AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Venez incarner votre personnage de manga / anime préféré ou bien créez le votre, et amusez vous dans le Campus Tenshigaya, une ville sans limites !

Partagez | 
 

 Coincée ici pour les vacances (PV Toma)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Coincée ici pour les vacances (PV Toma)   Dim 3 Aoû - 1:26

Noeru avait les yeux clos et écoutait de la musique dans le casque que Toma lui avait prêté. Cela faisait quatre jours qu'elle s'ennuyait dans cet hôpital. Elle avait bien la visite de médecins qui venaient surveiller son état et parfois celle des infirmières, mais globalement elle était seule la plus grande partie de son temps et elle n'avait droit qu'a une heure trente de visites par jours. Pour la jeune fille qui était de nature sociable ça faisait peu. Certes ça faisait trois semaines qu'elle ne parlait plus à personne et qu'elle se cachait dans des endroits déserts comme ça chambre et le toit, mais le cadre n'était pas le même. Là-bas elle se sentait chez elle, ce qui n'était pas le cas de ce lieu qu'elle qualifiait toujours de déprimant. Si au moins elle parvenait à dormir histoire que le temps passe plus vite, mais malheureusement elle était toujours en proie aux insomnies.

Ce jour là elle avait eu rendez-vous avec un psy. C'était un homme charmant mais un peu étrange, la quarantaine passé. Il s'était vaguement présenté, elle avait fait pareille par politesse, puis, après un blanc dans la discussion aussi long que dérangeant, elle avait expliqué son problème dans les très grandes lignes. M. Hasterman, Eirick de son prénom, s'était montré patient mais avait tout de même fait part à l'adolescente qu'il aurait aimé qu'elle lui en dise un peu plus. Malheureusement pour le moment Noeru n'était pas suffisamment à l'aise pour entrer dans les détails. Si elle avait déjà de la peine à se confier à Toma, ce n'était pas à un parfait inconnu qu'elle livrerait tout sur un plateau d'argent. "Ouiii mais le fait qu'il ne te connaisse pas peut aideeeer", que nenni messire. Une heure de quasi silence plus tard, elle avait enfin pu rejoindre sa chambre pour se replonger dans ses pistes musicales préférée. Misaki était passée le jour d'avant avec entre autre, son chargeur de portable et elle lui en était infiniment reconnaissante. Maintenant tout ce qui lui manquait... C'était Toma.

Le rouquin lui manquait déjà c'était atroce. Ça faisait depuis qu'elle l'avait quitté  le vendredi soir, qu'elle pensait à lui. Et penser qu'elle risquait ne pas le revoir avant de sortir la démoralisait Totalement. Surtout que vu son état physique et psychologique les médecins l'avaient prévenue qu'elle risquait de rester quelques temps, sans pouvoir lui dire la durée exacte de la période. Ils lui avaient aussi dit que suivant comment la situation évoluait elle aurait ses week-end de libres. C'était déjà ça de gagné.

La noiraude soupira pour la mille et unième fois depuis qu'elle avait ouvert les yeux ce lundi matin. Elle cherchait comment se changer les idées sans penser à quelque chose qui lui rappellerait un moment de son enfance. Elle en avait déjà eu un en mangeant son repas de midi et ça lui suffisait amplement. Heureusement ce dernier était plutôt soft: Elle s'était remémorée à quelle point sa mère était piètre cuisinière de la même façon que le critique Anton Ego s'était revu petit en prenant une bouchée de ratatouille dans le film du même nom. Sauf que lui avait la chance d'avoir pour maman un véritable cordon bleu. Noeru elle, avait passé un moment nettement moins agréable. Déjà que de base elle n'avait pas d’appétit, ce n'était sans doute pas les plats de l'hôpital qui l'aiderait à s'en sortir. Misaki y avait pensé et lui avait généreusement amené un cornet remplis de chocolat en tout genre qu'elle n'avait pas encore entamé. Les docteurs l'y encourageait car même s'il ne s'agissait pas là de la nourriture la plus saine qu'il soit, c'était déjà bien si elle mangeait quelque chose. Après tout elle avait encore perdu 250 grammes depuis son arrivée. Bon au moins maigrissait-elle moins vite.

La chaleur se faisait de plus en plus étouffante dans la pièce et la demoiselle alla ouvrir la fenêtre avant de s'y accouder quelque minutes, profitant de la légère brise. Puis elle alla s'asseoir et dessina quelques scénettes créées sur le moment comme l'avait conseillé son psy. Elle ne dessinait pas très bien et ses "oeuvres" ne pouvait être comprises que par elle tant elles étaient approximatives et brouillons, mais au moins elle s'exprimait.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

pardon OTL

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Coincée ici pour les vacances (PV Toma)   Mar 5 Aoû - 0:32

L’été s’était enfin montré sur le Campus et par conséquent, Toma était de bien meilleure humeur. En effet, la chaleur, le fait d’avoir moins d’affaire à porter sur soi, et puis tout simplement savoir que les vacances se rapprochaient petit à petit l’enchantait. Après tout, être professeur avait cet avantage, qui permettait d’avoir de longues vacances et même être payé pour ces dernières. Même si, il le savait, il allait devoir se montrer à quelques réunions de temps en temps, mais rien de bien criminel comparé à son temps de repos. Le rouquin était actuellement en cours avec des lycéens mais tout comme eux, il n’était pas spécialement motivé à faire le moindre effort, il leur avait simplement dit que cette heure de cours là compterait dans les appréciations sur le bulletin…

En fait, même si le soleil et les vacances qui approchaient étaient réjouissants, la vraie raison de sa bonne humeur était le départ de Sayumi. En effet cette dernière avait enfin arrêté de vivre chez lui pour le surveiller et était rentrée chez elle à Tokyo, promettant au rouquin de revenir pour voir comment se portait sa petite-amie. Toma en apprenant la nouvelle s’était empressé d’aller fêter cela comme il se doit lors d’une soirée dans un club, pour la première fois depuis ses vacances en Amérique il n’avait pas pu aller s’amuser sans avoir peur de la réaction de son amie d’enfance quand il rentrerait à cinq heures du matin. Elle était bien trop protectrice envers Noeru et par conséquent, il avait été impossible au sportif de sortir s’amuser ou se changer les idées quand elle était chez lui, et à chaque fois qu’il avait réussi à s’échapper, elle lui avait fait la morale pendant des heures et des heures.
Pas qu’il ne respectait pas Noeru ou qu’il ne l’aimait pas, mais il pensait tellement à elle, tout le temps, à comment l’aider sans être envahissant, qu’il lui arrivait de saturer bien plus vite. Il était fatigué de cette situation et n’avait qu’une envie, celle de trouver une issue. Mais comme pour l’instant la situation semblait bloquée, il lui fallait un échappatoire et il s’était donc tourné vers son jeu favori.

Il n’entendit pas la sonnerie retentir tant il était pris par ses pensées, ce furent les élèves qui le saluaient qui lui indiquèrent que le cours était enfin terminé. En fait aujourd’hui, il était bien décidé à aller voir sa petite-amie à l’hôpital, comme il finissait tôt. Depuis qu’elle avait été admise il n’avait pas réussi à la voir, soit il arrivait trop tôt, soit trop tard… Enfin surtout trop tard. Mais aujourd’hui il allait passer coûte que coûte, après tout il avait été impliqué dans cet accident et il serait étrange que le professeur n’aille pas se renseigner sur l’état de santé de son élève. C’est pourquoi s’il fallait charmer tout le personnel de l’hôpital pour se frayer un passage jusqu’à la chambre de la brune, il le ferait sans aucun complexe.



Il arriva à l’hôpital en une quinzaine de minutes, avec dans son sac le casque qu’il avait offert à l’adolescente, ainsi que quelques fleurs, qui étaient plus pour la forme que pour faire plaisir à la brune, car après tout, il ne pouvait pas se montrer les mains vides…

Il fut assez heureux de voir qu’il était, pour une fois, dans les temps. Il avait essayé de soutirer des information sur la situation de la jeune fille auprès d’infirmières mais ne parvint pas à ses fins à cause de cet infirmier, bien trop hétérosexuel pour tenter quoi que ce soit. Et puis il était trop pressé d’aller voir la brune, car il savait que les temps de visites étaient plus que réduits. Il s’arrêta devant la porte qui était entr’ouverte, il espérait sincèrement qu’elle soit seule, car même s’il était allé s’amuser les derniers soirs, il n’avait pas arrêté de penser à elle et surtout à quel point elle lui manquait… Il jeta un bref coup d’oeil et s’aperçu qu’elle était bel et bien seule, un sourire soulagé apparut alors sur ses lèvres et il entra discrètement, s’approchant doucement de la brune qui lui tournait le dos, concentrée sur quelque chose.

Une fois qu'il fut assez proche, il lui ôta le casque qu’elle portait, c’était celui qu’il lui avait prêté quelques jours auparavant; puis il le remplaça par celui qu’il lui avait offert pour son anniversaire, toutefois pour être sûr de pouvoir parler avec elle, il ne le lui remit pas sur les oreilles mais autour du cou. Il alla ensuite s’adosser sur le rebord de la fenêtre, posant au passage sur la table le bouquet de fleurs, sans la quitter des yeux, et il prit la parole après quelques instants de silence :


- Ton bras va mieux ?


En fait, il se doutait que son bras allait mieux, c’était obligé, par dessus tout, il voulait savoir comment elle allait. En fait, il espérait également qu’elle approfondisse sur le sujet principal de sa visite à l’hôpital : son poids. Et il était persuadé qu’elle s’en doutait, et qu’elle attendait qu’il la bombarde de question. Toutefois, même s’il en avait envie, il se retint, après tout l’adolescente n’avait peut-être pas envie d’en parler, surtout que ça avait dû être la seule chose dont elle avait dû parler avec les médecins ces derniers jours… Pour éviter qu’elle ne se sente trop mal à l’aise par rapport à Toma, ce dernier prit la parole d’un ton léger et amusé.


- Tu auras réussi à y échapper, à cet examen~


Il s’arrêta quelques instants. Il ne voulait vraiment pas la mettre mal à l’aise, mais la question lui brûlait les lèvres.


Tu en as pour combien de temps ?


Après tout il n’avait aucune idée de combien de temps pouvaient durer de tels traitements. Peut-être des semaines ? Des mois ? Il ne savait vraiment pas, mais il espérait qu’elle allait être un peu libre cet été, il serait vraiment déçu pour la brune si elle ne pouvait pas profiter de ces vacances largement méritées…. Et puis, il voulait vraiment profiter du fait que la plupart des élèves et professeurs rentrent chez eu, loin du campus, pour sortir un peu avec elle en ville, ou dans des villes alentours, il y avait toujours cette balade en forêt après tout…
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Coincée ici pour les vacances (PV Toma)   Mar 5 Aoû - 2:05

Noeru senti son casque s'enlever et elle sursauta. Elle n'avait pas entendu Toma entrer sa musique étant trop forte. Mais lorsqu'il plaça l'autre autour de son cou la jeune fille sourit doucement. Elle ne pensait vraiment pas qu'il viendrait et sa présence lui faisait bien plus plaisir que le bouquet qu'il lui avait amené.

- Ton bras va mieux ?

- Mh.. Le plâtre et un peu dérangeant mais il se fait parfois oublier.


La noiraude n'allait évidement pas préciser que c'était car elle était trop occupée à déprimer pour faire attention à son poignet fracturé. Elle ne voulait pas dire des choses qui pourraient assombrir la discutions. Encore une fois elle ne savait pas quand elle aurait à nouveau la chance de le revoir et puis ils n'avaient pas beaucoup de temps à partager. Ce serait possiblement le meilleur moment de sa journée et elle ne voulait pas gâcher ça.
Même si elle se disait que Toma s'inquiétait plus sur son poids que sur la blessure qu'elle s'était malencontreusement infligée le vendredi soir qu'ils avaient passé ensembles, elle n'avait pas l'intention de rentrer dans ce sujet. Surtout en sachant que les nouvelles n'étaient pas très bonnes. Rien qu'à cette idée elle baissa les yeux et soupira. Encore une fois la lycéenne se sentait coupable. Elle ne pu s'empêcher de regarder en direction des sucreries que lui avait apporté Misaki pour lui remonter le moral et qu'elle n'avait toujours pas touché.

- Tu auras réussi à y échapper, à cet examen~

Noeru eut un léger rire. Malgré ce que disait Toma elle se doutait bien qu'elle devrait le rattraper d'une manière ou d'une autre. Au final elle y échappait, oui, mais quelle en serait la durée? Elle posa son crayon qu'elle n'utilisait plus depuis qu'elle avait remarqué la venue du rouquin sur son "oeuvre" inachevée, semblable a un gribouillis d'enfant élaboré. Elle le regarda en suite dans les yeux, légèrement tournée dans sa direction mais toujours assise sur sa chaise.

- Tu en as pour combien de temps ?

Son sourire s’effaça. Les médecins n'avaient eux-même pas été en mesure de lui le dire précisément, tout dépendait d'elle. Eux pensait en la voyant qu'au mieux elle resterait trois semaines, au pire plusieurs mois. La fourchette était large. Dans son cas elle sentait le "plusieurs mois" la guetter tant elle se sentait submergée. Elle décida encore une fois d’adoucir la chose pour ne pas que la discussion se fixe là dessus, elle n'en avait vraiment pas envie. Après tout elle baignait dans ce genre de préoccupations depuis qu'elle était là, et même face à Misaki elle n'était pas parvenue à contourner le sujet.

- Quelques temps.. trois fois rien..

Bon elle n'avait pas tout à fait menti. Après tout que représentait vraiment trois-quatre mois sur une vie entière? Une période tout à fait négligeable. Et puis cette réponse signifiait aussi clairement "on passe à autre chose chéri? j'ai pas très envie d'en parler."

- Dans tout les cas j'aurais très bientôt mes week-end de libre.

Bon ça c'était un petit mensonge. En vrai Noeru n'en avait pas la moindre idée. Encore une fois tout dépendait d'elle et de son évolution. Mais la bonne nouvelle c'est qu'elle avait vraiment envie de pouvoir retourner s'amuser en ville ou ailleurs. En bref n'importe ou mais loin d'ici. Et puis les visites d'une heure trente ça allait bien cinq minutes, mais avec une durée si courte elle avait intérêt à avoir des débats chiants avec des personnes qu'elle n'aimait pas beaucoup pour ne pas se prendre une bonne claque quand les infirmières viendraient lui dire que le temps était écoulé.

L'étudiante aux yeux océan se leva et alla s'asseoir sur son lit afin d'être en face de Toma.

- J'espère que tu ne t’ennuieras pas trop en cours sans ton cas désespéré~

Elle avait prit le même ton que lui lorsqu'il lui avait rappelé qu'elle passait à côté de l'examen sportif. Mais les larmes lui montèrent aux yeux et encore une fois son sourire disparut petit à petit. Elle ne supportait pas d'être ici et elle était toujours aussi épuisée et déprimée, donc l'émotion de le voir, se rappeler encore une fois qu'elle ne pourrait pas assister à ses cours, pas le rencontrer aussi souvent. S'en était beaucoup pour elle. Elle essuyait comme elle pouvait ses larmes à mesures mais celles-ci ne s’arrêtaient pas de couler.

- Je suis contente que tu sois venu... Je n'osais pas trop y croire.

Elle laissa s’échapper un très léger rire plus nerveux qu'autre chose. Elle voulait aller se cacher dans ses bras pour de nouveau se sentir en sécurité mais par dessus tout car ce contacte lui manquait réellement. Mais comme vendredi elle n'osait pas, elle ne voulait vraiment pas qu'il se sente mal à l'aise par sa faute. Et puis elle avait l'impression qu'il devinerait pour ses deux-cent cinquante grammes s'il s'approchait de trop près et ça lui faisait peur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Coincée ici pour les vacances (PV Toma)   Mer 6 Aoû - 23:53

A la réaction de l’adolescente lorsqu’il lui avait demandé combien de temps elle allait rester à l’hôpital, Toma avait compris qu’il s’agissait d’un sujet sensible, voire même d’une inconnue, et en aucun cas il ne voulait s’énerver aujourd’hui. C’est pourquoi il n’écouta qu’à moitié la réponse de la jeune fille, car il la connaissait, elle allait atténuer les faits d’une façon qu’elle seule comprendrait et lui, il savait qu’il ne comprendrait absolument pas et s’énerverait. Il refusait de gâcher ce moment-là, parce que malgré le fait que l’année touche à sa fin pour les élèves, les professeurs eux, se retrouvaient avec toutes sortes de réunions de fins d’année pour faire le bilan et prévoir quelles installations ou programmes il fallait changer pour la suivante… Par conséquent, il savait qu’il allait être assez occupé les semaines qui allaient suivre et ne savait pas quand il allait pouvoir revenir la voir, et quand elle serait seule, surtout. Il voulait éviter de croiser les amis de l’adolescente, que ce soit Misao, Adrien ou même Misaki. Et puis au-delà du fait qu’il ne voulait pas gâcher ces courts et rares moments en compagnie de l’adolescente, il savait que s’il s’énervait, il allait d’une part se faire remarquer de tout le personnel et d’autre part, se faire jeter dehors par ces derniers…


- Dans tout les cas j'aurai très bientôt mes weekends de libres.


Le rouquin esquissa un mince sourire, serrant les dents pour s’empêcher de lui lancer un « quand, bientôt ? ». Après tout il voulait absolument la faire sortir cet été, c’était la première fois qu’il n’allait pas passer l’été à sortir tous les soirs, pour battre le record du nombre de filles qu’il pouvait séduire en un été, donc il voulait voir ce qu’il y avait à faire d’autre. Toutefois, il avait le sentiment que a brune elle-même ne savait pas quand elle serait libre pour les weekends. A cette idée il laissa échapper un soupir et alla s’assoir à côté de Noeru, qui s’était déplacée sur son lit, en face de lui. Il prit place tranquillement sans vraiment se soucier si des infirmières allaient entrer ou non, en fait, c’était pareil, ils ne faisaient rien de toute façon.


- J'espère que tu ne t’ennuieras pas trop en cours sans ton cas désespéré~

- Bien sûr que je vais m’ennuyer.. Des comme toi y en a pas deux.



Sur ces mots ils se leva et se plaça en face d’elle, remarquant alors les larmes qui s’échappaient des yeux de l’adolescente. Il s’en voulait. C’était lui qui l’avait enfermée ici, dans un sens… C’était de sa faute si elle était bloquée ici pour les vacances, sa faute s’ils ne pouvaient pas se voir pendant plus d’une heure trente, sa faute s’ils ne pouvaient pas être seuls… Il se mordit la lèvres inférieure et détourna le regard, fixant la cour de l’hôpital à travers la fenêtre, posant ses avant bras sur le rebord.

Quand il entendit la brune lui dire qu’elle était contente qu’il soit venu, il s’en voulut encore plus, étrangement. En fait, il sentait qu’elle était réellement contente qu’il soit là mais, qu’à la fois, elle redoutait le moment où il devrait s’en aller, et l’attente qui allait suivre cette séparation; tout comme lui à vrai dire. Après quelques instants, il se retourna vers elle et s’approcha doucement. Quand il fut assez proche, il prit une chaise qui se trouvait sur le côté et s’assit dessus, en face du lit, pour mieux voir le visage de son élève, toujours en larmes. Il essuya les dernières qui s’écoulaient des yeux de Noeru puis après un regard discret vers la porte de la chambre, il déposa ses lèvres sur celles de l’adolescente, l’embrassant alors tendrement. Bon sang ce que ce contact-là lui avait manqué, qu’est-ce qu’elle lui avait manquée. C’était toujours quand ils se retrouvaient très proches l’un de l’autre que le rouquin se rendait compte à quel point il fallait qu’il chérisse les moments qu’il passait avec elle, et surtout, à quel point il fallait qu’il prenne soin de l’adolescente pour ne pas qu’elle lui échappe.

Après quelques instants, il se détacha d’elle, fixant ses iris bleu roi de son regard émeraude, toujours imperturbable, et ce malgré la culpabilité qu’il ressentait sans cesse depuis quelques semaines maintenant. Il replaça une mèche de cheveux de la brune derrière son oreille puis après quelques instants de silence, il prit la parole, la voix calme et posée.


- Dis-toi que les cours sont bientôt finis, et que j’aurais sûrement un peu plus de temps à te consacrer…


Il lui adressa un sourire doux puis après un autre instant de silence, il l’embrassa sur le front puis se redressa sur sa chaise, s’éloignant donc de la lycéenne. En fait, il savait qu’il allait avoir un emploi du temps chargé les prochaines semaines, et il s’en voulait de mentir de la sorte. Enfin il omettait simplement de lui faire part de quelques détails, donc ce n’était pas vraiment un mensonge, si ? Enfin dans tous les cas, il savait qu’il ferait de son mieux pour venir la voir. Car après tout, les parents du rouquin savaient qu’il était en vacances bientôt et il avait peur que ces derniers ne veuillent venir voir comment vivait leur fils… Toma avait pensé à leur présenter Noeru, pour qu’ils le laissent tranquille…Mais comme il ne comptait pas se marier avec elle, il avait finalement trouvé que cela n’aurait pas été une bonne idée… Après tout l’adolescente pourrait se faire des films, et il ne voulait pas jouer avec les sentiments de personnes aussi importantes pour lui, qu’il s’agisse de Noeru ou de ses parents.

Il jeta un regard à la pièce en quête d’un sujet plus joyeux, et remarqua que la brune avait plusieurs affaires entassée dans un coin. Est-ce qu’elle avait reçu beaucoup de visites lors de ces quelques jours d’hospitalisation ? Le rouquin désigna d’un mouvement de tête les affaires de la lycéenne puis lui demanda en souriant :


- Beaucoup de visites ?


C’était parfait pour changer de sujet, même si ça ne changeait rien à la situation, ça avait le mérite d’alléger l’atmosphère de la pièce. Le sportif se leva et se dirigea vers le sac de son élève, prenant au hasard un livre qui se trouvait en surface, sans vraiment se gêner. Après tout elle était venue plusieurs fois chez lui et cherché des vêtement dans ses placards, donc il n’avait aucun remords à piquer des petits trucs dans ses affaires, surtout qu’il les rangerait par la suite. Il
feuilleta le livre brièvement puis se retourna vers l’adolescente, l’air moqueur, puis il prit la parole d’une voix railleuse.


- Tu lis ça pour échapper au glauque de l’hôpital ?


Toma eut un petit rire. Après tout ce livre était loin d’être le plus joyeux de ceux qui étaient disponibles à la librairie. Etait-ce le genre de chose que Noeru aimait lire ? Il ne savait vraiment pas ça non plus… Il soupira à cette idée puis referma le bouquin avant de le reposer et de continuer à regarder dans le sac de sa petite-amie, sans vraiment attendre des réactions de cette dernière. En fait, il espérait trouver quelque chose avec laquelle il pourrait embêter la brune, gentiment, pour lui changer les idées et qu’elle pense à autre chose qu’à son traitement, qu’à son séjour long à l’hôpital, et au fait que Toma ne serait pas là souvent pour lui rendre visite…
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Coincée ici pour les vacances (PV Toma)   Jeu 7 Aoû - 2:27

Le doux baiser de Toma fut semblable à l'inspiration qu'on prend après avoir été contraint de garder son souffle plusieurs minutes: salvateur au possible. Elle avait enfin la sensation de respirer. Comme un bon bain chaud après une nuit glacée en antarctique, son geste avait été apaisant et jouissif à la fois. La jeune fille, pendant les quelques secondes durant lesquelles leurs lèvres étaient restée en contacte, s'était sentie transportée ailleurs. Où? Difficile à déterminer mais ce qui était sûr c'est qu'elle n'était plus dans cette chambre à l'atmosphère rendue pesante par la chaleur. Lorsque Toma cessa son acte tendre elle retomba sûr terre sans parachute. Si avant elle était dans une bulle alors cette dernière venait d'éclater. La lourdeur de l'air pesait à nouveau sur ses épaules et le soleil recommençait à taper sur ses maigres cuisses. Elle avait l'air calme mais son cœur comme son esprit étaient totalement agités et pour une fois depuis longtemps ce n'était pas dû à ses démons. Le sang lui était remonté au joues et Noeru restait silencieuse. Son petit ami l'avait surprise. Elle ne pensait pas qu'il serait capable de franchir le mur qu'elle avait bâtit entre eux avec tant de douceur et de bienveillance. Elle était contente de se rendre compte de cette manière que s'il ne l'approchait pas avant ce n'était pas par dégoût et qu'il l'aimait toujours.

- Dis-toi que les cours sont bientôt finis, et que j’aurais sûrement un peu plus de temps à te consacrer…

Elle acquiesça un léger sourire au lèvre qui, si elle n'avait pas été si épuisé aurait été bien plus lumineux. Alors même dans le cas ou elle ne pourrait pas sortir il viendrait lui rendre visite. La noiraude en était soulagé. Mais se voir dans un tel cadre n'était ni romantique, ni amusant: soit, elle doublerait sa portion de petits légumes ce soir là et mangerait quelques chocolats.

- Beaucoup de visites ?

Noeru re-concentra son attention sur Toma et se rendit ainsi compte de quoi il parlait. En y repensant ses amis l'avait gâtés. Adrien lui avait offert une peluche adorable avec une poche dans laquelle était caché un très beau bracelet en argent. Il avait les moyens de lui offrir des bijoux plus précieux mais il l'avait vu craquer sur celui-là la dernière fois qu'ils étaient sortis. Et puis il savait que la jeune fille n'accordait pas d'importance aux prix des choses et que ce n'était pas avec un objet dont la valeur marchande été élevée qu'il lui remonterait spécialement le moral. Misaki elle, avait apporté de quoi grignoter, Andrew était venu les mains vide et Misao lui avait amené...

- Tu lis ça pour échapper au glauque de l’hôpital ?

Ce livre. Elle ne l'avait pas encore ouvert mais le garçon aux yeux d'or lui avait assuré que son cousin l'avait adoré. "Bon je ne l'ai pas lu moi-même, mais j'ai eu de très fortes recommandation d'un fin connaisseur!" lui avait-il dit. Noeru n'était pas une lectrice assidue. Elle se plongeait parfois dans les quelques yaoi qu'elle avait retrouvé au fond de sa minuscule bibliothèque personnelle, entre deux shonen. Certes elle avait quelques romans, mais ils faisaient presque tous partie des incontournables du moment.

- Ha heu.. Je ne l'ai pas encore commencé, c'est un cadeau de Misao... Je ne suis pas une grande lectrice mais je n'ai pas osé refuser, il avait l'air trop enthousiaste.

Ha ça, il devait l'être très sincèrement rien qu'en imaginant l'impacte qu'aurait sur elle la lecture de cet ouvrage, qu'il était loin d'avoir choisi au hasard. Noeru ne se doutait naturellement pas de ses sombre dessein.

Le fait que Toma farfouille dans son sac d'affaire ne la dérangeait pas vraiment. Du moins pas jusqu'à ce qu'elle se souvienne des deux Boy's love que Misaki lui avait rapporté toute fière. "Moi aussi je t'ai pris de quoi bouquiner little chick~" avait-elle dit avant de lui adresser un regard rempli de sous entendu. Bon ces dernier n'étaient pas des plus hard mais ils contenaient quand même quelques scènes compromettantes. Ni une ni deux elle bondit de son lit, rouge comme une pivoine, dans l'espoir d'interrompre sa fouille avant qu'il ne parvienne jusqu'à eux. Elle arracha le cornet de devant lui mais le tenant mal le contenu se déversa presque entièrement sur le sol. Elle commença à chercher les deux objets de son affolement en priorité, maudissant sa maladresse. Elle en profitait aussi pour ranger les reste des choses dans le sac et une fois arrivé à la fin elle se rendit compte d'une chose qui fit encore gagner deux teintes de rouges à ses joues: elle n'avait retrouvé qu'un manga. Sans oser lever les yeux vers Toma elle murmura:

- C-c-c'est Misaki.. q-qui m'a amené ça... Je ne l'ai pas encore lu.

Mensonge éhonté. Elle l'avait fini quatre fois ce one shot. Au moins était-ce une bonne histoire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Coincée ici pour les vacances (PV Toma)   Jeu 7 Aoû - 16:44

Toma reposa le livre offert par Misao à la brune sur la pile. Pourquoi est-ce qu’il lui avait acheté un truc pareil ? Il soupira et décida de ne pas y prêter attention, tout d’abord parce qu’il ne voulait pas inquiéter Noeru et ensuite parce qu’il préférait ne pas s’emballer et risquer de dévoiler sa couverture au brun. Il prit ensuite dans la main une peluche, qui vu l’apparence, et vu le petit bijou caché à l’intérieur, avait éété certainement offerte par Adrien. Cet objet fit sourire le rouquin. Décidément, il avait beau être un voyou, il offrait vraiment les cadeaux les plus ridicules, gnangnan et clichés que Toma avait pu voir dans sa vie. Enfin, si ça plaisait à Noeru et si ça lui remontait le moral, pourquoi pas, mais le sportif trouvait vraiment que ce genre d’objets stupides et surtout inutiles… Après tout qu’est-ce qu’elle allait en faire ? Le poser sur une étagère et le regarder prendre la poussière… Génial.

Ce qui se passa par la suite alla bien trop vite pour que le professeur ne comprenne exactement le pourquoi du comment. La jeune fille se jeta sur lui, ou plutôt sur ses affaires, renversant au passage le contenu de son sac au sol, puis elle se mit à la recherche de quelque chose, du moins ça en avait l’air. En la voyant ainsi stressée, le rouquin se baissa en position accroupie pour l’aider à ramasser ses effets personnels. Il prit au hasard un autre livre, un peu plus petit et fin que celui offert par Misao, et si la jeune fille n’avait pas pris la parole, il le lui aurait donné sans faire attention à la couverture.


- C-c-c'est Misaki.. q-qui m'a amené ça... Je ne l'ai pas encore lu.


Toma baissa les yeux vers le livre et le retourna en s’apercevant qu’il s’agissait d’un manga. Il observa quelques instants la couverture avant de comprendre et, par conséquent, de rougir légèrement. Pas que la couverture était explicite, ou que le contenu le dérangeait, c’est juste qu’il était surpris de savoir que Noeru lisait ce genre de choses. Et puis c’est comme si elle trouvait les lectures secrètes de son petit-ami, et le sportif savait qu’elle aurait sûrement préféré qu’elle ne les vois jamais, tout comme lui ne voulait pas qu’elle voit ce que lui lisait et relisait quand il s’ennuyait. En fait il se sentait plus gêné pour elle que pour lui. Toutefois au lieu de faire comme si de rien n’était et de reposer le livre, il y trouva une heureuse occasion de taquiner un peu la lycéenne. Il feuilleta donc un peu le manga, mais très vite, il se rendit compte que même s’il mettait sûrement son élève mal à l’aise, lui aussi se retrouvait dans le même état. Il referma violemment le bouquin après l’avoir feuilleté nu peu plus loin quand les scènes devenaient bien trop embarrassantes à regarder, le visage toujours coloré par la gêne.


- Dis donc… Tu fais les innocentes mais…


Il déposa le livre dans les mains de la jeune fille, la gêne s’évanouissant peu à peu à mesure que le temps passait. Après quelques instants, il éclata de rire, surtout en voyant l’air embarrassé de l’adolescente.


- Si tu ne l’as pas lu, pourquoi tu te mets dans cet état ? ~


Son ton avait été amusé et il ramassa le reste des affaires de Noeru pour les remettre dans son sac, comme pour la laisser méditer quelques instants sur sa question. Après tout si elle ne l’avait pas lu, elle ne pouvait pas connaître exactement le contenu, et elle n’avait pas de raison d’être aussi embarrassée. Mais visiblement, elle connaissait bien ce livre, pou avoir réagi de la sorte. Le rourire de Toma s’élargit, il refusait de croire à une influence de Misaki, il aimait bien l’idée que l’adolescente ne soit plus aussi innocente qu’elle avait pu l’être, et puis les yaoi étaient à la mode auprès des adolescentes, alors pourquoi pas. Combien de dessins les mettant en scène lui et Klaüs il avait déjà pu trouver sur le campus…

Après avoir remis les affaires de l’adolescente en place il se rapprocha d’elle un sourire moqueur sur le visage. Elle n’avait pas fini d’en entendre parler, la pauvre. Et puis le rouquin devait absolument faire oublier à quel point il avait été mis mal à l’aise par la situation. Une fois qu’il fut assez proche d’elle, il lui murmura quelques mots dans l’oreille :


- Cette double-page…


Il faisait référence à une double page qu’il avait vu et qui l’avait décidé à fermer le livre. Elle mettait en scène les deux jeunes hommes dans une situation plutôt suggestive, et embarrassante. Et si les soupçons du rouquin étaient avérés, il savait qu’une réaction de l’adolescente ne tarderait pas à venir. C’est pourquoi il s’écarta d’elle en riant, sans la quitter des yeux, puis il alla s’asseoir sur le lit, en face d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Coincée ici pour les vacances (PV Toma)   Jeu 7 Aoû - 20:30

- Dis donc… Tu fais les innocentes mais…

Les autruches avaient de la chances: elles pouvaient cacher leur tête dans un trou, elles. La demoiselle était tellement gênée que ça en devenait risible. D'ailleurs Toma ne tarda pas à éclater de rire. Les yaoi même s'ils étaient à la mode, était pour elle un plaisir coupable. D'ailleurs elle ne l'avait jamais avoué à personne, pas même à Misaki. Si cette dernière lui avait amené ces livres en particulier c'est qu'elle avait fouillé dans sa bibliothèque et qu'elle tenait à lui faire comprendre subtilement que maintenant elle savait. La prochaine fois que les deux adolescentes seraient seules, la blonde risquait de ramener la discussion à ça dès qu'elle en aurait l'occasion. Peut-être même allait-elle entrer en disant: "Alors petite cachottière! Comme ça tu lis des cochonneries et tu ne m'en parle même-pas!?". Mais si Noeru aimait ces livres ce n'était pas particulièrement pour les scènes explicites. Elle les aimait parce qu'ils avaient pour certains une dimension plus complexe que les shôjo et parfois même des quiproquos bien plus amusant. Souvent dans ceux qu'elle choisissait le protagoniste ne se rendait compte qu'il aimait les hommes qu'au cours de l'histoire. Parfois ils l'acceptaient, dans d'autres cas non. Et les couples exclusivement masculin l'attiraient, sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi.

- Si tu ne l’as pas lu, pourquoi tu te mets dans cet état ? ~

Il avait touché juste. Si seulement elle avait su garder son calme. Mais bon Noeru était une très mauvaise menteuse ce n'était pas nouveau. La dissimulation de sentiments était pour elle, vraiment difficile. Elle était beaucoup trop spontanée. Comme Toma avait deviné qu'elle connaissait le contenu de ce livre elle ne répliqua rien, elle ne ferais que s'enfoncer.

Elle rangea en silence le livre puis le reste de ses affaires avec l'aide du rouquin, n'osant toujours pas le regarder dans les yeux. Après tout il l'avait feuilleté, avait vu certaines images plutôt osées et ne connaissait pas la complexité réelle de l'histoire. Il devait très certainement être en train de se faire de fausses idées et la juger. Et puis même si elle tentait de sauver les meubles en prétextant que c'était Misaki qui l'avait influencée, elle serait incapable d'expliquer comment ça se faisait qu'elle continuait d'en lire. Elle sentit Toma se pencher vers elle et l'entendit prononcer ces mots:

- Cette double-page…

Désormais elle ressemblait à une Tomate bien mure. Quelque chose lui disait qu'elle n'avait pas fini d'entendre parler de ce livre. Sa tête s’enfonça un peu plus dans ses épaules et Noeru se leva, contourna le lit et alla se cacher de l'autre côté. Ces deux pages étaient sans doute les pires du bouquin et elle ne s'y attardait jamais. Mais comment lui expliquer ça, et avait-elle une chance qu'il la croit?

- U-un livre ne se résume p-pas qu'a l'une de ses pages...

Elle ne savait pas comment il le prendrait vu que l'ayant feuilleté il avait du tomber sur d'autres scène explicites, mais Noeru avait raison dans le sens ou derrière ces quelques scène plutôt crues se trouvaient un vrai bon scénario.

- Et puis j'ai pire.

Ho non. Elle n'avait pas dit ce qu'elle s'était entendu dire. Si? Elle tenta de se rattraper brusquement par un:

- J-je veux dire, il y a pire!

Si seulement elle savait tenir sa langue. Il fallait toujours qu'elle dise des choses qu'elle regrette après coup.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Coincée ici pour les vacances (PV Toma)   Jeu 7 Aoû - 23:00

- Et puis j'ai pire.


Les mots de la jeune fille, et surtout la manière dont elle essaya de se rattraper par la suite, firent éclater le rouquin d’un rire franc, son sourire lui faisant mal aux joues. Décidément, elle le faisait exprès, il n’y avait pas d’autres possibilités. Comment pouvait-elle se mettre dans des situations pareilles sans le vouloir ? Après eut-être une trentaine de seconde le rire du sportif s’évanouit peu à peu, même si son sourire amusé répondait toujours présent. Il avait bien fait de venir, sinon il aurait raté un des plus beaux moments de sa vie de couple. Il adorait voir la brune rougir et se cacher de la sorte, tout simplement parce que ça lui donnait envie de la tourmenter un peu plus, sans mauvaises intentions, ni risque de la blesser de quelque sorte que ce soit.
Une fois que tout symptômes du fou rire qui l’avait pris un peu plus tôt eurent disparu, à l’exception bien évidemment de son sourire, il s’allongea en travers du lit sur lequel il s’était assis afin de regarder Noeru, qui était partie se cacher derrière lui, et il la trouva adossée contre le meuble.  Par conséquent, les lèvres du rouquin se retrouvaient tout juste à la hauteur de l’oreille de l’adolescente.


- Pire ? Comme une jeune fille innocente qui avoue à son professeur de sport qu’en fait, elle a des penchants pour des lectures débauchées~


Il lui embrassa délicatement la nuque puis il posa sa tête sur l’épaule de l’adolescente, son sourire ne quittant pas son visage. Il ne pouvait pas exactement voir le visage de la jeune fille, à son plus grand damne, mais il voyait bien les couleurs que ce dernier avait prises et il adorait ça. Après quelques instants de silence il repris la parole d’une voix plus duveteuse, murmurant toujours pour ne pas littéralement casser les tympans de la demoiselle.


- Dis-moi donc, à quel point es-tu dévergondée ?


Un léger rire secoua le corps tout entier du rouquin. S’il faisait ça, c’est parce qu’il voyait bien que ça lui changeait un peu de l’ennui quotidien qui s’installait très vite quand on restait à l’hôpital. Toma ne connaissait que trop bien ce genre de situation, et même s’il lui arrivait toujours de partir avant la date recommandée par les médecins, cela ne chantait rien au fait qu’un séjour à l’hôpital était ennuyeux, long et déprimant, sans compter que le personnel était rarement au goût du sportif, quelques médecins parfois pouvaient être attirantes, mais les infirmières, elles étaient toujours trop faciles et il n’y avait pas de challenges. Il soupira et posa sa tête sur le lit, encore une fois il pensait à comment ce serait passée cette visite s’il avait gardé cette vie de séducteur, s’il ne s’était pas attaché à la brune. En fait il adorait cette vie là parce qu’elle était beaucoup plus simple. Après tout depuis qu’il était avec l’adolescente, tout était toujours si compliqué…


Après quelques instants il se leva pour aller rejoindre l’adolescente, mais il n’en eut pas le temps, la porte s’ouvrit et par conséquent, il dû faire comme s’il s’apprêtait à ramasser quelque chose. Il regarda qui était l’intrus et sa mâchoire manqua de se décrocher. Il reconnaissait ces cheveux châtains  et ces yeux noirs…C’était la fille avec laquelle il s’était amusé l’autre soir, et elle semblait travailler ici, vu son uniforme. Vu son regard, elle semblait l’avoir reconnu également mais elle ne fit aucun commentaire, elle était venue vérifier les constantes de Noeru. Toma resta silencieux pendant ce moment-là, ne voulant pas interrompre, et surtout il espérait qu’après qu’elle ait fait son job, elle partirait en ignorant ce qu’il s’était passé l’autre soir, ainsi que le fait que le sportif n’avait pas rappelé.  Mais c’était sans compter sur le tempérament d’une femme quelque peu énervée… La jeune femme lui adressa donc un sourire et s’approcha de lui. Toma lui, gardait la face, mais il s’en voulait. Déjà que cette soirée-là il avait eu des remords quant au fait de trahir l’adolescente, mais alors qu’elle soit obligée d’assister à ça…


- C’est pas très poli de partir comme ça, au petit matin, tu aurais au moins pu me laisser ton numéro...


Le rouquin  lui adressa un sourire puis s’excusa dans le creux de l’oreille de la perturbatrice, lui tendant une petite carte de visite sur laquelle se trouvait son numéro de téléphone. Finalement le médecin semblait enchantée d’avoir eu ce qu’elle voulait et elle se reconcentra sur la brune, laissant au roux le temps de se perdre dans ses pensées, à essayer de les organiser pour expliquer la situation à la lycéenne sans que celle-ci ne lui en veuille de trop. Toma poussa un léger soupir, pourquoi ça devait lui arriver maintenant ? Alors qu’il avait réussi à changer les idées de l’adolescente… Finalement la jeune femme quitta la pièce, après un « il faudra vraiment remettre ça, je t’appellerai~ », à l’attention de Toma.

Le rouquin n’osait rien dire, honteux et gêné que l’adolescente ait eu à assister à un tel spectacle… Surtout qu’il n’avait concrètement aucune excuse pour cela. Enfin il en avait une, mais elle n’était définitivement pas acceptable, que ce soit du point de vue de Noeru ou du sien : c’était qu’il avait eu besoin d’aller s’amuser parce que ça lui manquait… En fait ce n’était même pas une excuse, mais une simple explication. Et il se voyait mal expliquer cela à la brune.  Par conséquent il resta silencieux, ses yeux fixant ses chaussures, évitant à tout prix le regard de son élève.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Coincée ici pour les vacances (PV Toma)   Ven 8 Aoû - 0:55

La demoiselle se sentit frissonner lorsqu'il l'embrassa dans le cou. Ses mains cachaient son visage, elle ne savait plus ou se mettre la pauvre. Mais elle avait rarement entendu Toma rire d'aussi bon cœur et elle en était heureuse. L’ambiance était loin d'être aussi désagréable qu'au préalable et elle se surpris même à rire avec lui lorsqu'il lui demanda à quel point elle était dévergondée, répondant par un:

- visiblement bien plus que tu ne le pensais...

Malheureusement cet agréable moment de complicité n'allait pas durer. Une infirmière entra dans la pièce afin de s'occuper de la fille aux cheveux d'encre. Celle ci lorsqu'elle vit Toma prononça une phrase qui, si les mots pouvaient tuer, aurait achevé la noiraude:

- C’est pas très poli de partir comme ça, au petit matin, tu aurais au moins pu me laisser ton numéro...

Le coeur de Noeru se serra. Elle avait envie de vomir. Pour ne pas assister à la scène qui se déroulait dans la pièce elle tourna la tête face au mur, tentant au mieux de concentrer son attention sur la mouche qui s'y baladait. Quand l'infirmière revint enfin vers la lycéenne, celle-ci du se faire violence pour ne pas la frapper. Elle ne prononça plus un mot jusqu'à ce qu'elle entende la porte se refermer et qu'elle quitte enfin la parois des yeux. Elle regarda Toma visiblement gêné par la situation et muet comme une carpe. La jeune fille ne savait pas comment réagir et le seul son durant un premier temps qui sorti de sa bouche fût:

- .. waw...

Il avait été murmuré, à peine audible à cause de l’émotion. Rien qu'à cette syllabe on entendait les pleures à venir, sa voix étant déjà tremblante. Elle le répéta une seconde fois, comme par automatisme. Ces dernier temps elle avait oublié que Toma était un véritable coureur et ça lui revenait en plein visage au moment ou elle s'y attendait le moins. Elle ne savait même pas si elle avait le droit de lui en vouloir tant ce qui était arrivé était prévisible. Noeru se retint de demander si cette femme était la seule ou s'il y en avait d'autres car elle ne voulait vraiment pas entendre la réponse.

- J-je...

L'adolescente aux yeux bleu roi ignorait comment continuer sa phrase. Elle se leva donc et alla se placer face à Toma où elle resta immobile et silencieuse encore quelques instant.

- .. Je.. J'ai très envie de te gifler là, maintenant. J'ai très envie de rattraper cette femme et de lui faire bouffer ses cheveux. De foutre le feu à quelque chose, de me défouler sur tout les objets qui se trouvent dans cette pièce jusqu'à ce qu'il ne reste rien. E-enfin quelque chose dans l'idée mais... Noeru leva la tête afin de capturer son regard, arrêtant ainsi de fixer le vide. Mais je reste là comme une idiote.. incapable de faire quoi que ce soit... elle s’interrompit quelques secondes, ses pupilles toujours dirigées vers les siennes pour enfin ajouter. Est-ce que tu peux te baisser s'il te plait?

L'étudiante appuya doucement sur son épaule jusqu'à ce qu'il soit légèrement plus bas qu'elle.

- ... Mh.. c'est mieux.. Je me sens moins ridicule ainsi..

Elle prit une grande inspiration, la larmes apparaissant enfin dans le bord de ses yeux.

- Je me demande comment tu aurais réagis.. Si les rôles avaient été inversés... À quel point tu en aurais souffert...

Elle se mit à regarder le sol.

- Je suis curieuse de voir si tes excuses vont être à la hauteur.. Comment tu vas réussir à me faire oublier ça...

Son ton était posé et on entendait que ce qu'elle disait n'était pas prononcé pas méchanceté. En fait Noeru avait rarement eut l'air aussi perdue et on avait l'impression à cause du ton qu'elle avait employé qu'elle se posait ces questions à elle-même.

- ... Emmène-moi au restaurant tu veux bien? Tu as intérêt à bien choisir et à trouver un moyen de faire ça ce soir...

En faisant ça elle lui laissait une chance. Elle avait l’appétit plus coupé que jamais mais elle adorait l'ambiance des restaurant, le fait que des gens lui fasse ce qu'elle voulait à manger... Et puis c'était soit ça, soit la nourriture abominable de l’hôpital, le choix était vite fait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Coincée ici pour les vacances (PV Toma)   Ven 8 Aoû - 2:09

Toma resta silencieux et évita le regard de l’adolescente le plus longtemps possible. Il s’en voulait, c’était certain, d’une part parce qu’il savait qu’elle avait été blessée, et d’autre part parce qu’il n’avait pas été assez prudent. Il aurait sûrement dû éviter de passer la nuit avec une infirmière, médecin ou n’importe quelle personne dans le milieu médical. Ce fut Noeru qui brisa le silence, deux exclamations traduisant son choc et sûrement sa surprise, qui eurent pour effet de rendre le sportif un peu plus nerveux encore. En fait, il redoutait la réaction de l’adolescente, de peur qu’elle soit trop bruyante, et que le personnel soit ainsi alerté par des objets cassés, des cris ou des pleurs.

La jeune fille s’approcha de lui, et la première réaction, instinctive, qu’il eut fut de se fermer complètement. Son air n’était plus désolé ou gêné, mais simplement disant et neutre. Pourquoi ? Il ne le savait pas lui-même, c’était une simple habitude et le fait que ce soit Noeru ne lui faisait pas changer cette habitude. Toutefois lorsque l’adolescente fut proche de lui, il ferma les yeux, attendant qu’elle le gifle. Mais comme le contact ne se fit pas avant qu’elle ne prenne la parole, il rouvrit les yeux, l’affrontant du regard.

Au fur et à mesure qu’elle parlait, Toma se sentait de plus en plus coupable. Il essayait de se souvenir de la raison exacte pour laquelle il avait accepté d’aller chez cette fille. A croire que les vieilles habitudes étaient difficiles à changer, et puis après des semaines d’abstinence, il avait profité de l’occasion. Il poussa un soupir à cette pensée. Vraiment, il ne méritait pas qu’elle soit aussi calme avec lui. Il méritait au minimum une gifle et l’interdiction de venir la voir pour une ou deux semaines pour ce qu’il avait fait. Lorsqu’elle lui demanda de se baisser, il s’exécuta sans vraiment réfléchir, les larmes de la jeunes filles étranglaient sa voix et Toma sentait son coeur se déchirer sous le poids des remords.


- Je me demande comment tu aurais réagis.. Si les rôles avaient été inversés... À quel point tu en aurais souffert...

- Mais je vis ça tous les jours.



Les mots avaient dépassé sa pensée d’une vois dure et froide. En fait jamais il n’avait vraiment pensé ça… Il était vrai qu’il était pénible pour lui de voir Adrien poser sa main sur la taille de l’adolescente, de le voir l’embrasser, rire avec elle… Enfin toutes ces choses que Toma serait sensé faire avec elle. Et puis le rouquin n’était pas dupe, il était persuadé que, même si l’adolescente n’avait jamais rien fait avec ce voyou, il y avait eu quelques fois où les choses avaient failli dégénérer. Après tout ils étaient jeunes, et les surveillants des dortoirs des filles ne faisaient franchement pas bien leur job… Enfin quoi qu’il en soit, il n’en voulait pas à Noeru d’être avec Adrien, étant donné qu’il faisait partie de leur couverture, même si ce dernier n’était pas au courant… Il avait prononcé ces mots simplement pour lui rappeler à elle la situation dans laquelle il était lui, et également pour se trouver des excuses. Un autre soupir s’échappa de ses lèvres. Vraiment, il était lamentable avec elle.


- Je suis curieuse de voir si tes excuses vont être à la hauteur.. Comment tu vas réussir à me faire oublier ça...

- Je ne compte pas m’excuser pour ça…



Sa voix avait délaissé ce ton froid et dur, pour en adopter un plus calme, bien que distant. Le rouquin affrontait l’adolescente du regard et se redressa. Il ne comptait vraiment pas s’excuser, il avait toujours été comme ça et elle le savait. Au fond bien sûr, il s’en voulait d’avoir trahi sa petite-amie, mais il était bien trop fier pour lui présenter des excuses. Après tout, elle sortait avec lui en connaissance de cause, elle devait se douter qu’en tant qu’homme qui aime séduire, qui avait l’habitude de sortir tous les soirs pour passer des nuits avec toutes sortes de femmes, il aurait eu du mal à lutter contre la tentation…


- Je suis juste désolé que tu l’ai découvert de cette manière.


C‘était les seules excuses qu’il comptait lui faire, rien de plus, rien de moins. Il refusait de se rabaisser encore une fois face à elle. Quand elle lui demanda de l’emmener au restaurant, le rouquin soupira. Non, il n’allait pas le faire. Le moyen pour la faire sortir était tout trouvé, il fallait qu’il se tape de nouveau cette infirmière, et vu sa réaction en ce moment, il n’était pas certain que l’idée lui plaise.


- Tu es au courant que pour te faire sortir, faut que je rattrape cette femme et que je la ramène chez moi ce soir.


Il s’arrêta un instant, la fixant droit dans les yeux abat de reprendre la parole.


- Je refuse de t’y emmener…


Il s’arrêta de nouveau et se retourna pour regarder par la fenêtre.


- … Pardon… Ne m’en veux pas..


Il n’espérait pas qu’elle ne lui en veuille pas parce qu’il l’avait trompée, en fait il espérait qu’elle ne lui tienne pas rigueur du fait qu’il ne puisse pas l’emmener à l’hôpital. Le sportif baissa les yeux et fixa ses mains qu’il avait posé sur le rebord de la fenêtre. Il était vraiment un petit-ami indigne. Même la plus simple des requête de sa petite-amie, il ne pouvait pas la satisfaire… Sans compter qu’il avait été vraiment dur avec elle… Il se mordit la lèvre inférieure, coupable. Il détestait cette fierté, cet égo contre lesquels il avait encore du mal à lutter. Il essayait de les mettre de côté, mais à chaque conflit avec la demoiselle, ces derniers ressortaient en force, et rendait le roux bien désagréable et stupide. Il détestait cette habitude égoïste qu’il avait de vouloir se protéger et protéger ses sentiments, et celle de ne laisser personne voir à travers le séducteur qu’il était devenu. En fait, en cet instant, il se détestait, mais une nouvelle fois, il n’osait pas se retourner pour aller supplier l’adolescente de lui pardonner. Il poussa un soupir, toujours en guerre avec lui-même.


- Peu importe ce que tu crois, ça m’est égal…


Il se tourna de nouveau vers elle, s’adossant au mur en laissant ses bras tomber le long de son corps.


- Je connais mes sentiments pour toi.


Il la lâcha du regard et se mit à fixer le vide avant de reprendre.


- Tu le sais… Que ce n’est qu’un jeu pour moi… Juste, ça a dégénéré cette fois…


Il faisait bien sûr référence au fait qu’il s’amusait avec toutes sortes de filles, laissant ainsi entendre que non, cette infirmière n’était pas la seule mais rien que la dernière d’une longue liste, qui était en fait loin de toucher à sa fin. Car Toma le savait, malgré cet accident il n’arrêterait pas, il serait juste plus prudent et éviterait de passer la nuit avec ces femmes. Après tout, l’infirmière avait été une des rares ces derniers temps à réussir à emmener le sportif dans sa chambre pour un after. Il regarda le tas d’affaires qu’il avait un peu fouillé précédemment et de nouveau, il se rendit compte combien il avait tout gâché. Il n’y même pas dix minutes tout était parfait, et là, ils s’engueulaient de nouveau, pour des broutilles qui plus est… Et puis lui qui ne voulait pas s’excuser, il était là, en train de se justifier… Vraiment, il ne parvenait même plus à suivre ses propres réactions, faits, gestes et pensées. Noeru allait finir par vraiment le rendre fou.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 21
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Coincée ici pour les vacances (PV Toma)   Ven 8 Aoû - 3:41

Chaque mot qu'il disait lui faisait plus mal encore. Chaque phrase était comme une nouvelle flèche qui venait la transpercer de par en par. Elle avait envie de lui hurler de se taire, de cesser de tenter de se justifier car il ne faisait qu'empirer les choses, mais elle l'écouta jusqu'au bout, paralysée par ses paroles. Elle ne lui en voulait pas de ne pas l'emmener manger, elle comprenait même. Après tout ce n'était qu'une idée, il aurait pu faire n'importe quoi d'autre. Mais la réponse qu'il avait donné l'avait achevée. Le silence se réinstallait dans la pièce alors qu'elle glissa dans son lit se cacher sous sa couverture. Elle ferma les yeux et tenta de s'évader comme elle pouvait, de s'imaginer ailleurs et d'oublier cette situation. Une fois qu'elle fut rendue plus calme par la chaleur et le lieux doux qu'elle s'était créé elle murmura simplement:

- ...Je sais...

Oui elle savait que ce qu'elle croyait lui était égale, elle savait qu'il connaissait ses sentiment pour elle et elle savait que pour lui ce n'était qu'un jeu. Mais tout cela ne rendait pas la chose moins blessante. Ce retour à la réalité avait été bien trop douloureux. Elle ne voulait pas en vouloir à Toma, surtout pas aujourd'hui alors que le temps qu'ils avaient à passer ensemble était compté. Malgré ça elle ne pouvait pas s'en empêcher. Elle s'était sentie trahit et humiliée.

- Mais si tu as un tant sois peu de respect pour moi, excuse-toi... Pas parce que tu as joué avec elle.. Mais parce que ça à "dégénéré"...

Elle savait qu'il continuait à flirter. C'était Toma après tout, elle était au courant qu'il était ce genre d'homme et elle ne pouvait vraiment pas lui tenir rigueur de passer du temps avec tant de femmes. Tant qu'il ne dépassait pas la ligne rouge...
Son visage était toujours sous sa couette pour qu'il fasse bien noir et que ses paupière reste baissées plus facilement. Elle s'imaginait actuellement enveloppée par des nuages blanc et cotonneux. Mais son imagination était cruelle et lui jouait des tours: à chaque fois qu'elle parvenait à se détendre, se laisser enrober par ce brouillard, des images de Toma batifolant avec cette fille lui venait en tête. Ce qui avait pour effet de la crisper: la faire serrer les poings, replier ses orteils et contracter ses muscles. La lycéenne laissa finalement sortir son bras de sous la couverture et tendit la main.

- Amène moi ma musique s'il te plait...

Elle n'allait pas attendre qu'il lui dise qu'il était désolé, elle se doutait qu'il était trop fier pour le faire. Et puis si elle ne voulait pas craquer il fallait impérativement qu'elle passe à autre chose rapidement, qu'elle s'enferme dans sa bulle. Comme il tardait, ses émotions reprirent le contrôle sur sa voix, rendant son ton brusque et froid. Sa main commençait à trembler tout comme son souffle.

- Vite.

Elle sanglotait sous sa couverture et elle avait envie de dire des horreurs, de lui envoyer tout ce qui lui traversait l'esprit à la figure. Mais elle savait que tout ça ne ferait qu'envenimer les choses et elle serrait les dents. Après tout les pensées qu'elle souhaitait formuler à ce moment était méchantes et non constructives et elle regretterait chacune de ces paroles si elle venaient à franchir ses lèvres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Coincée ici pour les vacances (PV Toma)   Ven 8 Aoû - 17:27

Le rouquin ne bougea pas lorsque l’adolescente partit se réfugier dans ses couvertures. En fait il ne s’en sentait pas le droit. Il n’avait pas à la retenir, c’était normal qu’elle lui en veuille, normal qu’elle l’évite, normal qu’elle ne veuille plus  le voir. Il baissa le regard et se remit à fixer le sol, comme un peu plus tôt. Un nouveau silence s’était installé, il était gênant et lourd, comme le calme avant la tempête. Toma le savait que ça allait mal se terminer, mais il redoutait la gravité de la situation. Après tout, même si la brune savait qu’il allait s’amuser un peu partout en ville, jamais elle ne s’était retrouvée avec une des amantes du rouquin, et ce dans la même pièce… Et puis du côté de Toma, la seule fois où il était allé trop loin avait été avec cette infirmière. Les autres fois, il avait réussi à s’esquiver avant que les choses ne deviennent incontrôlables. Il soupira, il se sentait vraiment pitoyable. C’est alors que la brune prit la parole, accentuant ce sentiment dans l’esprit du sportif.


- Mais si tu as un tant soit peu de respect pour moi, excuse-toi... Pas parce que tu as joué avec elle.. Mais parce que ça à "dégénéré"...


Le rouquin ferma les yeux. Non, il ne pouvait pas s’excuser. S’il ne pouvait pas se pardonner lui-même, comment voulait-elle qu’il lui présente des excuses sincères ? Il refusait de lui mentir une nouvelle fois. Et ce n’était plus une question de fierté ici. Il tenait bien trop à elle pour lui faire des excuses simplement parce qu’elle voulait les entendre. C’est pourquoi il resta silencieux, ces choses-là, il ne voulait pas les dire, c’était trop embarrassant pour lui, et la situation l’était déjà assez comme ça sans qu’il s’enfonce encore plus…

Lorsque l’adolescente lui demanda de lui apporter sa musique, le rouquin s’exécuta et se dirigea vers le sac de la brune. Il chercha lentement, s’arrêtant de temps en temps pour jeter un regard en biais sur le lit dans lequel la lycéenne était partie se réfugier. Il remarqua que sa main se faisait de plus en plus tremblante, et que des sanglots se faisaient entendre de sous les couvertures. Une fois qu’il eut le petit appareil en main, il marcha vers la jeune fille et posa le lecteur dans sa main. Toutefois, avant que cette dernière ne disparaisse sous la couette et que l’adolescente ne s’enferme complètement dans cette bulle, le rouquin s’empara doucement du poignet de son élève, puis descendit lentement sa main vers celle de Noeru qui tenait toujours l’appareil, pour la tenir fermement, mais avec une certaine douceur.
Il imaginait qu’il devait être honnête avec elle maintenant, c’est pourquoi il prit une grande inspiration, fixant le seul point de contact entre lui et l’adolescente, puis il prit la parole d’une voix calme.


Parce que j’ai du respect pour toi, je ne vais pas te présenter d'excuses.


Dans la mesure du possible, il allait essayer de mettre sa fierté de côté, de dire à la brune ce qu’il pensait vraiment et comment il se sentait, essayer de lui faire comprendre que si elle lui en voulait, c’était normal mais que lui s’en voulait bien plus, et qu’il refusait de la traiter comme un simple jouet à qui il sortait des excuses bidons à tout bout de champ.  Après un court silence il reprit la parole, sans quitter des yeux la mains de l’adolescente qu’il tenait fermement


De toute façon, si je te dis que je suis désolé, ce ne serait qu’un mensonge de plus… Ce que j’ai fait est impardonnable, alors je refuse d-…


Il arrêta sa phrase en plein milieu et soupira et ferma les yeux, relâchant doucement la main de l’adolescente, la délivrant ainsi de son étreinte. Puis il reprit la parole d’une voix un peu plus basse que précédemment.


- Je ne vais pas te dire quelque chose que je ne pense pas, tu mérites mieux que ça.


Il s’éloigna de la jeune fille pour aller regarder par la fenêtre. Il avait réussi à mettre son égo de côté, pour une fois. Il savait que ça ne suffirait pas, qu’elle ne lui pardonnait pas. Mais il ne lui en demandait pas tant. Tout ce qu’il voulait, c’était du temps, pour qu’il se pardonne d’abord lui, puis qu’il aille s’excuser auprès d’elle quand il le pourrait. Ces dernières paroles était une façon de lui dire qu’elle valait tellement mieux que toutes ces femmes, que pour lui, elle était bien plus qu’un simple divertissement et que, par conséquent, il ne pouvait pas lui dire des mots qu’elle voulait entendre. Tout ce dont elle avait droit, c’était la vérité, alors certes ce n’était pas toujours la plus belle chose à entendre, car après tout, il vaut mieux une amère vérité qu’un doux mensonge. Et Toma estimait lui avoir assez menti comme ça, pour ne pas continuer; car il le savait, elle ne pourrait plus supporter ça longtemps.

Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coincée ici pour les vacances (PV Toma)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coincée ici pour les vacances (PV Toma)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CAMPUS TENSHIGAYA :: Corbeille-
Sauter vers: