AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Venez incarner votre personnage de manga / anime préféré ou bien créez le votre, et amusez vous dans le Campus Tenshigaya, une ville sans limites !

Partagez | 
 

 Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Mar 12 Aoû - 2:49

Le rouquin poussa un nouveau soupir alors qu’il était allongé dans son lit d’hôpital. L’infirmière avec laquelle il avait trompée sa petite-amie était celle qui s’occupait le plus souvent de lui et il fallait avouer qu’elle devenait très envahissante. Juste à l’instant, elle avait fait des tonnes d’examens superflus, dont Toma n’avait absolument pas besoin, simplement pour gagner du temps et pouvoir rester avec lui plus longtemps. Comment savait-il qu’il n’en avait pas besoin ? Simplement parce qu’il était professeur de sport, et qu’en tant que tel, il se devait de connaître les gestes en cas de fractures, foulures, perte de connaissance et autres accidents liés à la pratique physique. Mais le pire de tout, c’était purement le nombre incalculable d’employées qui l’avait abordé un peu plus tôt, lorsqu’il était allé se balader un peu pour se dégourdir les jambes et se changer les idées. Visiblement, la nouvelle de sa venue à l’hôpital avait déjà fait le tour de l’établissement, ainsi que sur le Campus même.

Il avait reçu la visite de plusieurs collègues ainsi que de quelques lycéennes le matin même. Ces visites-là avait tout de même été bien plus plaisantes que celles de ces étrangères qui l’observaient comme un animal rare. Et ça se disait professionnelles…
Ce qui l’agaçait le plus au final, c’était l’idée que Noeru s’inquiète pour son état, ou qu’elle croit qu’il avait fait exprès de se blesser pour elle. Enfin à choisir, il préférait la deuxième solution, elle le trouverait pitoyable, mais au moins elle s’inquièterait moins, se disant sûrement que s’il l’avait fait exprès, il ne pouvait pas s’être trop fait mal.

Il s’étira, sans manquer de se faire mal aux côtes. Trois. Klaüs avait brisé trois de ses côtes et étrangement, le rouquin était satisfait. D’une part, parce qu'il se disait que ça aurait pu être bien pire; et d’autre part, parce qu'il était sincèrement heureux d’avoir eu ce qu’il voulait de la part de l’infirmier. Il se souvenait très clairement de ses paroles : « Très bien j’irais », avait-il dit. En y pensant, Toma esquissa un sourire, absolument ravi pour l’adolescente. Elle allait enfin avoir quelqu’un à qui parler, quelqu’un pour la comprendre et lui apporter des réponses si elle avait des questions, lui ôter les doutes et les craintes qu’elle pourrait avoir, ou même les confirmer. Plus il y pensait, plus il était heureux pour elle. Il savait que ce ne serait pas facile, mais il était persuadé que le jeu en valait la chandelle. Il espérait simplement ne pas la voir pendant son séjour à l’hôpital. Pourquoi ? Simplement parce qu’il n’osait pas la voir, après tout c’était seulement avant-hier qu’elle avait découvert qu’il la trompait, et il était certain qu’elle ne voudrait plus le voir pendant un moment. Surtout qu'il se sentait trop coupable encore pour s’excuser… Définitivement, il ne voulait plus lui mentir, et il savait que s’il la voyait, il lui mentirait de nouveau à propos de ses fractures et de comment il se les était faites.


Le sportif se leva péniblement de son lit et observa un peu autour de lui. Il avait de la chance d’être au dernier étage. Ainsi, la terrasse n’était pas loin, la vue par la fenêtre rendait la chambre moins froide et surtout, la chambre de Noeru était à des étages plus bas. Après quelques instants, il enfila très lentement une veste à capuche, faisant attention à ses mouvements pour éviter d’empirer les choses. Certes la vue était jolie mais il ne voulait pas s’éterniser ici. Son appartement lui manquait déjà. Une fois habillé, il décida de sortir sur le terrasse, justement. Comme il pleuvait, il n’y avait personne, et il se disait qu’un peu de tranquillité ne lui ferait pas de mal. Cela faisait moins de vingt-quatre heures, mais il saturait déjà. Il recouvrit ses cheveux de sa capuche et il alla s’asseoir dans un coin où la pluie ne l’atteindrait pas, ou du moins peu, puis il sortit son téléphone, appuyant sa tête contre un mur proche.

Qu’est-ce qu’il allait s’ennuyer. Certes il pouvait jouer un peu avec les infirmières, voire même quelques infirmiers, et obtenir ainsi quelques petits privilèges concernant ses sorties, ses visites et ses prises de médicaments. Ces anti-douleurs qu’ils lui faisaient prendre étaient vraiment immondes, et ne fonctionnait absolument pas sur lui, mais l’infirmière ne quittant pas sa chambre avant qu’il ne l’ait pris, il avait été obligé d’ingérer la substance tout à fait immonde, et malheureusement inefficace. Il commença à regarder les photos de son téléphone, beaucoup de photos de Sayumi et lui en fait, qui le firent sourire. La plupart étaient anciennes, et constituaient des dossiers potentiels le concernant. Qu’est-ce qu’il était mince à l’époque…
Très vite, les photos de Sayumi et lui laissèrent place aux photos de Noeru que prenait Toma pendant les cours de sport. Le sourire du professeur s’élargit. Certes son fond d’écran était une photo tout à fait embarrassante, mais d’autres étaient absolument superbes. Il y en avait même une où elle regardait droit dans l’objectif… Comment avait-elle pu ne pas voir qu’il prenait ces photos ? A cette pensée son sourire s’élargit et il répondit lui-même à cette question. Après tout, elle était la maladresse et la naïveté incarnées.

Alors qu’il continuait à regarder les photos, il entendit une porte s’ouvrir. Il sursauta légèrement, se demandant qui d’autre était assez fou pour sortir par un tel temps. La démarche lui semblait familière, mais il ne voulait pas se faire de fausses idées et surtout, il n’avait pas de moyens d’être sûr, le bruit de la pluie étant tout de même assez fort et l’empêchant donc de bien entendre le bruit des pas de la personne qui venait d’arriver sur la terrasse.
Sans savoir exactement pourquoi, il ferma les yeux, faisant mine de dormir, priant pour que la personne ne le remarque pas, et qu’elle s’en aille vite. Toutefois il semblait que le sort s’acharnait contre lui, puisque son téléphone glissa d’entre ses mains et tomba au sol. ll ne bougea pas de sa position, feignant toujours le sommeil, se disant qu’il en rachèterait un autre. Pour l’instant, c’était sa tranquillité qui importait et peu en importait le prix.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Mar 12 Aoû - 3:49

Six jours, pratiquement une semaine. C'était le temps qu'elle avait passé à l'hôpital et elle s'ennuyait a mourir. une heure trente de visite par jour? Vraiment? On voyait qu'ils ne savaient pas ce que c'était d'être à sa place. Mine de rien ce serait être mauvaise langue que de dire qu'être ici ne servait à rien: grâce à l'acharnement des infirmières elle n'avait pas perdu de poids ces deux dernier jours. En parlant d'aide soignante, la femme avec qui Toma avait couché avait réessayé de s'occuper d'elle, sans grand succès et Noeru avait demandé à ce qu'elle ne l'approche plus. Devant tant d'animosité les médecins n'avaient pas eu beaucoup d'autres choix que de prendre en compte sa requête. Une bonne chose de faite.

Misaki était passée seule le soir d'avant pour lui ramener d'autres friandise et voyant que la noiraude n'avait pas touché à celles qu'elle lui avait offertes la dernière fois, elle l'avait incendié, la menaçant de dévoiler sa passion inavouée pour les yaoi à l'école entière si elle ne faisait pas un effort. Suite à quoi elle avait dévié le sujet et tenté de changer les idées de Noeru avec son humour bien à elle et ses histoires de cul cœur. Malheureusement elle lui avait aussi dit qu'elle ne pourrait venir la voir ce jeudi étant donné que le groupe avait prévu une sortie au centre commercial. Personne ne lui rendrait donc visite.

L'adolescente sachant qu'elle n'avait personne à attendre et lassée de la décoration de sa chambre sortit enfin explorer les environs. Elle contourna la cafétéria, passa près de l'accueil, remonta puis redescendit en utilisant l’ascenseur, s'amusant à explorer chaque étage. Jusqu'à ce qu'elle croise.. Toma. Elle se dépêcha de se cacher derrière un mur avant qu'il ne la voit, son cœur battait la chamade. Que faisait-il ici? Il était blessé? Pourquoi? Comment? Le rouquin la dépassa et elle le suivit instinctivement, sans un bruit. Lorsqu'elle vit qu'il sortait, elle couru à sa chambre, attrapa un petit paquet de biscuits en formes d'ours fourrés aux chocolats que lui avait amené sa meilleure amie, puis avait dévalé quatre à quatre les escaliers, se faisant au passage sermonner par une infirmière qui poussait un chariot à quelques mètres d'elle. Puis une fois devant la porte en verre elle se stoppa nette, totalement essoufflée. Sa condition physique actuelle ne lui permettait pas de se dépenser autant. De plus elle ne savait vraiment pas ce qu'elle allait lui dire, ils ne s'étaient pas quittés sur une note joyeuse et même si elle tentait d'oublier elle lui en voulait toujours pour ce qu'il avait fait.

Elle sorti sans réfléchir plus longtemps. L'occasion était là, une situation parfaite pour parler sans être dérangé et ainsi réparer les pots cassés. Elle ne voulait vraiment pas qu'ils s'éloignent à cause de ce qui c'était passé mardi. La jeune fille s'assit sur le banc à côté de Toma et lui tendit le paquet de mini biscuits fraîchement ouvert.

- Tu en veux?

Elle n'allait pas lui demander ce qu'il avait, elle avait l'impression que la discutions ne l’emballerait pas plus que tent. À la place elle choisit ceci:

- Le casque que tu m'as offert.. Il est génial vraiment, le son est parfait et il est confortable... Merci..

La pluie eut tôt fait de tremper ses cheveux ainsi que ses vêtements. Mais elle n'y avait étrangement pas fait attention, presque au point de ne pas se rendre compte de l'averse à cause du stresse qu'elle ressentait. Est-ce qu'il allait l'envoyer balader? L'ignorer? Elle n'en savait trop rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Mar 12 Aoû - 4:46

Au fur et à mesure que les pas s’approchaient de lui, le rouquin se sentait de plus en plus nerveux. Cela ressemblait vraiment à la démarche de la brune, mais il avait tellement peur d’être déçu en découvrant que c’était une employée de l’hôpital, et à la fois il avait peur que ce soit bien Noeru car il voulait éviter toute confrontation pour le moment… Il espérait qu’en le voyant en train de dormir, la personne se retournerait et le laisserait tranquille. C’est tout ce dont il avait besoin en ce moment : d’être seul et tranquille. Il ne voulait pas d’une quelconque infirmière pour lui faire du rentre-dedans, ou d’une Noeru énervée contre lui. Il voulait une petite pause de tout ces évènements, seul. Lorsqu’il sentit la personne s’asseoir sur le banc à côté de lui, il se retint de pousser un soupir. Qu’est-ce qui allait encore se passer ? Il s’était déjà fait embrasser par une fille de son lycée, alors qu’il faisait semblant de dormir… Est-ce que c’était encore ça ?


- Tu en veux?


Le coeur du roux fit un bond. C’était la voix de Noeru. Il ouvrit doucement les yeux, jugeant inutile de se cacher… Et puis il s’était refusé de lui mentir de nouveau. Toutefois il ne la regarda pas, toujours honteux des révélations de mardi. Il prit un biscuit que l’adolescente lui tendait et le mit dans sa bouche, adressant un « merci » à la brune. Ces-derniers étaient très bons, et pourtant il n’aimait pas tellement les choses sucrées à la base. Il se doutait que ces sucreries avait été apportées à la brune par un ou une de ses amies venus lui rendre visite. Il fixait toujours le vide, ne sachant pas quoi dire d’autre. En fait, maintenant qu’elle était là, aussi douce avec lui, il n’avait pas envie qu’elle s’en aille. Même malgré les remords, sa seule présence était apaisante pour le rouquin.


- Le casque que tu m'as offert.. Il est génial vraiment, le son est parfait et il est confortable... Merci...


Toma ne put empêcher un sourire d’apparaître sur son visage, le même sourire que lorsqu’il regardait les photos de l’adolescente un peu plus tôt, ou encore quand il avait repensé au fait que Klaüs ait accepté de l’aider. Un vrai sourire, sans pudeur, qui illuminait son visage. Il était vraiment heureux que son cadeau lui plaise et lui soit utile. Il lui jeta un bref coup d’oeil et remarqua alors que son côté du banc était à la merci de la pluie et que, par conséquent, l’adolescente était trempée. Il poussa un soupir et prit l’adolescente par le bras, la forçant à se lever, et à se déplacer entre le roux et le mur, afin qu’elle soit moins trempée par la pluie. Il se mordit légèrement et discrètement la lèvre inférieure. En fait, il s’était fait mal. Il ne pouvait pas s’attendre à faire de tels mouvement sans provoquer des douleurs à ses côtes. Toutefois son visage était resté assez neutres : c’était loin d’être la plus grande douleur qu’il ait eu à supporter… Il prit la parole, son sourire ayant déjà quitté son visage.


- Content que ça te plaise… Vraiment.


Il se tourna vers elle et lui tapota gentiment la tête, avant de se rendre compte à quel point ses cheveux étaient trempés. Quelle idée de sortir aussi peu vêtue, par un tel temps ? Bon il était content de voir qu’elle avait enfin abandonné cet affreux jogging… Mais vraiment, elle les cherchait les problèmes de santé. Il esquissa un léger sourire en coin puis ôta avec précaution sa veste. Cette dernière était assez chaude, et avait l’avantage d’avoir une capuche; ainsi l’adolescente ne tomberait pas malade. En ôtant sa veste, il fut heureux de voir qu’aucun de ses bandages ne se voit, et il remercia Klaüs de n’avoir frappé que les côtes, car cela restait tout de même plus discret, même si c’était bien plus handicapant que le bras ou la jambe. Il posa la veste sur la tête de la jeune fille, lui mettant la capuche pour éviter qu’elle n’attrape froid par la tête. Il frotta délicatement les cheveux de la brune avec le tissu de sa veste, comme s’il les lui séchait, mais il fut interrompu par la sonnerie de son téléphone, qui vibrait fortement sur le sol.

Une lueur d’espoir illumina les yeux du rouquin en entendant ce son. Il pensait que son téléphone était fichu, mais en fait, peut-être qu’il n’avait pas été totalement touché par la pluie, ou alors pas assez pour ne plus fonctionner ? Un sourire se dessina sur ses lèvres et alors qu’il se redressa pour ensuite pouvoir se baisser et ramasser l’appareil, il s’arrêta à mi-chemin et poussa un soupir avant de se tourner vers l’adolescente, gêné.


- Mmh… Tu peux me le ramasser, s’il te plaît ?


Il ne savait pas pourquoi il se sentait aussi embarrassé, peut-être le fait de demander quelque chose à l’adolescente, et également en sachant que la fenêtre ouverte sur son téléphone était une photo de Noeru particulièrement jolie. Quoiqu’il en soit, les joues du rouquins s’étaient légèrement colorées. Il poussa un soupir. Il était sûr que c’était Sayumi qui l’appelait. Après tout elle avait dû l’appeler sur le fixe et en voyant qu’il n’y avait pas de réponse, elle devait stresser comme personne, et s’imaginer le pire. Il la maudissait dans un sens, car le téléphone avait arrêté de sonner et à présent, le rouquin était certain de ce que la jeune fille verrait d’affiché sur l’écran lorsqu’elle le ramasserait…
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Mar 12 Aoû - 20:20

Son sourire la fit rougir. Qu'avait elle dit pour provoquer une telle réaction? Elle ne comprit pas trop mais l'expression de son petit ami lui fit chaud au coeur.  Il la déplaça en suite de l'autre côté du banc et elle se laissa faire sans autres. La pluie ne la gênait pas plus que tant et puis de toute manière ce n'était pas grave si elle tombait malade puisqu'elle était déjà à l'hôpital mais elle aimait qu'il prenne soin d'elle ainsi.

- Content que ça te plaise… Vraiment.

Ce simple fait le rendait si heureux? La demoiselle eût un léger sourire et baissa les yeux tendit que le sportif essuyait brièvement ses cheveux à l'aide du capuchon de la veste qu'il venait de lui mettre sur le dos. Mais comme mardi cet instant agréable et rare fût interrompu par un élément perturbateur. Cette fois ils s'agissait du téléphone du professeur et Noeru priait pour que ce ne soit pas une femme. Cet événement ne manqua pas non plus de faire resurgir sa rancoeur. Certes aujourd'hui il était adorable et irréprochable mais il l'avait trompé et il ne fallait pas qu'elle se laisse attendrir aussi facilement. Elle était allé le voir dans l'optique de ne pas laisser les choses s'envenimer plus encore mais est-ce qu'elle pouvait se permettre de totalement fermer les yeux sur ses agissements? De tout simplement effacer l'ardoise? Elle n'en savait trop rien...

- Mmh… Tu peux me le ramasser, s’il te plaît ?

Elle s'exécuta sans un mot. Le fait qu'il ne puisse se baisser lui fit tout de suite penser à des côtes cassées, ce qui expliquerait ses mouvements moins fluides qu'à l'accoutumée. Est-ce qu'il s'était battu? Ce n'était pas son genre... Et puis à sa connaissance il n'avait pas vraiment d'ennemi à part... Elle soupira, elle savait qu'une personne le détestait mais elle n'arrivait pas à mettre un visage dessus. "Un jour je lui offrirait gracieusement un petit séjour à la morgue. ... Bon d'accord j'ai compris. Je me contenterais de l'hôpital..." Avait-il dit l'aire de rien. Ces mots lui revenait naturellement mais elle ne savait plus où elle les avait entendu.

Elle prit l'appareil dans la main et regarda spontanément l'image qui y était affichée. C'était elle sur la photo. Elle ne comprenait pas quand et comment Toma avait réussi à prendre un tel cliché. Pourtant elle regardait droit vers lui alors pourquoi elle ne s'était pas rendue compte qu'il la photographiait? Elle rougit et passa le portable à Toma qui paraissait également sensiblement gêné par la situation. Elle ne pu s'empêcher de penser qu'au final c'était peut-être elle qui l'influencé et elle fût secouée d'un très léger rire. Décidément elle n'arrivait vraiment pas à rester fâchée contre lui bien longtemps et pourquoi se forcerait-elle après tout? Parce qu'elle était sensé l'être vu la situation? C'était stupide de se sentir obligé d'être en colère contre quelqu'un juste pour ça... Et puis ils se disputaient assez souvent pour qu'elle en rajoute.. Non?

- Comment tu arrives à faire ça? Je veux dire... ces photos.. Je ne m'en suis jamais aperçue...

Encore une fois elle fit fi de ses tracas en choisissant un sujet plus superficiel, mais le fait qu'elle soit préoccupée se lisait sur son visage comme le nez au milieu de la figure. Le fait qu'elle hésite toujours entre faire comme si rien ne c'était passé ou au contraire faire le choix de continuer de lui faire la tête jusqu'à ce qu'il se fasse pardonner.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Mar 12 Aoû - 22:15

L’adolescente se baissa suite à la requête du rouquin et ce dernier pria intérieurement pour qu’elle ne veuille pas regarder l’écran d’accueil. Après tout il y avait toujours le risque qu’elle tombe sur des messages compromettants qui ne ferait qu’accentuer son sentiment de trahison, ou alors des choses un peu plus personnelles sur lesquelles elle se sentirait gênée de tomber. Mais non, ce que Toma avait imaginé se produisit bel et bien et elle jeta un regard à l’écran et ses joues prirent une jolie couleur lorsqu’elle rendit son téléphone à son professeur. Cependant lorsqu’elle vit le visage de ce dernier, un léger rire s’échappa de ses lèvres, embarrassant un peu plus le sportif.
Il ne comprenait pas ce qu’il y avait de si drôle, certes c’était ridicule qu’il passe certaines de ses heures de cours avec son téléphone pour prendre des photos, mais n’était-ce pas encore plus ridicule que la jeune fille ne s’en aperçoive pas ? Il poussa un soupir et rangea son téléphone, alors que la jeune fille prit la parole.


- Comment tu arrives à faire ça? Je veux dire... ces photos.. Je ne m'en suis jamais aperçue...


Toma tourna la tête pour regarder droit devant lui, étirant ses jambes. La réponse était assez claire, s’il arrivait à prendre de tels clichés, c’était justement parce que l’adolescente ne s’en était jamais aperçue. Un mince sourire se dessina au coin de ses lèvres puis il se tourna vers la jeune fille. Il ne savait pas quoi répondre. En fait, il ne savait pas s’il allait répondre à cette question. Pourquoi avait-elle besoin de savoir ? Il était assez déçu maintenant qu’elle avait découvert cette occupation qui le tenait amusé lors des cours d’éducation physique. Il savait qu’à partir de la rentrée, elle ferait beaucoup plus attention à Toma pendant les heures où ils se voyaient et que, par conséquent, il serait beaucoup plus compliqué pour le roux de capturer de tels moments, où elle était simplement elle-même, où elle ne pensait à rien en particulier. Après tout même si elle n'aimait pas le sport, il était persuadé que cela lui occupait l'esprit : faire attention à ne pas se prendre la balle dans la figure, à ne pas tomber, à ne pas casser de matériel, ça changeait les idées... Il tourna dans sa position initiale sans avoir rien dit à l’adolescente, se remettant à fixer un point au hasard devant ses yeux, puis il prit la parole.


- Je préfère garder le mystère.


Il s’arrêta un instant et sortit de nouveau l’appareil qu’il venait de ranger, retournant voir les photos en question. Les photos de l’adolescente n’étaient pas extrêmement nombreuses, mais tout de même. Son sourire s’élargissait au fur et à mesure que les images défilaient. Il en profita également pour voir qui l’avait appelé et malheureusement, ce n’était pas Sayumi, mais cette infirmière, qui était en pause visiblement, et qui en plus de l’appel avait envoyé un message au rouquin pour lui demander de la retrouver au rez-de-chausser. Après avoir poussé un soupir devant tant d’acharnement il verrouilla l’écran avant de poser l’appareil sur le banc, avant de changer d’avis, de peur qu’il ne retombe, et il le rangea donc dans la poche de son pantalon.

Rapidement un silence s’abattit sur eux et Toma ne savait pas quoi dire. Il savait pourquoi l’adolescente avait abordé le sujet de ces photos. Simplement parce que les évènements de mardi étaient encore bien frais dans son esprit, mais qu’à la fois, elle voulait éviter de se confronter de manière directe et violente avec le rouquin. Et Toma le savait, parce qu’il partageait exactement les mêmes sentiments. Mais le silence commençait vraiment à peser et c’est pourquoi l prit la parole.


- Ne t’inquiète pas pour ça. Je me le suis fait en voulant réparer quelque chose.


Toma désigna ses côtes, feignant l’ignorance quant à l’air tracassé de la lycéenne. Il savait de quoi il en retournait, mais il avait, encore une fois, choisit de croire, ou plutôt faire semblant de croire, quelque chose d’autre. Il pensait sincèrement qu’elle ne devait pas lui pardonner, parce que lui-même se sentait trop coupable pour le moment. Il n’était pas du genre à accorder autant d’importance au passé et aux erreurs qu’il avait faites… En réalité, il n’était absolument pas ce genre de personne; mais quand il se souvenait de la réaction de son élève, il ne pouvait s’empêcher d’y penser encore et encore, laissant la culpabilité le ronger petit à petit.


Il s’apprêtait à reprendre la parole pour demander à la brune comment se passait son séjour et si elle pensait que les choses s’arrangeaient pour elle, quand la porte de la terrasse s’ouvrit. Le rouquin sursauta et remarqua alors que la pluie s’était fortement calmée. Lorsqu’il jeta un bref coup d’oeil pour voir qui était là, c’est la voix de cette infirmière qui retentit, appelant le nom de Toma. Sans vraiment réfléchir, le roux se leva et prit la lycéenne par le bras pour l’emmener derrière le banc, entre ce dernier et le mur, afin d’éviter que l’autre idiote ne le trouve. Il se baissa donc, forçant la brune à en faire de même.

L’endroit était assez étroit et par conséquent, il retrouvait avec l’adolescente une proximité perdue depuis bien longtemps. Il la serra un peu plus contre lui, instinctivement. De ce fait, il se rendait bien compte à quel point son corps était frêle mais en réalité, il n’y pensait pas pour l’instant. Il voulait juste échapper à l’aide-soignante, car il savait que si elles se croisaient, Noeru lui sauterait dessus et la ferait tomber du haut de l’établissement.

L’infirmière s’en alla après deux minutes de « recherches », le coeur du rouquin battant à toute vitesse tout d’abord à cause de l’angoisse, mais surtout à cause de la douleur. De tels mouvements avaient été stupides pour quelqu’un dont trois côtes étaient en pleine guérison. Il se redressa, sans lâcher le poignet de la jeune fille, qu’il aida à se redresser également, puis il prit la parole.


- Désolé pour ça…


Il évitait toujours son regard, fixant droit devant lui. Il savait qu’elle ne voulait pas d’excuses pour ça, en fait, il était persuadé qu’elle ne voulait pas d’excuses pour quoi que ce soit, excepté pour ce qu’il avait fait le weekend dernier avec cette fille. Mais il se le refusait toujours. En plus lorsqu’il voyait à quel point elle l’avait cherché, avec quel acharnement elle avait mené ses recherches, Toma voyait bien qu’elle ne valait rien à côté de la brune qu’il tenait toujours par la main qui, pour l’instant, n’avait jamais abandonné.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Mer 13 Aoû - 3:27

- Je préfère garder le mystère.

- Oh.. répondit-elle simplement.


Comme sa seule motivation en posant cette question était de faire partir la discussion sur quelque chose de léger, sa réponse ne la déçu que car il y avait coupé court. Effectivement ce n'était pas une pratique qui la rendait vraiment curieuse et ça lui était égale d'être prise en photo, même si elle trouvait le geste mignon. Elle n'était pas de ces filles qui se cachaient de l'objectif ou qui faisaient les belles. De plus elle était déjà suffisamment mauvaise en sport pour se laisser déconcerter par cela. Le silence s'immisça entre eux deux une nouvelle fois. Il était semblable à la pluie: froid et désagréable. En temps normal la jeune fille aimait la pluie mais l'humeur n'y était pas.

- Ne t’inquiète pas pour ça. Je me le suis fait en voulant réparer quelque chose.

Elle tourna la tête dans sa direction et le vit pointer ses côtes. Alors elle ne s'était pas trompée, exceptée pour la cause. Elle qui pensait à une bagarre avait visiblement eut tors. Mais tout de même, comment se casser ces os en réparant un objet? Toma n'était pourtant pas si maladroit. Elle n'eut pas le temps de lui demander qu'est-ce qui, précisément, avait causé la blessure à cause de la voix qu'elle entendit à ce moment là. C'était encore cette infirmière et visiblement elle cherchait le roux. Si elle avait pu aller lui faire bouffer ses yeux bruns vaseux elle s'y serait précipitée. Le jeune professeur agit comme s'il pouvait lire dans ses pensées puisque à ce moment précis il l'attira à l'écart et s'étaient cachés de la bimbo en uniforme. Le lieu était étroit la distance entre eux était si réduite qu'elle aurait presque pu sentir le coeur de son amoureux battre à cent à l'heure. Même si elle était un peu mal à l'aise, toujours à cause de son physique, elle était heureuse de voir que lui non plus ne voulait pas qu'elle les trouves et ne fit pas de manière quant à la façon dont il s'y était pris. Et puis elle retrouvait enfin ce contacte ainsi que cette odeur qui lui avaient tant manqués.
Lorsque l'aide soignante abandonna enfin, il l'aida à se redresser mais garda la même proximité.

- Désolé pour ça…

Qu'il s'excuse de ce qu'il venait de se passer l'agaçait un peu vu qu'il ne lui en avait pas présenté concernant ce que la jeune fille avait vécu comme étant une trahison. Elle lâcha un "mmh." distant avant de laisser s'échapper une question malgré elle.

- Est-ce que tu penses que je suis.. stupide?

Elle baissa les yeux. Après tout si cette femme n'avait pas inconsciemment craché le morceau elle n'aurait pas pensé une seconde que Toma aurait été aussi loin. Elle avait trop confiance en lui et elle-même se trouvait idiote de n'avoir pas soupçonné ce genre de comportement de sa part. Et puis c'était peut-être pour ça qu'il se l'était permis... "De toute façon elle ne le saura pas, elle n'est pas assez maligne." Son ton était à la fois amer et tinté d'innocence. Elle n'était pas manipulatrice et sa question était sincère. Ce n'était pas une question dont elle connaissait la réponse. Oui elle, se trouvait stupide, mais elle ne savait pas ce qu'il en était de lui.

Même si elle lui en voulait toujours elle ne parvenait pas à s'écarter et de toute façon elle n'en avait pas envie. Elle s'était privé de cette proximité trop longtemps donc maintenant qu'elle y était elle y restait. Et puis elle avait envie d'être égoïste de ne pas penser à ce que lui pourrait ressentir cette fois. C'est pourquoi elle se blottit un peu plus. Du moins jusqu'à penser à cette fille. Elle avait peut-être fait exactement les mêmes geste, elle qui avait même probablement dormi dans ses bras. Elle s'écarta violemment, sortant de ce lieu étroit et s'emporta.

- Tu me dégoûtes!

Elle mit brusquement ses mains devant sa bouche. Non elle n'avait jamais voulu dire ça. Elle fit quelques pas en arrière. Ces parole lui avait totalement échappé. Et puis si elle était aussi dur c'était parce qu'elle était triste et en colère, mais il ne méritait sans doute pas qu'elle lui dise quelque chose de si.. méprisant. Elle courut se réfugier dans la première cachette apperçu: une installation dans le petit parc de l'hôpital consacré aux enfants. C'était une grande pomme creuse avec un simple trou en guise d'entrée. Elle se cala contre la parois et planqua sa tête dans ses genoux. Elle n'osait pas y retourner, elle ne voulait pas lui faire face et elle n'avait pas la moindre envie de se disputer. Et puis malgré le fait qu'elle regrette ses paroles elle n'avait pas l'intention de s'excuser. En bref, elle était dans une parfaite impasse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Mer 13 Aoû - 4:48

- Est-ce que tu penses que je suis.. stupide?


Le rouquin baissa les yeux pour rencontrer le regard de l’adolescente qu’il fuyait depuis qu’elle était là.  Toutefois cette dernière baissa les yeux également et il fut incapable de voir ses iris bleu roi. Il posa tendrement une de ses mains sur le haut de la tête de la jeune fille. Il se demanda quelques instants comment de telles pensées pouvaient lui traverser l’esprit. Etait-ce parce qu’il lui disait qu’elle était stupide, les fois où il s’énervait ? Très vite il s’ôta cette idée de la tête et comprit où elle voulait en venir. Non, il ne l’avait pas trompé parce qu’il savait qu’elle n’en saurait rien, parce qu’elle ne croirait pas qu’il capable d’une telle chose après ce qu’ils avaient partagé. Le rouquin lui-même ne croyait pas qu’il avait pu faire ça, qu’il avait préféré une friche prise au hasard plutôt que Noeru.
S’il cherchait des explications, il aurait sûrement dit le poids de l’habitude, après tout c’était le seul dérapage en plusieurs mois… Et puis une autre excuse, c’était le fait qu’il était fatigué et qu’il avait voulu relâcher la pression ce soir-là. Seulement il s’était tellement relâché que ses limites avaient disparues et, par conséquent, il avait trahi sa petite-amie. Mais bon, tout ceci n’étaient que des excuses, et pitoyables en plus, qui ne justifiaient en rien un tel acte. Toma le savait, c’est pour ça qu’il n’avait rien dit à l’adolescente, pas présenté d’excuses, ni même cherché à se justifier auprès d’elle. Parce qu’il ne méritait pas qu’elle lui pardonne, il n’avait même pas cherché à se faire pardonner. C’était tout. Il ne voulait pas que l’adolescente le prenne comme  une preuve d’une quelconque « stupidité », non… Jamais ça n’avait été l’intention du rouquin. D’ailleurs il s’apprêtait à lui répondre lorsque l’adolescente se blottit un peu plus contre lui.

Pour le moment il ne voulait rien dire, profiter de ce moment, devenu bien trop rare. Il était net qu’un tel contact avec son élève lui avait manqué à un point où les retrouvailles ne pouvaient même plus être joyeuses, car la seul question qu’il se posait lors de ces moments était quand est-ce qu’aurait lieu le prochain. Sans compter qu’il ne se sentait pas digne de l’adolescente, il ne la méritait définitivement pas. Elle ne méritait pas non plus de traverser toutes ces épreuves à cause des caprices du sportif. Il s’apprêtait à s’écarter d’elle, pour lui expliquer que non, il ne la trouvait pas stupide, loin de là. Il voulait vraiment lui répondre sincèrement, et même s’il n’était toujours pas prêt pour les excuses, il espérait qu’elle pourrait patienter avec ça.
Toutefois il n’eut le temps de rien dire. C’est l’adolescente qui prit d’abord la parole.


- Tu me dégoûtes !


Ces mots-là, Toma les avait entendu mais n’y avait pas prêté attention. Ce n’était pas la manoeuvre la plus douloureuse de la part de la brune aujourd’hui. En effet en le repoussant, l’adolescente avait appuyé vigoureusement sur les côtes de son aîné, y compris celles qui avaient été fragilisées, ou plutôt cassées, par l’infirmier scolaire le jour d’avant. Sans compter que le rouquin avait heurté en plus le mur derrière lui lorsque la brune l’avait rejeté. Il avait trop mal et ne faisait même plus attention si Noeru était toujours là ou non, il s’appuya contre le dossier du banc, tenant fermement ses côtes douloureuses, tentant de reprendre son souffle, coupé à cause de la douleur. Il entendit les pas de la brune s’éloigner, et n’essaya même pas de la rattraper, il s’en fichait. Il voulait juste que le mal s’arrête. Il s’accroupit, avant que ses jambes ne cèdent et qu’il ne laisse tomber ses genoux contre le sol, posant sa tête contre le dossier du banc. La douleur ne semblait pas prête à s’en aller et le roux avait vraiment du mal à reprendre son souffle. Rarement il avait eu aussi mal.

Après une bonne dizaine de minutes, il parvint à retrouver un rythme plus ou moins normal, même si la douleur, elle, sévissait avec le temps qui passait. Il n’avait plus vraiment de notion du temps et en réalité, il se fichait de tout, il voulait juste que ça s’arrête. Il ne savait pas combien de temps il était resté assis sur le sol froid, à attendre que la douleur ne passe, mais cela semblait assez long puisque la lumière du jour commençait déjà à baisser. Comme aucun autre choix ne se présenta à lui, il décida qu’il allait retourner dans sa chambre, demander aux médecins de lui administre des anti-douleurs plus costauds que celui qu’ils lui donnaient. Il se releva donc péniblement puis chercha son téléphone dans les poches de son jean, avant de remarquer avec agacement que ce dernier ne s’y trouvait pas.


- Putain…


Il poussa un soupir et regarda autour de lui. Introuvable, l’appareil était tout à fait introuvable. C’est alors que Toma se remémora où est-ce qu’il l’avait mis, laissant échapper un second soupir. Il l’avait mis dans sa veste, que la brune portait actuellement. Toma ne savait pas où elle était partie, mais il n’avait pas d’autres choix que de partir à sa recherche. Après tout, Sayumi pourrait l’appeler, ou pire, ses parents, ou encore pire, un vieux coup d’un soir ou jouet qui s’était remis du fait d’avoir été jeté après que le sportif se soit lassé.
Il partit donc à la recherche de Noeru, sa démarche étant extrêmement lente à cause de la douleur, qu’il ne voulait pas empirer. Il sentait qu’il pouvait s’évanouir à n’importe quel moment à ce point-là, et il savait qu’une nouvelle chute et il pouvait dire adieu au sport pour plusieurs mois. Et il en était hors de question.


Lorsqu’il entra dans ce petit parc pour enfant, il faisait nuit noire, et il perdait complètement espoir de voir l’adolescente aujourd’hui. Le côté positif, c’est que la douleur était un peu moins lancinante que précédemment, bien que présente. Il espérait simplement qu’elle allait bien, et qu’il ne recevrait aucun message compromettant sur ce téléphone. Il alla s’asseoir sur une balançoire puis ferma les yeux, reposant sa tête contre la chaîne retenant le siège. Il n’arrivait même pas à en vouloir à  la brune. Après tout, il était le seul fautif dans l’histoire. Il laissa échapper un rire jaune avant de prononcer quelques mots de la même voix résignée.


- Tu la dégoûtes…


Toma s’était prononcé cette phrase pour lui. Il le faisait souvent lorsqu’il était seul. Vraiment, s’il avait été moins têtu et acharné, il aurait épargné à la brune, et se serait épargné bien des choses. Il ne savait pas si c’était dpi à la douleur ou aux mots que l’adolescente avait prononcé plus tôt qui lui revenait en tête, mais toutes sortes de pensées peu joyeuses lui venaient en tête. Il ne se sentait plus capable de l’aider, il songeait à la laisser à Klaüs, sûrement qu’elle serait plus heureuse et souffrirait donc moins de la sorte.
Il commençait vraiment à faire froid, le rouquin étant trempé, et la nuit étant fraîche, il ne voulait pas en plus tomber malade. Il se leva donc de la balançoire pour rentrer dans sa chambre, quand une sonnerie de téléphone, ou plutôt la sonnerie de son téléphone, retentit depuis une installation du parc pour enfant. Il s’approcha et s’aperçut que la brune était bel et bien à l’intérieur. Il tendit la main à plat par l’unique entrée de l’installation :


- Tu as quelque chose à moi…


Sa voix avait été faible, il était vraiment épuisé par ces recherches et la douleur dans tout son torse. Il serait bien entré la rejoindre, mais il avait peur que ses côtes ne le supportent pas cette fois. Décidément, son corps avait été mis à rude épreuve cette année.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Mer 13 Aoû - 22:15

La nuit tombait gentiment et cela faisait une éternité qu'elle était là, presque immobile. Elle avait repensé à la manière dont elle s'était éloignée de lui. Il avait les côtes cassée et qu'est-ce qu'elle trouvait de mieux à faire? porter un coup précisément à cet endroit là. Elle se sentait minable. D'autant plus qu'elle lui avait dit cette chose absolument atroce... Comment pourrait-elle retourner le voir après ça?

Elle se sentait épuisée mais elle ne voulait pas retourner à l'hôpital. Sa chambre la déprimait et elle ne voulait pas encore se confronter au médecins. Et puis elle devrait dîner et rien que cette idée la décourageait. Elle trouvait la nourriture qu'ils lui servaient totalement immangeable. Ils voulaient qu'elle avale quelque chose mais ils ne faisaient aucun effort sur le menu ni la manière dont il était préparé. C'était comme dire: "Quoi? Tu n'arrives plus à nager? Plonge dans cette eau à cinq degré s'il te plait." La demoiselle soupira. Elle finit par s'allonger sur le sol terreux. Ses jambes étaient engourdies et elle avait des fourmis dans les genoux. Elle sentit quelque chose vibrer dans sa poche. Son téléphone? Non il était dans le tiroir de la petite commode à côté de son lit. C'était donc le portable de Toma. Elle le sortit de la veste qu'il lui avait prêté et regarda l'écran de verrouillage, inexpressive. Le jeune homme avait reçu un message. Noeru soupira à nouveau en voyant la petite icone en haut à gauche de l'écran. Est-ce que c'était une femme avec laquelle il s'amusait qui lui proposait qu'ils se voient? Toma accepterait surement si c'était le cas, vu la manière dont elle l'avait traité.

Elle entendit des pas qui s'approchaient de sa position. Une démarche lente qu'elle ne reconnaissait pas. La jeune fille se mit à trembler et se recroquevilla, serrant le téléphone contre son coeur. Et si c'était quelqu'un de dangereux? Un pervers? Elle était toute seule ici et trop faible pour se défendre... et puis il faisait nuit... Certes il n'était pas encore tard mais le fait qu'il fasse sombre la rendait déjà méfiante, sentiment bien sûr amplifié par la fatigue qu'elle ressentait. Elle entendit un rire et un murmure mais ne distingua pas les mots. Puis l'appareille qu'elle tenait se mit à sonner. Non ce n'était pas le moment. vraiment pas. Les larmes lui montèrent aux yeux quand elle ouït la personne s'approcher encore plus de l'endroit où elle était. Elle ne comprenait pas pourquoi elle se mettait dans un tel état. Après tout c'était peut-être simplement une infirmière... Une femme ou un homme loin d'être le psychopathe qu'elle s'était instinctivement imaginé.

- Tu as quelque chose à moi…

Elle rouvrit les yeux qu'elle venait de clore, lorsqu'elle avait commencé à prier pour que cet "inconnu" parte, reconnaissant la voix de Toma. Dieu merci c'était lui. Elle ne comprenait pas ce qu'il faisait ici aussi tard mais elle était soulagée qu'il s'agisse de lui et non d'un meurtrier-violeur en série. Elle lui passa son téléphone qui avait cessé de sonner par la main qu'il avait passé dans l'entrée. Puis elle se ré-appuya contre la parois. Elle n'osait pas sortir, craignant toujours de lui faire face. Son coeur battait encore à cent à l'heure à cause de la frayeur qu'elle venait de vivre. Et la voix encore prise par l'émotion elle murmura timidement.

- Tes côtes... ça va...? ... J-je veux dire.. ... elle soupira. Pardon c'est une question stupide... Je ne voulais pas te blesser...

Elle disait ça pour le coup qu'elle lui avait porté involontairement mais aussi pour ces mots qui lui avaient échappé. Pourtant elle n'avait toujours pas envie de s'excuser car tout ça c'était sa faute. S'il n'avait pas fait une telle chose, jamais elle n'aurait eût de raison de réagir ainsi. Elle n'arrivait pas à s'empêcher de s'imaginer la scène en permanence lorsqu'elle était seule et elle n'avait rien pour évacuer la colère. Alors naturellement à un moment on craque et malheureusement, pour le coup c'était arrivé au mauvais moment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Mer 13 Aoû - 23:37

Toma récupéra son téléphone, murmurant un « Merci » poli à la brune qui le lui rendait. Il prit soin de le ranger dans sa poche cette fois, parce qu’il savait que s’il le perdait de nouveau, il aurait certainement beaucoup moins de chance. Il se retourna pour s’en aller mais c’est comme si ses pieds refusaient de l’emmener plus loin. En fait il n’avait aucune envie de retourner dans sa chambre, de devoir expliquer aux médecins où il était allé, et encore moins pourquoi ses blessures s’étaient aggravées pendant ce laps de temps. De plus, il y avait Noeru ici, et il refusait de la laisser seule, une fois la nuit tombée. Certes l’hôpital était surveillé, mais le sportif préférait tout de même la savoir saine et sauve, plutôt que de se demander toute la nuit si elle allait bien. Il s’adossa donc contre la pomme dans laquelle se trouvait la jeune fille puis jeta un oeil à son téléphone.
Cette fois, c’était bien Sayumi qui l’avait appelée, s’inquiétant de ne pas avoir de nouvelles de sa part, et n’arrivant pas à le joindre sur son numéro fixe. Toma poussa un soupir à la fois soulagé, car il ne s’agissait pas d’une femme avec laquelle il s’était amusée par le passé, et exaspéré, car il trouvait son amie bien trop inquiète pour lui. Certes cette fois-ci, c’était fondé mais tout de même…


- Tes côtes... ça va...? ... J-je veux dire.. Pardon c'est une question stupide... Je ne voulais pas te blesser…

- J’étais déjà blessé de toute façon…



Cette affirmation n’était pas là pour que l’adolescente se demande ce qu’il avait voulu entendre par là, non. C’était un simple constat. Après tout, avant qu’elle ne le pousse en appuyant sur ses côtes, ces dernières étaient déjà cassées. Toutefois le ton de sa voix avait été un peu plus tranchant que précédemment, sûrement à cause de la fatigue et de la douleur, qui ne faisait vraiment pas bon ménage. Il ne voulait pas s’en prendre à la brune, après tout il ne pouvait s’en vouloir qu’à lui-même, c’était lui qui était allé s’amuser avec d’autres filles pendant que l’adolescente restait à l’hôpital; pas l’inverse. Il laissa échapper un autre soupir. Il sentait qu’elle s’en voulait mais surtout, qu’elle lui en voulait et qu'il aurait du mal à se faire pardonner, et ce même s'il s'excusait.


- Tu ne devrais pas t’excuser. Ta réaction est tout à fait normale…


Il se maudit intérieurement d’avoir prononcé ces mots-là. Encore une fois, on sentait à cette affirmation qu’il avait l’habitude de ce genre d’éclats de voix avec les femmes. Ce n’étaient pas les plus fréquents, mais parfois ça arrivait. Surtout les deux ou trois femmes mariées qui avaient quitté leurs maris pour le rouquin. Ca remontait, mais Toma s’en souvenait parfaitement. Il avait eu de la chance d’être mineur à l’époque, et avait porté plainte contre elles. C’était un sale coup mais après tout, il avait toujours été comme ça, et il serait toujours comme ça.
Il resta silencieux quelques instants, cherchant à se rattraper comme il pouvait. Il ne voulait pas que la brune le comprenne comme une preuve qu’elle était comme toutes les autres, car ce n’était pas le cas, ni ce qu’il avait voulu dire… Après tout si le roux se mettait dans la peau de la jeune fille, il aurait certainement réagi d’une manière similaire. Il reprit la parole avec calme, essayant de rattraper sa maladresse.


- Je veux dire… C’est de ma faute…


«  Alors c’est à moi de m’excuser ». Toma ne voulait pas prononcer de telles paroles. Il savait que plus il allait parler désormais, plus il allait s’enfoncer. Il fixa son téléphone qui s’était mis à sonner mais rejeta immédiatement l’appel, sans chercher à savoir qui le sollicitait. Le silence reprit donc son trône et se mit à régner en maître pendant les moments qui suivirent. Toma ne savait plus quoi dire et, en réalité, il ne voulait plus rien dire. Il savait que la jeune fille n’attendait plus que des excuses de sa part mais lui ne comptait pas les lui donner. Il ne voulait pas non plus lui expliquer ce qui s’était passé, parce qu’il savait qu’elle ne voulait pas l’entendre. Il se doutait qu’elle avait dû s’imaginer ce qu’il s’était passé entre lui et l’infirmière, et qu’elle n’avait pas arrêté d’y penser. C’était Sayumi qui le lui avait dit, lorsqu’elle l’avait mis en garde de ne pas tromper la lycéenne. C’est pourquoi il ne disait rien à propos de ce qui s’était passé, car il savait que l’adolescente ne voulait pas voir ses soupçons se confirmer.

Il se mordit la lèvre inférieure, le silence devenait vraiment lourd et insupportable et l’air bien trop frais… Sans compter qu’il avait vraiment envie de se reposer, s’allonger pour ne plus avoir à solliciter les muscles de son torse. Il se redressa après quelques instants. Même s’il aurait voulu être sûr qu’elle retourne dans sa chambre avant que le rouquin ne s’en aille, c’était devenu trop difficile pour lui. Il fit quelques pas en avant avant de s’arrêter pour prendre la parole.


- Vous devriez rentrer, avant de tomber malade.


Sa voix gardait ce ton calme, mais en réalité, le rouquin était vraiment épuisé. Tellement qu’il n’avait même pas remarqué qu’il l’avait vouvoyée. En fait, il ne savait plus vraiment comment s’adresser à elle. Est-ce qu’il avait toujours le droit de se considérer proche d’elle ? Comme son petit-ami ? Tout d'abord il l'avait trahie... Et puis après tout ici il n’était que son professeur, et sûrement que les choses auraient été plus simples s’il l’avait toujours été. Inconsciemment, il était en train de remettre une distance entre eux, pas parce qu’il s’était lassé, mais parce plus le temps passait, plus il se rendait compte qu’il ne pourrait jamais rattraper cette erreur là.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Jeu 14 Aoû - 2:10

Noeru l'écoutait en silence, elle ne voulait pas l'interrompre car elle voulait savoir jusqu'où il irait. Est-ce qu'il s'excuserait enfin? Dans tout les cas il comprenait ce qu'elle ressentait et ce simple fait lui faisait plaisir. Ce serait sans doute plus simple pour elle maintenant, rien que mentalement parlant. Elle n'avait plus l'impression de ne pas réagir comme elle le devrait... Mais le très léger sourire qui s'était dessiné sur son visage à ce moment là s'effaça bien vite.

- Vous devriez rentrer, avant de tomber malade.

Son coeur se serra brutalement. C'est à elle qu'il s'était adressé? Pourquoi était-il si distant tout à coup? C'était pile ce qu'elle cherchait à éviter. Elle ne voulait pas qu'une parois épaisse s'immisce entre eux, même petit à petit. La lycéenne sortit brusquement de sa cachette, comme si, si elle ne le faisait pas Toma partirait en la laissant simplement là.

- Tu n'a pas le droit de me vouvoyer! Je.. je suis encore ta petite amie..!

Elle se mordit la lèvre inférieure, jamais elle n'avait voulut être si brusque mais elle n'avait pas sur contrôler le ton de sa voix. Comme elle s'en était rendu compte elle baissa d'un ton pour continuer.

- Vu ce qu'il s'est passé il me semble que c'est à moi de décider si je veux que l'on s'éloigne... Non..?

La jeune fille marqua une pause, elle était une nouvelle fois à la limite des larmes mais elle repris d'une voix beaucoup plus douce et presque boudeuse, qu'elle ne contrôlait pas.

- Et moi je n'en ai pas envie...

Elle s'approcha de lui en laissant tout de même une certaine distance entre eux. Comme si elle avait peur de franchir une limite si elle faisait un pas de plus. Elle craignait encore une fois qu'il la repousse, ou qu'il s'énerve. Mais aujourd'hui elle ne le laisserait pas. Ce n'était pas à lui d'être fâché contre elle. Alors cette fois elle ne baisserait pas les yeux devant lui. Si sa manière de réagir à la tromperie qu'il lui avait faite ne lui plaisait pas alors il n'avait qu'à pas aller coucher ailleurs voilà tout.

- Quand est-ce que tu va comprendre que quoi que tu fasse.. Jamais tu n'entachera l'amour que j'éprouve pour toi...

Elle soupira et l'incita à se tourner en tirant doucement son épaule contre elle.

- Je veux qu'on oublie ça. C'est ma requête et tu ne peux pas la refuser, tu n'es pas en position de le faire.

Après tout c'était ça qui bâtissait un mur entre eux. Alors tout ce qu'elle avait à faire c'était de mettre ce "ça" dans un sac qu'elle enverrait dans le fleuve. Evidemment le bout de mur serait encore là mais il suffirait de le détruire à deux, avec le temps. On voyait à son expression et au ton de sa voix qu'elle était absolument déterminée et que ce n'était pas par lâcheté qu'elle avait fait ce choix. Si elle voulait que les choses bouges en sa faveur elle avait bien compris ce soir qu'il fallait qu'elle arrête d'aller simplement pleurer dans son coin en attendant que la solution tombe d'elle-même et qu'elle se bouge les fesses. Oui il l'avait trompé. Oui c'était douloureux. Mais tout le monde faisait des erreurs... Et il lui faudrait peut-être du temps pour lui pardonner totalement mais si elle n'allait pas dans ce sens rien ne se ferait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Jeu 14 Aoû - 3:33

Toma avait recommencé à marcher, se dirigeant lentement en dehors des installations pour les enfants pour retourner en direction de l’hôpital, puis de sa chambre pour se reposer. Il avait froid, il avait mal et il était fatigué, alors il ne voulait pas rester ici si c’était pour se disputer avec la lycéenne. Toutefois il n’eut pas le temps de sortir du parc pour enfants, que la voix de l’adolescente l’avait stoppé net, lui disant qu’il n’avait pas le droit de la vouvoyer, qu’elle était toujours sa petite amie. A ces paroles, le sportif se raidit. L’avait-il vraiment vouvoyé ? Il ne s’en était pas vraiment rendu compte… Cependant il resta silencieux, ne voulant vraiment pas rester ici plus longtemps, il sentait qu’il était en train de tomber malade à cause du fait qu’il était trempé et seulement vêtu d’un T-shirt et d’un jean.
Comme un peu plus tôt, il n’arrivait pas à bouger, à s’éloigner de la brune. Il l’écouta parler sans l’interrompre, son poing se serrant petit à petit à mesure qu’elle parlait. Lui non plus n’avait pas envie qu’ils s’éloignent, mais ce mur entre eux, il n’avait pas été le seul à le construire. La lycéenne y avait fortement contribué en s’isolant, en évitant tout contact avec le rouquin pendant plusieurs semaines, refusant qu’il s’approche trop près, et tant d’autres.


- Quand est-ce que tu vas comprendre que quoi que tu fasses.. Jamais tu n'entacheras l'amour que j'éprouve pour toi...


Il sentit un contact le prendre par l’épaule et le forcer à se retourner. Il ne se fit pas prier. Il était agacé, mais l’envie de voir l’adolescente était bien plus forte, et il se tourna donc vers elle, la fixant droit dans les yeux. Lorsque leurs regards se rencontrèrent, le corps du rouquin se défit de cette raideur qui le tenait prisonnier depuis plusieurs minutes. Lorsqu’elle lui dit qu’elle voulait oublier son erreur, il se mordit la lèvre inférieure. Comment pouvait-elle vouloir oublier ? Pourquoi est-ce qu’elle s’infligeait ça ?  Ce n’était pas une assiette que le roux avait brisé, mais la confiance de l’adolescente. Et comment une relation pouvait-elle avancer sans confiance ? Comment pouvait-elle avancer sans que l’un des deux partis ne s’en sente le courage ? Il avait cette peur d’être trop sincère avec elle, de lui dire ce qu’il ressentait vraiment. Ce n’était pas le moment, il se sentait déjà assez misérable comme ça. Toutefois ses lèvres prirent le pas sur son esprit, ne lui laissant pas le loisir de réfléchir à ce qu’il allait dire.


- Je ne peux pas… me pardonner…


Il s’arrêta un instant, son regard fixant à présent l’épaule de l’adolescente recouverte de sa veste. Il ne voulait pas croiser son regard. Sa voix était ni désolée, ni fatiguée, elle gardait ce même ton neutre et calme. Seules les hésitations du sportif traduisait son malaise.


- Tu mérites tellement mieux.


Il posa une main contre un poteau qui appartenait en fait à un toboggan, se rapprochant ainsi un peu plus de la brune. S’il avait fait ça ce n’était pas par désir d’être proche d’elle, mais parce qu’il avait vraiment besoin de se tenir à quelque chose, ou de s’asseoir. D’ailleurs jusqu’à ce qu’il sentit le souffle de l’adolescente contre son cou, il n’avait pas remarqué cette proximité. Il releva les yeux et croisa de nouveau le regard de Noeru. Elle semblait vraiment décidée à oublier ce qu’il s’était passé, ou du moins, à aller de l’avant, pour lui pardonner petit à petit. Cette expression, il ne la lui connaissait pas, et elle eut pour effet d’accélérer le rythme cardiaque du rouquin.


Depuis quand était-il devenu aussi défaitiste ? Ce n’était pas son genre. Habituellement, il aurait tout fait pour se faire pardonner de l’adolescente, pourquoi cette fois il n’avait rien fait ? Pourtant elle était la seule qu’il ne voulait vraiment pas perdre. Maintenant la raison pour laquelle il s’en voulait était tout autre. Bien sûr, il s’en voulait de l’avoir trompée et ce sentiment ne le quitterait pas de si tôt, mais maintenant qu’il se rendait compte qu’il avait failli l’abandonner, ce sentiment était encore plus fort. Il repensait au reproche qu’il avait fait à Klaüs la veille. Après tout, lui non plus ne l’avait plus approchée par peur qu’il souffre, lui aussi avait pensé à la regarder de loin, pensé à laisser la place à quelqu’un d’autre, sans penser à ce qu’elle pouvait bien en penser. Il poussa un soupir, sans quitter la jeune fille des yeux.


- Tu es folle…  


Il n'arrivait toujours pas à croire à cette détermination... Il réduisit la distance entre l’adolescente et lui, puis se baissa légèrement pour l’embrasser tendrement. Il ne savait pas pourquoi il avait fait ça, sûrement pour détruire cette barrière u’ils avaient bâti ensemble, et pour s'assurer qu'elle était vraiment d'accord pour essayer d'aller de l'avant. Il enlaça la taille de l’adolescente de son autre main et mit alors fin au contact de leurs lèvres, la serrant contre lui, pour qu’elle ne voit pas son visage honteux et navré. Il se rendit ainsi compte à quel point il avait froid. D’habitude, le contact de la peau de la jeune fille contre la sienne était glaciale mais là, elle dégageait une douce chaleur et Toma ne voulait pas s’en défaire. Ainsi il posa sa tête sur l’épaule de la brune en fermant les yeux, murmurant quelques mots.


- Je suis désolé.


Il s'excusait de l'avoir trompée, d'avoir essayé de l'abandonner et surtout, de ne plus croire en eux. Lui aussi voulait aller de l’avant, il voulait redevenir lui-même. Et ces derniers jours, il s’était rendu compte qu’il n’avait pas besoin d’aller coucher à droite et à gauche pour l’être. Après tout il y avait une nuance entre séducteur et bourreau des coeurs. Il n’y avait rien de mal à séduire toujours la même fille, sans toujours avoir besoin d’aller voir ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Jeu 14 Aoû - 21:51

- Je ne peux pas… me pardonner…

Elle faillit baisser les yeux se rendant enfin compte à quel point il se sentait coupable, mais elle garda son regard décidé pour respecter la promesse qu'elle s'était faite et pour qu'il comprenne réellement qu'il n'avait pas le choix. Malgré ça, elle n'avait pas imaginé une seconde qu'il regrettait autant. Elle écouta la suite avec tout autant d'attention. Toute fois elle n'était pas d'accord avec lui concernant la phrase qui suivait. Elle ne "méritait pas mieux" comme il disait. C'était lui qu'elle avait choisit et ce n'était pas pour rien. Avec lui elle se sentait complète. Certes ils étaient extrêmement différents dans leur tempérament, notamment, ce qui créait souvent des tensions entre eux. Mais ils n'étaient pas meilleurs l'un que l'autre.

Noeru lorsqu'elle le vit s'approcher, rougit légèrement. L'obscurité était omniprésente mais elle remarqua quand même de nombreux signes de fatigues sur son visage. Si seulement elle avait su être plus tendre avec, plus.. facile à aborder? Elle n'eut pas l'occasion de cogiter plus longtemps car le rouquin interrompit son flux de pensées une nouvelle fois en prononçant ceci:

- Tu es folle…

- Mmh.. Sans doutes..


Un léger sourire c'était esquissé sur son visage. Elle avait la sensation par ses mots, qu'il lui accordait ce qu'elle souhaitait et ça lui faisait plaisir. Son impression fût appuyée lorsqu'il l'embrassa avec autant de tendresse. Elle ne réfléchissait plus à rien. Et dire qu'elle avait laissé de tels moments se raréfier de la sorte. La lycéenne sentit la main du rouquin attraper sa taille afin de l'approcher encore de lui. Les geste du jeune homme balayait les idées noires de l'étudiante. Le fait qu'il soit si doux et que la décision de l'enlacer et de l'embrasser vienne de lui, l'affection qu'il y avait mis et le regard qu'il posait sur elle, donnait à Noeru le sentiment de valoir bien plus que cette infirmière qui lui avait volé son cher et tendre pour une nuit.

Toma posa sa tête sur son épaule, contre son cou et elle fut parcourue d'un frisson. Sa peau était glacée. la lycéenne aux yeux bleus se rappela que c'était elle qui avait sa veste et par conséquent, qu'elle était une nouvelle fois la cause de son inconfort.

- Je suis désolé.

Elle avait du mal à en croire ses oreilles mais le remercia simplement, un sourire aux lèvres. Elle était heureuse qu'il s'excuse, d'autant plus qu'elle n'osait même plus l'espérer. Ce soir elle avait eut tout ce qu'elle voulait de la part de son petit ami et elle lui en était reconnaissante.
Malheureusement elle ne se permit pas de profiter de la situation plus longtemps et s'écarta de lui avec douceur.

- Tu es frigorifié... Reprend au moins ta veste....

Elle n'attendit pas qu'il lui réponde pour reculer d'un pas et enlever le vêtement qu'elle lui mit sur le dos, avant de le dépoussiérer brièvement.

- Pardon, je l'ai un peu salie...

Elle savait qu'il lui en voudrait surement de mettre un terme si vite à ce moment mais elle lui avait déjà causé suffisamment de tors pour qu'en plus il tombe malade par sa faute. La jeune fille passa en suite sa main sur le visage de son aimé, et sa paume toujours en contacte avec la joue du sportif, elle continua:

- Il faut que tu y retourne, tu as l'air encore plus mal en point que moi.

Elle rit légèrement et l'embrassa.

- J'irais après toi... À moins bien sûr que tu trouve une explication au cas ou ils nous poseraient des questions...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Ven 15 Aoû - 2:23

Toma laissa l’adolescente s’éloigner de lui, non sans une certaine amertume. Très vite, la chaleur du corps de la jeune fille laissa place au froid de l’air, faisant doucement frissonner le sportif. Ils étaient si bien, pourquoi elle s’éloignait cette fois ? Il avait peur qu’elle ait mal pris le fait qu’il l’embrasse de la sorte, ou alors qu’il l’enlace… Ou peut-être avait-elle pensé que ses excuses n’étaient pas sincères. Après tout, même si ses gestes disaient le contraire, elle ne pouvait pas vouloir lui rendre la tâche si facile… Oui, c’était bien trop simple. Ces pensées arrachèrent un soupir au rouquin qui, décidément, allait trop vite en besogne. Il ne savait jamais comment agir lorsqu’ils se disputaient, ni quand s’excuser, ni reconnaître quand elle lui avait pardonné. Après tout, c’était la première relation où il ne se fichait pas de la fille qui se trouvait en face de lui… Ces pensées furent interrompues par la chaleur et le poids de sa veste que l’adolescente mettait sur l-ses épaules.

L’adolescente s’excusa de l’avoir salie, et cette dernière action arracha un sourire au sportif. Elle devait s’en vouloir de lui avoir dérobé sa veste pendant si longtemps, risquant de le faire tomber malade. Il n’y avait rien de drôle là-dedans, mais Toma ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle culpabilisait vraiment pour rien. Après tout, si ce n’était pas la brune qui avait eu cette veste à ce moment précis, qui sait encore combien de temps ils auraient passé à se disputer ou à s’ignorer…


- Il faut que tu y retournes, tu as l'air encore plus mal en point que moi.


Toma la laissa l’embrasser puis prit la main que la brune avait posé sur sa joue avant de lui adresser un sourire. Il ne voulait plus y retourner. Quand est-ce qu’ils auraient de nouveau l’occasion de se revoir ? Après tout Toma recevrait des visites, Noeru également, et très vite, le rouquin sortirait de l’hôpital pour rentrer chez lui. Sans compter qu’avec sa fugue, dépassant largement l’heure et demi autorisée, l’adolescente serait sûrement plus surveillée dans les prochains jours. Il serait donc plus difficile pour Toma de la voir, et même de rester face à elle, sans l’embêter comme il aimait le faire. Ils s’éloigneraient de nouveau, sans que ce soit pour autant de leur faute et il était sérieusement agacé par cette idée. C’est pour ça que lorsque l’adolescente lui dit de partir avant elle, Toma l’enlaça en guise de réponse.

Non il ne partirait pas maintenant. Malgré le froid, malgré la douleur, et malgré leur couvre-feu, il resterait encore un peu avec elle. Il lui adressa un sourire amusé et prit la parole de cette même voix calme.


- On transgresse déjà tellement de règles…


Il faisait plus allusion au fait qu’ils soient sensés être dans leurs chambres qu’à leur relation. Vu qu’ils étaient dehors depuis bien trop longtemps et que les infirmiers allaient les réprimander, autant en profiter… Il déposa un baiser dans son cou puis s’écarta d’elle, sans pour autant lui lâcher la main. Il commença à marcher doucement hors de parc pour enfants, se dirigeant un peu plus loin du bâtiment de l’hôpital. Il tirait la jeune fille avec lui, se rendant compte que depuis qu’ils étaient ensemble, jamais ils n’avaient vraiment profité d’une balade ensemble, pour la simple et bonne raison qu’étant donné l’interdit qui pesait sur leur relation, ils pouvaient difficilement sortir et se montrer ensemble dans un parc. Ce soir, c’était leur jour de chance, il avait plu et il faisait froid, par conséquent, personne n’était dehors.


- On va se faire engueuler quand on va rentrer, autant que ça vaille le coup… Non ?


Il se tourna vers elle, souriant faiblement. Il disait ça, mais il était vraiment épuisé et avait besoin de repos; mais d’un autre côté il ne pouvait pas laisser passer une telle opportunité de profiter d’un peu de temps avec la brune. Il savait que quoiqu’il choisisse, il allait le regretter. S’il écoutait son corps, il rentrerait se coucher, mais il se ferait harceler par cette infirmière et n’était pas sûr de revoir Noeru avant un moment. Mais s’il écoutait son esprit, il resterait avec la brune pour passer du temps avec elle, mais il ne savait pas dans quel état il se réveillerait le lendemain, ni de combien de temps il avait rallongé son séjour à l’hôpital. Il poussa un soupir, reprenant la marche jusqu’à un petit banc où il alla s’assoir, sans faire attention au fait que ce dernier était tout à fait trempé par la pluie d’un peu plus tôt.

N’ayant pas obligé l’adolescente  à s’asseoir, il la tira un peu par la main pour qu’elle se baisse vers lui, et une fois qu’elle fut à la bonne hauteur, il l’embrassa de nouveau, un peu plus affectueusement que la précédente fois, avec moins de retenue puisqu’il savait qu’il en avait le droit. Après ce moment, toujours trop court, il la laissa libre de ses mouvements, lâchant donc sa main.


- Je suis toujours dans tes numéros d’urgence j’espère…


Cette phrase voulait surtout dire « n’hésite pas à m’appeler », il espérait qu’elle n’avait pas pensé à lui ôter cette position dans son téléphone, malgré tout ce qui s’était passé. Mais maintenant qu’il voulait lui demander tellement de choses, savoir ce qu’il avait pu rater lors de ces deux jours où ils s’étaient disputés. Après tout il était préoccupé par l’état de santé de la brune, et il avait peur que de nouveaux souvenirs ne provoque chez elle un autre choc, et qu’elle ne puisse pas le surmonter.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Sam 16 Aoû - 0:28

- On transgresse déjà tellement de règles…

Lui avait-il murmuré en l'enlaçant. Elle comprit immédiatement à son geste qu'il ne souhaitait pas partir maintenant et n'insista pas. Quand Toma avait une idée en tête il était difficile de la lui enlever. Pis s'il souhaitait rester avec elle c'est surement qu'il se sentait suffisamment bien pour le faire.. Du moins l'espérait-elle. Le jeune homme se pencha en suite au dessus de son cou, pour y déposer un baiser. Noeru frissonna une nouvelle fois, à cause de la température des lèvres de Toma qui n'avait pas beaucoup augmenté depuis tout à l'heure, mais sourit malgré tout, aimant toujours autant les baisers du rouquin. Le jeune homme ne s'attarda cependant pas et commença très vite à entraîner l'étudiante par la main. Elle le suivait, un pas derrière lui et en silence, profitant simplement de l'instant. Certes elle se demandait où il l'emmenait mais elle le verrait bien au moment voulu et puis elle appréciait la simple idée de la balade.

- On va se faire engueuler quand on va rentrer, autant que ça vaille le coup… Non ?

L'expression qu'il arborait et la fatigue affichée sur son visage la fit réellement hésiter. Il fallait véritablement qu'il aille se reposer bien au chaud. Et puis elle commençait à vraiment sentir la fraîcheur de la nuit, elle aussi. Malgré tout elle n'avait pas le courage de lui refuser ce moment. Elle se retenait comme elle pouvait de grelotter et acquiesça à sa question d'un signe de tête. Il avait raison mais est-ce que le jeu en valait la chandelle? Elle aussi voulait rester avec lui bien-sûr mais elle n'était pas sûr que ce soit le bon moment malheureusement. Le temps était humide et il faisait froid, en gros c'était une soirée d'été parfaite pour attraper la fièvre de l'année. Et puis Toma avait l'air d'avoir marché un sacré moment sous la pluie, ce qui augmentait fortement la probabilité qu'il tombe malade.

Il recommença à se déplacer jusqu'à un banc que les gouttes de fin d'après-midi avait également attaqué et s'y assit. Noeru le rejoignit, se plaçant face à lui à un pas tout juste de sa position. Le professeur de sport pu donc facilement l'attirer vers lui afin de l'embrasser avec encore plus de tendresse que lorsqu'il l'avait fait au parc. Bien sûr les joues de la demoiselle reprirent une teinte bien connue du rouquin avant même que ce dernier ne lâche ses lèvres.

- Je suis toujours dans tes numéros d’urgence j’espère…

- Oui..
Répondit-elle spontanément.

Elle ne comprenait pas pour quoi il posait cette question. Le retirer de cette liste ne lui avait même pas effleuré l'esprit.

- Pourquoi est-ce que je t'y aurais enlevé?

A peine eut elle posé cette question que la réponse  traversa d'elle même son esprit. Il devait craindre ce fait suite à la manière dont ils s'étaient séparé mardi. La vérité c'est qu'elle avait mit son téléphone en mode avion pendant cette période. Ça lui arrivait de le faire parfois lorsqu'elle ne souhaitait vraiment pas être dérangé. Lorsque l'appareil était en mode hors ligne elle ne l'utilisait plus que pour la musique et ne pensait donc plus à aucune autre fonctionnalité. De toute façon ce n'était pas parce qu'elle lui faisait la tête qu'elle allait le supprimer de ses listes d'appelles pour autant; c'était puérile.

- Tu n'as pas à t'en faire, je t'appellerais au cas où...

Elle aurait de la difficulté à le faire étant donné qu'elle avait peur de le déranger et qu'elle n'avait pas envie de l'inquiéter mais elle ferait un effort, après tout il avait l'air d'y tenir et au final ça ne lui coûtait pas grand chose.

Le froid la crispait et elle commençait à ne plus pouvoir se retenir de trembler, la fatigue la rendant frileuse. Actuellement elle regrettait son joggings. En fait elle n'était plus à l'aise dans ses vêtements féminin, elle avait l'impression d'être ridicule. Elle en voulait donc déjà à Misaki de ne lui avoir amené que ça, mais ce soir encore plus, car l'un des avantages du survêt était la chaleur qu'il apportait naturellement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   Sam 16 Aoû - 1:38

Il fut heureux d’entendre qu’elle ne l’avait pas enlevé de cette liste d’appel même si, en y pensant la question était assez stupide, et la réponse évidente. Ainsi, Toma ne répondit pas à la question qui suivit la réponse de la brune, demeurant silencieux. Après tout les raisons étaient nombreuses : parce qu’elle lui en voulait de ce qui s’était passé mardi, parce qu’elle ne voulait pas lui parler, parce qu’elle ne voulait pas le déranger, parce qu’il ne voulait pas qu’il s’inquiète, et tellement d’autres. Heureusement pour le rouquin, l’adolescente était loin d’être aussi égoïste qu’il ne l’était, mais dans un autre sens, son altruisme l’empêchait sans cesse de faire un pas vers son professeur, et ce même lorsqu’il lui disait qu’elle devait l’appeler en cas de besoin.


- Tu n'as pas à t'en faire, je t'appellerai au cas où...


Cette réponse fit sourire le rouquin qui était persuadé qu’elle oserait difficilement l’appeler, même si un souvenir lui était revenu. Tant pis, il devrait être celui qui l’appellerait, ou enverrait des messages. Enfin, quand il y penserait parce que bien qu’il aimait avoir son téléphone sans cesse avec lui, il n’avait pas l’habitude d’appeler ou d’envoyer les premiers messages. Il prit la parole de sa voix toujours inébranlable, laissant toutefois apparaître une pointe d’amusement.


- Ne me force pas à venir vérifier par moi-même comment tu vas ~


Cette phrase était là pour la convaincre totalement de l’appeler, car visiblement, c’était la première préoccupation de la brune, elle ne voulait pas être une nuisance pour lui. Il ne voyait pas en quoi elle le dérangeait… Après tout qu’allait-il bien faire dans cet hôpital ? Les infirmières ne pouvaient pas l’empêcher de recevoir des appels, et encore moins de les prendre. Sans compter qu’elle était sa petite-amie, et par conséquent, elle ne le dérangeait pas, surtout en sachant qu’ils ne se voyaient presque jamais… Et puis il était certain qu’ils auraient du mal à se voir dans les jours qui allaient suivre, alors autant essayer d’éviter de couper tout contact, en espérant que personne ne tombe sur les messages qu’ils s’échangeraient, ou ne se pose pas de questions sur les raisons pour lesquelles Noeru appelait autant son professeur de sport.


Très vite, il remarqua à quel point elle était raide et en la voyant grelotter, il comprit bien vite qu’elle mourrait de froid. Il laissa échapper un soupir. Encore une fois il n’avait pas fait attention et avait fait marcher l’adolescente dans le froid avec des vêtements définitivement pas assez chauds pour le temps qu’il faisait. Il détestait cette idée, mais apparemment, c’était le moment pour eux de rentrer vers le centre hospitalier. La jeune fille avait déjà un poignet cassé et un sérieux problème de poids, il ne voulait pas ajouter à ça une fièvre monstrueuse, car les deux premiers problèmes de l’adolescente ne feraient que s’aggraver, et c’était bien la dernière chose qu’il souhaitait. Le professeur prit donc la main de Noeru puis se leva pour recommencer à marcher. Il fit le tour pour finalement se rapprocher du bâtiment central où lui et la brune étaient attendus de pied ferme.

Cependant il s’arrêta un peu avant que leurs deux silhouettes ne deviennent visibles dans l’allée qui menait jusqu’à l’établissement. Il ouvrit doucement sa veste puis attira Noeru contre lui avant de refermer la veste autour d’elle. Au résultat, ils profitaient tous les deux de cette veste chaude, puis retrouvaient de nouveau cette proximité qui avait tant manqué à Toma. D’ailleurs, il avait été surpris de voir qu’ils tenaient si bien à deux à l’intérieur, sans que la veste ne menace de craquer à tout moment. Il déposa un baiser sur le front de la brune avant de reposer sa tête sur l’épaule de cette dernière, fermant les yeux.


- Encore un peu… Après je te ramène…


Il resserra encore un peu son étreinte autour du corps de la brune, tentant de faire abstraction de sa vulnérabilité et sa fragilité. Tout ce qu’il voulait, c’était profiter de sa présence, qui lui avait tant manqué. Il ignorait comment il allait la retrouver la prochaine fois qu’il la verrait. Avec un peu de chance, elle irait parfaitement bien, retrouvant peu à peu la santé; ou alors, un autre souvenir d’enfance pourrait la perturber complètement, ou un souvenir concernant sa relation avec Toma, qui n’était pas non plus la meilleure chose pour lui remonter le moral.
Après quelques instants il la délivra de ses bras, défaisant la fermeture-éclair de la veste qui les enveloppait chaleureusement, la retira de ses épaules et la déposa de nouveau sur celles de Noeru, lui adressant un mince sourire, mais rassurant. Après tout il avait beaucoup moins froid, contrairement à elle qui grelottait à cause de lui.


- Désolé, c’est encore de ma faute.


Il lui prit la main puis se dirigea lentement vers l’hôpital, redoutant le moment où ils passeraient la porte, les obligeant à se séparer pour une durée qu’il ne connaissait pas encore. Il cherchait également un excuse pour éviter que l’adolescente et lui ne se fassent trop réprimander lorsqu’ils rentreraient. Les infirmières ici étaient vraiment agaçantes, et Toma craignait des représailles envers la brune. Il ne les laisserait pas s’en tirer à si bon compte si elles faisaient quoi que ce soit…
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite prolongée à l'hôpital ~ (PV Noeru)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un premier Scanner à l'hôpital Bernard Mevs
» Visite à l'hôpital
» Une belle visite à l'hôpital [Pv : Ketsueki La]
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CAMPUS TENSHIGAYA :: Corbeille-
Sauter vers: