AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Venez incarner votre personnage de manga / anime préféré ou bien créez le votre, et amusez vous dans le Campus Tenshigaya, une ville sans limites !

Partagez | 
 

 Cours si vite que même le vent ne pourrait te rattraper [PV Ely Linvingston]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hiroshi Tsukiyama
~ Elève à l'Université Kanjirô ~
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 17/07/2012

Votre personnage ...
Prénom : Hiroshi
Nom : Tsukiyama
Âge : 19 ans.

MessageSujet: Cours si vite que même le vent ne pourrait te rattraper [PV Ely Linvingston]   Dim 22 Juil - 22:29

Runs fast or dies slowly
Le souffle court, la respiration haletante, la sensation d’être sur le point de pousser son dernier soupire. Voilà ce qui ce passait dans le corps de Hiroshi. Les paysages défilaient devant lui, sans qu’il puisse en voir les moindres détails. Enfin il le les regardait de toute façon pas, son regard était planté devant lui. Seul la ligne d’arrivé obnubilait son regard, il ne pensait qu’à ça. Il était en tête, faisant de grande foulée, il courrait si vite, non il volait. Le sourire aux lèvres il avançait à toute allure vers ce bandeau blanc, celui de la fin. Malgré tout il n’avait pas envie d’arrêter, il voulait courir et encore courir jusqu’à en mourir.
L’arrivée n’était plus qu’à quelques mètres, encore quelques foulée et tout était terminé. Il sentait son cœur battre la chamade. Puis son pied se posa lourdement sur le sol, comme si tout le corps du jeune homme y résidait à cet instant même. Puis il sentit le ruban contre son torse, celui n’opposa guère trop de résistance et ce déchira en quelques secondes. Il avait gagné, il avait réussi à dépasser ses limites. Soudain les sons se furent plus lointain, les rires, les cries, les pleures, tout ça se mua en des sons flous. Seul son cœur tambourinant dans ses oreilles était son repère que l’étudiant était encore là, vivant, dans la réalité. Soudain il sentit chacun de ses membres se détendre et son corps bascula vers l’arrière. Sans y prêter la moindre attention, Hiroshi se laissa choir sur le sol dur et orange, parcouru de ces bandes blanches. Les bras écartés, un sourire béat étirant ses lèvres. Si on lui avait demandé ce qu’il ressentait en ce moment, le jeune homme aurait dit qu’il se sentait l’homme le plus heureux du monde.
La bouche légèrement entrouverte, laissant s’échapper sa respiration bruyante. Son torse se soulevant si rapidement qu’il n’en aurait su qu’il était capable. Ses cheveux et sa peau trempé de sueur, cela pouvait paraitre dégoutant, mais pourtant c’est ce qu’aimait Hiroshi. Savoir qu’il pouvait dépasser ses limites et être toujours dans la course. Tout ça le rendait si heureux qu’il avait envie de le crier. A bout de force, quelques personnes vinrent l’aider à se relever, lui passant sa gourde et l’emmenant hors de la piste, sur les coins d’herbe alentour. N’aillant plus de souffle, ses lèvres bougèrent mais aucuns sons n’en sortit, alors le jeune homme hocha simplement la tête pour les remercier de leur aide. Sa joie grandit alors un peu plus, s’apercevant que les gens ne le jugeaient pas que sur son physique. Pour une fois ils étaient venus de leur propre chef l’aider. Ses bonnes performances en course l’aidaient grandement à se rapprocher des autres, ils ne le traitaient plus d’extraterrestre. Ils l’appréciaient tout simplement, ce n’était pas non plus la grande amitié, mais Hiroshi pouvait voir que c’était tout de même un début.

On le déposa à l’ombre, contre le mur d’un bâtiment, surement un gymnase quelconque. Depuis qu’il était arrivé ici, le stade était surement l’endroit que le jeune homme préférait le plus.
Adossé au mur, les jambes pliées devant lui. Un bras posé sur l’une, l’autre tenant sa gourde qu’il ne cessait de porter à ses lèvres, faisant déferler le liquide froid dans sa gorge l’hydratant de bonheur. Il laissa alors tomber son bras lourdement sur son deuxième genou, la gourde toujours dans la main. Laissant sa tête partir vers l’arrière, cognant alors contre le mur, mais Hiroshi n’en avait que faire. Il entrouvrit alors de nouveau la bouche pour pouvoir mieux respirer et aussi inspirer l’air de sa victoire qu’il aimait tant. Puis ferma les yeux.


_________________
« Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur. » Horace
Revenir en haut Aller en bas
Ely Linvingston
♫ Pianiste / Guitariste de Bar ♫
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 19/07/2012

MessageSujet: Re: Cours si vite que même le vent ne pourrait te rattraper [PV Ely Linvingston]   Ven 27 Juil - 16:55

Non loin de là, il y avait une course d'athlète. Ely s'y était pointée pour vite regarder ce qu'il se passait mais fit vite demi-tour. Le sport ? Mais quelle invention stupide. La sueur, et le reste .. Beurk ! Elle éclata de rire en voyant sa propre réaction. Armée de sa chérie, elle monta sur un arbre, à l'ombre. L'été était trop .. estival à son goût. Armée donc de sa guitare, elle se mit sur cette arbe, et comment ça à jouer quelques notes au hasard, pour ensuite se laisser transporter par la musique. L'albinos aimait la musique plus que sa propre vie, et surtout, c'était une partie d'elle-même. La musique était un partie qui la reliait avec le monde. Aujourd'hui, sous la chaleur, elle avait mit un bermuda avec un t-shirt assez large. Ces cheveux verts tombés sur épaules à cause de la longueur. On voyait ses repousses blanches, pour le moment ce n'était pas son problèmes. L'arbre où était la petite guitariste était non loin d'un batiment, et son attention se porta sur le remue ménage. Elle y descendit et vit un jeune homme essouflé .. Ah, oui ! C'était celui de la course.

« Et p'tit, ça va ? »

[PARDON, C'EST COURT ! >_<]

_________________
Link it to yourself

Merci Ayu-chaaaan ! ♥️ ~
Revenir en haut Aller en bas
Hiroshi Tsukiyama
~ Elève à l'Université Kanjirô ~
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 17/07/2012

Votre personnage ...
Prénom : Hiroshi
Nom : Tsukiyama
Âge : 19 ans.

MessageSujet: Re: Cours si vite que même le vent ne pourrait te rattraper [PV Ely Linvingston]   Sam 4 Aoû - 22:01

Le vent avait choisit le bon moment pour ramener sa fraise. Pour une fois d'ailleurs. Celui-ci venait caresser Hiroshi, effleurant sa peau blanc de son air rafraichissant. Oui après un telle effort il avait chaud, et un peu mal à la tête aussi. Mais cela n'égalait en rien la satisfaction, la joie du jeune homme d'avoir gagné. Il s'était tellement entrainé que cela le rendait d'autant plus euphorique. Il avait envie de rire, même seul ça ne le gênait en rien. Inspirant un grand coup, il expira l'air de ses poumons dans un bruit sourd. Souriant toujours. Il ne pouvait pas s'en empêcher c'était plus fort que lui. Hiroshi ouvrit alors les yeux, regardant l'azur zébrée de ses petite boules blanche semblable à du coton. Il se demanda alors quelle était la sensation que l'on ressentait lorsque l'on chevauché l'un de ces nuages. Était-ce doux et si moelleux qu'on pourrait le croire ? Ou alors bien que cela forme comme une boule, on ne puisse pas le sentir et l'on passe au travers avec une facilité déconcertante. Soudain des bruissement se firent entendre. Le jeune homme tourna doucement la tête en direction de ce bruit et remarqua l'arbre posté à côté de lui. Il avait tellement pensé à sa course qu'il n'avait même remarqué cet être, pourtant imposant. C'est alors qu'une silhouette s'en décrocha. San un mot le sportif la suivit des yeux. C'est alors que cette silhouette qui venait de descendre n'était autre qu'une jeune femme, probablement plus vieille que lui du fait de ces traits plus, disons, plus dure, ou quelque chose comme ça. Ne lui laissant alors pas le temps de la détailler en entier, l'inconnue ouvrit alors la bouche pour laisser ses paroles se faufiler dehors pour découvrir un monde inconnu.

« Et p'tit, ça va ? »

Sans un mot, il contempla la jeune femme de haut en bas, d'un regard mou et surtout essoufflé. Des cheveux fins et verts lui tombant sur ses épaules, et de très jolies yeux rouge accompagné cela. Elle portait des vêtements assez large. Ce qui était d'ailleurs dommage, car elle semblait avoir de jolies formes, tout du moins ce qu'il pouvait entrapercevoir lui laissait penser ça.
Hiroshi se décida donc à se lever. S'aidant du mur étant donné que ses jambes ne pouvait plus le porter. Il se leva juste pour les présentation, car il savait qu'il ne pourrait supporter la douleur plus longtemps. Certes il était résistant, mais comme tout homme il avait des limites. Il regarda alors la jeune fille avec un grand sourire, un sourire s'étirant sur toute sa longueur, un sourire de réelle bonheur en somme. Puis il leva la main sans trop savoir pourquoi, faisait des signes qui voulaient sans doute dire "Salut" . Bien évidemment, sa main empoignant déjà sa gourde, Hiroshi ne savait trop si ses gestes étaient très distinctifs. Il repris alors la parole, mais ne lâcha pas pour autant son sourire :

« On ne peut mieux ! » s'exclama-t-il.

Il tint encore quelques secondes débout, et puisa dans un effort ultime pour tenir, mais savant qu'il n'irait pas bien loin comme ça, il laissa sa main glisser contre le béton. Puis il se tourna violemment pour écraser son dos contre le mur dans un bruit sourd. De nouveau il se laissa glisser contre la surface lisse et se retrouva de nouveau assit. Mais cette fois-ci il laissa ses jambes tendue, les laissant reposer dans l'herbe fraiche. Il commença alors à laisser ses mains serpenter sur celle-ci pour adoucir la douleur. Il dévissa alors le bouchon de sa bouteille avant de la vider sur ses jambes, et passa un petit coup sur sa tête par la même occasion. Tant qu'à faire, et avec la chaleur que son corps avait accumulé, autant s'asperger de partout pour se rafraichir, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur.
Une fois la dernière goutte du liquide tomber, Hiroshi reporta son attention sur la gente demoiselle qui n'avait pas bougé d'un pouce. Il remarqua alors la guitare qui l'accompagnait. Il tourna alors son regard vers ses doigts, et à en juger par ceux-ci, la jeune femme devait jouer depuis pas mal de temps.
Voyant alors la conversation passionnant que les deux jeunes gens tenaient là, le jeune homme reprit alors la parole :

« Tu n'a pas l'air ... comment dire .... hm ... faite pour le sport, si je puis dire. Alors que fais-tu dans un telle endroit ? »

Ses paroles n'avait pas pour but de vexer l'inconnue ou quoi que se soit. C'était une réelle question. Par son corps, on pouvait voir que le sport n'était pas tellement son compagnon de tout les jours.


Spoiler:
 

_________________
« Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de coeur. » Horace
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours si vite que même le vent ne pourrait te rattraper [PV Ely Linvingston]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours si vite que même le vent ne pourrait te rattraper [PV Ely Linvingston]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Feel This Moment ♪ [PV Sad']
» Je disparais aussi vite que j'apparais ~ Spider [en cours]
» cours de latin
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CAMPUS TENSHIGAYA :: Corbeille-
Sauter vers: