AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Venez incarner votre personnage de manga / anime préféré ou bien créez le votre, et amusez vous dans le Campus Tenshigaya, une ville sans limites !

Partagez | 
 

 Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)   Mar 12 Mar - 22:48

Toma ne savait pas depuis combien de temps il attendait Noeru sur ce banc. Il avait l'impression que ça faisait une éternité. Il commençait même à se demander si elle ne s'était pas perdue, ou si elle avait été assez agacée par le comportement de Toma pour partir sans revenir le voir... Plus les minutes passaient, plus cette théorie semblait probable aux yeux du roux. Il soupira. Comment est-ce qu'il ferait pour rentrer chez lui sans elle ? Certes il y avait beaucoup de solutions, comme le taxi, ou aborder une jeune fille célibataire (en effet c'est mieux, surtout que le copain pourrait lui casser d'autres côtes...) avec une voiture. Mais il n'avait pas envie. Il voulait être avec Noeru aujourd'hui, et en plus d'accélérer le processus de guérison de ses blessures, elle lui tiendrait compagnie. En effet, même si blessé, il n'était pas moins beau, il se voyait mal ramener une inconnue chez lui, car il savait que par la suite, il devrait se battre pour la faire partir. Il ne se sentait pas vraiment en forme pour cela... C'est pour ça qu'il voulait Noeru.

Et puis il avait envie d'être seul avec elle, sans être dérangé par quiconque.
Alors qu'il observait le sol, il reconnut une ombre familière arriver derrière lui discrètement et s'asseoir à côté de lui. Son élève lui posa alors une main sur l'épaule... Sur la mauvaise épaule. Toma ne put réprimer une exclamation due à la douleur causée par ce contact, mais il tenta de se reprendre bien vite mais il ne pouvait s'empêcher d'esquisser une légère grimace.


« Noeru... C'est la mauvaise épaule...»


La maladresse de son élève le fit tout de même sourire, il se doutait bien que ce n'était pas volontaire, mais il n'allait pas se gêner à tirer profit de ce faux pas que venait de faire la brune. Elle n'avait plus le choix, elle avait venir chez lui. L'idée de l'avoir rien que pour lui, même pour une courte soirée où il ne se passerait pas grand chose du côté du roux, le rendait heureux. Il l'embrassa sur la joue et se mit à fixer intensément ses iris océan, esquissant un sourire amusé.


« Tu vas devoir te faire pardonner pour ça...»


Il marqua une pause tout en approchant ses lèvres de l'oreille de la brune.


«... Tu vas venir chez moi.»


Le roux ne lui laissa pas le temps de répondre, il se leva et lui prit la main, la forçant ainsi à le suivre. Ils quittèrent rapidement l'hôpital, main dans la main, et se retrouvèrent en plein centre ville à la recherche de l'appartement de Toma. Le professeur eut un sursaut lorsqu'il vit la professeur d'histoire, une des ses anciennes conquête, lui passer devant. Elle ne le reconnut même pas, mais salua poliment Noeru. A vrai dire, le roux se demandait si elle ne lui en voulait pas un peu de l'avoir quittée après une semaine, parce qu'il était lassé de cette relation... Il espérait juste qu'elle ne répandrait pas de rumeurs bizarres à leur sujet sur le campus. Ce serait mauvais... très mauvais.

Étrangement, le ciel, qui était jusqu'alors bleu et sans nuages, s'était rapidement couvert et la pluie avait commencé à tomber, d'abord légèrement, puis elle devint de plus en plus violente. Toma aurait bien couru pour se mettre à l'abri, mais sa côte et son épaule cassées ne lui permettaient pas ce luxe. Il ôta cependant sa veste et la plaça au dessus de leurs têtes, afin d'éviter d'être trop mouillés.

Finalement, ils arrivèrent chez lui cinq minutes plus tard, trempés car la veste de Toma était une veste en jean, mais ils étaient arrivés, c'était l'essentiel. Lorsqu'il entra enfin dans l'appartement, malgré l'odeur de renfermé et la poussière qui s'étaient installées depuis neufs jours, le sportif affichait une mine ravie : il était enfin chez lui ! Il jeta un bref regarda brièvement son téléphone fixe, il avait une tonne de messages, qu'il s'empressa de supprimer d'un seul geste. De toute façon, ils disaient tous sensiblement la même chose.

Il se retourna vers Noeru, lui souriant puis il s'approcha d'elle. Lorsqu'il fut suffisamment proche, il passa délicatement sa main sur la taille de son élève, l'attirant vers lui pour finalement l'embrasser, comme il l'avait fait tout à l'heure, mais plus intensément, et plus passionnément. De nouveau, il n'avait pas envie que ce moment s'arrête, il voulait être ainsi, avec elle, le plus longtemps possible. Il se détacha finalement d'elle, souriant. Elle aussi était trempée, ses cheveux ruisselaient de gouttes d'eau et ses vêtements étaient mouillés également. Il lui montra d'un geste de tête la salle de bain.


«Tu devrais aller te doucher, ou tu vas tomber malade. Je te passerai des vêtements à moi le temps que les tiens sèchent...»


Il lui caressa le haut de la tête, lui assurant qu'il n'entrerait pas dans la salle de bain tant qu'elle y était. Il alla par la suite s'asseoir dans son canapé, attendant qu'elle ait terminé. Il regardait avec envie ses appareils de sport juste à côté, rien que de savoir qu'il ne pourrait pas en faire pendant au moins quatre semaines, il se sentait grossir et perdre ces abdominaux pour lesquels il avait travaillé si dur. Il soupira. Ce qui allait être fatigant pour lui, c'était de ne devoir rien faire.

Il jeta un coup d'œil à la porte de sa salle de bain. Heureusement, Noeru était là elle, même s'il ne la verrait qu'en dehors des heures de cours. De toute façon, il sentait que cette pluie là n'était pas prête de s'arrêter, Noeru passerai sûrement une grande partie de la soirée ici, chez lui. De toute façon, il ne la laisserait pas partir de chez lui, et ce quoi qu'elle en dise. Il rit doucement en pensant à cela... Il était quand même prêt à la séquestrer pour qu'elle reste près de lui... Ça faisait un peu taré psychopathe.

En attendant qu'elle sorte de la salle de bain, il alla chercher une tenue qu'elle pourrait porter en attendant que ses vêtements soient secs. Il sortit une robe, appartenant à une fille qui avait été de passage chez lui il y a quelques semaines. La robe en soit était très mignonne, peut-être un peu courte, mais c'est tout ce qu'il avait à la taille de l'adolescente. Il sortit, en plus, un sweat-shirt lui appartenant, mais qui était trop petit, car la robe, c'était bien beau, mais si elle avait froid, ce n'était pas ça qui la réchaufferai.
Une fois les vêtements prêts et posé sur un fauteuil, le roux retourna s'allonger sur le canapé, et fut rapidement plongé dans un état de somnolence: il dormait, mais pas tout à fait.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)   Mer 13 Mar - 4:28

Aïe! Catastrophe! Mauvaise épaule! La jeune fille avait pu le remarquer avant qu'il ne lui dise, sa gaffe ayant était dénoncée par une exclamation de douleur. Elle était rouge de honte, mais surtout très inquiète pour le sportif. Heureusement celui-ci ne tarda pas à sourire, et bien qu'elle ne comprit pas pourquoi, elle fût soulagée de voir qu'il ne lui en voulait pas et que le mal était parti aussi vite qu'elle était venu. Elle eût même droit a un tendre baiser sur l'une de ses pommettes.

"Tu vas devoir te faire pardonner pour ça..."

Noeru était consciente de ça, mais elle redoutait tout de même le "gage" qu'il lui donnerait, surtout à en voire l'expression amusée qu'il arborait à ce moment précis. Elle n'eût toute fois pas le temps d'essayer de deviner de quoi il s'agirait.

"... Tu vas venir chez moi."

La noiraude ne réalisa pas tout de suite ce qu'il était en train de lui imposer, déconcentrée par son souffle chaud, qui venait délicieusement lui flatter l'oreille. Mais lorsqu'elle se rendit compte de la demande du roux, elle ne put retenir une exclamation spontanée.

"Heiiin...!?" suivit de "M-m-mais...!"

Malgré ça elle n'avait opposé aucune résistance lorsqu'il l'avait fait se lever et lorsqu'il avait commencé à l’entraîner chez lui. Et puis, surprise passée et en y réfléchissant bien, elle n'y voyait aucun inconvénient et ne savait même pas pourquoi elle refuserait.

Après pas loin de quinze-vingt minutes de marche, le couple finit par arriver au centre ville. Noeru était déjà un peu essoufflée, le rythme de Toma étant plus rapide que le siens, même blessé. Et puis le fait qu'ils discutent en se déplaçant n'avait pas aidé. Sur le chemin la lycéenne se fit saluer par une jolie femme qui lui rappelait vaguement quelque choses. Normal: il s'agissait là de sa professeur d'histoire qu'elle avait eu deux fois à tout péter, depuis qu'elle était sortie de l'hôpital. Et puis la fille aux yeux océan avait de la peine à se concentrer dans cette matière, elle avait rarement le regard posés sur l'enseignante. Elle répondit donc à sa salutation dans l'esprit que de toute façon son nom lui reviendrait tôt ou tard.

Lorsqu'une pluie inattendue commença à s'abattre sur eux ainsi que sur le reste de la ville, Toma enleva sa veste en jean pour en faire également profiter la demoiselle à ses côtés. Elle était consciente que cette démarche avait dû le faire souffrir, car enlever ce genre de vêtement exigeait un mouvement de tout le haut du corps. Elle accepta donc cet acte de bienveillance en le remerciant, bien qu'elle aurait préféré qu'il s'épargne cette douleur inutile; de toute façon au final il seraient trempés tout les deux.

Ils arrivèrent enfin à l'appartement du rouquin. Noeru entra après lui et s'attarda à observer la pièce qui s'offrait à elle. La jeune fille s'avança lentement dans la salle, passant sa main sur les meubles à sa droite. Ces derniers étaient recouverts d'une très fine couche de poussière, mais elle n'y prêta pas attention. Son regard vagabondait ça et là, elle observait toute la pièce avec attention. Elle écoutait aussi chaque grincement que provoquait ses pas lorsqu'elle posait le pied sur certaines lattes de parquet, chaque gouttelette qui s'écrasait contre l'un des carreaux des grandes fenêtre de l'appartement. Elle se demandait pourquoi ce lieux lui était si familier... Jusqu'où était-elle allée avec Toma par le passé? Était-elle réellement déjà venue ou bien n'était-ce qu'une impression?

Elle fût coupée dans son questionnement intérieur par un premier contacte établi au niveau de sa hanche droite. Alors que Toma l'attirait doucement contre lui, elle plongea son regard dans le sien, oubliant toutes les interrogations qui occupaient son esprit quelques minutes plus tôt et se laissa embrasser, n'ayant plus d'yeux que pour lui. Cet échange la chamboulait toujours autant et son corps ne se privait pas de le montrer par divers signes: ses mains devenait moite, elle rougissait, sa respirations s'intensifiait; et ça c'était pour les choses visibles de l'extérieure. Lorsqu'il s'éloigna d'elle, son coeur battait encore si fort qu'elle pensait qu'il aurait pu l'entendre.

"Tu devrais aller te doucher, ou tu vas tomber malade. Je te passerai des vêtements à moi le temps que les tiens sèchent..."

Il ajouta à ça qu'il n'entrerait pas pendant qu'elle y serait, chose qui n'avait même pas traversé l'esprit de Noeru. Elle entra donc dans la salle d'eau, après avoir acquiescé, et se déshabilla rapidement de manière à pouvoir être le plus vite possible recouverte d'eau bien chaude. Une fois fait, elle entra dans la douche et savoura ce moment avec délectation, mais elle fit tout de même attention à ne pas exagérer dans la durée. Une fois suffisamment réchauffée elle sortit de la cabine et saisie une serviette au hasard, se séchant brièvement les cheveux avec et l'enroulant par après autour de son corps nu. Elle hésita un moment, mais elle finit par sortir de là discrètement, puis elle marcha à pas de loups jusqu'au fauteuil sur lequel des vêtements avaient été déposés depuis qu'elle était partie à la salle de bain. Elle les prit et couru sur la pointe des pieds rejoindre la pièce qu'elle venait de quitter. Enfin c'est ce qu'elle aurait fait, si elle ne c'était pas lamentablement vautrée à mi chemin. Ce n'était pas la première fois qu'elle glissait sur un sol trempé ce jour là. Sauf que lorsque l'on est vêtu que d'un simple linge de bain, ce genre de faux pas ne pardonne pas!

La lycéenne n'attendit pas de voir la réaction du rouquin, ni même de savoir s'il l'avait vue, pour aller s'enfermer derrière la porte la plus proche, morte de honte. Lorsqu'elle ouvrit les yeux et observa le lieu dans le quel elle se trouvait désormais, à savoir: la chambre de Toma, elle fût irrémédiablement attirée par le lit, dans le quel elle se plongea inconsciemment. L'adolescente tira le duvet jusque juste au dessous de ses yeux. Elle appréciait tellement l'odeur de cet homme, qu'elle aurait pu se shooter avec. Elle ignorait désormais tout ce qui se passait en dehors de la bulle qu'elle venait de se créer. Et puis elle ne voulait pas se confronter au regard de son professeur après ce qui venait de se passer...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)   Mer 13 Mar - 15:34

Alors que Toma avait les yeux clos et qu'il s'apprêtait à sombrer, un bruit sourd l'empêcha de s'endormir et le fit même avoir un léger sursaut. Noeru, en sortant de la salle de bain, était tombé sur l'eau qui ruisselait de ses cheveux et de son corps qui était tombé par terre. Décidément, elle n'était pas douée. C'était la deuxième fois qu'elle tombait à cause d'une flaque d'eau, et ce, dans la même journée. A croire qu'elle y était abonnée. Il laissa échapper un soupir désespéré, elle était vraiment irrécupérable. De plus, elle n'avait vraiment pas de chance, la serviette de bain dans laquelle elle s'était enroulée avant de sortir de la salle d'eau était tombée. A vrai dire, Toma se fichait complètement de l'avoir vue nue, cela ne le gênait pas plus que ça, mais visiblement, il n'en était pas de même pour l'adolescente, qui ramassa ses affaires et courut se réfugier dans la chambre du roux.

Il se demanda s'il était sage d'entrer directement la voir dans la chambre, et alors qu'il allait tourner la poignée, le sportif se ravisa. Il décida de la laisser seule un instant et il en profiterait pour prendre sa douche. Ainsi, il entra à son tour dans la salle de bain, et manqua de tomber sur le carrelage mouillé. C'était devenu une piscine municipale. Il ne savait pas comment les femmes faisaient, c'était toujours pareil à chaque fois qu'une d'entre elles se douchaient chez lui. Il se retrouvait avec une inondation. Il se rattrapa au lavabo et s'évita ainsi un nouvel aller pour l'environnement glauque de l'hôpital.

Il se déshabilla et prit rapidement une douche bien chaude, il mit un peignoir et se dirigea vers sa chambre. A vrai dire, pendant un instant, il avait oublié que Noeru était là. Il frappa une première fois, mais n'obtint pas de réponse. Il soupira, il commençait à avoir froid dans cette tenue, il lui fallait de vrais vêtements. Il toqua une seconde fois, mais n'obtint toujours pas de réponse.


" T'es habillée ? Je peux entrer ?"


Après quelques secondes, il décida d'entrer. Après tout il était chez lui, il faisait ce qu'il voulait. Lorsqu'il ouvrit la porte, il ne vit pas son élève dans la pièce, puis il remarqua qu'en réalité, elle s'était réfugiée dans les draps du roux. Il fut secoué d'un petit rire puis se dirigea vers son armoire pour prendre ses vêtements puis s'habilla dans la pièce même. De toute façon, maintenant que Noeru le savait ici, elle devait être encore plus gênée et, Toma en était sûr, elle ne sortirait sûrement pas de son sa couette.
En s'habillant, il remarqua qu'il allait vraiment devenir un assisté pendant les semaines à venir. Mettre un simple T-shirt ou même un pull lui était impossible, car c'était bien trop douloureux de lever le bras. Il décida de ne rien mettre en haut, malgré le froid. De toute façon, il avait trois semaines de repos intensif donc il avait tout le temps de tomber malade et de guérir avant de devoir revenir donner cours sur le campus. Il alla s'asseoir à côté de Noeru, qui était toujours sous la couverture, que Toma souleva doucement afin de voir le visage de son élève. Il lui adressa un sourire rassurant tout en lui tapotant le haut de la tête.


" T'en fais pas, j'ai rien vu. C'est pas comme s'il y avait grand chose à voir de toute façon."


Suite à cette réplique il l'embrassa sur la joue et la rejoignit sous la couverture, la tirant au-dessus d'eux de son bras valide. Lui souriant toujours et le regard fixant les iris bleues de la brune, il lui caressa tendrement la joue. Ca lui faisait bizarre de se retrouver dans cette ambiance là, c'est comme s'ils étaient coupés du monde, qu'il n'y avait plus que lui et elle.

__________
Désolée c'est couuuuuuuuurt *honte sur moi ;-;* Mais j'étais moins inspirée que ce que je pensais >w<
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)   Mer 13 Mar - 21:18

Lorsque Toma souleva légèrement la couverture du visage de Noeru, celle-ci le regarda timidement, rougit à nouveau et détourna le regard.

" T'en fais pas, j'ai rien vu. C'est pas comme s'il y avait grand chose à voir de toute façon."

Elle déduit à son sourire que cette phrase était une tentative maladroite pour la rassurer. Heureusement pour lui elle se posait trop de questions pour être vexée par sa remarque. En effet cette pièce faisait naître en elle un sentiment étrange.. D'un côté elle se sentait mal d'être ici, peut-être à cause de mauvais souvenirs oubliés, et de l'autre elle avait réellement l'impression d'y être en sécurité.

Lorsqu'il souleva la couverture pour s'allonger à côté d'elle, la jeune fille se replia un peu plus sur elle-même pour être sûr qu'il ne puisse rien voir de son corps dénudé. Elle était très gênée de la situation, mais elle le laissa s'installer sans broncher. Elle laissa donc le regard du jeune homme capturer le siens... L'adolescente le trouvait si beau en cet instant... Ce léger sourire qu'il ne faisait qu'à elle, la douceur dans ses yeux lorsqu'il les posait sur elle..

De nombreuses minutes s'écoulèrent ainsi, dans un total silence. Certes elle ne le connaissait, ou plutôt son dernier souvenir de lui remontait à tout juste trois semaines, mais c'est comme si son coeur lui, se souvenait de tout.

Elle finit par approcher timidement son visage du siens, gardant toutefois son corps le plus loin possible de celui de Toma, et déposa un baiser très tendre, mais aussi très bref sur les lèvres du roux.

"Je t'aime..."

Pour la première fois depuis longtemps, Noeru avait intentionnellement tutoyé son professeur. Ou plutôt, elle l'avait fait spontanément, sans se poser de question, sans essayer non plus, de le re-vouvoyer par dessus, comme elle l'avait toujours fait jusqu'à présent, comme si elle laissait tomber et qu'elle acceptait cette proximité particulière qu'il y avait entre eux...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)   Mer 13 Mar - 22:37

Tandis qu'il n'avait cessé de la fixer depuis toutes ces minutes, son élève elle évitait le regard du roux et semblait ailleurs. A plusieurs reprises, Toma songea sérieusement à lui demander si elle se souvenait de quelque chose, si elle se souvenait de lui, et d'eux surtout. C'est dans ces moments là qu'il donnerait tout pour lire dans les pensées de l'adolescente. Il lisait toujours en elle comme dans un livre ouvert, mais lorsqu'elle semblait ailleurs, perdue dans ses pensées, elle devenait complètement hermétique et Toma n'arrivait jamais à deviner ce qui se passait. Comme pour lui rappeler sa présence, qu'elle semblait avoir oubliée, le sportif lui caressa tendrement la joue.

Finalement, elle s'approcha de lui et l'embrassa brièvement puis lui murmura un "Je t'aime". Il lui sourit puis l'embrassa à son tour, plus passionnément et langoureusement, en l'enlaçant de son bras valide, et en profitant pour la serrer contre lui. C'est lorsqu'il sentit le contact avec la peau nue de Noeru qu'il se rendit compte qu'elle n'avait toujours pas mis les vêtements qu'il lui avait donnés. Il se demandait comment il avait fait pour ne pas le remarquer avant. Le corps avait toujours été la première chose qu'il regardait chez une femme or là, il ne le remarquait qu'après avoir établi un contact physique. Le sportif sentait l'envie monter en lui. Il ne savait pas si elle s'en rendait compte, il espérait que oui, et qu'elle lui donne une réponse positive. Il l'aimait, et il voulait le lui montrer par quelque chose de plus fort que les mots et que les simples baisers volés. C'est alors qu'il alla lui caresser la cuisse avec tendresse, pour qu'elle saisisse où il voulait en venir.

Ce qu'il redoutait par dessus-tout, c'est qu'elle prenne peur s’il la brusquait trop. Il ne voulait en aucun cas qu'elle le fuit parce qu'il s'était montré trop pressant. Il n'avait jamais été confronté à ce problème auparavant, tout se faisait et s'enchaînait naturellement d'habitude, mais là, il devait le lui demander... Il déposa un baiser dans le creux de son cou puis revint la regarder avec insistance.


"Noeru... Je t'aime..."


Le roux sentit que la couleur de ses joues s'était assortie à celle de ses cheveux. Plus il la touchait et plus il la regardait, plus il avait envie de ne faire plus qu'un avec elle. Cependant, il fit un mauvais geste avec son bras blessé, et la douleur lancinante dans son épaule eut pour effet de lui ramener à la réalité. Il se mordit violemment la lèvre pour ne pas laisser échapper une plainte due au mal qu'il ressentait. Il se rallongea alors sur le dos, sortit sa tête de sous la couverture et se mit à regarder le plafond. Il ne pouvait rien faire. Exprimer à Noeru toute l'ampleur des sentiments qu'il ressentait pour elle lui était impossible. Il en était persuadé, s'il n'y avait pas eu ces blessures, il aurait pu aller jusqu'au bout. Si seulement il n'avait pas ces fichues fractures. Il poussa un soupir puis découvrit la tête de Noeru, s'adressant à elle d'un ton plus froid qu'il ne l’aurait voulu.


" Tu veux pas t'habiller ? C'est gênant."


C'est après avoir prononcé ces quelques mots qu'il se rendit compte combien il s'était montré distant à l'instant. Mais il n'avait pas pu faire autrement, il était frustré et énervé de ne pas pouvoir faire ce qu'il voulait avec son propre corps. Il se sentait trahie par sa propre personne, et il n'aimait pas ça. Il passa une main dans ses cheveux, sans quitter le plafond des yeux. Et dire qu'il s'en était pris à Noeru... Bon à vrai dire, aux yeux du professeur, elle était loin d'être innocente dans cette histoire, c'était aussi de sa faute s'il se trouvait dans cet état à présent. Elle avait eu une bonne demi-heure au total pour s'habiller. Si elle ne l'avait pas fait, c'est qu'il y avait une raison non ? Elle devait s'attendre à ce qu'il se passe quelque chose, non ?

De plus, Rien que de savoir que, pendant trois semaines au moins, il serait bloqué dans ce lit, réduit à l'état de végétal, il ne pourrait même pas s'entraîner, ou étreindre les femmes faciles qui auraient eu envie de passer du temps avec lui, ça le rendait dingue. Il laissa échapper un nouveau soupir, il fallait qu'il se détende... Il ne pouvait plus s'entraîner pour décompresser à cause des blessures, il ne pouvait pas aller voir d'autres femmes non plus, pour les mêmes raisons, et puis parce Noeru était là aussi... Un paquet de cigarettes laissé par sa dernière conquête semblait lui faire de l'œil. Il détourna son regard de ce dernier, il ne pouvait pas, sa fierté de sportif en dépendait, il ne pouvait pas se pourrir la santé comme ça.

Il s'assit sur le rebord de son lit, il était épuisé. Il en avait déjà assez de cette situation, alors que cela ne faisait même pas vingt-quatre heures qu'il était réveillé. Il décida au final de prendre le paquet puis de fumer une cigarette, il manqua de s'étouffer, comme à chaque fois qu'il essayait, mais il se força à continuer. Il avait besoin de se détendre, et tous les moyens étaient bons. S'il devait finir avec une haleine de cendrier juste pendant trois semaines, tant pis. De toute façon, dès qu'il se serait remis, il reprendrait sa vie là où tout s'était arrêté, et il ferait tout pour mener la vie dure à Adrien, qui l'avait mis dans cet état.

A présent, il se demandait où pouvait bien être Noeru, il l'avait rembarrée de façon plutôt glaciale, il espérait qu'elle ne lui en tienne pas trop rigueur. Il désirait aussi qu'elle le comprenne, qu'elle ne se soit pas enfuie à cause de ses mots et de ses gestes. Sans s'en rendre compte, à force de se poser des questions et de réfléchir aux réponses, il en était déjà à sa quatrième cigarette et l'air dans la chambre devenait réellement irrespirable. Il jeta le paquet contre le mur en face de lui et se rallongea sur son lit, se sentant de plus en plus coupable au fil des secondes et des minutes qui passaient.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)   Jeu 14 Mar - 3:45

Lorsqu'il répondit à son baiser, et qu'il la serra contre lui, elle ne pensait plus a rien d'autre qu'à l'instant présent. Elle adorait le contacte de sa peau sur la sienne,ainsi que la couleur de ses baisers en autre. Pour faire court, elle aimait tout de cet instant. Bien sûr, innocente comme elle était, l'idée d'aller plus loin ne lui avait même pas traversé l'esprit, mais elle put peu à peu s’apercevoir au comportement de Toma qu'il n'en était pas de même pour lui. Elle se rappela donc qu'elle ne portait aucuns vêtements, et qu'un homme et une femme -nue-, qui s'embrassaient langoureusement dans un lit, collés l'un contre l'autre, finissait inévitablement par coucher ensembles.

"Noeru... Je t'aime..."

Cette phrase sonnait actuellement plus comme une demande que comme une déclaration. Noeru s’apprêtait à acquiescer timidement au souhait du jeune homme, lorsque celui ci eu soudainement l'air de souffrir. L'expression de Toma à cet instant la fit immédiatement redescendre sur terre. Une multitude de choses regagnèrent son esprit: Toma était blessé, elle avait un petit ami, elle ne savait même pas qui il était! Les seules informations qu'elles avaient sur lui se comptaient sur les doigts d'une main: Il s'appelait Toma, était professeur de sport, c'était un séducteur eeet.. c'était tout... Pouvait on vraiment se donner a quelqu'un en n'en sachant si peu sur lui?

Elle ne lui demanda pas si ça allait car elle voyait pertinemment que ce n'était pas le cas, rien qu'à son attitude qui venait de changer du tout au tout. L'adolescente se mit en position assise en tenant toutefois la couverture suffisamment haute pour cacher sa poitrine et se mit à observer le visage blasé du rouquin. Elle s'en voulait de l'avoir tant tenté, bien que cet acte fût totalement involontaire.

" Tu veux pas t'habiller ? C'est gênant."

Le ton qu'il avait utilisé pour lui le faire remarquer l'avait blessée. Et puis honnêtement, il ne manquait pas de toupet, vu le nombre de filles qu'il avait vu nues, il ne pouvait tout simplement pas lui dire ça. En plus ce n'est pas comme s'il la voyait. Noeru baissa les yeux et une fois qu'il fût dos à elle, elle se leva pour aller s'habiller à la salle de bain.

Lorsque la lycéenne se rendis compte que dans les vêtements qu'il lui avait prêté il y avait une robe, elle ne pu s'empêcher de pouffer de rire. En effet son professeur lui avait bien dit "Je te passerai des vêtements à moi". Noeru éclata franchement de rire lorsqu'elle imagina Toma dans cet accoutrement, mais elle se repris bien vite et se dépêcha de s'habiller pour pouvoir sortir de la salle d'eau.

Une fois dehors elle se mit en tête de préparer un petit quelque chose à manger pour Toma, pour se faire pardonner de n'être qu'une source de problèmes. Et puis il devait avoir faim, ça faisait plusieurs jours qu'il n'avait rien mangé de consistant. En plus Noeru était plutôt bonne cuisinière, elle avait un feeling naturel avec les aliments et elle n'avait, aussi loin qu'elle s'en souvienne, jamais loupé un plat.

La noiraude ouvrit le Frigidaire pour voir ce qu'elle pourrait préparer. Elle ne fût pas surprise de voir qu'il n'y avait pas grand chose d’intéressants à l’intérieur... Il y avait bien un ou deux restes, sans doutes plus mangeable depuis le temps, quelques oeufs et autres broutilles. Elle décida donc de lui faire une omelette simple qu'elle assaisonnerai au fur et a mesure, selon ce qu'elle trouverait... Elle commença donc à concocter à Toma un bon petit plat! N'étant pas chez elle, elle eût tout d'abord beaucoup de peine à trouver les différents ustensile. Elle se coupa aussi en préparant le persils et la ciboulette (Toma n'en ayant pas, elle fût obligée d'aller en acheter rapidement à la supérette du coins). Mais au final son omelette était par-fai-te! Fin pas aussi parfaite que dans les restaurants de haute gastronomie, mais elle en était tout de même très fière.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)   Jeu 14 Mar - 20:03

Cela devait faire une bonne demi-heure qu'il était allongé sur le dos, fixant son plafond tout en culpabilisant. Il se sentait coupable d'avoir parlé aussi mal à son élève, d'avoir fumé autant en l'espace de dix minutes et de ne pas être allé la chercher à la place. De plus, il était persuadé qu'elle était partie, étant donné qu'il avait entendu la porte claquer. Il avait été très fort quand même, il avait réussit à se débarrasser de tout ce qui importait pour lui en quelques minutes seulement.

Il poussa un énième soupir et se redressa, non sans mal, puis se leva pour attraper son téléphone. Il hésita un instant à appeler Noeru pour s'excuser et lui demander de revenir parce qu'il s'en voulait, mais juste avant qu'il n'appuie sur la touche "Appel", il se ravisa laissa tomber son téléphone sur son lit. Il se rallongea et fixa de nouveau le plafond. Il crut un moment entendre le rire de Noeru derrière le mur de sa chambre, mais il semblait si lointain que le roux se dit qu'il devenait fou, ou bien qu’il devait être très fatigué. Il ferma alors les yeux, il fallait qu'il se repose.

Il somnola ainsi pendant à peu près quinze minutes, et fut tiré de cet état de demi-sommeil par des bruits d'ustensiles provenant de sa cuisine. Il ne pouvait pas rêver tout cela quand même... Il n'était pas fou à ce point. Il se leva et se dirigea lentement vers sa cuisine, où il découvrit une Noeru se tuant à la tâche, pour lui préparer une simple omelette. Cela le fit sourire, elle était toujours là, elle ne s'était pas enfuie par sa faute et elle lui préparait même un repas. Il resta dans l'encadrement de la porte, l'observant et se demandant quand est-ce qu'elle allait le remarquer. Elle était si concentrée qu'il n'alla même pas la voir lorsqu'elle se coupa, de toute façon ça n'était pas si grave.

Le plat étant prêt, elle éteignit la plaque chauffante sur laquelle cuisait l'omelette qu'elle venait de préparer. Elle semblait satisfaite, puisqu'elle souriait à la poêle. Le roux prit discrètement une fourchette dans un tiroir, arriva derrière Noeru et se coupa un morceau qu'il mangea. Il embrassa l'adolescente sur la joue puis lui sourit.


" C'est pas trop mal.."


Il lui tapota le haut de la tête tout en lui proposant de venir faire la cuisine pour lui tous les jours jusqu'à ce qu'il aille mieux. Non seulement c'était un prétexte pour la voir tous les jours jusqu'à ce qu'il se sente mieux, mais aussi parce qu'il voulait, à l'occasion, terminer ce qu'ils avaient commencé un peu plus tôt, sans qu'il n'y ait plus aucune gêne, que ce soit ses blessures ou Adrien, le petit ami de Noeru.

Il lui caressa tendrement la joue, en écartant les mèches qui l'empêchaient de bien voir le visage de la brune. Il la fixa ainsi pendant quelques minutes avant de déposer un baiser sur son front et de la serrer contre lui. Il lui murmura un bref "Désolé" par la même occasion. Il ne voulait pas qu'elle lui en veuille plus longtemps. Il voulait qu'elle se souvienne aussi, de tout. Il allait être une nouvelle fois égoïste, mais il voulait vraiment savoir, est-ce que cet appartement, où elle était déjà venue un bon nombre de fois, lui disait quelque chose ? Même se ce souvenir était vague, s'ile ne semblait pas être réel à ses yeux, il était important pour le roux de savoir. Il la plaqua doucement contre un des murs de la cuisine, sans la lâcher du regard. Dans un premier temps, il s'approcha d'elle pour l'embrasser, mais il se retira au dernier moment, en raison des cigarettes qu'il avait consommées auparavant. Même si elle l'avait sûrement déjà remarqué, Toma ne voulait pas que ce baiser confirme les doutes de la jeune fille. Remarque, ça n'aurait pas pu la déranger tant que ça étant donné qu'elle sortait avec Adrien, soit le voyou par excellence. Quoiqu'il en soit, le sportif se retint d'embrasser son élève et lui posa à la place la question qui lui brûlait les lèvres depuis qu'ils étaient rentrés chez lui.


"Est-ce que cet endroit t'es familier ? Est-ce que tu as l'impression d'être déjà venue ?"



Il baissa le regard, soucieux de la réponse. Il serrait les dents et se mordait l'intérieur de la joue. Il en avait assez de foncer droit dans le mur à chaque fois, certes Noeru l'aimait lui, mais elle était très attachée à l'autre voyou et le considérait même comme son petit ami. Lui et cette amnésie étaient un frein énorme à la relation que le professeur entretenait avec elle et Toma en avait marre, il ne voulait plus en entendre parler


_________________________________________
Dsoléééééééééééééée mon post est tout moche et pourri de la vie, j'avais trop pas d'inspiration OTL
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)   Jeu 14 Mar - 23:08

Lorsque le bras de Toma sorti de nul part pour prendre un petit bout d'omelette, Noeru sursauta. Elle se demanda depuis combien de temps est-ce qu'il était là, mais elle fût interrompue dans ses réflexion par l'appréciation de Toma vis à vis de son plat.

" C'est pas trop mal.."

La demoiselle fût soulagée. Premièrement il lui parlait comme si de rien était et deuxièmement il aimait ce qu'elle lui avait préparé. Il avait même suffisamment apprécié pour lui demander de venir cuisiner pour lui tous les jours jusqu'à ce qu'il aille mieux, ce qu'elle accepta sans hésitation. Elle aimait beaucoup se retrouver aux fourneaux, surtout si c'était pour quelqu'un dont elle était amoureuse. Et puis ça lui permettrait de le voir tout le temps comme ça. Inutile de préciser que la jeune fille était très enthousiaste.

Après un court silence agrémenté de quelques gestes de tendresse, Toma la questionna:


"Est-ce que cet endroit t'es familier ? Est-ce que tu as l'impression d'être déjà venue ?"

"Hé bien.. c'est comme si.. j'avais vu cet endroit dans un rêve... mais que je ne me souvenais plus du tout de quoi il s'agissait... Je ne sais pas, c'est bizarre..."

Tout était confus dans la tête de la jeune fille en cet instant. Plus elle essayait de comprendre l'impression que lui donnait cet appartement moins elle arrivait à le cerner. Elle réfléchit encore quelques seconde pour trouver les mots qui pouvaient décrire ce que ce lieu lui inspirait, mais elle tilta sur ce qu'il avait dit:

"Attend.. je suis réellement déjà venue ici? Que.. A quel point est-ce qu'on était proche avant...?"

En vrai elle lui demandait s'ils avaient déjà.. "dormis ensembles" au par avant, car elle se doutait bien qu'il y avait déjà quelque chose entre eux. D'ailleurs cette question en releva bien d'autres, comme par exemple: quel genre de fille était-elle avant que sa mémoire ne disparaisse, le style à enchaîner les petits amis, à passer ses soirées devant la console? Elle n'en savait trop rien.. Elle se rendait maintenant réellement compte qu'elle ne savait pas qui elle était. Précédemment elle se disait qu'elle ne pouvait pas faire l'amour avec un homme qu'elle ne connaissait pas, mais est-ce qu'elle pouvait poursuivre la vie d'une personne dont elle ignorait tout? Son regard était vague et des larmes lui montaient aux yeux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)   Mar 19 Mar - 1:08

Le roux attendait impatiemment et nerveusement la réponse de la jeune fille. Si elle ne se souvenait de rien, d'absolument rien, il ne savait pas comment est-ce qu'il allait réagir. De plus si c'était le cas, il aurait alors l'impression d'abuser d'elle à chaque fois qu'il l'embrasserait ou la toucherait simplement. De plus, comment pourrait-elle bien vivre le fait de ne pas savoir qui elle était vraiment ? Vivre dans le passé n'était jamais une bonne chose certes, mais c'est ce passé qui fait les hommes, qui forge leur personnalité, qui commande leurs réactions. Noeru n'avait pas changé, même après avoir pris un coup sur la tête et "perdu la mémoire". Si l'on suivait le raisonnement du roux, elle n'avait pas oublié : ses réactions étaient les mêmes, malgré l'influence d'Adrien, elle n'avait pas changé de caractère non plus et restait la Noeru qu'il connaissait. Elle n'avait pas oublié. Elle ne s'en souvenait plus, c'est tout. Tous ces souvenirs étaient enfouis dans un coin de sa mémoire et le sportif était persuadé qu'ils lui reviendraient un jour. Un jour oui, mais quand ?


L'adolescente ouvrit finalement la bouche pour donner sa réponse. Le roux retenait sa respiration, son cœur battant à tout rompre. Même s'il était convaincu qu'elle n'avait pas vraiment tout oublié, il préfèrerait qu'elle lui dise que cet endroit lui semble familier, qu'elle avait l'impression d'être déjà venue ici. Il voulait que ce soit plus simple pour lui, par la suite, de l'aider à se souvenir. Il ne voulait pas se battre, s'épuiser moralement à essayer de faire revenir ces souvenirs, ce serait trop dur pour lui. Elle lui dit alors tout ce qu'il voulait entendre, que cet appartement lui semblait connu, comme vu dans un rêve. Elle semblait chercher ses mots, elle hésitait et Toma devinait sans problème qu'elle cherchait à trouver les mots justes pour décrire ce qu'elle ressentait. Elle s'arrêta quelques secondes et son regard s'arrêta. Elle lui demanda alors ri elle était déjà venue ici, et voulait savoir la véritable nature de leur relation, avant qu'elle ne perde la mémoire.


Toma la voyait perdue, en quête de réponses à ces questions. Il savait qu'elle voulait savoir, qu'elle en avait besoin. Il la voyait pleurer, mais n'osa rien faire. Il avait tellement envie de la serrer contre lui et de tout lui dire, de lui dire combien celui qu'elle aimait était stupide, mais aussi dangereux pour elle. Toma se remémora toutes les fois où leurs entrevues s'était terminées par une visite à l'hôpital, ou une séparation de plusieurs mois. Il ne les comptait plus. Trop souvent, il l'avait blessée et à chaque fois, elle revenait. Il avait envie de lui dire tout cela, combien elle était idiote et naïve, mais aussi combien il aimait cette pureté et cette innocence.

Tellement de sentiments se bousculaient dans la tête du professeur en ce moment que, ne sachant pas quoi faire, il ne faisait rien, restant complètement stoïque face à la jeune fille en larmes. D'un côté il voulait s'enfuir, loin, l'abandonner et l'oublier, passer à autre chose parce qu'il ne voulait plus la blesser. Mais d'un autre côté, il avait envie de rester à ses côtés et de tout lui dire. Il ne savait pas quelle solution était la meilleure, dans les deux cas il aurait mal à un moment donné. Ces deux options étaient tout de même égoïstes. Il remarqua qu'à chaque fois, il ne cherchait qu'à se protéger, lui et personne d'autre. Jamais auparavant il ne s'était demandé ce que Noeru aurait voulu. Que choisirait-elle ? Est-ce qu'il était sage de tout lui dire, sans la laisser se souvenir d'elle même ? Etait-ce vraiment la peine ? Toma, pour une fois, décida d'être patient. Il la serra contre lui et se mit à lui caresser les cheveux pour qu'elle arrête de pleurer.



- Si ça peut te rassurer, tu es toujours la même fille que tu étais avant de perdre la mémoire...



Il refusa de lui en dire plus. D'après lui, il fallait qu'elle s'en souvienne d'elle même. De toute façon elle s'en souviendrait tôt ou tard, et il ne fallait pas qu'il la brusque. De toute façon, même s'il lui racontait tout, est-ce qu'elle ferait le choix de le croire ? Rien n'était moins sûr. La confiance de Noeru envers lui était la chose dont il était le moins convaincu. Il poussa un soupir avant de l'embrasser sur le front puis de se décoller complètement d'elle. Il fixa ses iris océan, se retenant de tout lui dire en se mordant la lèvre inférieure. Il lui prit doucement la main.



- ... Tu me fais confiance ?



Les mots étaient sortis tous seuls, dépassant sa pensée. En y repensant, il n'aurait jamais dû poser cette question idiote tant la réponse lui semblait évidente. Comment pouvait-il s'attendre à ce qu'elle croit en lui ? Qu'elle lui fasse confiance ? Même avant qu'elle perde la mémoire, elle ne cessait de douter à son sujet. Il le pouvait pas lui en vouloir pour ça, il aimait les femmes, mais elles n’étaient qu'un jeu. Noeru n'était pas ces femmes, pourquoi est-ce qu'elle n'avait jamais réussi à le comprendre ? Elle n'était pas un jeu, enfin elle ne l'était plus. Et même une fois qu'ils seraient ensemble, si cela arrivait un jour, elle ne pourrait pas le priver de son hobby préféré. Mais pour cela, il fallait qu'elle ait totalement confiance en lui. Ca n'avait jamais été le cas.


Il s'ébouriffa les cheveux et se dirigea dans sa chambre. Il avait besoin de se détendre de nouveau, de se changer les idées. Encore une fois il ne pouvait rien faire parmi les choses qu'il aimait. En jetant un bref regard au paquet de cigarettes, il vit qu'il lui en restait trois, il était tenté, très tenté. Il céda finalement à cette tentation et l'alluma. Il manqua de s'étouffer, c'était le même schéma à chaque fois. Il détestait tout de cette chose, le goût qui restait en bouche, l'odeur qui restait sur le tissu et les cheveux.... Tout. Mais cela lui changeait les idées. Se dire qu'il perdait quelques minutes de vie, culpabilisant en se disant qu'il pouvait devenir moins endurant à cause de cet objet, cela le faisait oublier Noeru pendant quelques secondes.

L'air de sa chambre étant devenu irrespirable et ne pouvant ouvrir la fenêtre à cause de la pluie battante, il prit le paquet et le briquet et décida d'aller fumer dans son salon. Il ne se gênait pas pour Noeru, après tout, il était chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)   Mar 19 Mar - 23:58

Noeru dût attendre un certain temps pour avoir sa réponse, qu'elle ne calcula même pas à vrai dire. elle était trop égarée pour se rendre compte que les secondes continuaient de s'écouler. Et oui, la réalité ne s'était pas arrêtée pour elle... Mais le roux finit par formuler sa phrase et sa voix qu'il voulait rassurante sortit noeru de ses pensées.

" Si ça peut te rassurer, tu es toujours la même fille que tu étais avant de perdre la mémoire... "

La jeune fille ne se rendit compte qu'à partir de cet instant qu'elle était dans les bras de l'homme qu'elle aimait. Elle se sentit fortement rougir, sans doute en partie à cause de la surprise, mais d'un autre côté elle y était toujours aussi bien. Elle se sentait apaisée lorsqu'il la prenait contre lui et elle appréciait énormément la tendresse avec laquelle il caressait ses cheveux. Cette combinaison "action-parole" avait donc plutôt bien marché et elle allait nettement mieux. La noiraude était heureuse d'apprendre qu'elle restait fidèle à elle même et en oublia presque qu'il n'avait pas répondu à sa question; mais elle n'eut pas le temps (ni l'envie d'ailleurs) de le lui faire remarquer.

"... Tu me fais confiance ?"

Se furent les mot qu'il prononça après lui avoir doucement embrassé le front. Elle ne savait pas pourquoi il lui posait cette question; après tout si elle n'avait pas confiance en lui en qui pourrait elle se fier? Elle n'eût même pas l'occasion de répliquer qu'il était déjà parti dans sa chambre. Elle ne le comprenait pas... Mais elle conclut qu'il avait fait une conclusion hâtive et que ça l'avait déçu. Pourquoi lui poser une question à la quelle il n'était pas prêt d'écouter la réponse? Et pour quelle raison il ne le pouvait pas justement? Était-ce à cause de réactions qu'elle avait eu par le passé? Ou alors il s'était dit qu'elle ne penserais pas pouvoir faire confiance à quelqu'un qu'elle ne connaissait pas....

Il revint en fin au salon, une cigarette à la main, sans un regard pour Noeru. Il était allé directement s'adosser a la baie vitrée (;w;) et avait continué à fumer comme si de rien était. La lycéenne n'aimait pas cette vision, ce qui la poussa à s'approcher doucement de Toma, pas à pas, sans savoir que faire, dans un premier temps. Mais l'adolescente choisis de se laisser guider par l'instinct et d'arrêter de réfléchir pour une fois. Une fois suffisamment proche, elle lui prit sa clope des mains, se colla presque à lui et l'embrassa. Elle fit abstraction du gout de fumée qu'avait ce baiser. Elle ne l'aimait pas, naturellement, mais ça ne la dérangeait pas autant qu'elle l'aurait cru. Est-ce qu'elle fumait avant de perdre la mémoire? Adrien s'il fumait avant de l'embrasser, prenait toujours un mentos ou un chewing-gum pour la préserver du goût de la cigarette.

Son bisou ne dura pas longtemps. Et une fois qu'elle le termina elle s'éloigna sensiblement de lui et lui murmura:

"... Je te fais confiance les yeux fermés..."

Puis elle s'éloigna et se dirigea à la cuisine pour éteindre cette chose qui se consumait doucement entre ses doigts. Elle la tenait spontanément comme si c'était elle qui était en train de la fumer, à cause des vieilles habitudes qui persistaient. Encore une preuve que son corps lui, n'avait rien oublié. Sa façon de se mouvoir et ses petites manies étaient restées les mêmes. Par exemple lorsqu'elle était avec Toma et qu'il lui disait quelque choses de déplaisant, qu'elle sourisse ou non, elle passait son pouce sur ces doigt. Geste qui était légèrement semblable à celui qui accompagne parfois l'expression "ça coûte chère" ou "il va payer cash". Sauf que sa main restait le long de sa cuisse. Autrement, un autre tic qu'on pouvait relever: sa façon de triturer son bracelet quand elle devait dire quelque chose de dérangeant, de gênant.

Une fois arrivé elle passa la cigarette sous l'eau et la jeta avant de retourner s'asseoir sur le canapé.

" Tu ne devrais pas fumer autant, sinon tu ne va pas réussir à arrêter."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Toma Sayashi
~ Professeur de Sport [Lycée Wakuri] ~
avatar

Messages : 432
Date d'inscription : 06/02/2011

Votre personnage ...
Prénom : Toma
Nom : Sayashi
Âge : 23 ans

MessageSujet: Re: Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)   Sam 23 Mar - 1:42

Lorsque Toma revint dans le salon, sa cigarette à la main, il ne prêta pas attention à Noeru. A vrai dire, il aurait même préféré qu'elle s'en qu'elle le laisse tranquille. Il avait besoin d'être seul. Ca ne lui arrivait pas souvent d'avoir envie de solitude, il n'aimait pas ça habituellement, mais parfois, il trouvait ça agréable. Il pouvait réfléchir, s'énerver contre lui et les autres sans qu'il y ait de lourdes conséquences. Généralement, cette solitude, il la retrouvait lorsqu'il allait faire du sport après ses heures de travail. Car oui, les professeurs de sport pourront dire ce qu'ils veulent pour leurs défense, ils ne courraient jamais. Toma lui-même passe ses journées à vérifier si un de ses élèves ne s'en va pas en coup de vent voler les petites culottes de ses camarades féminines. Ce genre de cas arrivait souvent avec les cours de piscine, que Toma supervisait systématiquement en ce moment.

Le sportif soupira. Comment en était-il arrivé à penser à ses cours de piscine ? Il se mit à fixer le plancher de son salon, qui était devenu extrêmement sale depuis ces derniers jours. On ne le devine sûrement pas comme ça, mais Toma n'aime pas la saleté, il met toujours tout en œuvre pour que son appartement soit propre. Alors qu'il se demandait quand est-ce qu'il allait bien pouvoir ranger tout ce bazar, il sentit un contact chaud sur ses lèvres, ainsi que sur tout son corps. Noeru l'embrassait, tendrement. Le roux sourit alors, décidément, il déteignait sur elle. Un instant l'image de Noeru, qui séduirait tous les hommes qui l'approcherait vint s'installer dans l'esprit du roux, le fit paniquer, et ce, malgré le ridicule de la situation qu'il imaginait.
Mais Noeru mit bien vite fin à cette rêverie ridicule et lui intima, avant de s'éloigner, qu'elle avait complètement confiance en lui, "les yeux fermés". Ces paroles firent légèrement frissonner le roux, qui la regarda s'éloigner.

Quand était-elle devenue si attirante ? Il soupira, approchant ses doigts tenant la cigarette de ses lèvres, sauf que lorsqu'il voulut la fumer, il s'aperçut qu'elle n'était plus dans sa main, mais dans celle de Noeru. Le roux ne chercha même pas à comprendre comment elle avait fait, enfin il s'imaginait bien que le baiser avait joué un rôle important là-dedans. Il ne put s'empêcher de sourire. Plus cette journée avançait, plus il avait la sensation d'avoir une mauvaise influence sur elle. Elle devenait manipulatrice, entreprenante et quelque peu capricieuse également.


" Tu ne devrais pas fumer autant, sinon tu ne vas pas réussir à t'arrêter."


Autoritaire. Depuis quand était-elle comme ça ? Elle avait toujours eu son caractère, mais elle ne lui avait jamais "donné de conseil" sur ce ton. Le roux se redressa et alla s'asseoir à côté d'elle, sur le canapé et la regarda un instant. Elle était vraiment envahissante, mais étrangement, cela ne le dérangeait pas, enfin d'habitude. Là, elle était vraiment attirante avec cette robe, mais surtout avec ce sweat-shirt appartenant au sportif, trois fois trop grand pour elle. Ce n'était pas le summum du glamour, c'est vrai, mais il la trouvait vraiment superbe. Comme un peu plus tôt il avait envie qu'elle soit à lui, tout entière. Seulement il avait retenu la leçon, il ne pouvait rien faire tant qu'il avait ces fractures. Le moindre petit geste de tendresse lui était difficile, et il se voyait mal le faire avec une côte et un bras en moins. Il poussa un soupire, lui caressant une mèche de cheveux.


" Tu peux pas me priver de ce plaisir là, tant que je suis dans cet état, c'est tout ce qu'il me reste... Pour décompresser."


Il ne savait pas vraiment pourquoi il qualifiait le tabac de "plaisir", étant donné qu'il n'aimait pas ça, et il était loin d'avoir envie de continuer à fumer. Il lui prit doucement la main, ne sachant pas quoi faire d'autre, et s'installa confortablement dans son canapé, fermant les yeux. Il était bien, il ne voulait plus bouger, il sentait le sommeil et la fatigue l'envahir petit à petit. Il se demanda alors comment est-ce qu'il pouvait être si fatigué alors qu'il avait été un légume pendant 10 jours ? Ce furent ses dernières pensées avant de sombrer dans un sommeil profond.
Revenir en haut Aller en bas
http://campus-tenshigaya.forumactif.com/u13
Noeru Aiza
♥ Gentille Admin (^o^) ♥
avatar

Messages : 542
Date d'inscription : 27/08/2011
Age : 20
Localisation : SCHWEIZ !

Votre personnage ...
Prénom : Noeru
Nom : Aiza
Âge : 17 ans

MessageSujet: Re: Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)   Dim 24 Mar - 22:54

Lorsqu'il passa une main dans ses cheveux, la jeune fille rosit légèrement.

" Tu peux pas me priver de ce plaisir là, tant que je suis dans cet état, c'est tout ce qu'il me reste... Pour décompresser."

Elle réfléchit un moment avant de parler,après tout, que pouvait-elle répondre à ça? Et bien tout simplement:

"Tu n'as qu'à trouver autre chose.." Répliqua-t-elle enfin en détournant le regard. Puis elle ajouta pour le convaincre "Fumer rend laid a la longue: les dents deviennent jaunes, la peau vieillit et bien d'autres trucs.."

Elle s'était rendu compte à quel point Toma faisait attention à son apparence et elle espérait que ses arguments l'ai fait changé d'avis. S'il le voulait elle pouvait même chercher des solutions sur internet pour se détendre, mais elle était convaincue que la cigarette n'était de loin pas la meilleur solution et que ça lui ferait plus de mal que de bien.

N'obtenant pas de réponse, elle tourna la tête en direction de Toma, qui lui avait pris la main peu de temps avant. Elle se rendit compte qu'il dormait comme un enfant, ce qui la fit sourire, attendrie. Noeru resta là un moment, le contemplant tendrement. Mais la nuit commençait doucement à s'installer alors que le soleil se couchait derrière les bâtiments qui s'étendaient à perte de vue. La jeune fille se leva alors, le plus doucement qu'elle pu, pour ne pas sortir le rouquin de son sommeil, et alla faire la vaisselle en faisant le moins de bruit possible. Un fois fait, elle alla chercher la couverture de son professeur, dans sa chambre, en en profitant pour se changer, et revint déposer la couette sur le corps endormis de son cher Sayashi. Elle déposa un baiser sur son front, piqua son paquet de cigarette, et passa le pas de la porte après lui avoir laissé ce petit mot:

J'ai du partir, il commençait à se faire tard et je risque d'être punie si je rentre au campus après le couvre feu. J’espère que tu ne m'en veux pas de t'avoir laissé comme ça; je revient demain. ;3

Bisous, Noeru.


Dehors la pluie était toujours battante et elle dû courir pour ne pas finir trempe a nouveau. C'est ainsi qu'elle arriva trempe à l'arrêt du Shinkansen qui la ramènerait au campus. Une fois à l’intérieur du train, elle repensa a la soirée qu'elle venait de passer avec Toma. Elle rougit à nouveau quand elle se rappela qu'ils avaient faillit coucher ensemble. Et elle tenta de se changer les idées en essayant de trouver ce qu'elle pourrait manger. Car oui, elle n'avait toujours rien avalé depuis midi et elle mourrait de faim.

[c'est un désastre, désolée TT]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parce que finalement, on est toujours mieux à la maison (PV Noeru)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jouer du piano c'est toujours mieux que de faire la causette à un lycan du moins c'est ce que je croyais...[pv Ava]
» Voyage autour du monde, avec toi c'est toujours mieux ! (random titre à changer. ou pas) || Momo' ♥
» Parce qu'à trois c'est mieux !
» Andrew Carter. Des amis c'est toujours mieux que des Curly.
» jouer à deux, c'est toujours mieux.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CAMPUS TENSHIGAYA :: Corbeille-
Sauter vers: