AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Venez incarner votre personnage de manga / anime préféré ou bien créez le votre, et amusez vous dans le Campus Tenshigaya, une ville sans limites !

Partagez | 
 

 A quoi tu joues ? (PV Misao)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Chisato Sayashi
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 29/08/2010

Votre personnage ...
Prénom : Chisato
Nom : Sayashi
Âge : 17 ans

MessageSujet: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Dim 24 Aoû - 22:56

La lycéenne était arrivée largement en avance au rendez-vous d’aujourd’hui, qu’elle avait fixé avec Misao. Elle était pressée de le revoir d’une part, mais surtout, elle s’était pressée toute la matinée pour s’assurer d’être à l’heure. En effet, la veille elle lui avait envoyé un message pour qu’ils se voient aujourd’hui, mais ça n’avait pas empêché la lycéenne de sortir le soir-même, et elle avait été vraiment très efficace cette fois-là, c’était rare qu’elle le soit autant. Quatre personnes en une soirée, pas mal. Comment avait-elle fait ? En s’incrustant à une soirée sur la plage. Il s’agissait du premier anniversaire d’un couple, dont elle avait vu l’un des deux partis prendre du bon temps en club quelques semaines auparavant. Elle avait eu de la chance de tomber sur une telle coïncidence, et elle s’était amusée toute la soirée à rendre sa relation avec la jeune femme plus qu’ambiguë, si bien qu’à la fin de la soirée, le petit ami de cette dernière refusait de lui parler, pensant qu’elle l’avait trompée avec une fille. Chisato elle, s’était assez vite éclipsée après avoir vu comment évolué les choses, repartant avec un jeune homme participant à la fête, assez sympathique ma foi, mais complètement ivre. Elle savait que ce dernier avait un petit ami, et elle avait failli exploser de rire ce matin en voyant la tête de ce dernier, se réveillant dans le même lit qu’une jeune fille. Elle lui avait quand même épargné la carte du « je… je suis mineure… », jugeant que tromper son petit copain avec une fille devait déjà l’avoir assez choqué comme ça.


Mais quoiqu’il en soit, c’était pour cette raison qu’elle avait dû se dépêcher toute la matinée, après tout, elle ne pouvait pas se ramener devant Misao habillée d’une robe aussi courte, coiffée et maquillée de la sorte, ce n’était pas possible. Elle avait dû filer à son dortoir discrètement, évitant les regards des surveillants et des quelques personnes résidant dans l’établissement pour les vacances, puis prendre une douche pour ôter cette horrible odeur d’alcool et d’homme. Ca non plus, ce n’était que des détails, mais ce genre de détails là laissaient souvent des doutes dans l’esprit des gens, même si ça restait inconscient. Puis elle s’était habillée d’une petite robe, comme toujours dans les tons pastels, puis s’était discrètement maquillée. Enfin la routine quoi. La seule chose qu’elle n’avait pas eu le temps de faire, c’était d’arranger correctement ses cheveux, et elle était sortit des dortoirs avec la tête humide, se disant qu’avec une telle chaleur, ils sècheraient vite. Elle avait également mis des chaussures à talons, pour gagner quelques centimètres face à Misao, qui était vraiment trop grand. Bon, ce n’était pas grand chose, mais c’était déjà ça de pris…

Enfin dans tous les cas, elle était maintenant là, à l’attendre, presque une demi-heure en avance par rapport à l’heure qu’ils avaient fixée. Elle n’avait pas l’habitude d’être en avance, en général c’était elle que l’on attendait… Qu’est-ce que l’on faisait en attendant quelqu’un ? Elle regarda quelques instants son téléphone, mais elle n’avait pas grand chose dessus. Elle faisait le tri souvent pour éviter d’attirer les soupçons, si jamais quelqu’un regardait son téléphone. Bon, elle avait tous ces clichés qu’elle prenait en soirée, pour faire croire qu’elle était amie avec un tel, et ainsi se rapprocher de certaines cibles. Mais en général, si les gens étaient curieux, ils allaient voir les messages, et puis personne encore n’avait cherché à fouiller dans son téléphone, après tout elle n’était pas une personne intéressante, elle était juste une fille ridiculement gentille et innocente.


Elle entendit deux jeunes femmes s’asseoir à côté d’elle, gloussant devant un magazine people, et plus particulièrement la photo d’un jeune homme. La lycéenne aux cheveux roses dû se retenir de rire devant ces deux femmes, qui devaient avoir facilement la trentaine, et qui lisait un magazine pour adolescente. Et puis le jeune homme en question devait vraiment être trop jeune pour elle, à en entendre les « haaaaaaa s’il n’était pas si jeune je le ramènerai bien à la maison » ou encore « t’imagines comment ça doit être dans la même classe que lui… Je lui laisserai me faire ce qu’il veut… » Chisato aurait même préféré ne pas entendre ces exclamations là, c’en était presque écoeurant. Toutefois elle se pencha discrètement vers les deux femmes, un sourire innocent et un air timide sur le visage. Ces dernières la remarquèrent lui montrèrent la photo d’un air à la fois attendri et envieux. L’adolescente fit mine de rougir en voyant le jeune homme sur la photo, ce à quoi les deux femmes répondirent d’un rire amusé et d’un « il est mignon hein ? » ainsi qu’un « quelle chance, tu as son âge ». Elle connaissait ce visage. La lycéenne leur demanda le magazine, qu’elles lui laissèrent volontiers, avant de commencer à se disputer sur le fait que, oui ou non, le jeune homme aimait ou pas les filles expérimentées, et qu’il préférait sûrement une femme plus âgée qu’une pauvre petite lycéenne.


Chisato se tourna légèrement pour lire tranquillement, ou plutôt, voir de plus près cette photo. Une fois bien assise, elle observa attentivement le portrait du jeune homme en question, puis elle écarquilla les yeux devant la surprise. Plus de doutes, avec des yeux pareils, couleur or… Pas étonnant qu’il lui disait quelque chose, il s’agissait de Misao. Pour confirmer son doute, elle regarda le nom : Misao Takahashi… Elle fut d’autant plus surprise de le voir porter le nom d’un si grand homme d’affaire. Alors c’était un gosse de riche… Elle jeta un nouveau regard à la photo et se sentit prendre quelques couleur. Il était vraiment charismatique sur ce cliché là, totalement différent de ce à quoi il l’avait habituée… Rien à voir avec le gars timide, maladroit, et tout ce qu’il lui avait montré. Après, peut-être était-il vraiment comme ça… Mais elle avait du mal à y croire en voyant cette photo. Il était vraiment très attirant. Elle soupira puis rendit le magazine aux deux femmes en les remerciant, avant de se lever pour se diriger vers l’entrée du centre commercial, des tonnes de questions affluant dans son esprit.

Qui était-il ? Pourquoi ne portait-il pas le même nom au lycée ? Est-ce que c’était son père, ou lui qui avait choisi ? Et puis pourquoi ne pas aller dans un lycée un peu plus réputé ? Après tout il était fils d’une grande compagnie, et donc promis à un grand avenir, non ? Elle avait l’impression de retomber à zéro, comme si elle redécouvrait totalement le jeune homme. Chisato revenait également à ses doutes qui l’avait fortement perturbée la fois précédente. Toutefois cette fois, elle parvenait à mieux se contrôler, cette fois elle ne laisserait rien passer, elle ne pouvait plus se le permettre. Après tout, elle ne savait plus contre qui elle jouait, ce n’était plus le moment de prendre des risques ou d’être imprudente. Elle espérait juste que son adversaire ne s'amuserai pas à la pousser à bout...
Revenir en haut Aller en bas
Misao T. Nisemono
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/03/2013

Votre personnage ...
Prénom : Misao
Nom : Nisemono
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Lun 25 Aoû - 0:41

Misao se réveilla en retard ce matin là. Il avait veillé tard à cause d'une fête dans laquelle il s'était invité. Cette fois il y était allé totalement à l'improviste en entendant de la musique depuis la rue et il avait eu de la chance: C'était une jeune femme, célibataire et bourrée vu la manière dont elle l'avait observé lorsqu'il s'était présenté à elle, qui lui avait ouvert. Il avait trouvé un prétexte ouvertement bidon pour s'incruster accompagné de son sourire le plus charmant. Une fois infiltré, il avait commencé par s'amuser à cacher des objets, notamment un trousseau de clé, un portefeuille, et le fromage qu'il avait "accidentellement" laissé tomber derrière un meuble. Il avait ensuite profité que l'une des demoiselles invitées s'endorme, pour lui piquer sa bague de fiançailles et avait au passage couché avec son copain. Bien entendu il n'avait pas attendu le matin pour s'enfuir. Au final il n'avait passé que trois heures là-bas mais avait profité en partant de laisser son numéro au charmant petit blondinet avec qui il avait partagé un lit pour papoter un peu une fois que ce dernier aurait bien dessaoulé.

Après cela il était allé dans un night-club, pour danser et boire un peu, son "rendez-vous" précédent l'ayant rendu d'humeur festive. Il ne s'était pas autorisé à trop consommer d'alcool là-bas pour éviter de s'attirer des ennuis à cause de trop d'imprudence de sa part. Bourré il lui était si difficile de se concentrer qu'il était parfois incapable de saisir des sous-entendus comme le typique "tu monterais chez moi prendre un dernier verre...?". Bon celui-là il le connaissait donc il n'avait pas besoin de réfléchir mais avec suffisamment de grammes de ce liquide dans le sang il suffisait de changer sensiblement la formule pour le perdre. L'avantage c'est que cela lui permettait de décrocher. Sobre il était pratiquement incapable de ne pas réfléchir en permanence. Entre les questions qu'il se posait, les choses qu'il observait, les plans qu'ils composait.. Il ne s'arrêtait jamais.

Il fini par rentrer chez lui en Taxi, laissant ses nouvelles "amies" derrière lui. Il était six heure du matin quand l'adolescent posa enfin la tête sur son oreiller. Il savait qu'il regretterait d'avoir ainsi laissé filer le temps car il sortait le jour même, mais pour l'instant il s'en fichait la seule chose à laquelle il pensait c'était dormir.

douze heure, son alarme retentit et c'est avec un affreux mal de crâne qu'il quitta son lit ce matin là. Vraiment ce qu'il avait été idiot, si seulement il n'était pas si... Immature. Il soupira et alla se servir un grand verre d'eau ainsi qu'une orange sanguine en guise de déjeuner rapide. Il alla bien entendu se laver pour supprimer toute trace visible et olfactive de sa folle nuit passée, privilégiant l'eau froide afin de l'aider à émerger histoire d'être bien en forme en prévision de son rendez-vous de l'après-midi. Il sauta dans ses vêtements les plus simple, mettant malencontreusement son t-shirt à l'envers, et couru jusqu'au centre commercial. Misao détestait être en retard et était content de ne pas habiter trop loin de la galerie marchande.

Il arriva totalement essoufflé auprès de la demoiselle, dans son dos. Il s'appuya sur le dossier de sa chaise et lorsqu'elle tourna la tête dans sa direction il s'écarta brusquement.

- E-excuse-moi..! il expira puis ajouta, bonjour.. Tu vas bien?

Il s'assit en face d'elle pour poursuivre.

- J'espère que je ne suis pas trop en retard.. Je me suis endormis devant une série et je n'ai pas entendu mon réveil ce matin...

En réalité grâce à son sprinte de midi il était parvenu à arriver pile à l'heure, mais il n'avait pas sa vieille montre pour s'en rendre compte.
Revenir en haut Aller en bas
Chisato Sayashi
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 29/08/2010

Votre personnage ...
Prénom : Chisato
Nom : Sayashi
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Lun 25 Aoû - 2:19

Après quelques minutes à attendre adossée à la rambarde à l’entrée du centre commercial, Chisato commençait à avoir mal aux jambes et décida d’aller s’asseoir dans un café en attendant le brun. Ce n’était pas à cause de ses chaussures, elle avait l’habitude de porter des talons, mais elle était simplement fatiguée de sa soirée de la veille, après tout elle avait dû se réveiller plus tôt que d’habitude pour être sûre de ne rien laisser paraître de ce qu’elle avait fait. Et puis elle n’avait toujours pas mangé, alors en l’attendant, elle pouvait toujours commander quelque chose. Elle regarda l’heure sur son téléphone, se demandant ce qu’il pouvait bien faire, mais elle se rendit compte qu’en fait, il y avait encore cinq minutes avant l’heure du rendez-vous. Elle posa son coude sur la table, posant sa tête sur sa main et laissa échapper un soupir. Elle s’ennuyait tellement qu’elle commanda un milk-shake. Ca allait lui couper la faim pour quelques heures, et puis c’était parfait par un tel temps.

Toutefois le garçon arriva bien avant sa commande, et ce n’était pas plus mal. Elle l’avait attendu respirer derrière elle. Visiblement, elle n’avait pas été la seule à avoir eu peur d’être en retard et à s’être dépêchée ici. Elle ignorait sa raison, mais de toute façon, elle le devinerait bien avec la partie d’aujourd’hui. Toutefois, en le voyant s’écarter brusquement, elle eut un léger sursaut puis elle lui adressa un sourire en le regardant s’installer en face d’elle, acquiesçant lorsqu’il lui demanda si elle allait bien.


- J'espère que je ne suis pas trop en retard.. Je me suis endormis devant une série et je n'ai pas entendu mon réveil ce matin...

- C’est moi qui suis en avance…



Elle lui montra du doigt l’heure affichée sur l’horloge qui trônait au milieu de la galerie, près d’un panneau publicitaire, dont les aiguilles venaient tout juste de bouger de 13h à 13h01. Elle lui adressa ensuite un sourire amical, comme quoi il n’avait pas à s’en faire. Cependant elle se demandait bien ce qui avait bien pu le mettre ainsi en retard, enfin, qui l’avait forcé à se presser plutôt. Elle ça avait été une soirée bien remplie, mais lui ? Encore un aller retour de Tokyo ? Elle décida de ne pas trop y prêter attention et lui demanda s’il voulait quelque chose à boire, disant qu’elle voulait lui rendre la pareille pour la glace de l’autre fois. Sa commande à elle arriva à ce moment précis, laissant au brun demander quelque chose au serveur si jamais il prenait quoi que ce soit.


- Du coup t’as fait quoi cette semaine ?


Après tout, il avait réussi à échapper aux cours d’été. Cela n’avait absolument pas surpris Chisato lorsqu’elle avait reçu le message, le lendemain de leur sortie au parc. Après tout elle n’y avait jamais cru, à cette histoire. La probabilité qu’il aille plutôt se taper des filles était bien plus grande, et, il fallait l’avouer, plaisait beaucoup plus à la lycéenne. Toutefois, en sachant qu’il était un des fils de la maison Takahashi, cette histoire de cours d’été semblait bien plus vraisemblable, et pouvait très bien s’associer avec le fait qu’il allait s’amuser à droite à gauche. Elle réprima un soupir. Ça y était. Pas même cinq minutes en sa présence et la jeune fille recommençait à se poser des questions inutiles et superflues.
Elle prit une gorgée de sa boisson en regardant le jeune homme assis en face d’elle. Vraiment, rien à voir avec le gars de la photo. Il était loin d’avoir la même présence ou le même charisme. Chisato était persuadé que s’il était venu lui parler apprêté comme sur la photo, elle aurait sûrement été quelque peu impressionnée les premiers instants. Enfin peut-être pas, mais intérieurement elle se serait sûrement retrouvée touchée par tant de caractère, elle n’aurait simplement rien laissé paraître, comme toujours.


Après quelques instants pendant lesquels elle fixait sans ciller l’adolescent, elle baissa le regard en rougissant, puis se redressa avant de se pencher par-dessus la table. Un détail avait attiré son attention. Une fois assez proche du visage du jeune homme, elle prit délicatement le col de son T-shirt entre son index et son pouce, puis fit sortir l’étiquette, qui était sensé être contre sa nuque, sur l’avant du T-shirt. Elle eut un petit rire, mais s’arrêta bien vite en remarquant la distance entre le brun et elle. Mince. Encore une fois, elle avait été imprudente. Toutefois la lycéenne ne se recula pas immédiatement, puis adressa un sourire amusé à son interlocuteur avant de prendre la parole.


- J-Je pense que tu as mis ton T-shirt à l’envers.


Elle laissa échapper un nouveau rire gêné puis se remit tranquillement en position assise, s’excusant et manquant de faire tomber sa boisson. Elle la rattrapa toutefois avant la catastrophe et entreprit de regarder Misao, souriant toujours bien que la teinte de ses joues ne semblait pas vouloir diminuer. Chisato, pour essayer de se changer les idées, voulut boire rapidement le contenu de son verre, mais elle fit rapidement arrêtée par cette sensation de froid qui lui attaquait les tempes, et elle dû se tenir la tête quelques secondes avant que sa tête ne reprenne une température normale et supportable.


- Tu as dû te lever vachement tard pour être aussi pressé...


Elle lui adressa un nouveau sourire, n’osant plus toucher à ce satané milk-shake qui lui avait congelé le cerveau il y avait de ça quelques instants. Elle repensait à la façon dont elle s’était approchée de lui un peu plus tôt. Comment avait-elle pu être aussi inattentive et imprudente. Certes elle avait réussi à rattraper le coup, mais elle s’était promis de ne pas prendre de risques aujourd’hui, avant de savoir qui était vraiment son adversaire…
Revenir en haut Aller en bas
Misao T. Nisemono
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/03/2013

Votre personnage ...
Prénom : Misao
Nom : Nisemono
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Lun 25 Aoû - 3:19

- C’est moi qui suis en avance…

Le jeune homme soupira de soulagement en voyant l'heure à l'horloge, se félicitant intérieurement pour cet exploit. Quand le serveur arriva il demanda un grand verre d'eau et une coupe de salade de fruit. S'il avait choisit un menu aussi léger c'était qu'il se remettait encore de sa gueule de bois et qu'il aurait difficilement pu manger quelque chose d'autre, cette classe d'aliment étant sans doute la moins écœurante qu'il connaissait. L'eau c'était évidemment contre son mal de tête mais surtout car l'adolescent n'était pas vraiment tourné Soda et qu'il se voyait mal boire un grand verre de lait dans son état.

- Du coup t’as fait quoi cette semaine ?

Il resta silencieux un court instant, sa tête s'enfonçant dans ses épaules. Il était apparu dans pas mal de revues, des plus sérieuse parlant majoritairement de la situation de sa famille, aux plus superficielles choisissant de mettre en avant l'anniversaire de sa sœur ainsi que ses jolies chaussures. En somme, l'événement avait été bien plus médiatisé qu'il n'aurait pu le penser et Chisato aurait eu du mal à passer à côté. Si son père avait convié des journaliste c'était pour éviter que ceux ci s'invitent d'eux même, ce qui aurait empêché l'homme d'avoir le contrôle des articles en ressortant. Il fini par soupirer et avoua.

- Je.. suis allé à Tokyo...

Si elle avait eût vent de la soirée, elle saurait immédiatement de quoi il en retournait, sinon elle n'avait tout bonnement pas besoin de le savoir. Comme elle le fixait silencieusement il planta un peu plus sa tête entre ses épaules, le regard fuyant. Lorsqu'il retourna les yeux dans sa direction il sursauta. Quand s'était elle approché autant et.. pourquoi? Sa camarade lâcha un petit rire qui fit rougir le jeune homme et ajouta:

- J-Je pense que tu as mis ton T-shirt à l’envers.

Misao fit les yeux rond. heureusement que cet acte était digne de son personnage, il se serait senti ridicule dans une autre situation. Il rit doucement en même temps qu'elle, mimant l'embarras une fois encore et pendant qu'elle faisait l'idiote avec son milk-shake, il retourna son haut sans l'enlever.

- Voilà.. C'est mieux comme ça..

- Tu as dû te lever vachement tard pour être aussi pressé...


- Mmh.. j'ai pas vraiment regardé l'heure mais il devait être vers cinq.. six heures du matin quand je me suis endormis... Je me suis plongé dans la série Lost et j'ai plus décroché..

Il rit doucement. Il savait que même si pour l'instant elle n'avait pas relevé pour Tokyo, sans doute à cause de son problème d'étiquette, elle ne tarderait pas à le faire, ce n'était qu'une question de temps. Enfin encore une fois, uniquement dans le cas ou elle était tombé sur une photo de lui et qu'elle y avait fait attention, ce qui n'était pas dit.

Le serveur fini par arriver avec sa commande et Misao le remercia, entamant son dessert sans attendre. Il n'avait pas vraiment eu l'occasion de se rassasier et il avait sérieusement faim. En même temps il n'avait pas beaucoup mangé le soir passé donc cela pouvait facilement se comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Chisato Sayashi
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 29/08/2010

Votre personnage ...
Prénom : Chisato
Nom : Sayashi
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Lun 25 Aoû - 18:20

Chisato émit un petit rire à la réponse du jeune homme, ponctué d’un « Oooh, pas étonnant alors ». Est-ce qu’elle pouvait toujours croire à ça, vraiment ? Après tout il lui avait avoué qu’il était allé à Tokyo. Peut-être qu’il ne mentait pas sur qui il était ni sur sa famille, il n’en parlait pas simplement parce que personne ne posait de questions… Un peu comme elle au final. Après tout il était un garçon vraiment discret en classe, n’attirant pas l’attention sur lui, donc personne ne devait venir lui poser des questions sur sa vie privée. Ce ce qu’elle se disait, jusqu’à se souvenir de son allure sur cette photo. Il émanait de sa personne une énergie tout à fait différente. Chisato leva les yeux vers lui pour le regarder. Oui, complètement différent. Si elle n’avait pas eu la chance de voir complètement son visage la dernière fois, et si elle n’était pas un minimum observatrice, elle savait qu’elle serait passée à côté, et que jamais elle ne l’aurait reconnu.

Toutefois, elle se demandait que faire avec un élément pareil entre ses mains. S’il ne se cachait pas d’être un héritier, ce n’était pas la peine de lui faire du chantage, et c’était même stupide, puisque ça ne ressemblait pas du tout à la lycéenne de faire une chose pareille. Elle s’appuya contre le dossier de sa chaise après avoir pris une gorgée de son milk-shake, sans quitter l’adolescent des yeux. Pourquoi, même en apprenant autant sur lui, elle n’arrivait toujours pas à le comprendre ? Elle faillit soupirer mais se rattrapa au dernier moment en prenant une nouvelle gorgée de sa boisson.


- Misao Takahashi…


Le ton de sa voix avait été différent, clair et posé, de même que son regard, amusé. Elle avait, sans s’en rendre compte, été provocante et laissé alors apparaître la joueuse qu’elle était, . Le problème, c’est qu’elle ne s’en était rendue compte qu’après avoir prononcé ces mots. Elle voulut se taper la tête contre un mur à cet instant. Il fallait vraiment qu’elle évite de jouer la lycéenne mignonne lorsqu'elle était fatiguée, surtout après trois jours de jeu intense, car elle avait visiblement trop de mal à perdre ces habitudes-là, et à passer d’un personnage à un autre de façon agile. Décidément, elle cumulait les gaffes avec lui aujourd’hui. Tout d’abord elle avait envahi l’espace personnel du jeune homme pour une simple étiquette, et maintenant, elle se trahissait tout bonnement. Toutefois elle ôta immédiatement ces expressions de son visage, dès qu’elle s’en rendit compte, et adressa un sourire au brun en face d’elle.


- C’est toi, pas vrai ?


Sa voix était revenue « à la normale », comme si l’épisode d’un peu plus tôt n’avait jamais été réel. D’ailleurs, elle s’était surprise à espéré qu’il n’ait rien vu, après tout il était en train de manger,et il devait sûrement être fatigué à en juger par la façon dont il était arrivé ici. Elle lui adressa son sourire le plus amical avant de reprendre sur le même ton.


- Waaaaah, tu es vraiment différent sans cette coupe… J’ai même failli ne pas te reconnaître.


Elle émit un petit rire puis termina doucement sa boisson, rougissant légèrement alors qu’elle posait son regard sur le brun assis en face d’elle. Bien sûr, il n’y avait pas que les cheveux, loin de là. La lycéenne savait que si jamais elle rencontrait un gars pareil en club, elle en ferait immédiatement sa prochaine cible. Cette fois-là, elle avait seulement eu de la chance. Non seulement son adversaire lui donnait un peu de fil à retordre, mais en plus il s’avérait être le très charmant fils d’un grand groupe. Chisato lui aurait bien posé des tonnes de questions, elle était vraiment curieuse, mais elle ne voulait pas se montrer envahissante, elle avait peur que de cette façon, il la trouve énervante. Et surtout, elle ne voulait pas paraître trop suspecte.


- J-Je ne le dirais à personne…


Sa voix avait été un peu plus agitée, comme si l’adolescente avait peur qu’il lui en veuille, ou qu’il craigne qu’elle ne le fasse chanter. Elle rougit sensiblement puis baissa le regard, n’osant pas le regarder. Non, elle n’allait le dire à personne. Elle n’était pas stupide. SI les autres voulait savoir, ils n’avaient qu’à ouvrir les yeux non ? Et puis c’était toujours un élément vers lequel elle pourrait se diriger pour connaître un peu mieux le jeune homme. Peut-être que ses faiblesses se trouvaient dans cet aspect là de sa vie après tout…

Toutefois, la lycéenne savait que le fait qu’ils soient riches et assez connus des médias rendait la tâche bien plus difficile cependant. D’une part, ils étaient plus difficilement approchables et plus méfiants. Et d’autre part, elle risquait toujours de se faire prendre par les médias, ou même de s’attirer les foudres de cette famille, si elle était trop imprudente. Et pour ce coup là, le jeu n’en valait pas la chandelle. Elle savait qu’elle affrontait plus fort qu’elle, elle n’allait pas se jeter dans un tel projet sans aucun plan. D’ailleurs, elle espérait ne pas avoir à aller jusque là, ne pas avoir à s'approcher de sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Misao T. Nisemono
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/03/2013

Votre personnage ...
Prénom : Misao
Nom : Nisemono
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Lun 25 Aoû - 19:26

- Misao Takahashi…

Et quatre. C'était la quatrième fois qu'elle se trahissait. Il allait finir par faire des coches dans un calepin, car au rythme ou ça allait il n'allait pas tarder à perdre le compte. Cette fille était une véritable amatrice. Il n'avait même pas eu besoin de voir son visage pour deviner l'expression de son regard. Il fit toute fois mine de ne pas faire attention au ton employé, terminant sa bouchée avant de doucement lever les yeux afin d'écouter la suite de la phrase.

- C’est toi, pas vrai ?

"Bien essayé choupinette, mais t'es grillée." pensa-t-il à cet instant, sans ne rien en laisser paraître. Il baissa doucement les yeux posant sa cuillère.

- M-mh...

- Waaaaah, tu es vraiment différent sans cette coupe… J’ai même failli ne pas te reconnaître.


Et elle ne l'aurait pas reconnu s'il n'avait pas cédé face à l'inconfort que lui procurait sa frange. Mais il savait que la véritable raison de son hésitation devant la photo n'était pas ses cheveux mais son attitude. Après tout elle avait déjà vu son visage dégagé et il n'utilisait pas de maquillage pour camoufler ses traits. Il était soulagé en l'entendant dire ça car il se doutait bien qu'elle était une fille observatrice, sinon elle n'aurait pas tremblé la fois précédente. Quelqu'un d'autre n'y aurait peut-être pas fait attention donc il était conforté dans l'idée qu'il ne craignait pas grand chose.

- À ce point? demanda-t-il en rigolant

- J-Je ne le dirais à personne…

Il ne savait pas s'il pouvait la croire mais il la remercia sans remettre sa promesse en question.

- C'est que... C'est difficile de se faire de vrais amis... Lorsque l'on vient de ce milieu.. Argumenta-t-il hésitant.

Il reprit enfin sa cuillère pour continuer son repas mais il fût interrompu par sa sonnerie de téléphone. Il sortit l'objet de se poche, entraînant du même coup la chute d'un petit objet métallique, vu le bruit qu'il avait fait en percutant le sol. Misao tourna la tête en direction de la chose et se mordit la lèvre inférieur en voyant de quoi il s'agissait. La bague de fiançailles. Il ramassa le bijou qu'il s'empressa de mettre dans sa poche espérant que Chisato n'y aurait pas fait attention, mais il en doutait. C'était un type de son qui attirait l'attention et n'importe qui aurait regardé ne serait-ce que par réflexe. Et puis elle n'était pas tombé sous la table mais à côté. De plus il ne s'était pas jeté sur l'objet, il n'y avait rien de plus louche que ce type de comportement. En même temps qu'elle idée de remettre son jean de la veille, si seulement il ne s'était pas levé en retard il n'aurait jamais commis une telle erreur.

Ce qu'il devait faire maintenant c'était prévoir une explication. Malheureusement l'objet n'avait aucune raison de se trouver avec lui car il l'avait pris dans l'unique but de pourrir la vie de quelqu'un. Pour ne pas rendre l’événement plus suspect encore, il choisit de ne pas s'y attarder, en apparence du moins, faire comme si c'était normal et qu'il n'avait rien à cacher en lisant le message qu'il venait de recevoir. Puis il ferma le clapet de l'appareil et se remit tout simplement à manger. Entre deux bouchées il dirigea ses iris dorées en direction du visage de son amie et laissa un léger sourire timide se dessiner sur ses lèvres.

- Ha, ta coiffure est plutôt sympa comme ça.. ça te vas bien...

Il voulait éviter qu'elle lui pose des questions auxquelles il n'avait pas de réponse et souhaitait discrètement détourner son attention de la scène qui venait de se dérouler. Peu de chance que cela fonctionne malheureusement mais il comptait sur son calme exemplaire et son naturel à tout épreuve pour au moins retarder l'échéance.
Revenir en haut Aller en bas
Chisato Sayashi
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 29/08/2010

Votre personnage ...
Prénom : Chisato
Nom : Sayashi
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Lun 25 Aoû - 22:46

La jeune fille acquiesça lorsqu’il lui expliqua qu’il était difficile pour lui de se rare de « vrais » amis s’il se présentait à eux comme Misao Takahashi, l’adolescente lui adressa un mince sourire. Sûrement oui, ça devait être difficile pour lui. Mais il fallait avouer que de toutes les solutions, celle de jouer les timides n’étaient définitivement pas la meilleure. Et puis il ne sortait que très peu, voire pas du tout avec ses soi-disant « amis » du lycée. Encore une fois, elle peinait à croire que ce soit cette raison qui l’ait poussé à mentir sur son identité. Peut-être son père ne voulait pas que l’on sache que son fils allait dans un établissement qui n’était pas aussi prestigieux qu’il l’aurait voulu; ou alors c’était simplement Misao qui voulait juste passer son temps comme il l’entendait. Mais dans ce cas, la jeune fille l’imaginait mal aussi timide, au quotidien. Enfin peu importait sa raison, mais la lycéenne était persuadée que ce n’était pas pour se faire des « vrais amis ». Il y avait quelque chose d’autre.

En réalité, elle était tellement persuadé qu’il était ce Misao joueur, cela en influençait toute sa réflexion. Ce n’était peut-être pas une mauvaise chose, en soi, mais sur le moment, Chisato se détestait pour ça. Jamais elle n’avait laissé une personne la troubler de la sorte, depuis Hiro. Ca l’énervait au plus haut point d’autant plus que Misao et lui se ressemblait. La jeune fille s’apprêtait à lui demander pourquoi il avait choisi de venir sur le Campus plutôt qu’un lycée prestigieux dans la capitale, mais elle fut devancée par la sonnerie de téléphone du jeune homme, ainsi qu’un autre bruit, un tintement, qui attira son regard directement vers le sol.
Une bague ? Elle appartenait à une femme en plus, vu la taille et la forme. De nouveau, ce gars-là l’embrouillait complètement. Elle savait par cette revue débile qu’il n’était pas fiancé ou marié, ni même dans aucune relation impliquant un mariage sur le long terme. Alors pourquoi était-il en possession d’un tel objet ? Alors qu’elle ouvrait la bouche pour lui poser une question allant dans ce sens, il la coupa pour lui dire autre chose.


- Ha, ta coiffure est plutôt sympa comme ça.. ça te va bien...


Chisato rougit légèrement puis répondit à son compliment avec le sourire aux lèvres.


- Oh, euh merci… En fait ils sont au naturel, là


Pour accompagner ses mots elle lissa une mèche de cheveux qui encadrait so visage, les joues rouges à cause du compliment du jeune homme. Après tout, il aimait son côté naturel, quel soulagement pour elle, qui n’avait pas eu le temps de les coiffer. Bien sûr elle passa les détails qui indiqueraient qu’elle avait passé une excellente soirée et qu’elle ne s’était pas réveillée chez elle. Elle rit intérieurement face à la manoeuvre du jeune homme. Il pensait vraiment l’éloigner du sujet de la bague avec un simple compliment ? Il la pensait si stupide que ça ? C’était mal la connaître… Elle tenait quelque chose, elle le savait, et elle n’allait pas le laisser s’en tirer, en lui laissant en plus le temps d’imaginer quelque chose à lui raconter. Non, elle ne se laisserait plus embrouiller par lui, du moins pas cette fois. C’est pourquoi après quelques instants, elle lui jeta un regard à la fois timide et interrogateur, puis prit la parole d’une voix gênée.


- C’était à toi, la bague ?


Certes elle avait cumulé les erreurs aujourd’hui, mais elle n’en était pas moins entêtée, et maintenant qu’elle avait devant elle un parfait prétexte pour trouver des éléments sur le jeune homme, elle n’allait pas en démordre. Chisato avait remarqué que le brun s’était mordu la lèvre lorsqu’il avait vu le bijou tomber au sol. C’était donc une erreur de sa part, et non pas une combine pour l’embrouiller. A moins qu’il s’agisse d’une nouvelle manière de l’embrouiller elle ? Ca y était elle recommençait. S’il continuait ce jeu-là, elle n’allait pas tarder à lui poser directement la question. Elle savait qu’elle ne se le pardonnerai jamais si elle le faisait, tellement elle était têtue. Mais malheureusement en plus d’être entêtée, elle était capricieuse et impatiente… Pas de chance.
C’est pourquoi elle espérait ne pas être obligée de s’adresser directement au brun pour des réponses, mais plutôt les trouver elle-même, avec cette question notamment. En fait ça lui ferait vraiment trop mal de se retrouver découverte simplement parce qu’elle était frustrée de ne rien comprendre à sa cible.
Revenir en haut Aller en bas
Misao T. Nisemono
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/03/2013

Votre personnage ...
Prénom : Misao
Nom : Nisemono
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mar 26 Aoû - 0:09

- Oh, euh merci… En fait ils sont au naturel, là

- ha.. c'est joli..
il sourit timidement.

Grace à ce sujet superficiel il avait trouvé. Cela avait été court comme temps de préparation, mais absolument nécessaire. De cette manière il évitait le mensonge précipité et ridicule comme: "elle est a ma soeur, elle l'a perdu à la fête", difficile de croire qu'il l'aurait gardé quatre jours dans sa poches surtout en sachant que sa soeur était depuis le temps, retourné en Angleterre. Grâce à ça il évitait aussi le "je.. l'ai acheté pour toi..." totalement grotesque.

- C’était à toi, la bague ?

Il secoua la tête de gauche a droite et répondit:

- Non.. Je l'ai trouvé sur le chemin, j'irais l'amener au poste de police en rentrant..

Voilà, simple, efficace et il était débarrassé du sujet. Même si elle ne le croyait pas à cause de sa toute première réaction, du moins si elle l'avait vu, elle ne remettrait pas en doute sa parole au risque d'ébranler sa couverture. Après tout elle n'avait aucune raison de ne pas le croire, sauf si elle pensait qu'il jouait et le personnage qu'elle interprétait ne s'en rendrait pas compte. Pour le coup il était plutôt content de lui. Si elle avait cru le coincer aussi facilement, elle s'était mis le doigt dans l'oeil... Immature, il ne pu s'empêcher de lui accorder un petit sourire en coin durant tout juste une seconde, qui signifiait clairement: "Tu comptes faire quoi maintenant?". Sourire qu'il modifia très vite en expression douce et sympathique, digne du rôle qu'il tenait.

- Tu pourras m'y accompagner si tu le souhaite...

Mais il était déçu, s'il cédait l'objet à la police, la jeune femme de la soirée de la veille avait des chances de la retrouver. Et puis ça lui faisait un joli souvenir avec un petit côté symbolique, après tout il avait eu la bague, et le fiancé.

Il prit sa dernière cuillerée de salade de fruit et reprit une gorgée de son verre d'eau. Il se retenait aussi de ne pas prendre sa tête dans ses mains à cause de la douleur, elle qui avait surement des doutes sur sa soirée aurait des chances de faire le lien entre ce mouvement et l'anneau qu'elle avait aperçu. Il eu d'autant plus de mal lorsque le serveur, cet empoté, avait fait chuter son plateau sur lequel reposait plusieurs verres. Décidément ce n'était pas sa journée, mais il tenait bon. Une erreur était suffisante, surtout en prenant en compte tout les indices qu'il lui avait volontairement donné. Il fallait qu'il se montre plus prudent mais malheureusement il avait de la peine à rester sage, ce n'était pas dans sa nature, surtout lorsqu'il s'amusait autant. Plusieurs fois il avait été à deux doigts d'éclater de rire, il avait voulu lui dire à de nombreuse reprise à quelle point elle était négligente, mais il se retenait. Certes il n'avait rien contre le fait de perdre mais uniquement s'il s'était donné à fond jusqu'au bout et que la défaite ne venait pas de lui mais de son adversaire qui avait su être plus fort. Tout en sachant que lorsqu'il cessait de jouer par ennuie il ne considérait jamais la chose comme étant un échec de sa part, après tout ce n'était pas lui qui était un loser mais l'autre qui n'avait pas su être intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Chisato Sayashi
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 29/08/2010

Votre personnage ...
Prénom : Chisato
Nom : Sayashi
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mar 26 Aoû - 1:15



- Non.. Je l'ai trouvé sur le chemin, j'irais l'amener au poste de police en rentrant..

- Oh, je vois…



Inutile de dire combien Chisato était déçue. Elle avait vraiment pensé pouvoir le coincer de la sorte. D’un autre côté, cela lui permettait de se rendre compte contre qui elle jouait. Il était bien plus fort qu’elle ne l’avait pensé. En si peu de temps, une excuse en béton… Elle aurait pu être admirative si elle n’avait pas été si dégoûtée. Elle savait qu’il mentait, elle l’avait vu se mordre la lèvre inférieure, un peu plus tôt, lorsque la bague avait touché le sol. Il n’y avait donc pas de doutes là-dessus. Elle réprima un soupir. Tant pis, elle saisirait la prochaine, après tout il y en aurait sûrement d’autres. Il fallait simplement qu’elle soit plus vigilante, qu’elle fasse moins d’erreurs.
Lorsqu’elle vit ce sourire accroché sur le visage du brun, l’adolescente se raidit brièvement avant de revenir à son état initial. Tout ses doutes semblaient se confirmer. Il se jouait bel et bien d’elle, s’amusant de chacune de ses réactions et de ses erreurs. Cette expression lui tapait sur le système, mais lui faisait plaisir à la fois. Elle aimait les personnes intéressantes. Cependant, elle avait bien peur qu’il soit un peu moins facile à gérer que ce qu’elle avait pensé. Après tout cela faisait quelques jours qu’elle voyait Misao comme un joueur; mais jamais elle n’aurait pensé qu’il soit aussi malin et adroit. Elle l’avait sous-estimé, et maintenant elle s’en mordait les doigts.


Le pire pour elle fut lorsqu’il reprit son air aimable et qu’il lui proposa de l’accompagner au commissariat rendre le bijou. A ce moment là, elle avait failli taper le poing sur la table, lui demander à quoi il jouait, mais elle n’en fit rien, acquiesçant en souriant. Vu la tête qu’il avait fait en ramassant l’anneau, il ne voulait certainement pas le ramener au commissariat. Peut-être appartenait-il à une femme avec laquelle il s’était amusé la soirée précédente ? Ce qui expliquerait pourquoi il était « en retard », et trop fatigué pour se rendre compte qu’il avait mis son T-shirt à l’envers. Enfin elle ne voulait plus s’avancer, elle s’était déjà fait avoir.

Une fois qu’il eut terminé, l’adolescente lui proposa de se lever pour aller faire un tour, surtout que le coin devenait bruyant. Le serveur n’était vraiment pas doué, il venait de faire tomber tout un plateau de verre au sol, causant un vacarme insupportable pour la jeune fille qui était tout de même fatiguée. Ainsi, elle laissa tout juste de quoi payer leurs consommations, sans même penser aux pourboires vu la qualité du service, puis elle commença à marcher doucement dans la galerie marchande, prenant quelques pas d’avance sur Misao qui, de toute façon, les rattraperait bien vite.


Elle marcha quelques minutes avant de s’arrêter devant une boutique particulière. C’était là qu’elle achetait toujours ses vêtements, ceux de la petite fille gnangnan et modèle. La vitrine était particulièrement écoeurante, beaucoup trop de rose, beaucoup trop de tulle. Bon sang ce qu’elle n’aimait pas ses fringues là; même s’il fallait l’avouer, elle ne les portait pas trop mal. Toutefois elle ne s’arrêta pas longtemps, des gamins avaient commencé à courir dans cette allée du centre commercial. Ce n’était pas possible… leurs parents ne pouvaient pas les tenir en laisse un peu ? En plus ce n’était pas comme s’il courraient simplement non, ils criaient, pleuraient… Pour éviter de s’énerver, elle continua à marcher, tentant de garder la distance en Misao et elle, puis elle s’arrêta.


- Il y a un magasin que tu voulais voir en particulier ?


Elle s’était tournée vers lui lorsqu’il était arrivé à sa hauteur, lui adressant un sourire. La lycéenne n’avait pas grand chose à voir dans le centre commercial, du moins elle se voyait mal le faire en présence de Misao. Elle devait bien se trouver une ou deux nouvelles robes, mais ces dernières n’étaient en aucun cas en rapport avec le style qu’elle affichait en face de lui. Alors même s’il se jouait d’elle, il n’avait pas besoin de savoir qui elle était, et ce peu importe s’il avait des doutes ou pas. Il pouvait toujours douter, mais pas savoir.

Plus elle traînait avec lui, plus il avait le pouvoir de la mettre mal à l’aise. Définitivement, un truc clochait chez ce type. Sans compter qu’elle était fatiguée, donc plus à même de faire des erreurs. Si on ajoutait à ça son énervement à cause de ces mioches, elle n’allait sûrement pas tarder à craquer. D’ailleurs, elle laissa échapper un soupir exaspéré, qu’elle rattrapa bien vite cependant en disant qu’elle n’aurait pas dû mettre une robe avec des manches par un temps pareil.
Son téléphone sonna au même moment. Décidément, tout était fait aujourd’hui pour la pousser à bout. Elle ignora l’appel en voyant qu’il s’agissait d’un numéro qu’elle ne connaissait pas. Sûrement une de ces personnes de la soirée passée. Ou bien le petit-ami du jeune homme avec qui elle avait passé la nuit. En fait elle s’en fichait, elle avait mieux à faire. Elle adressa un regard furtif à Misao, rougissant légèrement, attendant qu’il décide où aller.
Revenir en haut Aller en bas
Misao T. Nisemono
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/03/2013

Votre personnage ...
Prénom : Misao
Nom : Nisemono
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mar 26 Aoû - 2:32

Il était content que la demoiselle décide d'elle-même de quitter ce lieu devenant bien trop agité à son goût. Il la suivit légèrement à la traîne jusqu'à l'avant d'une boutique tout à fait écœurante. comment des personnes saines d'esprits pouvaient y faire leur shopping? Il y avait tant de rose dans la vitrine que ça en devenait agressant. Il jeta un bref coup d’œil à Chisato et lui reconnu un certain courage car c'était de toute évidence ici qu'elle habillait son personnage. Mais sa camarade de classe recommença à marcher, surement à cause des enfants qui chahutaient à quelques pas d'eux seulement. Il eût le sentiment qu'elle était agacée, elle paraissait tendue et quand elle lui demanda:

- Il y a un magasin que tu voulais voir en particulier ?

Il regretta de ne pas être en mesure de l'amener au magasin de jouet pour "acheter un cadeau à sa petite nièce". Ah si seulement il ne détestait pas tant les mômes. À défaut de l'amusement il choisit donc l'aspect pratique. De toute façon elle finirait bien par craquer à cause d’éléments extérieurs. D'ailleurs il l'avait entendu soupirer et étrangement, il eut du mal à croire que c'était parce qu'elle avait trop chaud.

- Mh.. Mais après ce sera ton tour... répliqua-t-il avec un sourire doux et légèrement espiègle à la fois.

Il l’entraîna dans une boutique d'arts graphiques où il se dirigea non sans se perdre vers les rayons où étaient disposé le matériel à calligraphie. Il y avait de nombreuses plumes, des becs de toutes formes et une multitude d'encre aux composants différents. Il choisit une encre de chine noire d'excellente qualité ainsi qu'un pinceau au prix exorbitant, le siens se faisant vieux. S'il avait accepté de dévoiler l'un de ses passe temps c'est qu'il collait avec le caractère calme de son personnage. Et puis peut-être allait elle simplement penser qu'il n'était en réalité pas le genre de personne à se poser devant une feuille de papier dans le seul but de dessiner des kanjis. Ce qui serait compréhensible vu que ce n'était pas le genre de hobby qu'on attribuait aux personnalités joueuses.

Il paya ses achats, l'attendant au cas où elle aurait eu envie de s'offrir quelque chose dans cette enseigne, et une fois de retour dans les grands couloirs de la galerie marchande il leva un peu son sac, le désigna d'un coup de tête et déclara.

- Je me suis fait plaisir, c'est à ton tour de m'emmener dans ta boutique préféré..

Son expression était bienveillante et amicale mais ses joues se colorèrent bien vite et il baissa les yeux. Toute fois il n'ajouta rien qui pourrait éclairer la demoiselle l’accompagnant sur la cause de son état émotionnel.

- Alors..? O-où allons-nous?

Il voulait réellement voir où elle choisirait de l'emmener, ce qu'elle déciderait de montrer d'elle. Si elle serait aussi sincère qu'il l'avait été ou si elle laisserait son personnage décider à sa place. Il espérait aussi qu'elle fasse une erreur plus grossière encore que les autres vu le temps qu'il avait mis à déambuler entre les rayons du lieu précédent dans le seul but de l'agacer un peu plus encore. Et la chance avait été avec lui: le client avant eux avait eu un problème avec sa carte, recommençant plusieurs fois la manœuvre de payement, faisant de cette manière biper plus d'une dizaine de fois le petit appareil.
Revenir en haut Aller en bas
Chisato Sayashi
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 29/08/2010

Votre personnage ...
Prénom : Chisato
Nom : Sayashi
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mar 26 Aoû - 3:45

Chisato suivit sans bruit Misao, s’agaçant au fur et à mesure qu’ils se perdaient dans les rayons de ce magasin. A quoi jouait-il ? Est-ce qu’il essayait de l’énerver plus qu’elle ne l’était ? Mais avait-il remarqué qu’elle l’était au moins ? Si c’est ce qu’il voulait, elle sentait qu’elle n’allait pas tarder à exploser. Ce sentiment fut renforcé par ce client devant elle qui avait dépassé le plafond hebdomadaire de sa première carte, puis avait eu des problèmes avec la seconde. Le bruit de la machine, associée aux lamentations de la caissière et du client avait eu pour effet de la tendre encore plus. Vraiment, elle savait pourquoi elle préférait faire du shopping toute seule. Au moins, elle pouvait éviter ce genre de désagrément. Mais aujourd’hui, la chance n’était définitivement pas de son côté. C’est comme si tout le monde s’était donné le mot.


- Je me suis fait plaisir, c'est à ton tour de m'emmener dans ta boutique préférée..

- Donc tu fais de la calligraphie… C’est vraiment cool.



Chisato rougit suit aux propos du jeune homme, lui adressant un sourire ravi. Elle était presque certaine que cette activité, il ne l’avait pas inventée. Après tout elle l’avait observé dans le magasin, et elle avait remarqué qu’il cherchait des instruments de travail précis, ce qui leur avait fait passer un peu plus de temps dans le magasin. Autrement, ils auraient sûrement pu s’épargner ce satané clients et ses cartes défectueuses. Mais dans tout les cas, il était très probable qu’il fasse réellement de la calligraphie, après tout il avait d’excellente notes en japonais, ce qui signifiait que ses kanjis étaient lisibles, soit très bien tracés. Chisato peinait avec ça, elle n’était pas mauvaise, mais vraiment moyenne, et parfois, il fallait l’avouer, complètement illisible.


Elle savait parfaitement où l’emmener. En fait. Ce n’était pas tant pour lui, mais plus pour elle. Elle avait besoin de se calmer, de se détendre, et de se changer les idées. C’est pourquoi lorsqu’il lui demanda où est-ce qu’ils allaient, l’adolescente n’hésita pas et se dirigea vers le magasin de musique de la galerie marchande. Certes elle était fatiguée, certes ajouter encore plus de pollution sonore à son environnement n’était pas une bonne idée, mais elle adorait voir et toucher les instruments là-bas. Même les enfants qui jouaient avec les timbales et les trompettes, leurs parents leurs gueulant après, ça ne la dérangeait pas; enfin elle n’y prêtait même pas attention. Elle oubliait tout ici et c’est tout naturellement qu’elle se dirigea vers un piano, touchant les touches du bout des doigts, en faisant sonne rune ou deux au passage. Si seulement elle avait la place de le mettre dans sa chambre, elle l’aurait pris. Les moyens, elle les aurait trouvé, peu importe comment.

Elle ferma les yeux quelques instants. Heureusement qu’elle était venue ici, elle aurait vraiment explosé autrement, et sa couverture aurait été fichue. Si Misao s’attendait à ce qu’elle se trahisse de nouveau, et bien il s’y était mal pris cette fois. Elle aimait l’idée que le plan de ce dernier tombe à l’eau, bien que la lycéenne soit consciente du fait qu’une fois qu’ils seraient sortis, deux ou trois phrases de sa part et elle serait de nouveau troublée. Mais sûrement plus au point de craquer… Enfin elle n’espérait pas qu’il ait ce pouvoir sur elle…

Chisato se tourna d’ailleurs vers lui, un sourire radieux trônant sur son visage. Et non, ce dernier n’avait pas été joué, elle se sentait vraiment bien là. Toutefois elle se voyait mal s’éterniser ici, ne voulant pas que le brun s’ennuie. Malheureusement, elle ne put acheter un nouvel instrument, simplement parce qu’elle ne pouvait pas y jouer dans les dortoirs, elle acheta simplement de nouvelles cordes à guitare, ainsi qu’un mediator, avant de quitter le magasin, marchant tranquillement dans les allées de la galerie, ayant retrouvé une certaine bonne humeur.


- Ah~ Je me suis faite plaisir aussi…


Elle s’arrêta quelques secondes avant d’ajouter


- C’était vraiment bruyant par contre… Ca va ?


Elle lui adressa un grand sourire, avant de rougir fortement. En réalité, ce sourire voulait dire « Essaie encore ~», lui laissant ainsi entendre qu’elle n’allait pas craquer de si tôt; de la même manière que lui l’avait narguée un peu plus tôt, au café. Après quoi elle reprit sa marche, à côté de Misao.
Revenir en haut Aller en bas
Misao T. Nisemono
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/03/2013

Votre personnage ...
Prénom : Misao
Nom : Nisemono
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mar 26 Aoû - 5:07

Sa camarade suite à sa question l'emmena dans un magasin d'instrument. Vu l'expression de sérénité qu'arborait son visage malgré les gosses il devina bien vite qu'ici elle se sentait chez elle. lorsqu'elle laissa ses doigts glisser le long des touche avec délicatesse, il choisit de ne pas interférer. Le temps qu'elle resterait ici il la laisserait récupérer. Elle pensait que maintenant qu'elle était calme elle était tirée d'affaire? Elle se trompait la journée était loin d'être terminée.
Lui contrairement à elle vivait très mal leur venue dans ce lieu à cause du boucan que causaient les enfant en utilisant les instrument n'importe comment. Bien sûr il aurait peut-être eu plus de facilité à faire abstraction s'il n'avait pas eu aussi mal au crâne, mais il resta calme. Si elle, avait tenu alors il n'était pas question qu'il craque. Elle fini par aller acheter du matériel pour sa guitare et ils sortirent. Chacun avait maintenant ce qu'il lui fallait.

- Ah~ Je me suis faite plaisir aussi…

Il sourit simplement à l'entente de cette phrase. En effet elle avait l'air revigorée mais il n'avait pas dit son dernier mot.

- C’était vraiment bruyant par contre… Ca va ?

Il ne prêta pas attention à son expression provocante, pour ne pas lui donner satisfaction. À la place de quoi il répondit:

- mmh, ne t'en fait pas pour moi.. Au fait... J'ai un piano chez moi.. Si ça te dis tu peux venir en jouer, ça me ferait plaisir de t'entendre...

Pour lui c'était une première d'inviter quelqu'un, jamais personne d'autre que lui n'avait foulé le seuil de son appartement. Mais il souhaitait ainsi lui donner de l'importance, la mettre peut-être même plus en confiance, d'ailleurs il n'avait jamais paru plus sincère. Sa frange était légèrement écartée à cause d'un précédent mouvement et son regard était sérieux sans pour autant que la douceur qui ne le caractérise disparaisse.
Puis il serra brièvement son poing qu'il amena en suite jusqu’à son front en dépliant ses doigts qu'il posa au niveau de ses sourcils, re-cachant ses yeux. son autre bras tenait son ventre et il avait fait un pas en arrière. En fait il venait de totalement se renfermer sur lui-même. En y pensant la convier à son domicile était une très mauvaise idée, un caprice qu'il regretterait.

- oublie ça...

Sa voix paraissait sensiblement plus grave qu'à l'accoutumée et lorsqu'il laissa tomber sa main il laissa apparaître un regard bien plus grave que ce à quoi il l'avait habituée. Mais encore une fois cette vision de lui ne fût que très brève et rapidement, sans pour autant que son expression change du tout au tout, l'impression qu'il donnait était toute autre. Il désigna le cornet où se trouvaient les achat de l'étudiante d'un petit coup de tête.

- Tu as une guitare? C'est sympa comme instrument.. tu en joue depuis combien de temps...?

Il avait cette fois un sourire hésitant comme s'il avait de la peine à se reprendre de sa proposition. Il voulait effacer son expression passée et bien plus préoccupée de son esprit en la fondant dans son jeu de manière naturelle. Elle était à quatre, lui à deux, pour l'instant elle menait toujours la danse mais s'il continuait de faire l'idiot la tendance risquait de s'inverser.
Revenir en haut Aller en bas
Chisato Sayashi
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 29/08/2010

Votre personnage ...
Prénom : Chisato
Nom : Sayashi
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mar 26 Aoû - 6:18

Chisato écouta attentivement la proposition de son camarade. Vraiment ? Elle pouvait vraiment aller jouer du piano chez lui ? Peu lui importait s’il était un joueur qui essayait de se jouer d’elle, pour le coup, il l’avait totalement et elle était même prête à s’y rendre immédiatement. Cela faisait des années qu’elle n’avait pas eu l’occasion de toucher à un clavier. Par manque de temps d’une part, mais surtout parce que les pianos de l’établissement scolaire n’étaient jamais accordés, et elle se voyait mal sortir des fausses notes d’un si bel instrument. Elle se tourna vers lui, le regard sincèrement ravi, puis elle prit la parole, les joues légèrement roses.


- Oh vraiment ? C’est vraiment ador-

- Oublie ça…



Elle s’arrêta au milieu de sa phrase en le voyant réagir de la sorte, faisant mine d’être surprise par le ton de sa voix. Qu’avait-elle dit cette fois ? Il lui arrivait souvent de dire des choses de façon assez maladroites, mais là elle n’en avait pas eu l’impression. Puis elle comprit bien vite au regard ainsi qu’au ton du jeune homme, riant intérieurement. Pas besoin d’aller voir jusque dans sa famille, il suffisait de s’introduire chez lui. Elle dut réprimer un sourire. Il devait vraiment avoir énormément à cacher, s’il réagissait de la sorte. Toutefois elle n’attaquerait pas de front, ce serait simplement stupide. A la place, elle prit un air sincèrement désolé et déçu, baissa le regard vers ses chaussures.


- D-D’accord… Pardon…


Certes elle avait dû mimer la surprise, mais même intérieurement, le regard qu’il lui avait adressé avait été trop différent pour qu’elle ne le remarque pas. Lui aussi commençait à faire des erreurs, elle allait enfin pouvoir l’atteindre, surtout si elle continuait à le pousser à bout. Après tout elle allait beaucoup mieux. Lui en revanche, il n’avait pas dû apprécier la promenade dans le deuxième magasin le plus bruyant de la galerie marchande. Toutefois ce qui la choqua vraiment, c’est le changement d’expression du brun. Il était impressionnant sur ce point-là… Elle y arrivait aussi, mais de manière plus progressive. Elle fit mine de ne pas y prêter attention, puis leva le sac qu’il désignait d’un mouvement de tête.


- Tu as une guitare? C'est sympa comme instrument.. tu en joues depuis combien de temps...?


Elle acquiesça pour répondre à sa première question, puis prit la parole pour la seconde.


- Quatre ans, à peu près…


La lycéenne regarda un instant le sachet dans lequel se trouvaient les achats qu’elle venait de faire pour son instrument. Ce dernier avait une valeur tout à fait particulière à ses yeux puisqu’il avait appartenu son père. Elle s’était mise à la guitare juste après l’accident de voiture qui avait emporté ses parents. Elle ne savait pas vraiment pourquoi, sûrement pour pouvoir préserver leur souvenir, car elle savait qu’elle ne resterait pas à Tokyo, et puis aussi parce qu’elle pouvait difficilement se balader avec un piano sur le dos… Elle esquissa un léger sourire à cette pensée là puis reprit la marche. Elle en avait bavé après les avoir perdus, et c’est pour ça qu’elle s’amusait autant aujourd’hui, qu’elle vivait sa vie à fond. Elle voulait en faire baver aux autres, simplement parce que c’était drôle. Et si la guitare avait suffit à l’époque, après s’être faite avoir par son petit-ami, elle avait eu besoin de plus, de se venger et de faire mal.

Pour éviter d’approfondir le sujet et de se trahir de nouveau, l’adolescente se rapprocha du brun puis lui prit délicatement sa main libre, l’observant quelques secondes avant d’esquisser un sourire. Lui aussi jouait du piano, et depuis un sacré moment même. Elle n’avait jamais vraiment fait gaffe avant, c’est sûrement pour cela qu’elle ne le remarquait que maintenant. Elle leva les yeux vers lui, légèrement rougissante.


- Et toi le piano… Ca fait longtemps non ?


Elle lâcha sa main, s’excusant de nouveau d’avoir envahi son espace personnel. Cependant cette fois, la lycéenne sentait que ça collait parfaitement à son personnage. Alors elle n’avait pas de problème avec ça. Elle recommença à marcher. Pour l’instant, elle n’avait pas l’intention de remettre sur le tapis les sessions de piano chez lui, même si elle était plus que tentée. D’une part parce qu’elle pourrait jouer tranquillement de son instrument, et d’autre part, elle pourrait doucement mais sûrement en apprendre plus sur Misao. Définitivement, il n’était pas le garçon timide qu’il prétendait être. C’était même un adversaire de taille même et pour l’instant, elle était persuadée qu’il n’avait aucune idée de qui elle était. Donc même si elle avait visiblement l’avantage, elle ne préférait pas le sous-estimer.


Alors qu’elle marchait, l’adolescente trébucha, heurtant le corps d’une personne en face d’elle. Décidément elle manquait de chance aujourd’hui. Il s’agissait d’une femme de la trentaine à peu près, qui suite à l’impact avait renversé son café sur la pauvre lycéenne. Génial. Il manquait plus que ça. Maintenant elle n’avait plus qu’à retourner dans cette affreuse boutique pour s’acheter une autre robe blanche à froufrou. Elle avait la nausée rien qu’à cette idée. Chisato serra d’ailleurs le poing en regardant la femme qui se confondait en excuse, lui jetant un regard parfaitement innocent. Alors celle-là elle allait souffrir, sans même comprendre ce qui allait lui arriver. Elle fit mine de prendre ses coordonnées pour les frais du pressing, puis lui jeta un regard prédateur pendant un court instant, avant de se reprendre.
L’adolescente se tourna alors vers Misao, embarrassée, se mordant la lèvre inférieure comme si elle se retenait d’éclater en sanglot. C’était une nouvelle robe, et elle était si jolie… Quel dommage.


- I-Il faut que je trouve quelque chose pour me changer… Ca ne te déranges pas ?


Elle n’attendit pas vraiment sa réponse et partit, l’air dépité, à la recherche d’une nouvelle tenue. Et puis s'il la laissait tranquille pendant ce moment là, elle pourrait également trouver ces robes de soirée dont elle avait désespérément besoin. Si elle pouvait éviter d’entrer dans le magasin dans lequel elle allait d’habitude pour son personnage. Après tout il était un étage plus bas, et il fallait qu’elle se dépêche de trouver quelque chose. Certes ce n’était qu’une excuse, mais elle savait qu’elle trouverait quelque chose dans cet étage là, qui irait bien avec sa personnalité factice.


Dernière édition par Chisato Sayashi le Mar 26 Aoû - 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Misao T. Nisemono
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/03/2013

Votre personnage ...
Prénom : Misao
Nom : Nisemono
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mar 26 Aoû - 12:37

- Quatre ans, à peu près…

- Ah..


fût la seule chose qu'il répondit à son affirmation. Il avait eu envie de lui demander plus de détails, comme ce qui l'avait poussé à commencer, si elle avait envie de faire un métier dans la musique ou encore si elle composait, mais elle ne lui en laissa pas le temps. Elle s'approcha de lui, ce qui le fit rougir un peu, plus encore lorsqu'elle prit délicatement sa main. Il devait au moins lui accorder qu'elle avait la peau douce, à défaut d'avoir l'adresse. Mimant la gêne, il enfonça un peu la tête dans ses épaules et recula d'un petit pas.

- Et toi le piano… Ca fait un longtemps non ?

C'était bien observé, il pratiquait depuis sa plus tendre enfance. Bon il jouait bien plus étant petit mais il continuait parfois de se défouler sur le magnifique piano qu'il avait chez lui.

- Oui... Ça fait un peu moins de quinze ans je pense... Mais je t'avouerais que j'ai un peu perdu la main.. Il ponctua sa phrase d'un petit rire.

S'il avait arrêté de l'utiliser tout les jours c'était par manque de temps. Entre les cours, les sorties, la calligraphie, ça et d'autres choses encore, il devait faire des choix et il était rare que ceux-ci se portent sur l'instrument. En général cela arrivait la nuit quand il n'arrivait pas à dormir. Il s’asseyait devant l'imposant objet et se laissait aller au gré de ses humeurs à des improvisations qui n'avait pour objectif que de faire sortir ce qui pourrissait en lui, ce qu'il ne disait jamais. Ses coup de blues, ses coup de gueules, ses frustrations... Tout ce qui revenait en force une fois qu'il était seul dans sa tanière, lorsqu'il n'avait plus aucun rôle à tenir...

Contrairement à ce que Chisato pensait surement après sa réaction il n'avait rien à cacher, chez lui. Enfin si elle venait il pouvait toujours planquer tout objet compromettant ce n'était pas un problème. Son soucis était plus lié à l'affectif. Chez lui c'était chez lui et elle n'avait rien à y faire. C'était le seul endroit ou il se sentait réellement bien, ou tout était comme il aimait, comme il l'avait choisit. Il pouvait péter des câble, tout détruire et vivre dans ce bordel quelques jours avant d'être d'humeur à changer l'intégralité de ses meubles. Il pouvait dessiner sur les murs et attendre quelques mois, avant de bien vouloir repeindre ces derniers. D'ailleurs tout les travaux à faire, il les faisait lui-même dans la mesure du possible, il n'avait pas peur de donner du siens. Alors non elle ne mettrait pas un pied dans son appartement, il préférait encore qu'elle lise son journal intime s'il en avait un.

L'adolescente recommença à marcher mais maladroite, elle heurta une trentenaire qui renversa sa boisson au passage sur la robe de son amie. Il la vit serrer le poing et fût heureux de compter sa cinquième coche. Lorsqu'elle demanda les coordonnées de la dame au café, Misao devina que ce n'était certainement pas "pour le pressing" comme elle le prétendait, vu l'agacement apparent. Quand il vu son visage il faillit éclater de rire mais su rester neutre. Cette expression aurait pu passer... si elle n'avait pas tant fait d’erreurs les jours précédents.

- Ce.. ça va..?

- I-Il faut que je trouve quelque chose pour me changer… Ca ne te déranges pas ?


- Non, non, fais seulement...

Il se mit à marche à côté d'elle, n'ayant pas l'intention de la lâcher d'une semelle. Après quelques minutes sans parler il reprit la discussion sur le sujet qu'elle avait si vite passé à la trappe.

- ..Au fait, qu'est-ce qui t'as fait commencer la guitare..? tenta-t-il.

Il tourna son visage vers elle, afin de ne rien louper de sa réponse qu'elle soit verbale ou gestuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Chisato Sayashi
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 29/08/2010

Votre personnage ...
Prénom : Chisato
Nom : Sayashi
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mar 26 Aoû - 18:08

C’est sans attendre sa réponse que l’adolescente avait recommencé à marcher, espérant secrètement qu’il veuille faire une pause, la laissant faire son shopping toute seule. Mais malheureusement pour elle, elle devrait remettre à plus tard cette séance-là, et se concentrer sur des vêtements plus mignons à la place. Tant pis. Ca aurait été bien trop beau qu’il la laisse tranquille de toute manière, vu le nombre d’erreurs qu’elle avait commise aujourd’hui après tout, peut-être se doutait-il de quelque chose. De nouveau, elle se sentait quelque peu mal à l’aise en sa présence. Cette escapade au magasin de musique avait été bénéfique, mais pour une durée bien trop limitée au goût de la lycéenne. D’ailleurs ce sentiment fut renforcé lorsque le brun prit la parole.


- ..Au fait, qu'est-ce qui t'as fait commencer la guitare..?

- C’est quand même beaucoup plus transportable qu’un piano…



La jeune fille ponctua cette affirmation d’un rire amusé, et elle lui adressa un sourire gentiment moqueur avant de continuer à marcher, regardant à la fois les vitrines. Elle cherchait une petite robe d’été; blanche, sans toues ces manches et ses froufrous qui tenaient affreusement chaud. Toutefois elle était assez perturbée de lui avoir menti sans même avoir réfléchi. Elle avait peur qu’il apprenne des parties de son passé dont elle était à présent guérie. Et non, pas la mort de ses parents, mais la trahison de son petit-ami, il y deux ans. Elle se doutait bien qu’il pourrait difficilement deviner un truc pareil rien qu’en lui posant des questions sur sa guitare, mais ça avait été instinctif, elle voulait se protéger, et surtout éviter de se trahir. Vu son état de fatigue, elle avait vite fait de trop parler. Il la mettait trop mal à l’aise, la troublait trop, pour qu’elle lui dise quoi que ce soit. C’est pourquoi elle préférait clore le sujet de manière agile, plutôt que de tourner en rond pendant des minutes entières, à la fin des quelles elle finirait par tout simplement s’énerver.
Elle tourna le regard vers Misao un instant avant de le baisser de nouveau, regardant devant elle pour éviter un nouveau drame. Heureusement qu’elle avait mis ces chaussures, sinon elle serait vraiment ridicule à côté de lui… Elle n’osait même plus entamer la conversation tellement il la rendait confuse et anxieuse. Définitivement, elle avait la sensation qu’il allait la percer à jour avec de simples paroles qu’elle prononcerait.


Finalement elle ne dit plus rien, avant de s’arrêter devant une vitrine dans laquelle se trouvait le vêtement parfait pour remplacer cette robe tachée. Enfin ce n’était pas tout à fait ça, mais elle en avait assez de se balader dans le centre commercial avec des vêtements entachés. C’est donc sans hésitation qu’elle entra dans le magasin, l’air sincèrement ravi. Cette fois-ci, c’était quelque chose de vraiment plus sobre, mais mignon. Pour une fois, elle avait décidé de s’épargner le pastel et de partir sur quelque chose de blanc, tout bêtement. Ce n’était toujours pas tout à fait ce qu’elle aimait, mais elle s’en contenterait, et puis l’important était que ça colle avec son personnage, pas avec ses véritables goûts.

Chisato s’empressa donc d’aller l’essayer, et sortit de la cabine d’essayage rougissante. Le vêtement était parfait et lui allait très bien, c’est juste qu’elle ne portait pas, d’habitude, des robes aussi courtes. Du moins pas en présence de ses camarades de classe. En réalité elle s’en fichait, elle ne faisait que jouer son personnage. Et après quelques minutes pendant lesquelles elle fit mine d’hésiter, elle demanda enfin à la vendeuse si elle pouvait repartir sans se changer. Elle régla donc en caisse et sortit tranquillement du magasin, sa robe souillée dans un sac plastique.


- Ah~ c’est bien mieux comme ça.


Elle lui adressa un sourire avant de sentir ses cheveux s’accrocher dans quelque chose. Elle poussa un soupir en se rendant compte qu’il s’agissait de l’étiquette indiquant le prix de son nouvel achat… Elle ne pouvait même pas l’atteindre, et encore moins l’enlever… Franchement, quelle idée de mettre des étiquettes à des endroits pareils ? Par conséquent, elle se tourna timidement vers Misao, les joues rouges, dégageant son dos de tout ces cheveux.


- T-Tu peux me l’enlever… S’il te plaît ?


Elle désigna alors l’étiquette du doigt, les joues toujours légèrement rouges et fixant le sol. Voulant changer de sujet pour dissimuler son embarras, elle reprit bien vite la parole.


- Au fait… Pourquoi tu es venu ici, pour le lycée ?


Ce qu’elle voulait lui demander, c’est pourquoi un jeune homme de si bonne famille se retrouvait ici, alors qu’il y avait de si bonnes école ailleurs. En réalité elle n’attendait pas vraiment une réponse claire ou honnête, elle avait juste voulu le distraire et l’écarter du sujet de la musique, qui en révélerait bien trop sur elle. Cependant, elle se rendit immédiatement compte qu’elle était mal, s’il lui retournait la question, et qu’elle prenait de gros risques. Toutefois elle fit comme si de rien n’était. Elle trouverait bien une réponse plausible de toute façon, comme elle l'avait fait un peu plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Misao T. Nisemono
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/03/2013

Votre personnage ...
Prénom : Misao
Nom : Nisemono
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mar 26 Aoû - 19:31

- C’est quand même beaucoup plus transportable qu’un piano…

Elle n'avait pas répondu à sa question, ce qui fit directement penser à Misao que ce fait été lié d'une manière où d'une autre à un événement important de sa vie et il ne la lâcherait pas tant qu'elle ne l'aurait pas mis au parfum. Après tout il lui aurait suffit de mentir en disant quelque chose comme "J'ai toujours aimé le son de cet instrument", ou quelque chose dans ce goût là, elle aurait ainsi pu se débarrasser définitivement des interrogations du manipulateur. Mais la demoiselle s'était précipitée. La guitare à défaut de pouvoir jouer du piano? Ridicule, les deux instruments n'avaient rien avoir. Elle aurait tout autant pu se mettre au jambé, au triangle à la flûte au violon ou n'importe quoi d'autre, mais elle avait choisi la guitare et vu sa réponse évasive ce n'était pas anodin. Mais il se contenta d'acquiescer, ce n'était pas le moment d'insister.

Il la suivit jusque dans une boutique féminine, mignonne mais sobre. Le jeune homme était content qu'elle lui épargne la visite de la première enseigne devant laquelle ils s'étaient arrêté.
Il n'avait pas l'habitude des vêtements y étant présenté étant donné que le genre de fille qu'il aimait séduire étaient plus matures et dotées d'une classe certaine, mais il devait reconnaître que quelques pièces se trouvant autour de lui étaient vraiment sympa.

En fouillant un peu par curiosité pendant que Chisato se changeait, il laissa un peu se manifester son côté maladroit en trébuchant et se rattrapant sur l'une des étagères qui céda sous son poids. Une vendeuse couru vers lui pour l'aider à se relever, lui demandant quatre fois si tout allait bien alors que sa stagiaire lui lançait discrètement un regard méchant, visiblement c'est elle qui devrait réparer les pots cassés. Une fois debout il se dirigea vers la rouquine ayant maintenant une dent contre lui et lui proposa de l'inviter à boire un thé un de ces quatre pour se faire pardonner, lui laissant son numéro. Il n'attendit pas sa réponse, sa camarade sortant de sa cabine à ce moment précis. La robe qu'elle avait choisit lui allait à merveille et lorsqu'elle hésita il lui fit connaitre son opinion pour l'aider à se décider. Ce dernier était bien entendu positif.

La jeune fille paya le vêtement sans le retirer et il sortirent de la pièce où étaient entreposé les vêtements de la marque. Misao ne l'avait pas encore remarqué mais il s'était éraflé le poignet à cause de sa mésaventure et la plaie saignait abondamment. C'est au moment où son amie lui demanda de l'aide qu'il s'aperçu de sa blessure. Heureusement il était gaucher et son poignet endommagé était le droite, il aurait donc pu retirer l'étiquette sans salir la nouvelle robe de la jeune fille. Mais l'envie de se venger pour le magasin de musique était forte et en retirant le prix il s'arrangea pour discrètement laisser une grosse marque rouge sur la nouvelle acquisition de son "amie". Il avait aussi en saisissant l'étiquette intentionnellement frôlé sa nuque de ses doigts fins pour créer un contacte qui, malgré la douce chaleur que dégageait sa peau, pourrait la faire frissonner selon son niveau de sensibilité.

- Voilà..

Ses joues étaient légèrement rosées depuis qu'il avait touché son cou, laissant entendre à la jeune fille qu'il l'avait fait exprès, mais qu'il ne voulait pas qu'elle le sache.

- Au fait… Pourquoi tu es venu ici, pour le lycée ?

Elle osait lui poser une question alors qu'elle-même ne répondait pas aux siennes et elle pensait vraiment qu'il laisserait passer?

- .. Je répond si tu me dis pourquoi la guitare...

Même s'il n'avait pas deviné qu'elle jouait et qu'il était vraiment un garçon timide et pas plus futé que la moyenne comme il le prétendait, il n'était pas étrange qu'il repose la question. Après tout elle ne lui avait pas donné de raisons.
Revenir en haut Aller en bas
Chisato Sayashi
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 29/08/2010

Votre personnage ...
Prénom : Chisato
Nom : Sayashi
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mar 26 Aoû - 21:36

L’adolescente n’avait pu réprimé un très léger frisson au contact des doigts du brun sur sa nuque. Elle était assez sensible à ce genre de choses, et très chatouilleuse également, alors il n’en fallait pas beaucoup pour la faire sursauter, frémir, et tout ce qui s’en suivait. C’était des situations pendant lesquelles elle ne pouvait simplement pas garder le contrôle sur son corps, c’était plus fort qu’elle. Bien sûr, la seule chose qu’elle se retenir de faire, c’était de lancer une riposte vers les personnes qui s’amusaient de la sorte de ces réactions. Mais dans tous les cas, ce n’était pas parce qu’il s’agissait de Misao, mais parce qu’elle était particulièrement réceptive à ce genre de contact, à son grand désespoir d’ailleurs. Mais si l’adolescent voulait croire qu’il lui faisait cet effet là, pourquoi pas, après tout ça rentrait très bien dans son jeu.
Une fois qu’il eut terminé, elle se tourna vers lui pour le remercier, replaçant ses cheveux dans son dos, comme ils l’étaient depuis le début de l’après-midi. Elle aperçut brièvement le visage coloré de son camarade de classe, chose qui accentua la couleur de ses joues à elle. Quand elle pensait à la manière dont ils se mettaient en scène tout les deux, elle se disait que c’était vraiment ridicule, cliché et mièvre. Ah, vivement qu’elle sorte de ce rôle ce soir pour retourner s’amuser avec des rôles un peu plus fun. Pas qu’elle s’ennuyait ici avec lui, au contraire, mais elle sentait le contrôle lui échapper, et elle n’avait qu’une envie, s’enfuir avant de se desservir.


- .. Je réponds si tu me dis pourquoi la guitare...


Chisato leva les yeux vers lui, l’air surpris, elle essayait d’attraper le regard du brun mais comme toujours, la tâche s’avérait irréalisable avec cette mèche de cheveux. La surprise dans son laissa place regard laissa place à une légère contrariété, et un sourire se dessina sur ses lèvres. Si avec ça il ne comprenait pas qu’elle ne voulait pas en parler,  elle ne savait pas quoi faire. Puis très vite elle émit un petit rire nerveux, joué à la perfection, avant de prendre la parole d’une voix faussement enjouée, qu’elle avait délibérément laissé apparaître comme étant factice.


- Ha~ Ce que tu es têtu…


Son sourire s’effaça et elle lui adressa une moue boudeuse, rougissant légèrement. Pourquoi remettait-il ça sur le tapis maintenant ? Si elle avait éludé sa question, c’est qu’il y avait une raison ? Alors pourquoi lui forçait-il la main… De nouveau, elle avait peur qu’il voit trop facilement derrière ses propos, qu’il découvre quelque chose. Et elle avait vraiment espéré qu’il ne chercherait pas à insister pour avoir la réponse. Sa main droite se resserra contre son sac, tandis qu’elle serra son poing gauche, les yeux baissés. Toute trace de de joie s’était volatilisé de son corps et de son visage, et s’était peu à peu renfermée à son tour. Elle ne voulait pas le dire, elle ne voulait pas lui en parler. Après tout ça changeait quoi, la raison pour laquelle elle avait commencé la guitare ? Elle en jouait maintenant, c’était tout, pas besoin de chercher plus loin. Toutefois c’est la voix tremblante  qu’elle répondit à sa question, non sans hésitation.


- M-Mon père… i-il était guitariste…


Elle réprima un sanglot, retenant les larmes de couler, se mordant la lèvre inférieure par la même occasion, son corps tremblant légèrement sous le poids des émotions. En réalité cette réaction avait été tout à fait exagérée, jamais elle n’avait réagi de cette manière là concernant la mort de ses parents. Pas même le jour même où l’on était venu le lui annoncer. Elle ne s’en était pas sentie le droit. Même si eux l’avait quittée, elle n’avait pas voulu laisser cette perte lui ruiner l’existence car elle savait que ce n’était pas correct vis à vis d’eux. Si la vie avait été injuste avec ses parents, elle ne pouvait pas laisser la même chose lui arriver.

Cependant, plutôt que de dire que toute cette réaction avait été mimée, il faut dire qu’elle l’avait exagérée pour éviter de se trahir à nouveau. A partir du moment où elle avait senti qu’elle s’était raidie, elle n’avait pas attendu qu’il le remarque pour enclencher toutes les autres actions. Et non, ce n’était pas dû au fait d’évoquer la mort de ses parents, mais simplement à la peur qui lui prenait au ventre alors qu’elle tentait de se débattre face à lui. Il posait les bonnes questions, au bon moment, pour avoir l’information qu’il souhaitait. Du moins c’était l’impression qu’il lui donnait : toujours alerte et en contrôle de la situation, pendant qu’au même moment, elle peinait à garder son calme. Et de nouveau, elle avait le sentiment qu’il se jouait d’elle, d’où sa main qui s’était tendue contre son sac. Toutefois, elle ne voulait pas pleurer, après tout, elle avait réussi à passer à travers ça une fois, alors cela n’avait pas de sens, si elle se mettait à se lamenter.
C’est pourquoi après quelques instants, elle secoua légèrement sa tête comme pour se débarrasser de ces pensées, puis releva son visage vers Misao.


- Désolée…


Ses mains tremblaient toujours, et ses joues étaient parfaitement rouges. Elle en était certaine, elle avait mis le garçon qui lui plaisait mal à l’aise en pleurant devant lui. Ce n’était jamais cool, une fille pleurnicharde. Enfin, elle n’avait pas pleuré, mais elle avait failli, c’était à peu près la même chose. Elle reprit la marche doucement, se calmant peu à peu. Elle en avait totalement oublié la question qu’elle lui avait posé un peu plus tôt, puisque à la base, elle l’avait posée pour changer de sujet. A présent elle restait silencieuse, l’air réellement embarrassé par ce qui venait de se passer. Elle espérait sincèrement qu’après cette scène, il ne chercherait pas à approfondir le sujet. Après tout, qui voulait voir une fille éclater en sanglot pendant un rendez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Misao T. Nisemono
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/03/2013

Votre personnage ...
Prénom : Misao
Nom : Nisemono
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mar 26 Aoû - 22:45

- Ha~ Ce que tu es têtu…

Il était au courant et c'était d'ailleurs grâce à cette qualité, car pour lui s'en était une, qu'il était arrivé à un tel niveau. Malheureusement avec le personnage qu'il jouait face à elle il se devait de respecter certaines limites ce qui l'empêchait parfois d'aller au bout des choses. Il savait qu'elle l'avait démasqué mais il ne fallait pas qu'elle se rende compte qu'il était au courant qu'elle jouait avec lui.

Chisato avait l'air de plus en plus submergée par les émotions mais il n'y croyait pas. Lorsqu'il lui avait posé la question la première fois, rien de tout cela n'était apparu sur son visage ou dans sa gestuelle et tout d'un coup elle se mettait au bord des larmes face à lui? Mais c'était bien joué car si lui était totalement insensible à ce genre de spectacle, son personnage timide était de son côté, très vite mal à l'aise.

Il ne prit pas en considération sa réponse ne sachant pas à quel point elle avait menti. Si elle avait juste exagéré sa réaction ou si elle l'avait inventé du tout au tout. Il baissa tout de même les yeux même si intérieurement il était content qu'encore une fois elle trouve une manière d'éviter le sujet. Cela voulait dire qu'il avait réellement trouvé ou creuser et c'était pas trop mal.

- Désolée…

Avec ce simple mot sa camarade venait de lui donner une idée. Non, il ne lâcherait pas. C'était un gars adorable, certes, mais maladroit et il ne lui ferait pour rien au monde le plaisir de changer de sujet. il s'approcha d'elle et ajouta à son expression déjà embarrassé une pointe de compassion.

- N-non c'est moi qui suis désolé..!

Lui qui la regardait dans les yeux se mit à fixer le sol. Il allait bien voir si sa réaction avait été sincère.

- Je.. je ne voulais pas te mettre dans un état pareil tu sais..? E-enfin je ne savais pas qu'il était arrivé quelque chose de grave à ton père... il tenta timidement de lui demander, e-est-ce qu'il est mort...?

S'il avait dit ça c'était de le simple but de remuer le couteau dans la plaie car vu le peu de détail qu'elle lui avait donné il pouvait toujours penser que son père avait perdu l'usage de ses bras ou quelque chose comme ça. Mais avant qu'elle ne réponde et après avoir bien, mais brièvement observé son visage, toujours en gardant son expression inquiète, il reprit.

- N-non c'est bon ne dis rien.. Ça ne me regarde pas.. je crois.. Mais... Saches que si tu te sens seule tu peux venir me voir...

Le garçon rougit subitement en se rendant compte que sa phrase pouvait être comprise autrement et rectifia:

- J-je veux dire...! S-si jamais tu veux parler à quelqu'un..!

Il soupira. En réalité il avait fait exprès de dire quelque chose d'aussi osé, c'était le jeu après tout. Et puis c'était aussi pour ce genre de phrase qu'il avait créé un personnage maladroit...

- Pardon je ne suis pas très doué...

Il détourna le regard et se remit à marcher. Le sang coulait maintenant le long des ses phalanges pour aller s'écraser sur le sol. Le liquide le chatouillant, il leva la main pour observer ce qui clochait et fit mine de découvrir la blessure pour la première fois.

- H-ha..!
Revenir en haut Aller en bas
Chisato Sayashi
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 29/08/2010

Votre personnage ...
Prénom : Chisato
Nom : Sayashi
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mar 26 Aoû - 23:58



- N-non c'est moi qui suis désolé..!


Mensonge. Elle en était persuadée, il n’était pas désolé. Mais elle lui avait donné la vérité. Certes, elle avait omis des détails, et était restée assez évasive, mais elle avait pensé qu’après ça, il la laisserait tranquille. Sa réponse restait une réponse, c’était bel et bien une des raisons pour lesquelles elle avait commencé à jouer de la guitare. Elle voulait juste qu’il arrête maintenant, qu’il passe à autre chose. Elle savait qu’elle n’allait plus pouvoir se contrôler s’il continuait. Elle allait être découverte. Elle ne voulait pas, elle ne pouvait pas se le permettre. Surtout pas avec Misao, qui ressemblait tant à celui qui l’avait rendu comme ça. Sa fierté en prendrait définitivement un coup.
Cependant, ça aurait été trop beau si ses prières avaient été entendues. Le jeune homme surenchérit en lui assurant que jamais il n’avait voulu provoquer une telle réaction de sa part, ajoutant qu’il ne savait pas. Mais bien sûr. Si elle avait esquivé une fois la question, c’est que qu’elle ne voulait pas en parler. Ca faisait parti de ses règles sociales qui n’étaient écrites nulle part, mais que tout le monde appliquait. Il avait délibérément insisté pour savoir, peut-être n’avait-il pas prévu qu’elle se mette dans un tel état, mais maintenant que c’était fait, il pouvait la fermer non ?


- E-est-ce qu'il est mort...?


« T’es con ou tu fais exprès ? » fut ce que la lycéenne avait failli lui demander d’une voix dure et sèche. A la place, elle avait un peu plus baissé le regard. Il ne fallait pas qu’elle se laisse aller, ce serait une victoire bien trop facile pour lui. A la place, les mains de Chisato se contractèrent autour de la bandoulière de son sac. Il la tenait fermement, et il n’y avait pas d’échappatoire. La lycéenne se fit violence pour ne pas céder à la panique, elle ne quitterait pas son personnage si facilement, elle ne lui ferait pas ce plaisir. Elle était plus forte que ça, il ne l’aurait pas. Elle prit donc la parole, d’une voix à peine audible toujours aussi tremblante, traduisant son malaise, qui était réel, mais dont la cause n’avait absolument rien à voir avec la mort de ses parents.


- S’il te plaît… Changeons de sujet…


Elle avait rarement été aussi sincère avec lui depuis qu’ils se connaissaient, elle voulait vraiment changer de sujet. Elle n’aimait pas cette sensation d’être piégée. S’il continuait d’appuyer sur ce point là, elle ne pourrait plus le regarder en face pendant un moment. C’est pourquoi elle avait été aussi directe. Son personnage était mal à l’aise et visiblement encore trop sensible pour parler de ses parents, et quant à elle, elle ne voulait simplement pas qu’il y cherche un point faible. Même si elle le savait, en évitant les questions, les réponses n’arrivaient que plus vite. Elle savait que plus elle se débattait, plus elle allait avoir du mal à se délivrer de la pression du jeune homme. Mais elle n’y pouvait rien. Il ressemblait tant à Hiro. Elle avait inconsciemment eu envie de se protéger, et elle n’avait pas réfléchi. Et maintenant, c’était trop tard.


- N-non c'est bon ne dis rien.. Ça ne me regarde pas.. je crois.. Mais... Sache que si tu te sens seule tu peux venir me voir...


La jeune fille releva le regard vers lui. Décidément, il devait vraiment bien s’amuser à lui sortir des énormités pareilles, sinon il aurait arrêté depuis longtemps. Toutefois la façon dont la phrase avait été dite avait arraché un mince sourire à la jeune fille. Elle avait dû se retenir de rire et de lui dire qu’elle retenait l’offre et qu’elle la gardait pour plus tard. Ca elle ne pouvait vraiment pas le dire, c’était bien trop direct et aguicheur, même si elle avait été tentée. Son sourire apparut un peu plus encore lorsqu’il se rectifia et l’adolescente prit alors la parole d’une voix touchée.


- M-Merci…


Elle ne répliqua pas immédiatement lorsqu’il lui dit qu’il n’était pas très doué. En réalité, il était très doué, et c’était ça le pire. C’est qu’elle l’avait sous-estimé parce qu’il jouait aux gars maladroits et timide, alors qu’elle faisait sensiblement la même chose. Et le pire dans cette histoire, c’est qu’il parvenait à la troubler, à la rendre confuse, à la faire douter de tout, et surtout, à la faire paniquer et perdre ses moyens le temps de quelques secondes. Elle faisait des erreurs stupides et maintenant, elle était pratiquement sûre qu’il les avait remarqué… Elle poussa un soupir silencieux alors qu’il avait déjà fait quelques pas en avant, puis fixa quelques secondes avant qu’un détail n’attire son attention.


- H-ha..!
- Hé !



Elle se précipita vers lui l'air inquiet, puis attrapa délicatement sa main pour observer brièvement  la blessure qu’il s’était infligée au poignet. Comment avait-il fait un truc pareil ? Et quand surtout ? Elle lui adressa un sourire gentiment moqueur avant de prendre la parole d’une voix douce.


- Effectivement, tu n’es pas très doué…


Elle lui adressa un mince sourire au même moment qu’un rire silencieux lui avait parcourut le corps entier. Elle le traîna quelques mètres plus loin et le fit s’asseoir sur un banc. C’était parfait, comme changement de sujet. Elle allait enfin être un peu plus tranquille et concentrer la conversation sur lui et sur cette fichue blessure. Elle fouilla quelques seconde dans son petit sac et en sortit une petite bouteille de désinfectant, ainsi qu’une petite boîte de pansements. Après tout elle tombait tout le temps, donc elle ne sortait jamais sans ces petits sauveurs-là. Elle posa la main de l’adolescent sur ses cuisses, assez près de ses genoux afin d’éviter que sa nouvelle robe ne se retrouve tachée, puis elle observa d’un peu plus près la plaie.


-Eh… Ca va vraiment pas suffire…


La lycéenne entreprit tout de même d’essuyer le reliquat de sang, qui s’écoulait toujours quelque peu, mais en quantité bien moindre. C’était vraiment profond, elle ne voyait vraiment pas quand est-ce qu’il avait pu se faire un truc pareil… Une fois que le tour fut propre, elle s’attaqua minutieusement à la blessure même. Il avait de la chance qu’elle joue le rôle d’une lycéenne adorable et amoureuse de lui, sinon elle l’aurait simplement laissé se démerder avec son problème de main ensanglantée. D’ailleurs la lycéenne était déçue, l’antiseptique qu’elle avait pris ne piquait pas beaucoup. Si seulement elle avait su, elle aurait pris celui là, et en aurait profiter pour faire déguster son camarade de classe. Après quelques minutes, Chisato releva le regard vers le brun, rougissant légèrement.


- Je peux pas faire mieux, désolée… Mes pansements sont trop petits. Mais au moins c’est propre.


Chisato marqua une légère pause en regardant la plaie qu'elle venait de nettoyer, puis elle reprit la parole.


- Comment tu t'es débrouillé ?


Elle souleva la main du jeune homme de ses jambes et vint la reposer sur celles de son voisin, rougissant un peu plus encore. Puis elle lui adressa un léger sourire. Elle voulait vraiment lui fire oublier l’épisode de tout à l’heure, et elle était heureuse qu’il se soit blessé, ainsi elle avait pu calmement se remettre de ses émotions, tout en changeant le sujet de la conversation. Maintenant elle espérait que le reste de l’après-midi se déroulerait en sa faveur, pas comme le début, où elle avait été la seule à être malchanceuse…
Revenir en haut Aller en bas
Misao T. Nisemono
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/03/2013

Votre personnage ...
Prénom : Misao
Nom : Nisemono
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mer 27 Aoû - 1:20

Il était déçu de lui avoir ainsi laissé une ouverture, mais il n'avait pas eu le choix malheureusement. Une plaie si profonde se remarquait, surtout avec la quantité de sang s'en écoulant et s'il avait continué de l'ignorer il lui aurait ouvertement démontré sa capacité à faire abstraction de la douleur, ainsi que de ses émotions. Désormais il serrait les dents. En réalité ce n'était pas un mal insurmontable, mais c'était une sensation réellement désagréable qui le faisait grincer des dents. Plus encore quand elle entreprit de le soigner avec le désinfectant. Bon celui-là n'était encore pas trop douloureux, il avait eut de la chance.

-Eh… Ca va vraiment pas suffire…

Il aurait pu rire en cet instant et ce pour plusieurs raison. La première était due à l'attention qu'elle portait à ne pas tacher sa robe alors que le dos de cette dernière avait une énorme marque rouge juste sous l'étiquette. En suite il entendait à son ton détendu qu'elle se croyait tirée d'affaire. Vraiment elle ne savait pas à qui elle avait à faire.

- Je peux pas faire mieux, désolée… Mes pansements sont trop petits. Mais au moins c’est propre.

- C'est déjà bien, merci beaucoup...

- Comment tu t'es débrouillé ?


Ah voilà, c'était pile ce qu'il attendait. Maintenant il comptait sur la chance pour lui donner un petit coup de pouce vu son manque d'information.

- C'est a cause de l'accident de toute à l'heure, à la boutique de vêtement où tu as acheté cette robe...

Commença-t-il. Il était persuadé que son père était mort. Il excluait le décès de vieillesse vu l'âge de Chisato et doutait qu'il ait été victime d'un meurtre. Il ne restait donc plus que la maladie ou l'accident. Certes il ne ramenait pas le sujet directement sur le paternel de la jeune fille mais il savait que ça la travaillerait qu'il ait utilisé ce mot en particulier...

- Enfin je ne vois que ça.. Je veux dire, je n'aurais pas pu me faire une telle blessure autrement... c'était pendant que tu n'étais pas là...

C'était il y a quatre ans, elle était encore triste mais pas traumatisée, c'est pourquoi il pencha sur le fait que ça ne s'était pas passé en sa présence, mais encore une fois il avait une chance sur deux. Il entra enfin dans le coeur des détails, la pause qu'il avait laissé étant extrêmement courte, juste suffisante pour laisser une impression de très légère mise en évidence.

- Tu étais en train de te changer dans la cabine et moi je me distrayait en observant les vêtements.. Comme je ne faisais pas attention j'ai trébuché et ai fait basculer un étalage au passage.. Mh.. Je ne vois pas d'autres moments...

Encore une fois il avait fait attention à ses mots. Le verbe distraire, l'expression "ne pas faire attention, tous deux étaient liés à l'accident. Quand au terme "basculer" il l'avait choisis rien que pour elle car il était sûr qu'a ce moment de sa vie quelque chose avait changé du tout au tout, sinon elle n'éviterait pas ainsi le sujet. Pourtant même en étant si calculateur, son attitude n'avait pas changé d'un pouce et chacune de ses phrases avait été sortie naturellement.

Maintenant il fallait voir s'il avait touché juste, la suite ne dépendrait que de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Chisato Sayashi
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 29/08/2010

Votre personnage ...
Prénom : Chisato
Nom : Sayashi
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mer 27 Aoû - 2:28



- C'est a cause de l'accident de toute à l'heure, à la boutique de vêtement où tu as acheté cette robe...


Le corps de l’adolescente se raidit à l’entente du mot « accident ». Elle ne savait pas pourquoi, mais tout d’un coup elle ne voulait plus savoir comment il s’était fait cette blessure. Elle savait qu’elle n’avait aucune raison de craindre quoi que ce soit, après tout les deux accidents n’avaient rien à voir, et puis même s’il était joueur, il ne pouvait pas choisir ses mots aussi bien, n’est-ce pas ? Elle avait beau essayer de se convaincre, elle n’arrivait pas à se défaire de cette sensation de malaise. Elle ne voulait plus savoir. Pitié, qu’il ne donne pas les détails, qu’il ne lui explique pas comment il s’était fait ça… Certes la mort de ses parents n’avait pas eu beaucoup d’impact sur son tempérament à l’époque, mais c’était les conséquences qui l’avaient changée. Et quand elle y repensait, les circonstances dans lesquelles cela s’était passé également, la dégoûtaient au plus haut point.


« C’était pendant que tu n’étais pas là », non effectivement, ce jour-là elle était restée avec Hiro toute la journée, et il lui avait même tenue compagnie le soir où elle avait appris la malheureuse nouvelle. Rien que repenser à cette ordure tendit un peu plus l’adolescente. Et le fait que Misao et lui se ressemblait n’arrangeait rien du tout. Elle leva le regard vers lui, tentant de lui faire comprendre qu’il pouvait s’arrêter, qu’elle avait compris. Mais rien n’y faisait, il semblait décidé à lui raconter la suite. Elle était vraiment bloquée, forcée à écouter puisque c’est elle qui lui avait posé la question.
Non, elle n’avait pas fait attention elle non plus. Si elle l’avait fait, jamais elle ne se serait fait bêtement jeté par cet abruti après qu’il ait obtenu ce qu’il voulait d’elle. Le brun en face d’elle avait touché un point sensible, toutes ces soirées avec Hiro durant lesquelles il s’était montré si insistant envers elle, puis celle où elle avait finalement cédé. Si elle avait fait attention, si elle n’avait pas été aussi aveuglée par l’admiration qu’elle lui portait, jamais elle ne se serait laissé faire de la sorte. Les mains de l’adolescente qui reposaient sur ses cuisses se resserrèrent face à la tension qu’elle ressentait. Pourquoi devait-il lui rappeler la pire période de sa vie, avec un récit qui n’avait surtout rien à voir.

Chisato n'arrivait même plus à suivre ce que disait son "ami" tellement il la perturbait avec les mots qu'il choisissait... Elle n’aimait pas être comme ça. Elle n’était plus elle-même en ce moment, elle se laissait trop facilement submerger par ses émotions, surtout quand elle se souvenait de Hiro. Oui vraiment, ce gars-là l’avait détruite. Il lui avait infligé la pire peur qu’une fille puisse avoir après avoir passé le cap avec son petit-ami. Il l’avait isolée après la mort de ses parents, il était devenu sa seule fréquentation, et elle s’était laissé berner, avec lui pour seul repère. Et c’était tout naturellement qu’il avait eu ce qu’il voulait. Cette pensée la rendit un peu plus agacée encore. Pourquoi devait-elle y penser maintenant ? Pourquoi Misao lui rappelait sans cesse ces évènements ?


Elle avait peur maintenant, et elle en était paralysée. Elle n’osait plus détourner son regard du visage du brun. Elle essayait de comprendre où il venait en venir. Est-ce qu’il avait déjà compris quelque chose ? Est-ce qu’il savait déjà quelque chose ? Elle se mordit discrètement la lèvre inférieure. De toute façon, elle était certain qu’il lisait en elle comme dans un livre ouvert. Elle avait bien plus peur de continuer à jouer que de lui dire la vérité maintenant. Peut-être pouvait-elle… Elle se mordit la lèvre un peu plus violemment puis se leva.


- J-Je vais aux toilettes…


Elle marcha naturellement, sans se presser, vers les toilettes des femmes. Enfin un endroit où elle était sûre qu’il n’irait pas la chercher. Il fallait qu’elle se calme. Comment pouvait-elle même penser à l’idée de tout lui révéler, elle se détestait mais surtout, elle était complètement perdue. Avait-il choisi ces mots-là en particulier parce qu’il savait qu’ils avaient le pouvoir de la faire réagir, ou alors c’était elle qui était complètement paranoïaque ? Chisato baissa les yeux sur ses mains, qui tremblait. Ce gars-là lui faisait vraiment peur.

Elle savait bien qu’il était un joueur, mais à quel point l’était-il ? Pourquoi est-ce qu’il la mettait aussi mal à l’aise… Elle détestait vraiment ce sentiment là. Elle ne voulait vraiment pas lui conférer les mêmes pouvoirs que Hiro avait eu sur elle par le passé. Elle s’était promis d’en finir avec des émotions telles que la peur et l’admiration mêlées. Elle s’apprêtait à sortir tranquillement de la pièce quand elle remarqua cette tâche rouge, juste en dessous de l’endroit où s’était trouvée son étiquette.
Elle poussa un soupir en serrant le poing. Elle se fichait complètement de la robe, ce n’était pas son style, du tout, mais le fait qu’il se soit fichu d’elle de la sorte la mettait hors d’elle. Et elle n’avait rien vu. Depuis le début, il se moquait totalement d’elle. Cette histoire de préservatifs, de petite-amie, de cours d’été, tout, absolument tout. Il avait réussi à la faire cogiter pendant des heures entières. Elle remit ses cheveux en place dans son dos, cachant de nouveau la tâche laissée par le brun, puis elle sortit des toilettes comme elle y était entrée.


Cela devait faire cinq minutes qu’elle avait quitté le jeune homme, et elle le rejoignit tranquillement, comme si de rien n’était, même si ses mains étaient toujours quelque peu tremblante étant donné qu’elle était agacée comme jamais elle ne l’avait été. Elle prit place à côté de lui, avec la même proximité que lorsqu’elle l’avait quitté, mais cette fois, elle le fixa intensément. Elle sentit un frisson lui parcourir l’échine mais elle n’y prêta pas attention, continuant à fixer le brun.
Il l’énervait. Vraiment. Pourquoi devait-il lui ressembler autant. Pourquoi devait-il être le même genre de personne, qui se jouait des autres ? Elle posa sa main sur le haut du torse du jeune homme, sans une once d’hésitation, puis y resserra le poing en tirant par la même occasion sur le col de ce dernier pour l’attirer vers elle.


- Tu t’éclates ?


Le ton de sa voix avait été le même qu’avec n’importe quelle personne qu’elle croisait en soirée,: joueur, soit complètement différent de la Chisato mignonne et serviable. Son regard avait lui aussi été amusé, et elle laissait apparaître un faible sourire en coin. En se rendant compte de ce qu’elle venait de faire, l’adolescente ôta sa main du torse du brun et la reposa simplement sur sa cuisse. Qu’est-ce qu’elle venait de faire… Si jamais elle avait été complètement parano, et qu’elle s’était trompée sur toute la ligne, comment lui expliquer ce changement de comportement ? Toutefois elle ne pouvait pas se tromper… ce n’était pas possible… Pas avec tous ces indices qu’il lui avait laissé ces dernières semaines…
Ce qu'il falloir, c'est qu'en réalité, elle était agacée, et vraiment à bout. Il l'avait vraiment mise à bout de nerfs mais ça, elle ne voulait vraiment pas le laisser paraître, il en avait assez vu après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Misao T. Nisemono
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/03/2013

Votre personnage ...
Prénom : Misao
Nom : Nisemono
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mer 27 Aoû - 3:40

Il la voyait plus tendue que jamais, même effrayée à en juger par son regard. Mais avait-il vraiment gagné? Lorsque Chisato prit la fuite en prétextant avoir besoin d'aller au toilette il soupira. Il était à la fois fière de lui mais déçue d'elle. S'échapper? C'est tout ce qu'elle avait trouvé? Il fit une légère moue et sortit son téléphone. Décidément cette fille perdait le contrôle trop facilement, elle devait apprendre à ne plus penser à ce qu'elle était réellement si elle était incapable de réprimer ses sentiments. D'oublier tout le reste, son passé, les perturbations extérieurs, tout ça devait disparaître pour ne laisser place qu'au jeu.

Il alla dans ses messages et rappela le numéro inconnu qui lui avait laissé un sms lui demandant qui il était. S'il s'était permis de le faire c'est qu'il pensait bien que la demoiselle mettrait un moment à se remettre et qu'il avait le temps. À l'autre bout du fil une voix familière et sexy à souhait se fit entendre. Décidément il avait fait un excellent choix la nuit dernière. Il laissa le blondinet s'énerver à l'autre bout du fil, se contentant d'acquiescer de temps à autre. Lorsque le jeune homme se tu il lui dit enfin "Rendez-vous ce soir à 22h devant le petit café en face du parc, ne sois pas en retard, je déteste attendre.", et il raccrocha. Il avait bien fait car il aperçu peu après Chisato revenir, les mains tremblotantes. Sa camarade s'assit face à lui, saisi son col et le rapprocha d'elle.

- Tu t’éclates ?

Il réprima un sourire: elle déclarait forfait, elle avait craqué. Le jeune homme prit un regard perdu et ses joues changèrent de couleur à cause du fait qu'elle soit si proche.

- C-Chisato tu..

Il planta ses yeux dans les siens comme s'il essayait de voir s'il avait loupé quelque chose, voir s'il y trouverait des réponses et sans quitter cette expression ajouta quelques secondes plus tard:

- Tu viens seulement de t'en rendre compte...?

Elle l'avait lâché depuis un moment déjà, mais il ne s'écarta qu'à ce moment là. Ses yeux étaient désormais joueurs et son sourire, railleur. Il poussa sa frange d'un bref coup de main pour enfin pouvoir la regarder correctement et se tenait droit sur le banc. C'était encore une fois une question de confort, être courbé était douloureux à la longue.

- Je me demandais quand tu te déciderais enfin...

Il se leva suite à cette phrase et fit deux pas en arrière, pour pouvoir lui parler sans avoir à trop baisser la tête.

- À ton avis quand est-ce que je l'ai su?

Son ton était plus enfantin, il adorait jouer à ce genre de devinette. La dernière fois qu'il avait pu se le permettre c'était avec Toma, malheureusement ce dernier ne s'était pas montré très joueur ce jour là.

- Ho et pas de hasard, ce ne serait pas très amusant, réfléchit bien!

Il ajouta d'une voix plus posée mais bien plus moqueuse:

- Enfin.. Si tu en es capable...

Son regard cette fois était provocateur. Il sorti l'anneau qu'il avait dans sa poche, l'observa un court instant et redressa les yeux vers son jouet.

- Au fait, tu totalises cinq coches, à titre de comparaison, je n'en ai que deux.

Il ne dirait pas à quoi correspondait ces coches car d'après lui il venait déjà de rendre la partie suffisamment facile.
Revenir en haut Aller en bas
Chisato Sayashi
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 29/08/2010

Votre personnage ...
Prénom : Chisato
Nom : Sayashi
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mer 27 Aoû - 5:16

L’adolescente avait vraiment cru qu’elle allait faire une crise cardiaque lorsqu’elle avait vu les joues du jeune homme se colorer en même temps qu’il lui jetait un regard perdu. Alors elle s’était trompée ? Mais ce n’était pas possible… Ce sentiment l’enfonça encore plus lorsqu’elle entendit la voix de l’adolescent, identique à ce à quoi il l’avait habituée : celle du gars timide et réservé. Elle ne savait vraiment pas comment expliquer ça au jeune homme. Après tout, le changement d’attitude de la part de la lycéenne avait été radical, toute son attitude avait été modifiée et elle ne ressemblait même plus à la Chisato que tout le monde connaissait. Bon sang, qu’est-ce qu’elle avait fait… Si seulement elle avait réfléchit un peu plus mûrement à tout ça, et pas agi sur un coup de tête…


- Tu viens seulement de t'en rendre compte...?


Toutes les pensées de l’adolescente se stoppèrent alors que la voix du brun résonnait dans tête. Elle du réprimer un soupir soulagé, mais c’est son sourire qui s’élargit sensiblement, et son regard se reporta sur le visage de Misao. Elle le savait. Elle n’avait pas pu se tromper à ce point. Elle était soulagée dans un sens, au final, cette défaite là n’était peut-être pas une mauvaise chose. Après tout elle pouvait toujours user du fait que Misao la prenait de haut à présent, pour obtenir des informations sur lui. Elle allait le détruire, elle n’en démordrait pas. Elle trouverait ses faiblesses et les utiliserait contre lui. Peu importe le temps que ça prendrait. Après tout, il n’en devenait que plus intéressant. Elle ne regrettait absolument pas de s’être révélée, le jeu ne serait que plus intéressant. Elle pourrait enfin arrêter de porter ces tenues ridiculement immatures, et arrêter de rougir et baisser les yeux à tout bout de champ.


Tout d’un coup elle arrêta son flux de pensées, revenant sur un détail. Depuis combien de temps savait-il ? Depuis combien de temps la regardait-il se débattre ? Elle le regarda se lever, le regard toujours aussi amusé. Décidément, peu importe comment elle observait la chose, elle adorait ce qui se présentait à elle. Elle se remit à réfléchir, s’il la menait en bateau depuis l’épisode des préservatifs, alors il l’avait découvert sur le chemin entre le portail et le supermarché. Elle essayait de se souvenir, mais elle ne parvenait pas à mettre exactement un acte, ou une parole qui l’aurait trahie. C’est alors qu’elle fut interrompue dans sa réflexion par le jeune homme, qui lui posa la question à laquelle elle était déjà en train d’essayer de répondre.


- À ton avis quand est-ce que je l'ai su?


Elle croisa les bras, répondant à son regard provocateur. En particulier lorsqu’il lui dit d’éviter le hasard. Certes elle faisait beaucoup d’erreurs, mais elle n’était pas stupide. C’est pourquoi son sourire s’agrandit encore un peu plus lorsqu’il lui demanda si elle était capable d’un tel effort de réflexion. Elle répondit sans aucune hésitation, attendant à peine qu’il ait terminé sa phrase.


- Sur le chemin, vers le magasin.


Pour qui il la prenait, vraiment. Peut-être était-elle moins douée que lui sur certains points, mais elle aussi était observatrice, et faisait attention dans la mesure du possible à ses faits, gestes et paroles. Toutefois, elle était elle-même déçue de sa réponse. Elle n’arrivait vraiment pas à replacer un acte qui l’aurait trahie. Avec qui jouait-elle, il y a deux semaines, pour qu’elle ait pu se trahir aussi facilement. Et soudain cela lui revint, sa soi-disant « meilleure amie » l’avait appelée après s’être fait larguée, alors que Chisato était en présence de Misao. La lycéenne soutint quelques instant le regard, affichant une expression provocatrice à l’attention de son camarade de jeu avant de reprendre la parole pour compléter sa réponse.


- Il paraît que j’ai un joli sourire oui…


Ca avait été trop facile, vraiment. Elle se leva à son tour mais ne s’approcha pas de Misao. Est-ce que c’était elle, ou est-ce qu’il semblait légèrement plus grand ? Vraiment, elle était admirative devant ses efforts pour paraître totalement différent au lycée et en dehors. Il ne laissa vraiment rien au hasard, que ce soit la coupe de cheveux, sa posture, sa voix. Elle était réellement impressionnée, même si elle ne laissait rien paraître. Mais maintenant elle était curieuse. Que faisait-il après les cours ?


- Au fait, tu totalises cinq coches, à titre de comparaison, je n'en ai que deux.

- Coches ?



Elle lui jeta un regard interrogateur avant de se concentrer sur l’anneau qu’il tenait au bout des doigts. Qu’entendait-il par là ? Des coches… Elle n’en avait vraiment aucune idée. Elle en avait cinq qui plus est. Vraiment, elle ne le comprenait pas. Mais elle décida de ne pas y prêter attention pour le moment, elle aurait tout le temps pour y réfléchir, deviner ce qu’il entendait par là. Elle avait déjà sa petite idée, mais elle ne préférait pas s’avancer, voulant y réfléchir à tête reposée. En attendant, elle voulait vraiment savoir ce qu'il faisait de ses soirées...


-Je suppose donc que cette boîte t’as bien servie.


Elle gardait le même ton, faisant allusion à la boîte de contraceptifs qu’il avait acheté la dernière fois. Après tout il avait fait le déplacement jusqu’au supermarché pour s’acheter cette seule et unique chose, il avait plutôt intérêt à s’en servir. Car même si l’argent n’était sûrement pas une unité précieuse pour lui, le temps, quant à lui, l’était certainement. Donc elle était persuadée qu’il n’aurait pas perdu de temps à faire un détour dans un supermarché juste pour acheter quelque chose qui ne lui servirait pas, au final.
Revenir en haut Aller en bas
Misao T. Nisemono
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/03/2013

Votre personnage ...
Prénom : Misao
Nom : Nisemono
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mer 27 Aoû - 6:27

Certes il s'était bien moqué d'elle. Toutes les phrases qu'il avait rajouté après la première n'avaient été que pure provocation mais elle avait enfin trouvé son erreur. Toutefois comme il le pensait il lui avait fallu un sacré moment pour réaliser. Aussi lorsqu'elle lui fit part de ses supposition sur l'état de la boite qu'il avait acheté, il commença par l'ignorer afin de se moquer un peu plus d'elle. C'était puéril et totalement gratuit mais ça lui faisait un bien fou tant ça l'avait démangé jusqu'à présent.

- Le plus beau c'est que tu étais quand même persuadée que tes erreurs passaient inaperçues..

Il rit et ajouta:

- Je suis peut-être "distrait" mais pas sourd~

Il faisait donc référence au soupire qu'elle avait émit après ce fameux sourire. Mais il n'allait pas s'attarder sur le sujet. Après tout il était bon joueur et d'humeur généreuse.

- Oui donc la boîte?

Il se courba, enfonça la tête dans ses épaules, rougit et détourna le regard. Inutile préciser qu'il ne faisait pas une bête imitation de son personnage mais qu'il venait de ré-endosser le costume et qu'il paraissait tout aussi crédible que la dernière fois qu'il avait joué au gars timide.

- E-et bien.. ce n'est pas trop mon genre à dire vrai...

Mais il ne tarda pas à se redresser, secoué d'un nouveau rire.

- Je t'ai accompagné au supermarché car tu avais besoin d'y aller, j'ai acheté cette boîte pour me ficher de toi.. En suite est-ce qu'elle m'a "bien servie"? Naturellement, j'ai horreur du gâchis!

Il s'approcha d'elle, se penchant au près de son oreille.

- D'ailleurs ma proposition tiens toujours...

Il faisait bien sûr référence à la formulation "maladroite" de sa proposition quant au fait qu'il était là au besoin. Il refit quelques pas en arrière encore. Maintenant qu'ils étaient là à "visages découverts", ils pouvaient bien faire des achats plus intéressants. Il se doutait que jusque là elle s'était retenue quant à ses réelles envies. Il voulait aussi voir si elle était toujours aussi amusante après avoir fait tomber le masque, c'était donc peut-être la dernière après-midi qu'il passait avec elle et il avait bien l'intention d'en profiter. Ce n'était pas tout les jours qu'il faisait du shopping avec une demoiselle ayant a peu de chose près les mêmes centre d’intérêts que lui. Il l'aida à se lever et se mit à déambuler doucement dans le grand couloir de la galerie marchande.

- Bon où est-ce que tu m’emmènes, chaton?

Dans ce cas là "chaton" était bien plus moqueur qu'il n'était affectif. Il trouvait que ça allait bien à son mignon petit minois et à ses petites griffes encore inoffensives. D'ailleurs il avait presque envie de rester avec elle, histoire de la coacher, d'en faire une prédatrice crédible. Après tout la demoiselle avait déjà de bonne bases et elle pourrait devenir inarrêtable  avec un professeur comme lui. Mais le danger était là justement. Si elle venait à le surpasser et qu'elle avait en vue de le détruire, il pourrait difficilement la contrer et quelque chose lui disait qu'elle était loin d'éprouver de la sympathie à son égare. M'enfin bon il verrait, il avait encore le temps de penser à tout ça et puis il pouvait encore lui trouver plein d'autres aspect amusant que celui du jeune padawan. D'ailleurs maintenant qu'il y pensait il n'avait jamais été confronté à ce genre de situation avec une fille. Il pourrait essayer de la faire tomber amoureuse, elle qui ne pouvait désormais plus douter du danger qu'il représentait.
Revenir en haut Aller en bas
Chisato Sayashi
~ Elève au Lycée Wakuri ~
avatar

Messages : 401
Date d'inscription : 29/08/2010

Votre personnage ...
Prénom : Chisato
Nom : Sayashi
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    Mer 27 Aoû - 12:42

La lycéenne ne cilla pas lorsqu’il se moqua d’elle en lui faisant remarquer qu’à chaque fois, elle pensait que ses erreurs passaient inaperçu. Ce n’était pas elle qui allait le contredire, c’était ridicule maintenant. C’était vrai, elle avait vraiment pensé qu’il n’était pas si observateur et c’est pour cela qu’elle s’était permise ses erreurs. Certes sur le moment où elle faisait elle était toujours prise d’une légère peur, mais comme le brun n’avait pas eu l’air de s’en apercevoir, elle n’avait pas chercher à les rattraper. Toutefois elle ne comprit pas immédiatement lorsqu’il lui fit qu’il n’était pas sourd. Elle avait dit quelque chose ce jour-là ? Elle ne se souvenait vraiment pas très bien.

Lorsqu’il entreprit enfin de répondre à la remarque de Chisato quant à la boîte, elle eut le loisir d’assister à une réelle transformation. Non, si ça ne s’était pas passé devant ses yeux, elle aurait eu du mal à y croire, et à reconnaître l’adolescent. Avec ça, elle avait enfin remarqué que le jeune homme se tenait toujours courbé en cours, ce qui expliquait pourquoi maintenant, il lui semblait bien plus grand. Et puis il avait cette assurance, qui jouait bien plus qu’elle ne voulait l’avouer. Vraiment, il n’était plus très surprenant maintenant qu’il avait fait tomber le masque, mais elle ne voulait pas se laisser avoir, après tout c’était un manipulateur, et il l’avait déjà eu une fois. C’est pourquoi son sourire se fit un peu plus amusé encore.


- Je t'ai accompagné au supermarché car tu avais besoin d'y aller, j'ai acheté cette boîte pour me ficher de toi..


Elle laissa échapper un rire. Si elle était allée au supermarché, ce n’était pas parce qu’elle avait eu besoin d’y aller, mais simplement parce que le jeune homme avait décidé de partir dans cette direction là et qu’il avait « une course à faire ». Après tout, elle n’allait pas simplement le suivre, alors que ce soir-là elle aurait pu simplement rentrer au dortoir. Mais soit, s’il voulait croire qu’elle était délibérément allée au supermarché et qu’elle avait ainsi fait d’une pierre deux coups en l’abordant, grand bien lui fasse. Ce n’était pas elle qui allait s’amuser à le contredire. Il pouvait croire ce qu’il voulait. Après tout il s’était bien amusé à la faire cogiter pendant ces deux dernières semaines. Elle écouta ainsi attentivement la suite, apprenant ainsi que la boîte avait bien servi. Et bien, plus de doutes possibles, ils occupaient bien leurs soirées de la même manière ou du moins, de façon assez similaires.


- D'ailleurs ma proposition tient toujours...


L’adolescente fit mine de rougir lorsqu’il s’approcha d’elle pour dire ses mots dans son oreille. Oh qu’est-ce qu’il était devenu bavard d’un coup. C’est comme s’il s’était retenu pendant tout le temps durant lequel il l’avait observée. Cette pensée la fit sourire et elle répliqua avant qu’il ne s’écarte, ne voulant pas gâcher une chance pareille.


- Oh concernant le piano ?


Le ton de sa voix avait été tout aussi provocateur que son expression. Elle faisait exprès de jouer les idiotes qui ne comprenaient pas le message. Après tout elle avait bien compris de quoi il en retournait et approuvait grandement l’idée du jeune homme, mais pour le moment elle ne se résoudrait pas à le lui dire. C’était trop simple si elle lui faisait plaisir de la site en approuvant ce qu’il disait, et surtout, elle passait à côté du jeu. Elle savait qu’il y avait quelque chose à propos du fait qu’elle s’introduise chez lui, qui dérangeait Misao. Elle ne savait pas exactement quoi, mais elle trouverait bien à force. Elle surenchérit sur le même ton.


- On pourra toujours jouer à deux après tout.


« Jouer » ? Au piano ? Peut-être. En réalité, elle faisait plus allusion à la partie qu’elle avait démarré il y a de ça deux semaines et qu’elle n’avait pas l’intention d’arrêter de si tôt. Elle avait exprès d’utiliser de tels mots, après tout, les sous-entendus avec Misao n’étaient qu’une façon plus amusante de dire les choses, sans pour autant être moins directe. Et puis par une telle affirmation, elle ne rejetait pas non plus la fameuse proposition du brun, et même au contraire, laissait entendre qu’elle ne laisserait pas s’ennuyer. De toute façon, elle avait l’intention de le pousser à bout, elle allait l’avoir, et elle ne comptait pas lui donner une minute de répit. Toutefois elle n’attendait pas vraiment de réaction de la part de Misao concernant ces dernière déclarations, vu le joueur qu’il était.


- Bon où est-ce que tu m’emmènes, chaton?


Elle eut de nouveau un sourire face à ce surnom stupide. Alors c’était comme ça ? Il se voyait déjà si fort par rapport à elle pour l’appeler de la sorte. L’adolescente ne fit aucune remarque. De toute façon, elle était bien trop capricieuse et entêtée pour le lâcher. Surtout maintenant qu’il s’avérait être bien plus intéressant. Donc l’heure du jeune homme viendrait. Pour l’instant c’était lui qui se jouait d’elle, mais elle avait bien l’intention de changer la donne. Pourquoi pas le faire tomber amoureux lui ? Ou simplement lu accorder le même sort qu’à ses autres camarades de lycée. Elle le rattrapa et une fois à sa hauteur, elle ne s’arrêta pas de marcher.


- Un abruti s’est amusé à essuyer son poignet ensanglanté sur ma robe blanche.


En d’autres termes, il fallait qu’elle en trouve une autre, car elle ne supportait pas d’avoir l’air négligé. Elle le savait qu’il l’avait fait exprès, et elle allait se venger. Chisato regrettait de ne pas supporter les enfant, sinon elle aurait bien emmené le jeune homme dans un magasin de jouets, juste pour voir combien de temps il tiendrait. Mais elle savait qu’elle serait sûrement la première des deux à partir illico du magasin, sinon elle risquait de commettre un meurtre là-bas. A la place, elle décida de tranquillement faire le shopping dont elle avait besoin, elle avait toujours l’intention de sortir ce soir, après tout elle ne jouait jamais assez, et comme elle sentait que l’après-midi n’allait pas être de tout repos, ça lui ferait sûrement du bien de côtoyer des cibles un peu plus faciles.

Ainsi elle entra dans le même magasin qu’un peu plus tôt, et  vint se plaindre innocemment, l’air complètement attristé, auprès de la vendeuse, disant que cette dernière lui avait vendu une robe tachée. De plus elle ne l’avait pas remarqué avant d’ôter l’étiquette et comme elle avait un évènement important le jour même, elle n’avait vraiment pas le temps de chercher autre chose. Et elle était étudiante alors elle n’avait pas les moyens d’en acheter une autre… Elle n’eut pas à négocier longtemps, l’air dépité et innocent de Chisato avait vite fait de convaincre la jeune femme qui accepta de lui remplacer le vêtement à l’identique mais sans la tâche, s’excusant platement. Ah, quelle était stupide celle là, elle n’avait même pas pensé à aller vérifier si les dires de Chisato étaient avérés. La lycéenne imaginait déjà la réaction de son patron, quand la jeune femme lui annoncerait qu’elle avait littéralement offert une robe à une cliente. C’est avec le sourire aux lèvres que l’adolescente sortit du magasin tranquillement, recommençant à déambuler dans les allées de la galeries, à la recherche de robes adéquates pour les soirées à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A quoi tu joues ? (PV Misao)    

Revenir en haut Aller en bas
 
A quoi tu joues ? (PV Misao)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» A quoi tu joues, exactement ? [PV: Ewen]
» » La vie est un jeu, dis moi à quoi tu joues on se connaîtras mieux ♪ v2.0
» Et toi, à quoi tu joues ?
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Le Baptème, c'est quoi? Comment on se marie ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CAMPUS TENSHIGAYA :: Corbeille-
Sauter vers: