait l'air aussi remonté qu'elle et pourtant elle était loin de lui en avoir tant fait bavé. D'accord elle n'avait pas répondu à ses messages mais premièrement elle ne les avait pas vu et deuxièmement il était évidant qu'elle n'était pas d'humeur. Et puis oui elle avait essayé de mourir mais elle n'était plus elle même à ce moment là, elle avait été totalement sonnée. Si vraiment elle avait voulu mourir, elle aurait déjà fait une seconde tentative. En plus ces deux choses étaient causées par son petit jeu malsain alors il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même. Lorsqu'il eut finit de lui lancer tous ses piques elle répondit sur un ton semblable.

- Je ne veux pas te garder, tu es un être horrible. Je ne sais même pas pourquoi tu es venu alors que je t'ai clairement dit que ce n'était pas la peine.

Son regard était haineux elle ne réfléchissait plus une seconde. Elle allait tout lui dire, chaque pensée qui traverserait son esprit, ainsi il saurait tout une bonne fois pour tout et il ne pourrait plus mal interpréter ses propos. En tout cas s'il le faisait, ce serait vraiment de la mauvaise fois de sa part.

- Et pourtant je m'en veux car après tout c'est moi qui suis sans arrêt revenue vers toi. Mais encore, ça ne serait que ça il n'y aurait pas eu de problèmes. Parce que s'il n'y avait eu que ça la première chose que je t'aurais dit en entendant ta voix, c'est que je voulais que tu disparaisse de ma vie. Je n'aurais pas non plus envoyé ce premier message et naturellement je ne serais pas en train de t'expliquer tout ça maintenant car après tout à quoi bon si je ne fais que te haïr.

Son regard s'était fait plus doux au fur et a mesure que ses mots se faisaient entendre et pas une seule fois elle n'avait baissé les yeux. C'était peut être le manque de sommeil qui la rendait si téméraire, elle-même ne savait pas d'où elle tirait toute l'énergie nécessaire à un tel monologue. C'était peut-être parce qu'en à peu près un mois et demis, elle n'avait pas prononcé l'équivalant de dix phrases complètes. Et puis cela faisait tellement longtemps qu'elle gardait tout ça pour elle...

- ... J'en ai marre d'être en colère... J'en ai marre de ces yeux qui me brûlent en permanence et j'en ai marre de ne rien voir d'autre en toi, que l'être qui m'a totalement détruite il y a quelques mois... J'aimerais oublier.... tout ces souvenirs que je viens de retrouver, je n'en veux pas...

Elle se leva avec autant de mal que l'après midi même étant donné qu'elle n'avait de nouveau pas eu la présence d’esprit de dégourdir ses jambes de temps en temps. Pour s'aider à tenir debout étant donné ses genoux et chevilles endormies, elle prit appuis sur un meuble sans s'y affaler pour autant. Elle ne voulait pas que le professeur se rende compte de sa faiblesse actuelle, sachant qu'il risquerait de le prendre comme une tentative de sa part pour l'apitoyer.

- Je crois que tu ne te rend pas vraiment compte de tout ce que j'ai du encaisser d'un coup...

Même si désormais elle était debout, elle ne prit pas le risque de s'approcher de lui. Et même si elle savait que ça ne durerait pas, elle se sentait réellement mieux d'avoir pu évacuer tout ça. Maintenant elle attendait le retour de la balle, elle n'y échapperait pas et elle savait que ce serait violent, le connaissant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Rechute (pv. Toma)   Dim 12 Oct - 22:19

Toma la regarda s’énerver, sans pour autant quitter cette attitude calme qu’il tenait absolument à conserver pour ne pas laisser transparaître son état de fatigue, même s’il savait qu’elle n’était même plus en état de la voir. Après tout il ‘était dans le même état et c’est dans ce genre de situation que le rouquin se rendait compte du décalage entre elle est lui, et qu’il se demandait si ça allait pouvoir fonctionner encore longtemps. D’ailleurs en entendant qu’elle ne voulait pas le garder, il avait eu confirmation de ce qu’elle voulait, et avait très bien compris le message. Parfait, ça réglerai bien des problèmes autant pour elle que pour lui. De son côté, la brune pourrait vivre tranquillement sa vie de lycéenne, avec son raté de petit-ami et sa stupide meilleure amie; quant au rouquin, il allait enfin retrouver sa totale liberté et passer son temps à jouer avec ces femmes qu’il avait trop délaissées depuis qu’il était avec Noeru. Et puis il n’avait aucun remords à la laisser, puisque c’est Noeru elle-même qui l’avait proposé. D’ailleurs pendant tout le temps que l’adolescente, le rouquin n’avait pas détourné le regard.
Plus elle parlait, plus il la haïssait. Elle ne se rendait pas compte, elle ne voyait que ce qu’elle voulait et sa mémoire était tellement sélective. Elle ne voulait voir que les mauvais côtés du rouquin, que les fois où il avait été un véritable abruti. Il savait que ces derniers étaient plus nombreux en nombre, mais il était persuadé qu’ils avaient eu de rares bons moment qui, si elle l’avait choisi, aurait pu compenser la douleur. Elle n’avait même pas essayé, elle s’était juste laissée emporter par le courant, et avait totalement sombré. Pourquoi elle ne voyait pas les efforts qu’il avait fait ? Pourquoi elle refusait toujours de se rappeler les bons moments quands ils en arrivaient à leur relation ? Et surtout, pourquoi choisissait-elle d’oublier que Toma ne s’était jamais laissé aller de la sorte, que peu importe ce qu’il s’était passé, il était resté auprès d’elle. Certes au début dans le but de s’amuser, mais encore une fois, elle oubliait trop facilement combien il l’aimait, combien il était sincère avec elle.
Et elle avait beau dire le contraire, si elle avait essayé, il était certain qu’elle aurait pu entrevoir quelque chose d’autre que le Toma qui avait cherché à la détruire. Ne serait-ce qu’un espoir sur lequel se raccrocher, qu’il n’était pas que la personne joueuse, mais également un homme qui l’aimait sincèrement. Mais elle refusait de s’y accrocher, Toma en était certain, même si la raison échappait au rouquin. Il poussa un soupir.


- Je crois que tu ne te rend pas vraiment compte de tout ce que j'ai du encaisser d'un c-

- Tu te fous vraiment de moi hein…  



Sa voix avait été glaciale et il coupa même légèrement la parole à la brune. Son expression toutefois restait de marbre, comme toujours. Comment pouvait-elle espérer qu’il se rende compte de quoi que ce soit si elle passait son temps à le lui cacher ? Il n’avait pas des supers pouvoirs lui permettant de lire dans ses pensées, ni même un talent caché pour lire dans les yeux des gens, mais alors quand c’était des personnes qui ne répondait pas à ses messages et qu’il était loin de ses dernières… A quoi s’attendait-elle ? Elle devait vraiment se moquer de lui pour lui sortir des trucs pareils. Le rouquin en la voyant se déplacer haussa un sourcil, mais fut heureux de voir qu’elle gardait ses distances avec lui. Il ne savait pas comment il aurait pu réagir si elle s’était retrouvée à moins de d’un mètre d’elle. Il n’avait pas lâché l’idée de redevenir le Toma dont elle avait choisi de se souvenir, en oubliant ainsi celui qui l’avait aimé, qui avait été tendre, présent, et il se surprit même à espérer qu’elle relirait ses messages, regrettant ainsi chacune de ses paroles. Il jeta un regard à sa montre puis mit ses mains dans ses poches.


- Comme toujours, tu te laisses aller, si bien que tu en deviens ridicule. Tout ça ce n’est pas de ma faute.  C’est toi qui te mets dans des états minables, et qui refuse de voir tout ce que j’ai fait pour toi, qui refuse de te rendre compte que t’es pas la seule à en avoir bavé.


Il restait secret à propos du fait qu’il ait souffert de ses situations, il était vrai qu’il lui faisait exactement le même reproche que lui lui avait fait : celui de ne pas voir ce qu’il lui montrait pas. Mais il se sentait bien trop mal, et d’ailleurs juste après avoir prononcé les mots il les regretta. Toutefois, après un court silence, il poussa un nouveau soupir, sa voix toujours aussi glaciale et distante.


- J’en ai marre de me battre pour que tu te sentes bien, surtout si quelque chose de passé revient tout gâcher à chaque fois. Tout comme toi j’en ai marre de voir que quoi que je fasse tu ne verras jamais rien d’autre que celui qui a essayé de jouer avec toi.


Il poussa un nouveau soupir. Il se décidait d’arrêter de dire ce qu’il pensait réellement pour revêtir le masque du Toma odieux qu’elle semblait préférer à celui qu’elle avait eu l’occasion de connaître.


- Maintenant si tu pouvais arrêter de te mettre dans ces états,  que je puisse arrêter de me soucier de toi. Comme ça on règle le problème.


Après tout c’est la raison qu’il avait invoquée à sa visite d’aujourd’hui, en lui envoyant ce message; et il faisait également allusion à ce “problème” dont l’adolescente avait parlé dans le message que lui avait reçu. Il planta son regard dans celui de l’adolescente. Non, définitivement, il n’avait plus la volonté d’arranger quoi que ce soit. Il était sûrement venu un mauvais jour et il regretterait certainement tout ce qu’il allait dire par la suite, mais tant pis, c’était sa dernière chance de le lui dire. Il prit donc la parole de la même voix après une inspiration.


- Arrêtons-nous là. J'ai eu ce que je voulais après tout.


Ces paroles, il les regretta immédiatement après qu'elles aient franchies ses lèvres. Qu'est-ce qui lui avait prit de frapper sur un point aussi sensible ? Il n’avait pas imaginé que ce serait si facile à prononcer. Sûrement encore la colère qui parlait pour lui. Mais le rouquin avait réellement atteint sa limite. Mais comme il l’avait dit il y a quelques mois à la brune, il ne fallait pas qu’elle craigne de le haïr, et il savait que ce n’était pas le moment pour la quitter, mais il ne voyait pas d’autres possibilités. Si elle avait tout d’un coup, certes elle aurait mal sur le coup, mais comme il était revenu à l’attitude du Toma qu’elle haïssait, il se disait qu’elle le laisserait partir plus aisément. Elle pourrait revenir à une vie tranquille, sans regretter l’absence du rouquin que, de toute façon, “elle ne voulait pas garder”. Même si en réalité, au fond de lui, le rouquin espérait que de telles paroles puisse éveillé en elle des souvenirs de lui plus agréables, plus tendres, qu'elle se dise que "non, il n'était pas comme ça", même si le sportif avait très peu d'espoir. Après tout le ton de sa voix avait été presque méprisant, et il l'avait dit sous l'élan de la colère...
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Rechute (pv. Toma)   Lun 13 Oct - 0:00

- Comme toujours, tu te laisses aller, si bien que tu en deviens ridicule. Tout ça ce n’est pas de ma faute.  C’est toi qui te mets dans des états minables, et qui refuse de voir tout ce que j’ai fait pour toi, qui refuse de te rendre compte que t’es pas la seule à en avoir bavé.

Ça, c'était une sacré gifle. Elle s'attendait à une réplique cinglante mais elle n'aurait pas pensé en souffrir autant. Toutefois même s'il l'avait dit méchamment, elle devait bien admettre qu'il n'était pas à côté de la plaque. Mais en même temps son dernier reproche n'était pas justifié car même si elle ne lui avait pas parlé depuis un moment de ses soucis, elle avait fait de sacrés efforts pour le tenir un minimum au courant, et Toma ne pouvait pas se vanter d'en avoir fait autant.

- J’en ai marre de me battre pour que tu te sentes bien, surtout si quelque chose de passé revient tout gâcher à chaque fois. Tout comme toi j’en ai marre de voir que quoi que je fasse tu ne verras jamais rien d’autre que celui qui a essayé de jouer avec toi. 

Elle baissa les yeux pour la première fois depuis qu'elle s'était permise de le regarder suite à cette réplique. Les regrets commençait gentiment à remonter, elle se disait qu'elle n'aurait pas dû être aussi dure avec lui. Et puis elle culpabilisait d'être une telle personne, de réagir de cette manière à ce qui lui était arrivé. Mais la phrase qui de toutes lui fit le plus mal était celle-ci :

- Arrêtons-nous là. J'ai eu ce que je voulais après tout. 

Les poings de Noeru se serrèrent et à peine eut-il le temps de terminer sa phrase qu'elle cria :

- TAIS-TOI.

Elle avait posé ses mains sur ses oreilles peu avant de prononcer ces mots et était tombée en position accroupie. C'était un point beaucoup trop sensible encore, combien de fois déjà lui avait-il dit des choses semblable ? Et à chaque fois elle en était ressortie anéantie.

- N'en rajoute pas... s'il te plaît. J'ai déjà de la peine à m'en sortir avec tous les autres.. Ils.. sont là.. à me tourmenter encore et encore... Ne redeviens pas comme ça je t'en supplie...

La demoiselle était maintenant en pleure, les yeux clos. Ses souvenirs étaient encore tout frais, sans compter que c'était comme si elle avait revécu chaque scène une seconde fois, non vraiment elle étai encore trop atteignable. Ce qui l'aidait justement c'est qu'elle savait au fond que Toma n'était plus comme ça, mais à quoi pourrait-elle se raccrocher s'il décidait tout d'un coup recommencer à se comporter comme il l'avait fait.

- Je baigne encore en plein dedans... Je ne m'en sors pas c'est insupportable..

Ses doigts avait quittés son crâne pour rejoindre ses bras.

- Je ne sais pas se que je dois faire pour que ça cesse... avait-elle finalement murmuré

Elle ne lui demandait pas d'aide, sachant à quelle point il était remonté elle savait que c'était innutile et puis elle-même ne savait pas si elle avait envie qu'il tente quoi que ce soit. Comme elle le disait, ce qu'il jugeait comme étant le passé était pour elle encore d'actualité à cause de cette fraîche remise en mémoire et elle avait peur de le rejeter violemment s'il tentait quoi que ce soit, en faisant l'amalgame avec la personne qu'il avait été et celle qu'il était actuellement

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Rechute (pv. Toma)   Lun 13 Oct - 1:18


- TAIS-TOI.

Le rouquin manqua de lui crier exactement la même chose. D’une part, son mal de tête était de pire en pire au fil des minutes, à cause de la gueule de bois mais surtout à cause de toutes ces émotions qu’il extériorisait enfin, et d’autre part ils allaient se faire remarquer si elle commençait à hausser la voix dans sa chambre, et le rouquin serait forcé de sortir. Or même s’il voulait partir, la dernière chose qu’il voulait faire était attirer l’attention, que ce soit sur l’adolescente ou sur lui. Après tout si on découvrait la brune en train de tutoyer son professeur, quels effets cela aurait, et combien de gens pourraient soupçonner quelque chose de leur relation ? Enfin leur relation… Quand il y pensait maintenant le roux se rendait compte qu’il n’y avait plus rien et qu’il ne pouvait plus en parler en ces termes, il y avait mis fin quelques minutes plus tôt. Il peinait à y croire. Il avait vraiment fait ça ? D’un côté, il ne pouvait vraiment plus, après tout ils ne s’en relèveraient jamais et leur relation allait droit dans le mur dès le début…
Il observa donc l’adolescente pleurer, sans un geste vers elle. Peu à peu, même malgré la colère qu’il n’avait pas réussi à totalement à exprimer et à faire sortir de son esprits, des regrets vinrent s’installer et rapidement il s’en voulut d’avoir touché un point aussi sensible. Toutefois une phrase de l’adolescente lui ôta ses remords presque aussi rapidement qu’ils étaient venus.


- Ne redeviens pas comme ça je t'en supplie...


Il ne comprenait pas. De qui était-elle tombée amoureuse exactement ? Du gars taquin, moqueur, mais attentionné qui faisait tout pour qu’elle se sente bien, parfois immature, parfois maladroit ? Ou bien de ce gars qui sortait bien plus souvent que nécessaire pour se livrer aux plaisirs de la chair, et qui traitait la vie comme un grand terrain de jeu ? Parce que peu importe combien il avait été gentil avec elle, il était aussi cette enflure. Il n’avait jamais changé. Il avait fait des efforts avec elle, mais c’était tout. Comment pouvait-elle lui demander de “ne pas redevenir comme ça”, alors qu’il n’avait jamais été différent ? Après tout il était un savant mélange de ces deux personnages, et de quelques autres dont elle n’avait même pas encore idée. Son poing se serra, il comprenait mieux pourquoi elle était tombée de si haut en redécouvrant ces souvenirs. Il avait voulu trop bien faire, trop profiter des moments joyeux en sa présence, qu’il en avait oublié combien elle se sentirait mal en se souvenant de son attitude. Le rouquin baissa son regard vers la brune, toujours ses mains dans ses poches, sans bouger, attendant qu’elle ait terminé pour prendre la parole.


- Désolé.


Ce fut tout ce qu’il fut capable de prononcer, malheureusement sans même vraiment le penser et ça s’entendait au ton de sa voix qui s’était fait distant, voire absent. Il avait réussi à retourner son sentiment de colère contre lui, le détournant ainsi de l’adolescente. Il lui fallait de l’air, l’air de la chambre devenait étouffant et il ne savait décidément plus quoi faire pour l’aider. Il poussa un soupir avant de reprendre la parole.


- Il n’y a rien à faire…


Il était toujours distant envers elle, après tout il ne se sentait plus le droit de dire quoi que ce soit, et puis il était persuadé qu’elle ne l’écouterait pas de toute manière. D’ailleurs il ne faisait pas allusion qu’aux souvenirs, mais aussi à son attitude et aussi à leur situation à eux deux. Après tout il était persuadé que si la situation l’avait autant atteinte, c’est parce qu’il avait laissé entrevoir certaines faiblesses. Par conséquent, au delà du désir de montrer à Noeru ce qui l’attendait vraiment, il voulait pouvoir se retrouver, et être capable de se reconnaître. Il avait toujours cette impression d’être faible face à elle. Il se disait qu’il valait mieux faire tout d’un coup : les souvenirs, rompre, et comme ça, même si elle mettait du temps à s’en remettre, elle s’en remettrait, alors que s’il l’avait accompagnée dans tout le processus, l’attachement aurait été bien trop fort, et il n’aurait pas pu la quitter aussi facilement.


- Je ne peux pas t’aider. C’est toi qui refuses de t’accrocher après tout.


Il se décida finalement et fit un pas vers elle, sans hésiter, et il la prit par l’épaule pour l’aider à se relever. Bien sûr, aucune forme de tendresse, ou de volonté de se réconcilier. Comme un passant qui l’aurait trouvée effondrée dans la rue, il l’avait aidée à se relever, rien de plus. Quant à ses paroles… Oui, une nouvelle fois il était sûr que si elle avait su se raccrocher à quelque chose de positif, elle n’aurait pas réagi de la sorte. Il poussa un soupir puis s’écarta d’elle.


- Mais tu t’en es déjà sortie une fois, alors y a pas de raison.


Sa voix avait été moins froide, quoi que toujours aussi distante. Après tout elle avait surmonté ces épreuves seules, un fois déjà. Maintenant qu’elle savait, elle pouvait les surmonter une seconde fois, le rouquin en était persuadé. Sans compter que cette fois il ne serait plus là pour l’enfoncer par la suite. C’était déjà un poids en moins pour elle. Toutefois il ne quitta pas la pièce immédiatement, refusant de laisser penser aux aides-soignantes que c’était lui qui l’avait mise dans cet état. Il poussa un soupir, regardant par la fenêtre. Et dire qu’il allait devoir rentrer à pied chez lui. Il évitait clairement le regard de la brune, maintenant qu’il commençait à se calmer.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Rechute (pv. Toma)   Lun 13 Oct - 18:22

Elle le laissa parler se concentrant sur le timbre de sa voix plus que sur ses mots qu'elle n'écoutait pas. Elle savait que si elle entendait ses paroles elle aurait plus mal encore car elle imaginait bien quel genre de discoure il tenait. Son ton était distant, il venait de la quitter... Non vraiment si elle se mettait maintenant à lui prêter une réelle attention elle avait la sensation qu'elle ne s'en relèverait pas. Mais sa façon de parler en elle même était redevenue calme et ce son avait le pouvoir de l'apaiser. Noeru le laissa l'aider docilement mais ne lui accorda pas un regard. Ses pleures persistaient mais étaient bien moins incontrôlables que quelques minutes au par avant. Quand Toma la lâcha la jeune fille rejoignit son lit et s'y allongea dos à lui. Et après quelques minutes d'un silence rythmé par ses sanglot, elle demanda enfin :

- J'aimerais que tu t'en ailles...

Elle savait que même si elle n'avait rien dit il l'aurait fait tôt ou tard mais elle n'avait pas la patience d'attendre qu'il choisisse lui-même le moment de son départ. Elle ne savait même pas quelle raison l'avait poussé à rester mais à dire vrai ce n'était pas sa première préoccupation. Une chose provoquait en elle bien plus de question. Ils avaient exposé leurs problèmes et il avait rompu alors pourquoi est-ce qu'elle n'en ressentait aucun soulagement ? Elle lui avait dit ce qu'elle avait a dire, lui en voulait toujours et avait la sensation que de toute manière ça n'aurait jamais pu fonctionner et malgré ça elle avait l'impression de se sentir plus mal encore. L'étudiante s'était attendue à avoir une fois encore un sentiment partagé, comme ça avait été le cas jusqu'à présent. Elle pensait que s'ils venaient à se séparer, une partie d'elle serait triste et l'autre libérée ou quelque chose comme ça... Mais là aucun poids ne s'était retiré et même, d'autres s'étaient encore ajouté sur la balance. Alors pour se consoler et même si elle n'y croyait pas elle-même, elle se disait qu'il reviendrait.

C'est pour cette raison qu'elle changea d'attitude les jours suivants. Si elle continuait comme elle était partie elle allait finir par y passer elle en avait bien conscience. Alors après un peu plus d'une semaines elle commença à faire des efforts et se mit à accepter les visites à nouveau. Aussi, elle mangeait sagement cette bouffe infâme qu'on lui servait trois fois par jours. Et surtout, elle avait cessé de se cacher sous sa couverture en permanence, allant même jusqu'à se balader dans le bâtiment de temps en temps. Mais elle ne se sentait pas mieux pour autant et n'était jamais réellement présente. Son esprit était toujours aussi tourmenté et c'est à peine si elle voyait ce qui se passait autour d'elle. Même Misaki était incapable de capter son attention avec ses plaisanteries et tentatives de faire participer Noeru à des jeux auxquelles elles s'amusaient souvent avant que tout ça ne se produise. Elle avait tout tenté. Comme elle avait remarqué que la noiraude avait recommencé à se nourrir elle s'était remise à lui amener des friandises que l'adolescente aux yeux bleu mangeait mécaniquement. Connaissant le goût qu'avait sa meilleur amie pour la musique elle lui faisait aussi découvrir les nouveaux morceau en vogue mais rien y faisait. et son psy ne tirait rien non plus de leur rendez-vous étant donné qu'elle ne lui disait rien, littéralement. Et puis de toute façon que pourrait-elle lui dire. Tout était lié à Toma et non seulement elle n'avait pas envie d'en parler mais en plus leur relation avait jusqu'au bout été classée secret défense. Alors elle se débrouillait seule pour faire le tris, malheureusement avec des résonnements ne menant nul part, elle était incapable de régler ça seule.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rechute (pv. Toma)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rechute (pv. Toma)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les sauces en boite
» Do U want to be a Toma's "tomodachi" ?
» Snickers? Kit-Kat ou Mars?!!
» Rechute ~ ( Soul Eater - Azorg ) [ Azaya - Hélia ]
» [3rd tournois] Poule G : Kazuki Silfrid VS Toma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CAMPUS TENSHIGAYA :: Zone Itakû :: Centre Hospitalier-
Sauter vers: